PRESSE ET MEDIAS

Le Spiegel défend la guerre en Afghanistan


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective



Alex Lantier
Vendredi 30 Juillet 2010

Le Spiegel défend la guerre en Afghanistan
En 1857, après la première guerre anglo-afghane, Friedrich Engels écrivait : « La position géographique de l’Afghanistan et le caractère particulier de son peuple confèrent au pays une importance politique qu’il ne faut pas sous-estimer dans les affaires de l’Asie centrale. »
De nos jours, l’occupation sanglante et impopulaire de l’OTAN en Afghanistan soulève partout dans le monde des questions d’une importance cruciale. Qu’est-ce que cette guerre apparemment interminable qui est devenue depuis peu la plus longue de l’histoire américaine? Pourquoi se poursuit-elle au mépris de l’opinion publique aussi bien en Afghanistan que dans les pays, théoriquement démocratiques, de l’OTAN ?
Le magazine allemand Der Spiegel a publié dernièrement un article de l’écrivain Dirk Kurbjuweit abordant ces questions, sous le titre « L’Afghanistan et l’Occident : les difficiles relations entre la démocratie et la guerre. » Il note que les deux tiers de la population allemande sont opposés à la guerre, plus particulièrement encore depuis le massacre de Kunduz au cours duquel le colonel allemand Georg Klein avait ordonné un bombardement aérien qui avait tué 142 Afghans.
Les conclusions profondément réactionnaires que tire l’article sont partagées par toutes les classes dirigeantes d'Europe qui participent à l’occupation de l'Afghanistan par l'OTAN.
En essence, c’est un manifeste de guerre mêlé à un genre de chauvinisme fataliste. Dépouillé de ses ambiguïtés cyniques, l’argument du Spiegel est que la guerre en Afghanistan est essentielle aux intérêts capitalistes allemands et qu’elle doit se poursuivre en violation de la volonté populaire. Le principal obstacle auquel une telle politique est confrontée – l’opposition populaire à la guerre émanant de l'expérience du nazisme et de la deuxième Guerre mondiale – doit être surmonté. Selon les termes du Spiegel, un tel sentiment a été « dépassé par la réalité. »
Conscient du fait que son point de vue est hautement impopulaire, le Spiegel commence en faisant valoir différentes fausses excuses pour la guerre en Afghanistan. Il décrit la guerre comme étant « parfaitement justifiée, du moins au début. » Il écrit, « Les raisons économiques n’ont joué aucun rôle à l’époque. L’enjeu de la guerre n’était pas les vastes réserves de lithium dont disposerait le pays. Au lieu de cela, c’était une guerre contre le terrorisme. »
Le Spiegel colporte de façon caractéristique de vieux mensonges auxquels il ne croit plus lui-même.
En fait, il dit plus bas dans l'article que les affirmations selon lesquelles l’occupation de l’Afghanistan fait partie d’une « guerre contre le terrorisme » ont « commencé à s’effriter. » Il remarque que « Personne ne sait si Oussama ben Laden peut encore être arrêté. » Et il écrit que même si c’était le cas et si l’Afghanistan était vidé de ses partisans, « L’Islam belliqueux est suffisamment mobile pour créer des bases ailleurs, dans des endroits tels le Pakistan et le Yemen. »
Cela signifie que l’occupation de l’Afghanistan n’a rien fait pour protéger le monde d’Al Quaïda. Et si c’est le cas, pourquoi alors colporter des affirmations selon lesquelles l’invasion avait fait partie d’une « guerre contre le terrorisme » ?
Le Spiegel mentionne le lithium pour présenter un faux argument – personne n’affirme que l’enjeu de la guerre en Afghanistan concernait seulement cet élément chimique. Le Spiegel évoque le lithium pour insinuer que « des raisons économiques » et la poursuite de l’avantage stratégique en Asie n’auraient joué aucun rôle dans la guerre.
C’est tout simplement absurde: la richesse minérale de l’Afghanistan, sa capacité à accueillir des oléoducs et des gazoducs tout comme sa situation stratégique pour y installer des bases militaires étaient parfaitement connus aux Etats-Unis au moment où ceux-ci l’ont envahi.
Le Spiegel n’explique même pas pourquoi il mentionne le lithium, un élément largement utilisé dans les batteries d’ordinateurs portables et autre matériel électronique. Par contre, le lithium avait dernièrement été cité dans un article du New York Times qui avait révélé que l’armée américaine allait mettre aux enchères des richesses minérales afghanes d’une valeur d’un billion de dollars en vue de sélectionner des firmes minières. Les Etats-Unis affirment vouloir empêcher que ces ressources ne tombent entre les mains de firmes chinoises, l’un des principaux fabricants de produits électroniques.
Le Spiegel tente ensuite de lancer un appel humanitaire pour la guerre: l’occupation de l’OTAN étant la seule voie pour que les travailleurs afghans se rendent à leur travail en toute sécurité et les filles afghanes à leurs écoles. En parlant de la zone occupée par les Allemands en Afghanistan, il écrit : « A Kunduz, à Mazar-i-Sharif et ailleurs les gens peuvent vivre une vie normale sans violence. Les gens vont à leur travail et les filles peuvent fréquenter des écoles. Les informations sur des soldats tués dissimulent le fait que cette vie ordinaire existe. Cette vie normale est, elle aussi, un succès de la Bundeswehr [l’armée allemande] »
C’est là une tentative de fabriquer un mensonge plus à même de manipuler les émotions. A Kunduz, les gens ne mènent pas « une vie normale sans violence. » Après tout, comme le reconnaît le Spiegel juste quelques paragraphes plus haut, le bombardement aérien du colonel Klein avait tué 142 habitants de cette même région.
L’affirmation que l’OTAN se bat pour l’éducation des filles est contredite par n’importe quel rappel sérieux du bilan de l’OTAN en Afghanistan – son soutien des moudjahedines traditionalistes antisoviétiques durant les années 1980, des Taliban lorsque ceux-ci opéraient avec le soutien des Etats-Unis et du Pakistan durant les années 1990 et, de nos jours, de divers seigneurs de guerre dans l’Afghanistan occupé.
Le Spiegel passe ensuite aux sacrifices qu’il souhaite que la population allemande fasse pour cette guerre. Les Allemands doivent s’habituer à mourir pour leur pays, affirme-t-il en écrivant : « La mort d’une personne jeune est toujours une catastrophe. La question est de savoir si l’Allemagne peut attendre que certains de ses citoyens soient confrontés à une telle catastrophe. La réponse est oui. »
Le Spiegel estime que les 43 soldats allemands tués jusque-là sont un faible tribut en sang versé pour le genre de politique que Berlin doit pratiquer : « C’est un nombre terriblement élevé mais aussi un nombre étonnamment bas. Quelle nation a jamais été mêlée à une guerre pendant huit ans sans avoir eu à pleurer la mort de milliers ou de centaines de milliers de victimes ? Il paraît toujours cynique de traiter les morts comme des statistiques, et pourtant on peut honnêtement dire que cette guerre n’a pas provoqué un bilan terriblement élevé de pertes humaines. »
L’article pose le problème suivant: si l’Etat s’engage dans des massacres à grande échelle, le sentiment populaire anti-guerre risque de rendre impossible le développement d’un soutien majoritaire pour la politique de l’Etat. Le Spiegel écrit que « la majorité des Allemands ne se passionnent toujours pas pour la démocratie et pour la nation. » Mais une telle passion « est nécessaire pour rendre la mort quelque peu supportable. Et lorsqu’une jeune personne meurt, et spécialement dans ce cas, nous avons besoin d’un objectif plus élevé pour nous réconforter. »
Le Spiegel en conclut que « le pacifisme a trahi la démocratie. »
Cette formule remarquable exige une explication. Jusque-là, jamais un régime démocratique n’a été renversé par un coup mené par des pacifistes et réprimant une exigence populaire pour la guerre. La formule affirme plutôt qu’étant donné l'opposition de la population à la guerre que l’Etat est résolu à mener, la prétention de maintenir le pouvoir démocratique est de plus en plus difficile.
Le Spiegel n'écrit pas en toutes lettres la conclusion inéluctable de ses arguments – à savoir que si la population a « trahi » l’Etat en s’opposant à sa guerre, au diable la démocratie !
Le magazine avance plusieurs arguments appuyant cette position. D’abord, il met en avant l’affirmation stupide que la démocratie signifie le fonctionnement de l’appareil d’Etat ignorant l’opinion populaire.
Il écrit: « La guerre en Afghanistan manque soi-disant de légitimité parce que les deux tiers des citoyens allemands y sont opposés. Mais c’est là la plus grande erreur de ce débat. L’Allemagne a une démocratie représentative dans laquelle les politiciens se présentent à des élections tous les quatre ans. Durant ce temps, toutefois ils peuvent agir librement dans le cadre de la constitution et des lois de l’Allemagne. »
Une telle formule témoigne de l’absence de conscience démocratique des organes influents de la presse allemande et européenne. Cette opinion transforme les élections en une sorte de loi de pleins pouvoirs – une formalité juridique qui, une fois remplie, donne à l’Etat le droit de faire comme bon lui semble.
Il est bien connu que les partis gouvernementaux traditionnels en Allemagne, le parti conservateur au pouvoir, l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et les anciens partenaires de la coalition – le Parti social-démocrate allemand (SPD) et les Verts (qui avaient commencé à faire participer l’Allemagne à la guerre lorsque le chancelier Gerhard Schröder était au pouvoir en 2001) – soutiennent la guerre malgré l’opposition de la population. En l’absence d’un parti de masse de la classe ouvrière, la classe dirigeante « a carte blanche » pour imposer sa politique belliqueuse impopulaire, avec ou sans élections.
L’argument du Spiegel selon lequel l’opinion publique allemande doit apprendre à revoir son attitude à l’égard des nazis, est encore plus sinistre. Le magazine se lamente de ce que « quelqu'un qui dirait qu’il est acceptable que des soldats allemands risquent leur vie pour la raison d'Etat de la République fédérale, déclencherait un grand malaise. » Le magazine souligne que ce sentiment « n’a rien à voir avec le passé de l’Allemagne. Les nazis ont envoyé des millions d’Allemands à une mort qui par la suite fut célébrée comme celle du martyre. »
Le magazine estime qu’un tel sentiment antimilitariste est dépassé : « La phrase ‘plus jamais la guerre’ l’un des principes directeurs de l’Allemagne moderne, est une conséquence évidente de l’histoire du pays. Mais cette phrase a été rattrapée par la réalité, vu que l’Allemagne est mêlée à la guerre depuis huit ans. »
La position du Spiegel est celle-ci : étant donné que la politique du gouvernement requiert que de nombreux citoyens doivent tuer ou être tués, l’opposition populaire contre une tuerie de masse doit être surmontée. Pour le Spiegel, la nouvelle idée à propos du nazisme est : cessez d'y penser.
Brusquement, à la fin de l’article, apparaît une nouvelle et importante justification de la guerre en Afghanistan. Le Spiegel écrit que, pour la chancelière allemande Angela Merkel « la protection des citoyens… fait partie de l’une de ses plus importantes tâches. » Il poursuit : « Mais il [le politicien] doit également prendre en compte la situation mondiale, les intérêts allemands et les rapports avec les alliés – principalement les Etats-Unis en l’occurrence. Ce n’est qu’alors qu’il peut conclure que 43 militaires allemands tués sont le prix que la République fédérale doit payer, mais peut-être même 100 ou 200. »
Le magazine n’explique pas ce qu’il entend par « intérêts allemands. » Toutefois, il ne peut s’agir d’une coïncidence que le Spiegel promeuve le militarisme au moment où la crise financière menace de saper les exportations allemandes, la monnaie européenne, les relations internationales en Europe et le gouvernement Merkel.
Comme la classe dirigeante allemande est confrontée à des problèmes pour lesquels elle n’a pas de réelles solutions, c'est la force militaire qui vient à l’esprit des médias et du personnel de l’Etat.
Dans l’un des quelques passages sincères de l’article, le Spiegel explique qu’il veut que l’Allemagne contrôle l’Europe de l’Est, l’une des principales sources de main d’œuvre bon marché pour l’industrie allemande. Il écrit que la Bosnie et le Kosovo « font tous deux partie de l’Europe et l’Europe ne doit pas admettre que la civilisation et la civilité s’effritent tout le long de sa bordure périphérique. » Il ajoute, « C’est là que se retrouvent les arguments moraux et géopolitiques. Et s’il ne peut en être autrement, la Bundeswehr restera 100 ans de plus. »
Cette formule est la nouvelle maxime de l’impérialisme allemand: la morale ajoutée à la géopolitique donne 100 ans d’occupation militaire. Qu’une telle politique puisse être avancée par un organe de presse influent 65 ans à peine après l’occupation par les nazis d’une grande partie de l’Europe, est une mise en accusation accablante de l’état politique et moral dans lequel se trouve le capitalisme européen.
C’est là le langage d'une classe dirigeante qui a perdu la tête et qui tente d’éradiquer le souvenir de ses crimes passés au moment où elle s’apprête à en commettre de nouveaux.
Certaines questions doivent être posées si des responsables politiques considèrent « la situation mondiale » et décident du nombre « d’Allemands morts » que le pays doit sacrifier. Combien d’Allemands morts (et de morts afghans, serbes, albanais, américains, canadiens, français et britanniques) les politiciens estiment-ils, vaut l’occupation de l’Afghanistan et du Kosovo ? Quel prix seraient-ils prêts à payer pour le gazoduc North Stream ou même pour l’Alliance atlantique ?
La classe ouvrière, à qui l’on dit de faire le sacrifice de sa vie pour une guerre à laquelle elle est largement opposée, a le droit de savoir.

http://www.wsws.org/ http://www.wsws.org/



Vendredi 30 Juillet 2010


Commentaires

1.Posté par Kevin le 30/07/2010 13:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les anglais, les Russes et depuis 9 ans les USA, Occidentaux, l'Otan ont fait et font leur expérience en Afganistan. Aucun pays au monde a pu coloniser ce pays jsuqu'à aujourd'hui.
Les occupants d'aujourd'hui sont encore plus bêtes que les anciens car n'ont rien apprit de l'histoire.
C'est un peuple fier, une partie originaire de l'ancienne Perse.

2.Posté par nemesisnom le 30/07/2010 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore de la pure propagande de la part de "der Spiegel", un journal à la point de l'ultra totalitarisme !

3.Posté par joszik le 30/07/2010 13:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est normal ce sont des allemands, ils n'ont pas de philosophie leur seul crédo c'est la logique mathématique.

4.Posté par Luc le 30/07/2010 14:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils ont dit qu’ils combattaient Ben Laden et El Qaida
Puis ils ont dit qu’ils combattaient les Talibans
Maintenant ils annoncent qu’ils combattent l’Islam Belliqueux.

Alors que depuis le début, tout le monde sait et pressent que c’est l’islam qui est visé par toutes ces guerres. :
Celle d’Irak, de Somalie, du Yémen, ces troubles crées en Afrique du Nord, guerre d’Afghanistan, ont toutes un même but freiner l’éveil de l’islam et le progrès des musulmans.

Puis ces mêmes crétins de responsables Européens sans distinction, viennent annoncer, vous les musulmans vous avez pris beaucoup de retard.

Levez vous de notre chemin bande d’enfoirés.

J’utilise sciemment ces termes, sans mettre ces gants de civilité ou de politesse, car c’est tout ce que vous méritez.

5.Posté par Aigle le 30/07/2010 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les seigneurs AFGHANS , CEUX QUI ONT APPRIS AUX BARBARES ANGLAIS ET AUTRES COMMENT SE TENIR DEVANT DES HOMMES , avaient passé par le FIL DE L'EPEE près de 16000 débiles mentaux arrogants dans les annees 1840 ( 1842 /43 plus precisement ) ......Aujourd'hui le Spiegel , TORCHON de Toilettes des bas fonds de Berlin qui n'en est pas a sa premiere ni derniere CRETINERIE SIONISTONAZIE ( Rappelez vous ses "infos" sur le Tribunal "très " special sur le Liban ......., sur le Hamas , etc.....) se fait le Porte voix de la VACHE FOLLE de Berlin qui pense que les SEIGNEURS AFGHANS DE 1840 sont MORTS ..........et que l'Armement des criminels qu'elle represente fait la Difference ........Bienvenue en ENFER tas de detritus !!!!

6.Posté par djirit1 le 30/07/2010 23:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

66 soldats américains mort ce mois ci.

7.Posté par Olivia Kroth le 01/08/2010 11:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

DER SPIEGEL:

C'est de la propagande "made in the USA",

dirigée par la CIA et Washington.

Il n'y a pas de presse libre en Allemagne

qui est une satrapie des États-Unis en Europe.

8.Posté par Juste pour vous dire... le 09/08/2010 16:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'expérience du Vietnam n'a pas suffit pour les américains à la cervelle de la taille du petit pois.
L'Afghanistan c'est aussi un bourbier qui leur coutera cher en pertes humaines.
Les anglais, les sovietiques et maintenant les alliés de l'OTAN ont gouté et goutent actuellement l'amère expérience.
DER SPIEGEL dit que la province du Kunduz vit dans la tranquilité depuis que les allemands y sont malgré qu'ils aient massacré 142 afghans et compté parmi eux 43 morts. Alors sachez que les afghans, eux, ils n'oublient jamais. Leurs morts seront vengés. Quelque soit le temps que vous y passerez, quelque soit tous vos efforts soi-disant humanitaires... vous resterez toujours une armée d'occupation (occupation de force) vous serez toujours des étrangers, vous resterez toujours pour eux des incroyants sur une terre d'Islam. Le peuple afghan est un peuple fier, guerrier de nature qui n'acceptera jamais votre présence. Le peuple afghan se sent plus proche des talibans que de vous allemands. Il reste une petite minorité d'afghans qui sont à la solde des alliés et des incroyants (le gouvernement, les modérés, quelques chefs de tribus, les trafiquants d'opium...). Ceux là ne resteront pas toujours au pouvoir. Il arrivera le jour où tout basculera. Où les puissants d'aujourd'hui retourneront à l'impuissance.
C'est un pays très compliqué. Les occidentaux ne l'ont pas compris et ne le comprendront d'ailleurs jamais car ils sont aveugles. Leur coeur est aveugle. Ils marchent dans les ténébres sans savoir où ils vont.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires