RELIGIONS ET CROYANCES

Le Vatican critique les sionistes chrétiens


Dans la même rubrique:
< >

L’envoyé du Vatican en Terre sainte et les archevêques de trois autres églises ont lancé une attaque conjointe (suffisamment rare pour devoir être signalée) contre le mouvement sioniste chrétien, en l’accusant notamment de « promouvoir l’exclusivisme raciste et la guerre perpétuelle. »


Matthew Tostevin
Mercredi 13 Septembre 2006

Le Vatican critique les sionistes chrétiens
Matthew Tostevin

Traduit par Marcel Charbonnier et révisé par Fausto Giudice

Les sionistes chrétiens représentent une part croissante du lobby pro-israélien USA, le principal allié de l’Etat juif. Ils sont persuadés que le retour [sic] des juifs en Terre sainte et la création de l’État d’Israël seraient des preuves des promesses faites par Dieu aux patriarches de la Bible.

Les Églises du Moyen-Orient apparaissent souvent comme plutôt proches des Palestiniens, dont la minorité chrétienne constitue une part substantielle de leur clergé dans cette région du monde.

La « Déclaration de Jérusalem sur le sionisme chrétien » a été signée par le patriarche latin catholique Michel Sabbah (un Palestinien) et par des évêques des Eglises épiscopalienne, luthérienne évangélique et syrienne orthodoxe de Jérusalem.

La plupart des sionistes chrétiens sont des protestants évangéliques, et cette déclaration est le signe d’une conflictualité croissante entre ces obédiences opposées.

« L’agenda sioniste chrétien campe une vision du monde dans laquelle l’Évangile est identifié à l’idéologie impériale, au colonialisme et au militarisme », affirme la déclaration, qui accuse les sionistes chrétiens de porter atteinte aux fragiles espoirs de paix au Moyen-Orient.

« Nous rejetons les enseignements du sionisme chrétien, qui facilitent et soutiennent cette politique, en mettant en avant l’exclusivisme racial et la guerre perpétuelle », ajoute cette déclaration.

Les trois principales organisations sionistes chrétiennes de Jérusalem ont répliqué, dans un communiqué, qu’elles étaient inquiètes du « ton alarmiste » de la déclaration, qu’elles ont jugé très éloignée de la « Vérité ».

Les sionistes chrétiens insistent sur les racines juives du christianisme. Certains parmi eux soutiennent le mouvement de colonisation de la Cisjordanie, berceau de la civilisation juive [resic], que les Palestiniens revendiquent pour y établir une partie de leur État indépendant.

Icône des Saints Epiphanios, évêque palestinien de Chypre au IVème siècle, auteur du Panarion ou Réfutation de toutes les hérésies et Germanos, patriarche de Constantinople au VIIIème siècle
Icône des Saints Epiphanios, évêque palestinien de Chypre au IVème siècle, auteur du Panarion ou Réfutation de toutes les hérésies et Germanos, patriarche de Constantinople au VIIIème siècle

Alarmisme


« Nous prions pour la paix. Mais nous notons, à notre grand regret, que le gouvernement palestinien actuel est entièrement voué à la destruction d’Israël », ont déclaré les sionistes chrétiens dans leur communiqué, faisant allusion au Hamas, une formation islamiste actuellement au gouvernement.

La perspective de pourparlers de paix, au Moyen-Orient, n’a jamais été aussi improbable que depuis la victoire du Hamas aux élections législatives du mois de janvier de cette année. Cette formation est [en effet] formellement vouée à la destruction d’Israël.

« Le problème, dans cette région du monde, n’est pas aussi simple que la Déclaration de Jérusalem veut bien le suggérer », poursuit le communiqué des sionistes chrétiens.

Certains sionistes chrétiens sont persuadés que le retour [sic série bis] des juifs en Terre sainte entraînera la fin du monde et la seconde levée de Jésus Christ. Certains pensent aussi que les juifs eux-mêmes devront soit se convertir au christianisme, soit crever.

Les organisations sionistes chrétiennes de Jérusalem ont indiqué n’avoir aucune « aspiration à l’Armageddon », et ne pas fonder leur position théologique sur une « prophétie de fin des temps. » Elles ont appelé au dialogue avec les religieux [signataires de la Déclaration de Jérusalem], en passant outre cette déclaration qui les condamne.

Le sionisme chrétien est particulièrement puissant aux USA, où le soutien à Israël, dans ses conflits [permanents, NDT] (avec les Palestiniens, ou lors de sa dernière guerre, contre les guérilleros du Hezbollah, au Liban) est bien plus appuyé qu’en Europe ou dans les autres parties du monde [« non civilisé », ndt].

James Rudin, premier conseiller en matières de relations inter-religieuses auprès du Comité juif américain [AJC – American Jewish Committee] sis à New York, a déclaré qu’il y a « des millions et des millions de chrétiens américains » qui soutiennent Israël, mais qui ne se considèrent pas eux-mêmes comme sionistes. [Des milliers de chrétiens américains, dénommés Jourdain, faisant du sionisme sans s’en rendre compte, en quelque sorte… NDT].

Il a ajouté que [ces « chrétiens »] représentent un noyau de soutien à Israël beaucoup plus important encore que celui des personnes fondant sur la Bible leur soutien à Israël. [Eh bien, tant mieux : Israël risque d’en avoir bien besoin !… NDT]




The Washington Post, 31 août 2006


Traduit de l'anglais par Marcel Charbonnier et révisé par Fausto Giudice, membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft : elle est libre de reproduction, à condition d'en respecter l'intégrité et d'en mentionner sources et auteurs.

Photo de titre : entrée de la Basilique de la Nativité, Bethléhem, Palestine

http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=1108&lg=fr http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=1108&lg=fr



Mercredi 13 Septembre 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires