ALTER INFO

Le conservatisme n'est plus ce qu'il était


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



Paul Craig Roberts
Lundi 17 Septembre 2007

Le conservatisme n'est plus ce qu'il était


Par Paul Craig Roberts, le 16 septembre 2007


​​​​Quand j'étais dans l'administration Reagan, les USA avaient une presse impétueuse qui n'hésitait jamais à nous prendre à partie. Même l'« insaisissable président » a été plus critiqué que Bush et Cheney.


​​​​La presse enflammée a disparu avec son indépendance dans la concentration des médias manigancée durant l'administration Clinton. Peu de temps après tous les présentateurs principaux des informations télévisées libéraux disparaissaient aussi. Aujourd'hui les médias US servent de ministère de propagande pour les guerres du gouvernement et l'État policier. Pourtant, quelques conservateurs continuent à tempêter contre « les médias à l'esprit large. »


​​​​Combien d'autres épouvantails des conservateur, du milieu universitaire libéral, ont été aussi écrasés. Les universités contrôlaient autrefois leurs nominations, mais plus maintenant. Récemment, le professorat des sciences politiques à DePaul, une université catholique, avait voté pour titulariser le courageux spécialiste et enseignant Norman Finkelstein. Le département a été incapable de maintenir sa décision de titularisation devant les objections du lobby d'Israël et de ses alliés conservateurs, qui ont pu suborner les directeurs du département des sciences politiques et du Comité du Personnel de l'Université et obliger le président de DePaul à bloquer la titularisation de Finkelstein. Finkelstein, un juif, avait mis en colère le lobby d'Israël avec ses critiques sur l'usage abusif d'Israël des souffrances de l'holocauste des juifs pour opprimer les Palestiniens et pour réduire au silence les critiques.


​​​​Le 14 septembre 2007, le Los Angeles Times a signalé que la nomination du spécialiste juridique distingué Erwin Chemerinsky comme doyen d'une nouvelle école de droit de l'Université de Californie à Irvine avait été annulée par le chancelier de l'université, Michael V. Drake, qui s'est soumis aux demandes des conservateurs en dehors de l'université. Les conservateurs sont scandalisés par Chemerinsky parce qu'il a critiqué Gonzales, le ministre de la justice. En annulant la nomination de Chemerinsky, Drake lui a dit : « Je n'avais pas réalisé qu'il y aurait des conservateurs dehors pour vous coincer. » (Un scandale perturbe les plans pour l'école de loi à l'UCI, par Garrett Therolf, Rebecca Trounson et pré Richard C. Paddock, le 14 septembre 2007)


​​​​Gonzales est le ministre de la justice qui a écrit les notes de service justifiant la torture et qui a démenti que l'administration Bush soit limitée par les Conventions de Genève. Gonzales a dit au Comité Judiciaire du Sénat abasourdi que la Constitution des USA ne donnait pas la protection de l'habeas corpus aux citoyens Étasuniens.


​​​​Avoir un ministre de la justice US attaquant avec acharnement la Constitution, déchirant chacune de ses clauses, est l'expérience la plus effrayante de ma vie. Que la tête de la division judiciaire de l'exécutif, qui a prêté serment pour défendre la Constitution, se retournerait contre elle afin d'augmenter l'irresponsabilité du pouvoir exécutif est une infraction manifeste passible de mise en accusation devant le Congrès. Si quelqu'un n'importe où dans le monde méritait d'être critiqué, ce serait Gonzales. Mais quand Chemerinsky a critiqué l'infâme Gonzales, les conservateurs se sont précipités à la défense de Gonzales, pas à la défense de la Constitution US.


​​​​Il semble que c'était seulement hier que les conservateurs se plaignaient des libertés que les libéraux prenaient avec la Constitution. Les libéraux ont peut-être étendu les droits d'une manière fantasque. Mais aujourd'hui les conservateurs réduisent des droits établis depuis longtemps, comme l'habeas corpus et la protection contre l'incrimination de soi-même [*]. Les conservateurs ont abandonné l'« intention originale » et tous leurs scrupules constitutionnels dès qu'ils ont eu l'occasion de gaver la présidence de davantage de pouvoir.


​​​​Durant ma période d'universitaire conservateur, j'ai connu un certain ostracisme libéral. Mais les libéraux n'attaquaient pas les libertés universitaires en soi. Les nouveaux conservateurs méprisent les libertés universitaires et ont créé des organisations pour surveiller les départements des études sur le Moyen-Orient afin de réduire la popularité des spécialistes qui suivent la vérité à la place de l'idéologie néo-conservatrice ou de la politique israélienne. Aujourd'hui les libertés universitaires ont tout simplement disparu comme les médias indépendants. Personne hormis les groupes d'intérêt organisés puissants n'a la parole. Dans les médias la vérité peut émerger uniquement dans des shows comiques comme The Colbert Report et The Daily Show de Stewart.


​​​​Dans les années passées, les conservateurs ont souvent été conspués sur les campus universitaires par les étudiants de gauche. Mais aujourd'hui les orateurs désapprouvés par les groupes d'intérêt puissants sont tout simplement annulés à l'avance. Même l'Université de Harvard est tombée dans la nouvelle censure. Le 14 septembre 2007, le Harvard Crimson signalait que le lobby d'Israël avait pu obliger l'Université de Harvard à annuler trois orateurs, un professeur de l'Université d'Oxford, un professeur de DePaul, et un professeur de Rutgers, parce qu'ils avaient critiqué la politique israélienne.


​​​​Aux USA aujourd'hui, dire votre opinion dans les médias ou dans le milieu universitaire est une chose révolue. Un pays qui n'a aucun voix indépendante des intérêts puissants est un pays où la liberté est morte.



​​​​Paul Craig Roberts fut Secrétaire Adjoint au Trésor dans l'administration Reagan. Il est l'auteur de Supply-Side Revolution : An Insider's Account of Policymaking in Washington ; Alienation and the Soviet Economy et Meltdown: Inside the Soviet Economy, et est coauteur avec Lawrence M. Stratton de The Tyranny of Good Intentions : How Prosecutors and Bureaucrats Are Trampling the Constitution in the Name of Justice. Clic ici pour l'entrevue [en anglais] de Peter Brimelow de Forbes Magazine avec Roberts au sujet de la récente épidémie d'inconduite des procureurs.




Original : http://www.vdare.com/roberts/070916_conservatism.htm
Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info



* NDT : Self-Incrimination dans le texte : L'inculpé n'est pas tenu de fournir une déclaration sur les faits, de crainte qu'il ne soit amené à fournir ainsi des arguments susceptibles d'être exploités contre lui.

http://w3.granddictionnaire.com/BTML/FRA/r_Motclef/index1024_1.asp




Mercredi 19 Septembre 2007


Commentaires

1.Posté par Bravo ! le 20/09/2007 23:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Depuis que vous m'avez fait découvrir Paul Craig Roberts, j'ai le plus grand mal à me passer de ses articles. Merci de nous le traduire, c'est précieux.

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires