Palestine occupée

Le choix réel du 7 juin : réponse d'un libanais chrétien à sa cousine


Dans la même rubrique:
< >


zapatrick@msn.com
Dimanche 7 Juin 2009

Le choix réel du 7 juin : réponse d'un libanais chrétien à sa cousine
Salut Loli,

Premièrement, il y a longtemps que j'ai fait allégeance au Hezbollah et promis à Nasrallah de donner ma vie pour lui et pour le Liban s'il était besoin.

Deuxièmement, aux appréhensions anxieuses et obsessionnelles qui ressortent de l'article que tu m'as envoyé, je répondrai par une explication calme, exacte et bien articulée :
1) Le Hezbollah n'a jamais, AU GRAND JAMAIS, agressé Israël ! De toutes les opérations qu'il a menées, pas une qui n'ait été à caractère défensif et n'ait eu pour fin la libération du territoire national et des soldats en captivité. Al Qaïda, ainsi que Sobhi Toufeyli, ont même reproché, et plus d'une fois, au Hezbollah d'empêcher les groupes palestiniens d'agresser Israël à partir du Liban, et qui peut alléguer contre lui un seul attentat-suicide commis en Israël ?

2) Dans les années qui ont précédé la capture des soldats israéliens en juillet 2006, l'Etat hébreu n'a pas cessé d'organiser des attentats sur le sol libanais contre des cadres du Hezbollah (Ali Saleh, Ghaleb Awali...) dans l'indifférence la plus totale de l'Etat (pourtant sous tutelle syrienne), et de fréquents échanges de tirs avec Israël avaient lieu à la frontière.

3) En 1969, les accords du Caire et leurs clauses secrètes furent ratifiés au Parlement libanais à l'unanimité de ses membres moins un (l'un étant comme tu sais Raymond Eddé qui a fait son choix en connaissance de cause, sans être mieux informé que n'importe lequel de ses collègues), d'où il faut conclure que la décision d'octroyer aux Palestiniens un Etat dans l'Etat est justement imputable à l'Etat libanais.

4) Quoique l'Etat donc fût à l'origine, par son manque de prudence, de courage et d'intégrité, de la présence envahissante des Palestiniens au Liban et de l'invasion sioniste subséquente, jamais il ne fit droit aux demandes légitimes que lui firent les Chiites, à la tête desquels l'Imam Moussa Sadr, de secourir et protéger les populations du Sud principalement exposées à ces deux fléaux.

5) Les Chiites se trouvèrent ainsi dans la nécessité de s'allier aux Palestiniens qui les avaient envahis et faute d'intervention de l'armée libanaise, de prendre eux-mêmes les armes contre les occupants israéliens.

6) Pendant plus de 15 ans que ce soit au Sud ou dans la Bekaa, les Chiites ne purent compter que sur la Résistance et plus particulièrement l'élite de celle-ci qu'était le Hezbollah, non seulement en matière de défense, mais dans toutes leurs nécessités économiques et sociales, car l'Etat les avait tout à fait abandonnés.

7) Un des premiers compagnon d’armes de Béchir Gemayel, Wahib Ayach, au lendemain de sa mort, s'en fut voir son frère Amine, pour lui rappeler le dessein que s'était proposé Béchir, qui supportait de moins en moins les prétentions autoritaires de ses alliés sionistes, de faire alliance avec les Chiites, Amine s'emporta violemment contre lui et après lui avoir répondu, d'un ton hargneux, d'aller en discuter avec Béchir dans sa tombe, il le fit exclure des Karaëbs.

8) En 2005, Rafik Hariri est assassiné ; sur la décision des grandes puissances, les Syriens s'en retournent paisiblement chez eux, sans que la classe politique libanaise, qui n'a jamais cessé de collaborer, se soit donné plus de peine pour cette fin, que de descendre dans la rue pousser des cris d'orfraie.

9) Au lieu de rendre hommage à la Résistance, pour la victoire, la seule en vérité attribuable à des Libanais, qu'elle a remportée sur Israël à force de sacrifices et d'endurance, les collaborateurs repentis se mettent aussitôt à la vilipender en l'accusant d'affaiblir un Etat qui non seulement n'a jamais rien fait pour elle, mais qui de plus n'a jamais rien fait pour lui-même, et qui maintenant que pullulent les cellules d'espions et de terroristes à la solde d'Israël prétend arracher à la Résistance ses deux planches de salut que sont ses armes et son réseau de télécommunications.

10) Que font les Chiites pour protéger leurs instruments de survie, font-ils sécession, non, s'emparent-ils par la force des institutions nationales, comme il leur serait aisé, non, ils s'allient à des Chrétiens pour remporter une majorité de sièges au Parlement (sans en occuper eux-mêmes davantage qu'auparavant) et former dans la suite un gouvernement d'union nationale, prenant ses décisions consensuellement afin de préserver la paix civile (ainsi pas de guerre avec le véto du tiers).

11) Pour la première fois de leur histoire, s'offre aux Chiites l'occasion – légale et pacifique – d'obtenir pour la défense de leurs intérêts vitaux d'infrangibles garanties de l'Etat souverain, grâce à l'appui de leurs frères Maronites qui, sous le règne des Emirs, les avaient chassés du Kesrwan.

12) Que se passerait-il si cette occasion était manquée, la réponse va de soi : Israël se prévaudrait des rebuts que la Résistance et sa base populaire chiite essuieraient, pour légitimer une nouvelle agression contre le Liban, tandis que le Hezbollah n'ayant entre un désarmement fatal à sa survie et une guerre ouverte contre un gouvernement de collaboration, que le choix du pire, devrait pour y échapper entrer en sécession et faire monter le conflit militaire aux extrêmes pour suppléer à l'inutilité de la diplomatie de son pays.

13) Le choix théorique du 7 juin peut être entre d'une part un Etat belliqueux, aliéné, et dédaigneux de l'intérêt national, et de l'autre un Etat paisible, moderne et soucieux du bien-être de ses citoyens, je te concède cette illusion, mais le choix réel, qu'il est impossible de nier sans nier les données pratiques du problème, se fera entre d'une part la division du pays et l'hypothèque de l'Etat, et de l'autre l'unification de la communauté nationale et le redressement vigoureux des institutions.

14) La seule manière vraiment efficace de conjurer le danger d’un conflit, c'est de plaire à Celui qui tient en ses mains le destin des nations et favorise les armées à son bon plaisir, mais encore faut-il pour cela, faire fi de ses préjugés égoïstes et communautaires, cesser de s'encenser soi-même sous prétexte d'exalter l'objet de sa foi, et accomplir ce qui est juste, fondamentalement juste à l'égard de Dieu et des hommes.

15) Est-il juste de promettre au Hezbollah qu'en cédant son armement à l'armée libanaise, laquelle a subi peut-être plus de pertes face au maigre groupuscule du Fatah-al-Islam, qu'il n'en a subi lui-même dans sa guerre de juillet avec Tsahal, l'armée sera en pouvoir de protéger le Liban et les Libanais, et qu'au cas où la naturalisation des Palestiniens serait achetée au Parlement, comme leur installation au Liban l'avait été en 1969, l'armée nationale, qui obéit à l'Etat, sera dans la disposition de lancer des menaces à son encontre, voire de rallumer les hostilités avec l'Etat hébreu pour contrecarrer une assemblée stipendiée et traîtresse ?

16) Est-il juste de faire comme si le camp du 14 Mars avait libéré le Liban, quand il n'a cessé de collaborer avec ses occupants, à commencer par Israël, jusqu'à ce que les Etats occidentaux qui ont toujours fait au Liban la pluie et le beau temps en décident autrement ?

17) Est-il juste de donner à croire que nos ennemis se sont retirés du Liban en 2000 et 2006 pour appliquer benoîtement les résolutions de l'ONU et non pas, ce qu'Israël avoue lui-même, pour arrêter l'hémorragie tragique de leurs rangs et de leur budget militaire, enfoncés jusqu'à l'os par le Hezbollah ?

18) Est-il juste de confier le destin de la plus puissante Résistance qu'il y ait au monde, à la maternelle parlementaire d'Achrafieh, les Tuéni, Gemayel, et autres Pharaon ?

19) Que ferions-nous si nous représentions la communauté chiite dans son ensemble, si nous étions les gardiens de ses intérêts légitimes et vitaux ?

20) Si nous demandons à Dieu de nous bénir, non pas en tant que Païens, mais en tant que Chrétiens, c'est-à-dire non seulement dans nos attentes matérielles, mais par-dessus tout dans nos intérêts spirituels, ne convient-il pas de faire nos choix politiques non seulement à raison des premières mais également des seconds, et n'avons-nous pas en conséquence le devoir impérieux de faire droit à ceux qui ont, par le sang versé, mérité de Dieu et de la Patrie ?

Je t'embrasse très fort. Que Dieu te bénisse !
PK


Dimanche 7 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par moii le 07/06/2009 14:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salam, paix et respect aux hommes de paix et de bonne volonté

2.Posté par opposition le 07/06/2009 17:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

taratatata general !!

3.Posté par Moha le 08/06/2009 12:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il suffit d un souffle de dignité pour que les vrais terroristes du monde et pas seulement de Palestine se dévoilent

4.Posté par Marie Adélaïde.Duglan le 13/06/2009 09:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

.

UNE DEUXIEME GRANDE VICTOIRE POUR LA RESISTANCE PALESTINIENNE !!!

Nous attendons avec impatience les commentaires du LIBAN !

Le Peuple Persan a parlé dès le premier tour !
C'est une très grande victoire contre le sionisme !
Le reste de la Politique Politicienne Persane ne nous concernent pas !
L'ouverture Internationale de l' Iran encore moins !
Que Vive la Perse !

Marie Adélaïde.Duglan
marie.adelaide.duglan@hotmail.fr

.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires