ALTER INFO

Le communiqué commun franco-allemand sur le Liban


Dans la même rubrique:
< >

Le communiqué commun, publié, mardi, par le Président français et la Chancelière allemande, évoque l'intervention étrangère, dans les affaires du Liban. Ils ont accusé la Syrie de soutenir les forces qui déstabilisent le Liban. Le communiqué a considéré le Hezbollah comme une force déstabilisante et les manifestations d'envergure des milliers de Libanais contre le Premier ministre Fouad Siniora, comme étant à l'origine de l'instabilité, au Liban.


irib
Jeudi 7 Décembre 2006

Le communiqué commun franco-allemand sur le Liban


Notons que le Hezbollah figure parmi les partis qui ont appelé les Libanais à manifester contre Siniora. En effet, plusieurs partis de ce pays, compte tenu du changement intervenu dans la composition du cabinet de Siniora et le retrait des ministres chiites, considèrent les activités du gouvernement de Siniora comme contraires à la Constitution libanaise. Cependant, Merkel et Chirac, dans leur communiqué, ont, seulement, montré du doigt le Hezbollah, l'accusant d'être à l'origine de l'instabilité du Liban et d'être sous l'influence de la Syrie. Les analystes politiques estiment que les Occidentaux, conformément à leur vieille tactique, essayent de justifier leurs ingérences dans les affaires libanaises, en prétextant l'ingérence d'éléments étrangers et la nécessité d'y faire face. Les Chefs d'Etat et de gouvernement, français et allemand, ont qualifié la Syrie de menace pour l'indépendance du Liban, sans faire, pour autant, aucune allusion à Israël, dont il est de notoriété publique qu'il menace l'existence même et la sécurité du Liban. En vérité, les Occidentaux, notamment, l'Allemagne et la France, dans leur politique moyen-orientale, sont, uniquement, préoccupés par la sécurité d'Israël. N'oublions pas, entre autres, le Chef de la diplomatie allemande, qui, lors de sa récente visite moyen-orientale, a refusé de se rendre en Syrie, en réaction aux critiques, formulées, par Bachar Al-Assad, à l'encontre d'Israël.

Il est évident que les inquiétudes franco-allemandes ne découlent pas de l'instabilité du Liban, mais de tout changement qui pourrait apparaître, dans la situation actuelle du Moyen-Orient, et qui risquerait de menacer les intérêts du régime occupant Qods. C'est ce qui explique pourquoi les Occidentaux se sont, constamment, efforcés, en ayant recours à la politique de la carotte et du bâton, de faire aligner la Syrie sur leurs politiques. La proposition franco-allemande à la Syrie s'inscrit dans le même cadre. En effet, dans leur communiqué, Merkel et Chirac ont demandé, ouvertement, à Damas de changer ses politiques, s'il souhaitait entretenir des relations normales avec la Communauté internationale, notamment, l'U.E. Autrement dit, ils ont exercé un chantage sur la Syrie, en exigeant des concessions de sa part, si elle souhaitait établir des relations avec les autres pays. En tout état de cause, l'Allemagne et la France s'efforcent de rendre plus active leur diplomatie moyen-orientale, pour faire de l'ombre à l'unilatéralisme américain, dans la région. C'est ce qui explique, en fait, l'intensification des ballets diplomatiques franco-allemands, dans la région.


Jeudi 7 Décembre 2006

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires