Palestine occupée

Le compte à rebours pour une nouvelle phase de protestations au Liban


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 11 Mai 2008 - 13:13 Les derniers développements au Liban

Dimanche 11 Mai 2008 - 11:25 Liban : au seuil d'une crise incontrôlable?



Zeynel CEKICI
Lundi 8 Janvier 2007

Le compte à rebours pour une nouvelle phase de protestations au Liban


Le compte à rebours pour une nouvelle phase de protestations populaires contre le cabinet Siniora a déjà commencé et le Liban sera pendant les prochains jours, témoin de nouvelles démarches de l’opposition. Les concertations des groupes et des courants opposés au cabinet Siniora sur la tenue des grèves d'envergure dans les centres sensibles du pays, sont en prélude à la nouvelle vague de protestations. Jusqu’à présent, l’opposition libanaise a tout fait pour un règlement négocié de la crise et baliser le terrain à la formation d’un gouvernement d’union nationale avec pour but de garantir la souveraineté et la stabilité du pays, mais l’unilatéralisme du courant 14 mars et le soutien tous azimuts des Etats-Unis au gouvernement Siniora, n’ont fait que compliquer davantage la crise actuelle. Ce qui a mené les protestations populaires vers une nouvelle phase et on sera bientôt témoin des grèves générales dans les institutions publiques ainsi que de la grève des employés aux ministères, aux aéroports et aux ports du pays.

En premier lieu, ce sont les employés des ministères dont les ministres ont quitté le cabinet Siniora, qui doivent arrêter leurs travaux. Et ce, alors que le sit-in national est entré dans sa 37ème journée et malgré la fléxibilité qu'a fait preuve l’opposition, dite « le courant du 8 mars », Fouad Siniora et ses partisans entendent rester au pouvoir.

Il ne fait pas l’ombre d’un doute que les interventions des Etats-Unis dans les affaires libanaises sont à l'origine de cette crise. Dans la foulée, l’ambassadeur de Washington à Beyrouth a recommandé aux ministres du gouvernement Siniora de ne pas quitter leur poste. De son côté, la Secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, a mis en garde les autorités US contre la chute de Siniora. Par ailleurs, le Président Bush a alloué une aide de centaines de millions de dollars au cabinet Siniora, un geste qui vise à le renforcer. En tout état de cause, tout porte à croire que la Maison Blanche est inquiète de l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement d’union nationale au Liban qui protègera indubitablement les acquis de la guerre de 33 jours contre son territoire et sa souveraineté nationale. C’est pour cette même raison que les Etats-Unis craignent la mise sur pied d’un tel gouvernement et trament des complots de toute taille pour empêcher sa formation.

Le sit-in de 36 jours des Libanais témoigne de la ferme volonté des Libanais de mettre sur place un gouvernement d’union nationale. C’est ce que les opposants seront finalement contraints à se plier devant le desiderata libanais.

En tout cas, les protestations populaires sont entrés dans une nouvelle phase et l’alignement du groupe du 14 mars sur les politiques de Washington n’aboutira qu’à l’isolement dudit groupe.


http://www.irib.ir


Lundi 8 Janvier 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires