ANALYSES

Le cœur de la campagne présidentielle


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:49 Le prix de la rétrogradation

Lundi 17 Octobre 2016 - 11:17 Olivier Roy : « Le djihad et la mort »


L’essayiste André Glucksmann a annoncé son ralliement à la candidature présidentielle de Nicolas Sarkozy. Celui qui débuta sa carrière comme militant maoïste, avant de rejoindre Raymond Aron et de collaborer à Exchange (un pseudopode de la CIA), bascule une nouvelle fois de la gauche vers la droite. Thierry Meyssan réagit à cette volte-face.


par Thierry Meyssan



Thierry Meyssan
Mercredi 7 Février 2007

Le cœur de la campagne présidentielle
En annonçant son ralliement à Nicolas Sarkozy, André Glucksmann a eu le mérite de recentrer le débat électoral sur le cœur de la fonction présidentielle. Dans la Ve République, le président est compétent en matière de politique internationale, de défense, et d’institutions. Sur le reste, il peut influencer son gouvernement lorsque celui-ci lui est favorable ou se morfondre en silence, en période de cohabitation.

M. Glucksmann justifie son choix en dénonçant la Realpolitik qui fait commercer avec les tyrans et en glorifiant le vent révolutionnaire qui apportera la liberté à tous les peuples. Des commentateurs s’étonnent de ce virage à droite au nom de principes de gauche. Il n’y a pourtant là rien de très nouveau, qu’un tardif alignement sur la scène intellectuelle états-unienne. Ceux que l’on nomme aujourd’hui les néo-conservateurs, issus de la revue Commentary, se sont constitués en groupe politique après la chute de Saïgon. Refusant la défaite, ils remirent en cause la Realpolitk d’Henry Kissinger et constituèrent un « parti de la guerre » qui a occupé le pouvoir à Washington de 1975 à aujourd’hui, sans interruption, excepté sous Jimmy Carter. C’est à tort que l’on assimile ce courant à l’administration Bush fils, oubliant que les néo-conservateurs n’ont cessé de faire le va et vient entre l’extrême gauche du Parti démocrate et l’extrême droite du Parti républicain, faisant successivement campagne pour Ford, Dole, Reagan, Bush père, Clinton et Bush fils.

Quel est donc cet idéal de liberté sans frontières que chantent André Glucksmann et ses amis ? Certainement pas celui des Lumières qui, de Pascal Paoli à Toussaint Louverture, de Thomas Paine à Francisco de Miranda a émancipé les hommes. Non, les néoconservateurs états-uniens débutèrent leur carrière dans la mouvance trotskiste de Max Shachtman, tandis que M. Glucksmann se revendiquait du maoïsme. Tous ont conservé ce culte de la violence qui les fait espérer et applaudir chaque bombardement ou presque qui ensanglante la planète depuis trente ans. Leur dogme est connu, c’est un sophisme : démocratiser le monde par la force. Leur liberté, c’est celle qu’ils ont donné aux Irakiens qu’ils ont débarrassés d’un despote pour les plonger dans le chaos.

Oui, la campagne présidentielle est le moment de débattre de notre conception de la liberté, et du monde dont nous rêvons. Faut-il enfoncer les portes ouvertes en rappellant que les premiers combats pour l’émancipation son ceux de l’alimentation, de l’éducation, de la santé et de la paix ? Faut-il expliciter que ces combats se heurtent partout — et jusqu’en Europe — au fantasme de puissance des néoconservateurs et au comportement prédateur des États-Unis ? Autant de réalités qui dépassent le clivage droite/gauche.

Oui, nous devons choisir entre d’une part, nous satisfaire d’un monde unipolaire dans lequel une puissance dominante peut piller les faibles ou d’autre part, construire un monde multipolaire dans lequel la paix est garantie par un équilibre des puissances et le progrès humain par la propagation des idées.

André Glucksmann stigmatise « le fétichisme conservateur [qui] cultive le primat des États ». Il rejette les bases du droit international qu’imaginèrent les Prix Nobel de la Paix français Leon Bourgeois et Aristide Briand : la souveraineté des États au service de celle des peuples. Il préfère le « droit d’ingérence » que les Anglo-Saxons s’arrogèrent pour étendre leur Empire au détriment de celui des Ottomans et que Bernard Kouchner remit à la mode pour servir les mêmes intérêts impériaux, au détriment cette fois de ceux des Soviètiques : la souveraineté des minorités instrumentée par les puissances expansionnistes.

Les États sont des Léviathans toujours prêts à dévorer notre liberté. Mais ce sont aussi les seuls cadres connus dans lesquels la liberté et la démocratie peuvent s’épanouir. C’est pourquoi détruire les États permet de dominer les peuples, tandis qu’émanciper les hommes exige que l’on mettre les États au service des peuples.

Il existe certainement de bonnes raisons de soutenir Nicolas Sarkozy, mais en justifiant son choix avec les arguments des néoconservateurs, André Glucksmann ne s’honore pas.
Thierry Meyssan
Journaliste et écrivain, président du Réseau Voltaire


Mercredi 7 Février 2007


Commentaires

1.Posté par Ed'hainique le 07/02/2007 06:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Est-ce que M Meyssan pourrait nous dire quelles seraient à ses yeux les bonnes raisons de voter, Sarkozy ?
A part une envie de mourir, se livrer pieds et poings liés à la pire des abominations sur cette terre et qui hélas ne date pas d'hier : le sionisme ?
Je soutiens même qu'être antisioniste c'est être philosémite !
1)Parce que le conflit israëlo-palestinien est un conflit intersémitique.
Quand un Israélien tue un Palestinien il tue un sémite, l'inverse est vrai aussi d'ailleurs mais beaucoup plus rare.
2)Etre antisioniste : c'est honorer la mémoire des morts des génocides, du Troisième Reich, mais pas seulement tout autant celui du Rwanda !
Le Nazisme n'étant qu'un des moments de la réalisation de l'idéologie sioniste dans l'histoire : raison matérialiste du Judaïsme
Et peut-être, hélas, pas le pire ! Le pire même s'il n'est pas le plus sûr et souvent le plus certain !
A venir de somptueux retournements de veste : tout l'arsenal de propagande est déjà sur pied comme "Iraël il faudra apprendre à te passer des Etats Unis " on oublie d'ajouter car nous avons fait passé des Etats Unis !

2.Posté par Eva-luna le 12/02/2007 18:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bel article de Meyssan mais comme Ed'hainique je pose laquestion: pourrait-on nous exposer les bonnes raisons de voter pour Sarko?

Pour le reste je suis d'accord aussi avec le post précédent sur le sionisme. L'idéologie la plus basse et la plus cynique dénuée de toute valeur morale. En tant que chrétienne, je suis abasourdie par le soutien à ce monstre qui tue le bien et prône le mal en exploitant le souvenir du mal.

3.Posté par joszik le 07/08/2008 22:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ed'hainique et Eva-luna devrais regarder à deux fois ce qu'ils écrivent avant de s'en prendre à T.M
D'une formule de politesse on en vient à réclamer des explications, faudrait quand même regarder son historique journalistique avant de dire de pareils sottises

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires