Géopolitique et stratégie

Le Vietnam en équilibre: intérêts triangulaires



Thomas Jadot
Jeudi 19 Mars 2015

Le Vietnam en équilibre: intérêts triangulaires
Les Etats-Unis ont dû faire face à une sévère réprimande du Vietnam, après leur récente demande auprès de Hanoï, de couper tous liens militaires avec Moscou.

Le Général Vincent Brooks, le commandant de l'armée américaine dans le Pacifique, a exigé la semaine dernière, que le Vietnam arrête de permettre à la Russie d'utiliser son territoire pour effectuer le ravitaillement en vol des avions au-dessus du Pacifique. Ces avions, déclare Brooks, aident présumément à ravitailler les bombardiers stratégiques qui ont régulièrement survolé le Pacifique, dans les eaux internationales*. Le Vietnam a réagi en critiquant sévèrement les Etats-Unis, les accusant de s'ingérer dans ses affaires internes, en ajoutant que la Russie est un partenaire stratégique et qu'il n'est pas question de mettre fin à la coopération dans le domaine militaire.

L'ensemble de cet épisode a provoqué chez certains des froncements des sourcils, notamment et en premier lieu chez ceux, qui n'étaient pas au courant que la Russie et le Vietnam étaient actuellement en train de profiter de telle manière de ces relations étroites, mais aussi auprès des autres, qui s'interrogent sur ce qui intéresse les étasuniens au Vietnam dans le 21e siècle**. Tout cela attire l'attention sur une question plus large à propos de ce qu'on peut décrire comme le triangle des intérêts que le Vietnam cherche à équilibrer, entre les Etats-Unis, la Russie et la Chine. Comme les actions de son gouvernement semblent l'indiquer, le plus important est de garder son indépendance en politique étrangère face à la Chine, et c'est à l'aide de ses relations avec Washington et Moscou, que le Vietnam compte pour y parvenir.
Russian bomber planes refueling
avions de combat russes en plein ravitaillement


L'angle étasunien

Les USA sont intéressés par le Vietnam comme point d'ancrage pour leur pivot vers l'Asie, et ils aimeraient un jour officiellement pouvoir retourner à la base naval de Cam Ranh Bay (héritage français datant de l'Indochine). Des navires étasuniens ont déjà escale dans les ports du Vietnam dans le passé, notamment pour des réparations et des visites amicales, et le Président Bush a même visité le pays en 2006, afin de symboliser un rajeunissement des liens, depuis la Guerre du Vietnam. En montrant dans quelle mesure les relations ont progressé, les Etats-Unis ont battu l'UE l'an dernier pour devenir le plus grand marché d'exportation du Viet-Nam, et il vise à attirer de cette manière le Vietnam dans la TPP (Trans-Pacific Partnership), qu'ils veulent développer dans la région. Le vecteur économique est précisément ce que Washington cherche à renforcer afin de promouvoir ses liens avec Hanoi, et ainsi se présenter comme plus qu'un simple patron anti-chinois.

Essayant d'amener cette relation encore plus en avant, les Etats-Unis ont assoupli les restrictions sur l'export d'armements vers le pays en octobre, afin de vendre de l'armement naval, et ils envisagent de doter le Vietnam de six bateaux de patrouille, plus tard cette année. Ce développement montre de quelle façon les Etats-Unis offrent un fort soutien à Hanoi, comme dans son litige avec Pékin à propos d'une île. Grâce à l'intensification de son partenariat avec les Etats-Unis, le Vietnam peut travailler à attirer de plus en plus les Indiens, les Japonais, et peut-être même les Australiens, en qualité d'alliés militaires de la marine marchande, afin d'aider à renforcer sa marine militaire contre la Chine. Cependant, malgré l'importance des USA dans la stratégie anti-chinoise du Vietnam, c'est plus Washington qui a besoin de Hanoi que l'inverse. C'est ce qu'a publiquement manifesté, il y a peu le Vietnam, en refusant de plier sous la pression Américaine, la semaine dernière. 
IL 78 tanker aircraft, right, and Tu-160 'White Swan' supersonic heavy strategic bomber
Ravitaillement d'avions bombardiers nucléaires supersoniques russes, Tupolev 160, par un Ilouchine 78 tanker


De robustes relations avec la Russie

Les liens avec Moscou ont résisté à l'épreuve du temps, remontant à la Guerre du Vietnam, pour se développer dans un spectre coopératif très large. La coopération militaro-technique est le point de convergence des deux pays dans leurs relations, et la Russie est le premier fournisseur d'armes au Vietnam. C'est actuellement évident avec la fourniture d'une flotte de sous-marins avancés, la classe Kilo, qui conduira le Vietnam vers une hausse fulgurante de ses capacités navales, ainsi que de nouvelles frégates et des navires de guerre. Outre l'aspect naval, il a été rapporté la vente au Vietnam d'une douzaine de chasseurs Sukhoi, en 2013.

Diversifiant leurs relations, le Vietnam et la Russie - en qualité de chef de l'Union Eurasienne - ont signé un accord de libre-échange en décembre 2014, qui devrait entrer en vigueur plus tard cette année. En plus de cela, la Russie a promis d'aider à construire la centrale nucléaire de Ninh Thuan 1, qui sera la première des installations nucléaires dans le pays à fournir de l'énergie. Cela montre que la Russie est en mesure d'être plus qu'un simple fournisseur d'armes au Vietnam, et qu'elle peut offrir au pays des avantages qu'il ne peut pas recevoir d'ailleurs. Compte tenu de leurs solides relations, il est évident, pourquoi le Vietnam a refusé d'écouter les Etats-Unis dans leur ordre de mettre fin à la coopération avec la Russie.

Complications chinoises

Le Vietnam a toujours eu des relations compliquées avec la Chine, surtout en raison du fait que les deux voisins ont interagi l'une avec l'autre, pendant des millénaires, et ont connu de longues périodes de rivalité et de mécontentement. Dans l'histoire moderne, le Vietnam et la Chine ont atteint une impasse dans leur brève guerre de 1979, des observateurs ont décrit cela comme "la perte d'un parent chinois". Les deux pays ont des revendications concurrentes sur les îles Spratley et la chaine d'îlots des Paracel, et le mouvement d'une plate-forme pétrolière chinoise dans les seconds, l'été dernier, a provoqué de violentes manifestations anti-chinoises au Vietnam.

Malgré ce drame, la Chine reste pour le Vietnam le partenaire commercial le plus important, et l'occasion est certainement là pour Beijing, pouvoir intégrer le pays dans son projet de Zone de Libre-échange de l'Asie-Pacifique (la réponse chinoise au TPP étasunien), si Hanoï en décide ainsi. De toute façon, le Vietnam doit jauger délicatement ses actions vis-à-vis de la Chine, afin d'éviter de provoquer un incident et de risquer un véritable conflit, qui dans tous les cas, ne ferait qu'avancer les intérêts des Etats-Unis, profitant de ce dernier pour mettre en place une politique de confinement contre la Chine. Si ces deux frères ennemis  (que ce soit sur terre ou en mer) passent à l'acte, les USA se feraient un malin plaisir d'exploiter une telle situation, de se précipiter avec ses unités militaires dans la région pour un séjour de longue durée, permettant ainsi  par un jeu de miroir, de réaliser la même chose qu'en Europe Orientale, à la suite de la crise ukrainienne qu'ils ont eux-mêmes aider à fabriquer.




*Commentaire : Je me permets de rappeler que RIEN, ni PERSONNE n'interdit le survol d'un avion dans les zones internationales, il en va de même pour les bateaux dans les eaux internationales. Disposant également d'avions de ce genre, les USA procèdent de la même manière afin d'entrainer leurs équipages, la seule manière de maintenir cette capacité de dissuasion étant la formation de nouvelles revues et le maintien des équipages déjà formés. Les USA comme la Russie ou tout autre puissance, a donc le droit à effectuer ce genre de vol d'entrainement.
** Rappel : le Vietnam c'est à peu près la taille de l'Allemagne, mais avec 2500 kilomètres de façades côtières, avantageux pour qui veut contrôler la Mer de Chine, que la Chine voit comme son lac intérieur, tout comme les USA voient le Pacifique comme leur lac également

traduit et publié par TJ, le 18 mars 2015, cet article peut être reproduit à condition d'en donner l'URL

http://vodkaetpelmini.blogspot.de/2015/03/le-vietnam-est-en-equilibre-dans-son.html
Article source : http://sputniknews.com/columnists/20150317/1019630668.html#ixzz3Ujop20Dc


Jeudi 19 Mars 2015


Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale


Publicité

Brèves



Commentaires