Diplomatie et relation internationale

Le Sénat américain a approuvé une résolution anti-iranienne


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe


Le Sénat américain a approuvé une résolution anti-iranienne, demandant au gouvernement de Bush de remettre des rapports réguiliers à propos de la République islamique d’Iran. Dans ce texte, les sénateurs américains ont accusé la République islamique d’Iran d’être impliquée dans les attaques menées contre les forces américaines en Irak.


MEHR NEWS
Vendredi 13 Juillet 2007

 Le Sénat américain a approuvé une résolution anti-iranienne
Source : MEHR NEWS


Le Sénat des Etats-Unis a adopté mercredi à l’unanimité un texte dénonçant la "complicité" de l’Iran dans la mort de soldats américains en Irak et mettant en garde Téhéran pour son soutien à l’insurrection. "Le vote unanime d’aujourd hui envoie un message fort et clair du Sénat tout entier aux dirigeants iraniens pour leur dire que nous savons ce qu’ils font en Irak et qu’ils doivent arrêter", a dit le sénateur indépendant Joe Lieberman, principal auteur du texte.

"C est un avertissement aux Iraniens pour leur dire que quelles que soient nos divergences politiques à Washington, nous sommes unis pour dénoncer ces attaques", a-t-il ajouté.

Le commandement américain en Irak accuse l’Iran non seulement de financer et d’armer des combattants soupçonnés de commettre des meurtres, mais aussi d’orchestrer des attaques par les unités d’élite du corps des Gardiens de la Révolution iraniens (Pasdaran). Téhéran a vigoureusement nié toute implication, qualifiant les accusations américaines de "ridicules".

Malgré les allégations non fondées des Etats-Unis à l’encontre de la République islamique d’Iran accusée injustement d’implication dans des activités des groupes armés irakiens, le gouvernement iranien a démenti à maintes reprises toute ingérence dans les affaires intérieures de son voisin irakien.

En réaction des allégations non fondées des hauts responsables américains à l’encontre de l’Iran, le ministère iranien des Affaires étrangères a annoncé que l’objectifs de ces accusations mensongères est d’imputer la responsabilités des échecs militaires et politiques des Etats-Unis aux autres pays, notamment les voisins de l’Iran dont la République islamique d’Iran. A rappeler que conformément aux conventions internationales, la puissance occupante est entièrement responsable de la sécurité de la population du pays occupé.

Cependant, en Irak, ce sont les services secrets de l’armée d’occupation qui financent et commanditent les activités des groupes terroristes takfiristes ou des résidus de l’ancien régime déchu de Saddam Hussein.

Il y a quelques jours, le président irakien Jalal Talébani a remercié la bonne volonté de la République islamique d’Iran et les aides fournies par Téhéran en matière de sécurité au gouvernement élu irakien pour l’aider à résoudre les problèmes actuels du pays.

Le président Jalal Talébani a ajouté que grâce aux aides de l’Iran et des fatwas du grand Ayatollah Ali Sistani et les activités du courant du religieux irakien Moqtada Sadr, le pays ne risque plus le déclenchement d’une guerre civile interethnique et interconfessionnelle.

Selon les estimations officielles, depuis le déclenchement de la guerre par la coalition anglo-américaine en Irak, en mars 2003, plus de 3500 soldats américains ont été tués dans ce pays, ce alors que selon des sources indépendantes, le bilan des pertes en vie humaine de l’armée américaine est beaucoup plus lourd et s’élève à près de 15.000 morts.

Pour détourner l’attention de les opinions publiques américaine et internationales, l’admiistration Bush et le gouvernement de Londres tentent de faire croire à l’implication des pays voisins, notamment la République islamique d’Iran dans le soutien financier et logistique aux groupes armés irakiens qui luttent contre les occupants américins et leurs alliés. Cependant, le quotidien américain Washington Post a récemment révélé que jusqu’à présent le gouvernement britannique et ses services secrets n’ont trouvé aucun indice témoignant d’une quelconque intervention de la République islamique d’Iran en Irak pour armer et former les groupes armés irakiens.

Selon le quotidien Washington Post, les militaires britanniques ont examiné, depuis fain août 2007 un dossier établi par les Etats-Unis concernant l’éventualité des aides financières, militaires et logistiques de la république islamique d’Iran aux groupes armés irakiens, mais les responsables britanniques de cette enquête n’ont trouvé aucun indice concernant une intervention iranienne dans cette affaire.

Par ailleurs, plusieurs hauts commandants de l’armée britanniques qui annoncé que les troupes britanniques stationnées depuis le début de l’occupation de l’irak dans les régions du sud du pays, n’ont trouvé aucun document prouvant le rôle de la République islamique d’Iran dans le financement, la formation et le soutien militaire aux forces de la résistance irakienne.

A l’issue de cette enquête menée par les services de renseignements de la grande Bretagne, l’ancien ministre britanique de la Défense avait annoncé que les résultats de cette enquête ne témoignait d’aucune intervention de la république islamique d’Iran dans ce qui se passe en Irak.

Dans le même temps, et malgré toutes les allégations infondées et des accusations mensongères proférées par les Etats-Unis, la Grande Bretagne et leurs alliés à l’encontre de la république islamique d’Iran qu’ils accusent injustement d’intervention dans les affaires intérieures de son voisin irakien et d’être impliquée dans les affrontements survenus entre les forces de la résistance irakienne et les troupes des armées d’occupation, les hauts responsables du gouvernement élu irakien du Premier miistre Nouri al-Maliki ont toujours insisté sur le rôle positif que joue la république islémique d’Iran dans la restauration de la paix, de la stabilité et de la sécurité en Irak, depuis la chute du régime de l’ancien dictateur de Bagdad, Saddam Hussein.

En effet, les hauts responsables du gouvernement élu irakien ont toujours rejeté les allégations non fondées et les accusations proférées par les forces d’occupation concernant un rôle destructeur de la république islamique d’Irans dans les affaires irakiennes.

Dans ce droit fils, le célèbre critique des politiques du gouvernement américain, Noam Chmasky, professeur de l’Université MIT aux Etats-Unis a rejeté récemment dans un article, les accusations proférées par la Maison Blanche à l’encontre de la République islamique d’Iran, en accusant les médias dominants des Etats-Unis d’avoir lancé une guerre psychologique inutile à l’encontre de Téhéran, pour servir seulement aux intérêts illégitimes de l’administration Bush dans cette région névralgique du monde qu’est le Moyen-Orient.


Vendredi 13 Juillet 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires