Opinion

Le XXIe siècle sera celui de l'espace et du trafic d'êtres humains


Dans la même rubrique:
< >


Les revenus provenant de l'utilisation commerciale et pacifique de l'espace pour l'économie mondiale atteignent au total 30 à 40 milliards de dollars par an tandis que ceux issus du trafic d'êtres humains atteignent les 32 milliards. Ces données, et de nombreuses autres, ont été rendues publiques à Vienne, au cours de la Conférence mondiale sur la traite des êtres humains qui s'est tenue du 27 au 29 novembre sous l'égide de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime. Son objectif était de sensibiliser l'opinion publique mondiale à l'ampleur du problème et d'attirer l'attention de tous les pays du monde.


Andreï Baïkov
Mercredi 5 Décembre 2007

Le XXIe siècle sera celui de l'espace et du trafic d'êtres humains
Par Andreï Baïkov, pour RIA Novosti

En effet, une approche globale du règlement de ce problème est nécessaire. Selon le rapport récemment publié par l'Office "Traite des personnes : tendances mondiales", 127 pays à travers toutes les régions du monde sont à l'origine du travail des esclaves pratiqué dans 137 Etats. Parmi les pays d'origine de la traite des êtres humains, le document mentionne la Thaïlande, la Chine, le Nigeria, l'Albanie, la Bulgarie et certains pays de l'espace postsoviétique: la Biélorussie, la Moldavie et l'Ukraine. Parmi les leaders de l'exploitation figurent la Thaïlande, le Japon, Israël, la Belgique, les Pays-Bas, l'Allemagne, l'Italie, la Turquie et les Etats-Unis. Evidemment, la traite des êtres humains est l'une des dimensions substantielles du fossé qui ne cesse de se creuser entre le "Nord riche" et le "Sud pauvre".

La mondialisation économique, l'extension du régime de l'Organisation mondiale du commerce (d'après les données de la Chambre de commerce et d'industrie de Russie, plus de 92% du déplacement des marchandises et des services sont régis par les dispositions de l'OMC), l'accélération de la croissance économique des pays postsocialistes et des puissances exportatrices d'Asie ne sont pas les seules raisons de l'essor du commerce mondial qui a dépassé le cap des 6.000 milliards de dollars, dont au moins 10% sont assurés par le crime transnational. Il s'agit du trafic de drogue, d'armes et d'êtres humains.

Les revenus de ce dernier crime augmentent de façon vertigineuse. Selon certains experts, le trafic d'êtres humains à notre époque a dépassé de par son ampleur la traite des esclaves des 16 à 18 siècles. Cette conclusion se fonde sur le nombre de personnes qui font l'objet de la traite des esclaves, soit 2,5 millions de personnes par an selon les estimations les plus approximatives, voire minimisées pour de nombreux experts. D'après les données de l'Organisation internationale du travail (OIT), environ 13 millions de personnes sont entraînées dans le travail forcé et selon les estimations des organisations non gouvernementales américaines, environ 27 millions en 2006. Qui plus est, près de 80% des victimes de la traite des êtres humains sont entraînées dans la prostitution. Les sommes qui circulent dans cette sphère sont ahurissantes: environ 32 milliards de dollars, dont seulement 10 milliards concernent la "marchandise" elle-même, alors que 22 milliards constituent le coût des services et des produits obtenus grâce au travail des esclaves.

De l'avis des participants à la conférence, la lutte contre le trafic d'êtres humains doit cumuler des mesures internationales et nationales. Au niveau global, le Protocole de l'ONU sur la lutte contre la traite des êtres humains entré en vigueur en décembre 2003 peut devenir un instrument efficace de lutte. Il a déjà été signé et ratifié par 110 Etats. Cependant, comme le constatent les experts de l'ONU, rien n'a été fait au niveau national pour que les dispositions du protocole soient intégrées à la législation intérieure.

Cependant, un maximum d'efforts doivent être déployés au niveau des Etats. La nécessité d'améliorer la qualité du contrôle des cas de travail forcé est à l'ordre du jour. Même dans les pays développés, les résultats sont, pour l'instant, peu rassurants. Ainsi, en 2004 en Allemagne, des actions en justice n'ont été engagées que dans 972 des 20.000 cas supposés de travail forcé.

En Russie, le contrôle est pire encore. Ce problème n'est même pas examiné sérieusement. Pour le moment, le contrôle de la migration illégale y est considéré comme un problème plus sérieux. Tant que le contrôle de la migration illégale reste mal organisé, il est prématuré de parler de mesures efficaces destinées à mettre en évidence des cas de traite des êtres humains, car elles sont bien plus compliquées du point de vue technique. Heureusement, la Russie ne figure pas, pour l'instant, sur la liste de l'ONU des pays qui se distinguent dans ce domaine.

Andreï Baïkov est chercheur au Centre d'études postsoviétiques du MGUIMO (Institut des relations internationales de Moscou).

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.


Mercredi 5 Décembre 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires