PRESSE ET MEDIAS

Le choc des caricatures


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective



Farid@evhr.net
Lundi 30 Janvier 2006

Du quotidien Algerien "La Tribune"
Le choc des caricatures

Lundi 30 janvier 2006

Par Anis Djaad

Pour une histoire de paillassons à l’effigie d’emblèmes nationaux qu’un opérateur français de téléphonie mobile a eu l’impudence de créer l’année dernière, le tollé a failli tourner à l’incident diplomatique. Les protestations des pays lésés avaient obligé les concepteurs de ce sous-produit, au sens propre du terme, de le retirer définitivement. Plus au nord du Vieux Continent où le froid polaire de cette fin de mois de janvier continue à tuer les «Européens d’en bas», des illuminés de la presse danoise, relayés par leurs pairs norvégiens, ont cru réchauffer les cœurs de leurs lecteurs à coups de crayon provocateurs. Des caricaturistes en manque flagrant d’inspiration, -le temps maussade qu’il fait en Scandinavie peut engendrer de telles faillites intellectuelles mais n’explique pas d’abjectes dérapages-, se sont donnés à cœur joie à dessiner le prophète Mohamed. A s’en moquer comme s’il leur fallait ajouter à tout prix de l’encre aux épaisses thèses sur ce fameux choc des civilisations. L’affaire du cinéaste néerlandais Théo Van Gogh serait-elle reléguée en bas du tableau des provocations bien qu’il y ait eu mort d’homme et cela reste inadmissible à tous points de vue ? Par le nombre de protestations que sont en train de susciter les dessins à caractère vulgaire de ces deux «canards boiteux», cette nouvelle agression couchée sur papier risque de s’imposer longtemps à la tête du classement. L’Organisation de la conférence islamique exige, au nom de 1,3 milliard de musulmans, des excuses du journal danois. De la Mauritanie à l’Iran, en passant par le Koweït, l’Arabie saoudite, la Jordanie, l’heure n’est plus au rappel des ambassadeurs ou la convocation des représentants diplomatiques hôtes. Mais au boycott économique des produits en provenance du Danemark. Au Royaume des wahhabites, les Saoudiens ont lancé une véritable campagne par SMS interposés pour que le mot d’ordre embargo soit imposé sur ces marchandises. Au Koweït, où le Parlement a réussi à imposer le choix de son émir, quelque cinquante sociétés ont décidé d’arrêter l’importation de produits danois. Vu l’attitude de ces pays «modérés», selon les normes occidentales, la République islamique d’Iran échapperait (une fois n’est pas coutume) à l’accusation d’attiser le feu entre monde arabo-islamique et «monde civilisé». Le gouvernement d’Ahmadinejad se verra-t-il coller de suite l’étiquette d’éternel provocateur pour la simple raison qu’il vient d’inviter Tony Blair à assister à un séminaire sur l’Holocauste ? Sur son invitation, Téhéran n’a toutefois pas précisé si ses autorités remettraient en mains propres les documents qui prouveraient que la main de Londres ne serait pas étrangère aux récents attentats d’Ahvaz. C’est certain, la montée de l’Iran au front de la dénonciation des caricatures incriminées ne peut être interprétée comme «manœuvre diplomatique solitaire» qui l’aiderait à sortir la tête du marasme de son nucléaire. La montée au front est collective et ne vise pas uniquement le talent funeste de ces caricaturistes dont le trait satirique dépasse toutes les limites. Parce qu’il s’agit aussi de se plaindre de la position «décevante» de Copenhague qui, selon l’OCI, a échoué à condamner catégoriquement ces dessins publiés en septembre et repris le 10 janvier dernier par le journal norvégien Magazinet. Apostrophé à chacune de ses sorties publiques, le Premier ministre danois, Anders Fogh Rasmussen, se contentera de rappeler «le principe immuable de la liberté d’expression», l’une des bases de la démocratie danoise. En un mot, il ne peut ni ne veut s’ingérer dans les affaires des médias de son pays. En attendant des excuses qui n’arriveront peut-être jamais, le monde islamique devrait s’indigner de ce même principe de «liberté immuable» au nom duquel l’Occident compte démocratiser l’Irak. La démocratie universelle mérite beaucoup mieux que cette série de 12 bassesses caricaturales qui choque au lieu de faire rire.

A. D.



Lundi 30 Janvier 2006

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires