Néolibéralisme et conséquences

Le complot terroriste de Grande-Bretagne : Les questions qui nécessitent une réponse



L’affirmation selon laquelle les forces de sécurité américaines et britanniques ont contrecarré un complot terroriste qui visait à faire exploser des vols commerciaux entre la Grande-Bretagne et les États-Unis ne doit pas être acceptée sans réserve. Il est impossible de déterminer à ce point-ci si une telle attaque était prévue ou non, bien que les médias aient, comme à l’habitude, rapporté les assertions des gouvernements britannique et américain comme des faits incontestables, sans se donner la peine de demander des informations précises qui pourraient justifier l’histoire officielle.


wsws.org
Samedi 12 Août 2006

Le complot terroriste de Grande-Bretagne : Les questions qui nécessitent une réponse

Par le comité de rédaction



La déclaration de la police britannique que les présumés comploteurs avaient pour but de « causer un massacre d’une ampleur inimaginable » en faisant exploser en plein vol un nombre non précisé d’avions est effrayante. Les mesures de sécurité d’une grande portée qui ont été implémentées, incluant la fermeture de l’aéroport de Heathrow de Londres et l’interdiction des bagages à main pour une durée indéterminée, augmentent le climat de peur et d’appréhension.

Dans une période comme celle-ci – au beau milieu d’affirmations spectaculaires de Londres et de Washington, avec un barrage médiatique pour les appuyer et une importante perturbation des vols commerciaux en raison de mesures de sécurité extrêmes — il est encore plus impératif d’user de sa pensée critique et son jugement politique.

Tôt jeudi matin, des descentes dans des maisons et des locaux commerciaux de Londres et des Midlands de l’Ouest ont mené à 21 arrestations. Les porte-parole des gouvernements américains et britanniques ont soutenu que ceux qui ont été arrêtés étaient impliqués dans le plus important complot terroriste depuis le 11 septembre.

Des rapports subséquents ont affirmé que 24 personnes avaient été arrêtées en Grande-Bretagne et que plusieurs autres étaient détenues au Pakistan. Parmi ceux qui ont été arrêtés se trouvaient un musulman travaillant pour un organisme de charité et un employé de l’aéroport de Heathrow ayant une carte d’accès universel, selon la chaîne de télévision britannique Channel 4 News. Cinq suspects du complot sont toujours recherchés, selon ABC News, mentionnant des sources américaines.

Jeudi soir, BBC News a rapporté que les arrestations étaient le résultat d’une longue enquête coordonnée entre les gouvernements américain, britannique et pakistanais. Lors d’une conférence de presse plus tôt jeudi, le ministre de l’Intérieur, John Reid, a déclaré que le premier ministre Tony Blair avait mis le président Bush au courant durant le week-end des arrestations imminentes et des mesures de sécurité qui seraient prises.

Des rapports subséquents ont affirmé que les comploteurs avaient prévu attaquer simultanément jusqu’à dix avions de trois compagnies aériennes américaines en transportant à bord des explosifs chimiques liquides déguisés sous forme de breuvages ou d’équipement électronique.

Des représentants des services du renseignement des États-Unis ont affirmé que les comploteurs espéraient faire une « répétition » aujourd’hui (vendredi) et la véritable attaque aurait eu lieu plusieurs jours plus tard. Une importante source du Congrès a soutenu que les comploteurs avaient planifié mélanger une boisson pour sportifs avec une pâte à base de peroxyde pour faire un « cocktail explosif » pouvant être déclenché par un lecteur MP3 ou un téléphone cellulaire.

Durant la journée de jeudi, le président George Bush a fait une brève déclaration ayant pour but d’accentuer les craintes de la population et d’exploiter le présumé complot terroriste pour justifier la panoplie de politiques réactionnaires menées par son administration depuis le 11 septembre, au nom de la « guerre au terrorisme ».

S’adressant de la piste de décollage et d'atterrissage de l’aéroport de Green Bay au Wisconsin, il a dit que le complot démasqué constituait « un rappel clair que cette nation est en guerre avec le fascisme islamique qui va utiliser tous les moyens pour détruire ceux d’entre nous qui aiment la liberté. » Il suggère que le complot justifie les mesures — espionnage intérieur de masse, les tribunaux militaires, la détention sans procès, — prisent par l’administration pour « protéger le peuple américain », il poursuit en lançant l’avertissement que ce « serait une erreur de croire qu’il n’y a pas de menace contre les Etats-Unis d’Amérique ».

Le World Socialist Web Site n’a aucune information qui lui permettrait de tirer une conclusion définitive quant à l’existence ou non d’un complot terroriste à l’échelle alléguée. Cependant, il est de la responsabilité des gouvernements américain et britannique de produire les faits qui soutiennent une telle allégation et qui justifieraient les mesures de sécurité extrêmes qu’ils ont prises, et de présenter ces faits au public de manière claire et concise.

Ils n’ont pas produit un tel compte rendu factuel.

Ni la Maison-Blanche ni Downing Street, n’ont le droit de s’attendre à ce que la population accepte leurs prétentions à leur face même, ou accorde de la crédibilité à leurs déclarations. La guerre contre l’Irak a été justifiée sur la base de fausses allégations de l’existence d’armes de destruction massive en Irak et de liens entre Saddam Hussein et al-Qaïda. Ces mensonges ont à jamais détruit toute la crédibilité de Bush et de Blair.

S’il est vrai qu’un tel crime haineux était planifié, sa responsabilité repose en fin de compte sur les politiques de Washington et Londres. Depuis le 11 septembre tant Bush et Blair ont constamment employé le mantra de la « guerre au terrorisme » pour couvrir leur guerre prédatrice au Moyen-Orient, intensifié immensément le sentiment antiaméricain et antibritannique au sein du monde musulman. Au même moment, la « guerre au terrorisme » a été utilisée sur le plan domestique comme prétexte à un assaut sans précédent contre les droits démocratiques.

Face à une débâcle qui s’aggrave en Afghanistan et en Irak, ainsi qu’à une opposition internationale de masse à leur appui à l’offensive dévastatrice d’Israël au Liban, les deux gouvernements ont intérêt à perpétuer une atmosphère d’hystérie. Un tel climat sert à intimider leurs opposants et justifie des mesures encore plus draconiennes au pays comme à l’étranger.

Sur les questions de fait, le compte rendu officiel britannique du complot terroriste allégué manque de détails spécifiques vérifiables. La déclaration présentée par les représentants américains n’est pas mieux lorsqu’il est question de détails pouvant soutenir les allégations. Ils sont, cependant, plus précis dans leurs prétentions.



Le secrétaire à la Sécurité nationale, Michael Chertoff, raconte lors d’une conférence de presse télévisée que le complot était « un plan et une opération très sophistiqués » et était près de porter fruit. « Ce n’était pas un cercle de quelques personnes assises en rond et rêvant », déclare-t-il. « Ils avaient accumulé la capacité nécessaire et étaient bien engagés sur cette voie. »

Le complot visait apparemment un transporteur américain, un vol en partance de Heathrow, poursuit-il. C’était « d’envergure internationale » et rappelle al-Qaïda.

Il n’a pas précisé la date à laquelle le plan devait être réalisé, mais a dit que ce aurait dû être avant le 11 septembre. « Je ne peux pas vous dire qu’ils avaient une date précise en tête, a-t-il dit, pas plus que je peux vous dire qu’ils auraient attendu aussi longtemps. Nous sommes proches de la date de l’exécution du plan. »

Chertoff n’a pas expliqué comment les services de sécurité savaient que l’attaque terroriste était imminente sans connaître la date choisie pour son exécution.

Et ce n’est pas l’unique question que soulèvent les rapports officiels.

Le ministre britannique de l’Intérieur Reid a donné l’impression dans sa conférence de presse que la preuve qui a précipité les arrestations venait du Royaume-Uni et CNN a rapporté que des informations obtenues après des arrestations récentes au Pakistan avaient convaincu les enquêteurs anglais qu’ils devaient agir de façon urgente pour arrêter le complot. Toutefois, Channel 4 a rapporté que les autorités britanniques étaient passées à l’action après avoir obtenu des informations de la CIA.

De plus, si Blair était en discussion avec Bush durant le week-end sur une attaque terroriste « imminente », pourquoi est-il parti en vacances à la Barbade mardi ? Et étant donné que le complot est supposé prendre des avions pour cible, pourquoi les services de sécurité l’ont-t-ils laissé prendre son vol ?

Et si la menace posée par le complot était considérée comme suffisamment dangereuse pour faire passer l’alerte à la terreur en Grande-Bretagne de « sérieuse » à « critique » et au code rouge aux Etats-Unis, pourquoi a-t-il fallu cinq jours pour procéder aux arrestations ? Et pourquoi l’alerte à la terreur n’a-t-elle augmenté qu’après les arrestations et pas avant ?

Les médias n’ont pas posé de telles questions. Et pourtant, les derniers mois ont vu bon nombre de soi-disant complots terroristes — aux Etats-Unis, au Canada, en Australie — qui ont été prétendument déjoué par les agences sécuritaires. Dans chacun de ses cas, des groupes ont été arrêtés, selon les actes d’accusation, simplement pour avoir discuté d’actes terroristes. Aucun plan concret n’a été découvert, aucune arme ou aucun explosif n’a été saisis. Dans la plupart des cas, les soi-disant complots ont été amorcés et encouragés par des informateurs du gouvernement qui agissent comme agents provocateurs et piègent les supposés conspirateurs.

Dans le cas du complot dit « de la bombe du tunnel » à New York en juillet dernier, les supposés conspirateurs étaient des étrangers qui n’avaient jamais mis le pied aux Etats-Unis.

Quant à l’utilité politique de la récente campagne de peur du terrorisme, il faut noter que quelques heures avant les raids de mardi, le ministre de l’Intérieur Reid a donné un discours important à Londres au cours duquel il a accusé les adversaires de la loi antidémocratique du gouvernement de miner la « guerre au terrorisme ».

Devant ce qu’il a nommé « probablement la plus longue période de menace sérieuse depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale », Reid a dénoncé ceux qui « ne comprenaient pas », les blâmant pour le fait que « nous sommes toujours incapables d’adapter nos institutions et l’orthodoxie juridique aussi vite qu’il le faudrait ».

Rendant clair que l’« adaptation » requise signifiait l’éviscération des droits démocratiques traditionnels, il a ajouté : « Quelquefois, nous pourrions avoir à modifier certaines de nos libertés dans le court terme dans le but de prévenir une mauvaise utilisation et un abus par ceux qui sont opposés à nos valeurs fondamentales et qui détruiraient toutes les libertés du monde moderne. »



Samedi 12 Août 2006


VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires