Proche et Moyen-Orient

Le bourreau du Moyen-Orient: Le régime soutenu par les États-Unis en Égypte prononce près de 2500 condamnations à mort


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 18 Octobre 2019 - 00:35 L’invasion turque du Rojava


La dictature égyptienne du général Abdel Fattah al-Sissi, soutenue par les États-Unis, a condamné 2443 personnes à mort depuis son arrivée au pouvoir lors d'un coup d'État sanglant en 2013, selon un rapport publié cette semaine par le groupe britannique Reprieve.


Bill Van Auken
Samedi 1 Juin 2019

Parmi les personnes condamnées à mourir par pendaison, 2008, soit 82 % du total, ont été reconnues coupables d'infractions politiques.

Un index de la peine de mort permettant de suivre l'application de la peine de mort en Égypte et d'identifier les personnes exécutées a été établi jusqu'au 23 septembre 2018, date à laquelle 77 des condamnés à mort dans le couloir de la mort du pays ont été exécutés à la suite d'un procès pénal. Depuis lors, au moins six d'entre eux ont été mis à mort.

Au total, 144 personnes ont été exécutées par le régime égyptien au cours des cinq dernières années. En comparaison, une seule exécution a eu lieu entre la révolution de 2011 qui a renversé la dictature de Hosni Moubarak, soutenue par les États-Unis depuis 30 ans, et le coup d'État du 3 juillet 2013, dirigé par le général Sissi contre le gouvernement élu du président Mohammed Morsi. Au cours de la même période, 152 condamnations à mort ont été recommandées par les tribunaux égyptiens, contre près de 2500 depuis lors.

Dans de nombreux cas, les condamnations à mort ont été prononcées dans le cadre de procès de masse au cours desquels les accusés sont traduits devant des tribunaux militaires expéditifs, où ils se voient refuser tous les droits élémentaires à un procès équitable, notamment le droit de présenter une défense individuelle, le droit d'être représenté par un avocat et le droit de citer ou d'interroger des témoins.

La chaîne de montage du meurtre d'État commence par une arrestation arbitraire suivie d'une période de «disparition forcée» au cours de laquelle les prisonniers sont détenus au secret sans inculpation et soumis à d'horribles tortures jusqu'à la signature d'aveux. Ils sont ensuite amenés dans des cages dans des tribunaux militaires aux côtés de douzaines, voire de centaines d'autres.

En vertu de la «loi sur l'Assemblée» du régime, un nombre illimité d'accusés peuvent être jugés ensemble sur la base de la théorie selon laquelle ils étaient impliqués dans une «entreprise commune» dans la commission alléguée d'un crime par un seul individu. Cela a permis de prononcer la peine de mort pour des milliers de personnes dont le seul crime a été de participer à des manifestations pacifiques contre le régime.

Des enfants ont été soumis à ce même traitement, jugés pour avoir vécu aux côtés d'adultes. Le rapport de Reprieve a constaté qu'au moins 12 des personnes condamnées à la pendaison étaient des enfants au moment de leur arrestation, ont été arrêtées, jugées et condamnées en violation flagrante du droit international. Des milliers de ces enfants ont été arrêtés illégalement depuis le coup d'État de 2013.

Parmi eux, Ahmed Saddouma, qui a été arraché de son lit et enlevé de la maison de sa famille à la périphérie du Caire par la police égyptienne en mars 2015. Il a été détenu au secret pendant 80 jours alors que ses parents le recherchaient désespérément. Pendant ce temps, il a été soumis à des tortures continuelles, sauvagement battu avec des barres de métal et électrocuté sur tout son corps jusqu'à ce qu'il signe de faux aveux.

Ahmed Saddouma, dragged away by police at the age of 17 and sentenced to die
Ahmed Saddouma, dragged away by police at the age of 17 and sentenced to die

«Il s'agit d'un procès politique basé sur des accusations inventées de toutes pièces», a déclaré le père du garçon, Khaled Mostafa Saddouma, à Middle East Eye. «J'ai vu des marques de torture sur son corps, ce qui, a-t-il dit, s'est passé pendant les interrogatoires.»

Bien que le crime qu'il a avoué, la tentative d'assassinat d'un juge, ait eu lieu trois semaines après sa saisie par la police, il a été reconnu coupable et condamné à mort lors d'un procès collectif de 30 personnes. Il semble que son seul «crime» ait été de participer à une manifestation avec d'autres membres d'un groupe de partisans de football appelés les Ultras.

Également condamné à mort pour un crime qu'il aurait commis à l'âge de 17 ans et alors qu'il était lycéen, Karim Hemeida Youssef, dont la sentence du 22 juin n'était pas incluse dans les données compilées par Reprieve.

Arrêté en janvier 2016, il a également fait l'objet d'une «disparition forcée» de 42 jours au cours de laquelle il a été torturé pour avouer avoir participé à l'attaque d'un hôtel au Caire.
«Quand il a nié les accusations, un agent de sécurité l'a électrocuté à plusieurs reprises sur tout le corps jusqu'à ce qu'il soit forcé d'avouer», a déclaré son père à Middle East Eye.

Au moins 32 femmes ont également été condamnées à mort sous le règne de Sissi, selon Reprieve.
Les conditions épouvantables dans les prisons égyptiennes font plus de victimes que le nœud coulant du bourreau. Depuis l'arrivée au pouvoir de Sissi, au moins 60.000 personnes ont été emprisonnées pour des motifs politiques, emprisonnées dans des conditions infernales de surpopulation, de manque d'hygiène et de refus de soins médicaux.

Defendants in mass trial
Defendants in mass trial

Selon l'Organisation arabe des droits de l'homme, basée à Londres, près de 800 détenus sont morts dans les prisons égyptiennes depuis le coup d'État de 2013, la plupart à la suite de négligence médicale.

«Les prisons égyptiennes se sont transformées en lieux d'exécution, tuant les détenus en leur refusant le droit aux soins médicaux dont ils ont besoin et en créant un environnement propice à la propagation des maladies et des épidémies à l'intérieur des centres de détention en raison du manque d'hygiène, de la pollution et du surpeuplement», a déclaré le groupe.

Il a indiqué qu'il y avait eu jusqu'à présent 20 morts de ce type en 2019, dont 15 détenus accusés en raison de leur opposition politique au régime.

Les forces de sécurité égyptiennes, quant à elles, mènent une répression violente contre la population civile dans le nord de la péninsule du Sinaï, qui constitue des crimes de guerre, selon un rapport publié mardi par Human Rights Watch (HRW).

Le rapport de 134 pages documente les arrestations arbitraires, les disparitions forcées, la torture, les exécutions extrajudiciaires et les expulsions de masse, ainsi que les attaques aériennes et terrestres contre les populations civiles.

Le rapport indique que des enfants d'à peine 12 ans ont été arrêtés lors de rafles de masse dans la région et détenus dans des prisons secrètes.

La région fait l'objet d'un traité de démilitarisation entre l'Égypte et Israël, mais le gouvernement israélien n'a pas seulement autorisé un déploiement militaire égyptien massif, apparemment dans le cadre d'une campagne visant à éradiquer le groupe État islamique (EI), mais il a lui-même participé à des frappes aériennes dans la région.

Le rapport de HRW a demandé au gouvernement américain de «cesser toute assistance militaire et de sécurité à l'Égypte», tout en indiquant que le soutien de Washington au régime l'impliquait dans des crimes de guerre.

Washington est le premier bailleur de fonds de la dictature tachée de sang au Caire, le Congrès américain ayant approuvé la demande d'aide au régime Sissi de 3 milliards de dollars de l'administration Trump, et 1,4 milliard de dollars supplémentaires sont en préparation pour 2020.

Cette aide a servi à l'achat d'avions de chasse F-16, de chars de combat M1A1 Abrams, d'hélicoptères d'attaque Apache et de Humvees, qui ont tous été lâchés sur la population de la péninsule du Sinaï. Ce financement comprend également des armes à sous-munitions, interdites par la plupart des pays en raison de leurs effets mortels sur les populations civiles et, en particulier, sur les enfants.

The US military’s aid to Egypt’s armed forces have implicated it in war crimes
The US military’s aid to Egypt’s armed forces have implicated it in war crimes

Le Commandement central américain a également repris l'opération «Bright Star», un exercice militaire majeur lancé sous la dictature de Moubarak, qui se concentre sur la formation des forces égyptiennes à la «guerre irrégulière».

Le département d'État américain a rejeté le rapport de HRW, affirmant que l'aide militaire américaine avait «depuis longtemps joué un rôle central dans le développement économique et militaire de l'Égypte, et dans le renforcement de la stabilité régionale». Il a ajouté que l'assistance visait à «contrecarrer les activités dangereuses du régime iranien» dans la région.

De même, un porte-parole du Pentagone a insisté sur le fait que «les relations stratégiques entre les armées des États-Unis et d’Égypte restent inchangées».

Le président américain Donald Trump, qui a félicité le général Sissi lors de sa visite à la Maison-Blanche le mois dernier pour son «travail fantastique dans une situation très difficile», a depuis annoncé qu'il qualifierait officiellement les Frères musulmans, qui ont soutenu le président égyptien renversé Mohammed Morsi, d’«organisation terroriste».

Cette classification d'une organisation que Washington a utilisée pendant une longue période au Moyen-Orient pour contrer l'influence des forces politiques socialistes et nationalistes de gauche a pour seul but de légitimer le massacre perpétré par le régime égyptien.

Washington soutient Sissi précisément en raison de son rôle dans la répression impitoyable du mouvement révolutionnaire des travailleurs et des jeunes qui a renversé Moubarak en 2011 et qui a menacé de s'étendre à toute la région, sapant ainsi les intérêts stratégiques de l'impérialisme américain.

La répression d'État policier entreprise par le régime du Caire avec l'appui de Washington ne fait que retarder un règlement de comptes révolutionnaire par la classe ouvrière égyptienne. Dans des conditions où 40 pour cent de la population subsiste avec moins de 2 dollars par jour, alors que l'inflation et l'élimination des subventions pour répondre aux exigences du FMI réduisent le niveau de vie des masses ouvrières, une nouvelle vague de luttes de classes est inévitable.

Les travailleurs qui se sont soulevés dans les villes d'usines textiles du delta du Nil, dans les ports égyptiens et au Caire même pour renverser Moubarak, seront de nouveau poussés sur la voie de la lutte. Les leçons de la trahison de la révolution égyptienne de 2011 doivent être assimilées et une nouvelle direction révolutionnaire doit être construite dans la classe ouvrière en tant que section du Comité international de la Quatrième Internationale.


(Article paru en anglais le 30 mai 2019)


Vendredi 31 Mai 2019


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires