Propagande médiatique, politique, idéologique

Le Réchauffement Climatique Est La Nouvelle Religion Des Elites Urbaines Des Pays Developpés


Le géologue Ian Plimer adopte un point de vue opposé, affirmant que le changement climatique d'origine humaine est une escroquerie des environnementalistes


Vendredi 31 Juillet 2009

Le Réchauffement Climatique Est La Nouvelle Religion Des Elites Urbaines Des Pays Developpés
Ian Plimer est scandalisé par les Ayatollahs de l'environnementalisme puriste, les Torquemadas de la doctrine du réchauffement climatique mondial, et semble savourer l'accusation d'hérésie dont ils l'accablent.

Plimer est géologue, professeur de géologie à l'Université Adelaide, et il est probablement le plus connu et le plus célèbre universitaire d'Australie.

Plimer, voyez vous, est un invétéré critique du "réchauffement climatique anthropiques" - - de vous à moi, c'est à dire le changement climatique résultant de l'activité humaine - - et l'actuelle orthodoxie environnementale déclarant que si nous changeons nos manières de polluer, le réchauffement climatique peut être inversé.

Ce n'est bien sûr pas nouveau d'avoir un scientifique de haut niveau disant que le réchauffement mondial est un phénomène totalement naturel avec de nombreux précédents dans l'histoire. Un grand nombre ont également avancé un tel argumentaire, que c'est dire n'importe quoi que d'affirmer que le comportement humain provoque l'actuel changement climatique. Et souvent, les arguments démontrant que c'est totalement ridicule de supposer que des changements dans le comportement humain - nettoyer nos propres actes par le biais de taxes- arnaques - peut renverser la tendance.

Mais la plupart de ces voix scientifiques et universitaires se sont tuent face au Jacobisme environnemental. Purger l'humanité de ces supposées pêchés que sont les dégradations environnementales est devenu une nouvelle religion qui a ses fanatiques et souvent son clergé intolérant, spécialement parmi les élites urbaines des pays développés.

Mais Plimer ne montre aucun signe de vouloir se conformer à cette orthodoxie, et vient juste de publier le dernier de ses six livres et 60 articles académiques sur le sujet du réchauffement climatique. Ce livre : Heaven and Earth - Global Warming : The Missing Science, rassemble une grande partie de son travail antérieur. Il se réfère principalement à A Short Story of Plant Earth, basé sur une décénnie d'émissions radio qu'il a animé en Australie.

Ce livre, publié en 2001, a été un bestseller et remporté plusieurs prix. Mais Plimer a trouvé difficilement un éditeur pour son dernier livre, ce qui montre à quel point depuis le lobby environnementaliste pratique l'intimidation.

Plimer y fait une proposition comme quoi le réchauffement climatique anthropique n'est rien de plus qu'une arnaque du public par les fondamentalistes environnementalistes, adoptée cyniquement par les politiciens et les responsables gouvernementaux qui adorent vraiment toute question provoquant de l'anxiété dans l'opinion publique.

Tandis que les environnementalistes pour la plupart tirent leurs conclusions d'informations sur le climat rassemblées dans les dernières centaines d'années, les géologues, dit Plimer, travaillent dans un cadre temporel qui remonte à des mille millions d'années.

La dynamique et le changement de caractère du climat sur Terre a toujours été connu des géologues. Ces changements sont cycliques et ont un caractère hasardeux, dit-il. Ils ne sont pas provoqué ou significativement affecté par le comportement humain.

Par exemple, la glace polaire a été présente sur Terre durant moins de 20% du temps géologique, écrit Plimer. De plus, les extinctions animales font complètement partie de l'évolution de la Terre. (Au fait, Plimer s'oppose aussi avec véhémence aux créationnistes et a été traîné en justice pour avoir interrompu des réunions de dirigeants religieux et d'évangélistes qui affirmaient que la Bible était une vérité à prendre au sens littéral).

Plimer est particulièrement agacé par ce qui est dit sur le dioxyde de carbone, son rôle quotidien sur la vie sur Terre, et les effets supposés sur le climat de la production humaine de gaz. Il dit que le dioxyde de carbone atmosphèrique a actuellement atteint ses taux les plus bas de ces 500 dernières millions d'années, et que le dioxyde de carbone atmosphérique ne représente que 0.001 % du montant total des produits chimiques trouvés dans les océans, les rochers en surface, les sols, et différentes formes de vie. En fait dit Plimer, le dioxyde de carbone n'est pas un polluant mais constitue une nourriture pour les plantes. Les plantes se nourrissent de dioxyde de carbone et excrète de l'oxygène. L'activité humaine, dit -t-il, contribue pour une infime fraction même à la présence du dioxyde de carbone atmosphérique.

Il n'y a pas de problème de réchauffement climatique, a continuellement répété Plimer.

Il fait remarquer que les périodes humaines de réchauffement climatique ont été des époques d'abondance quand la civilisation faisait des bonds en avant. Les époques glacières, à l'opposé, ont été des époques pendant lesquelles le développement humain s'est ralenti voire même était sur le déclin.

Donc le réchauffement climatique dit Plimer est quelque chose que les humains devraient bien accueillir et adopter chaleureusement comme étant annonciateur de bons moments à venir.

Jonathan Manthrope 29/07/09 www.vancouversun.com Copyright The Vancouver Sun

jmanthorpe@vancouversun.com

Article en anglais : http://www.vancouversun.com/news/Global%2Bwarming%2Breligion%2BFirst%2BWorld%2Burban%2Belites/1835847/story.html


Traduction Mireille Delamarre


Vendredi 31 Juillet 2009


Commentaires

1.Posté par TZ le 31/07/2009 17:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Désolé, mais penser que des milliards de tonnes de CO2, méthane et autres gaz dispersés dans une atmosphère quasi en vase clos n'a aucun impact sur le climat résultant, c'est soit de la désinformation financée, soit de l'imbécilité caractérisée.

Le réchauffement climatique n'est pas une religion, il ne "relie" à rien de spirituel. Les "ayatollahs" n'ont, jusqu'ici, tué personne. Alors arrêtons 2 minutes les rhétoriques orientées.

Il faut noter que, ces derniers mois le soleil n'a jamais été aussi paresseux, sans l'apparition de la moindre tâche si caractéristique de son activité interne. Alors, où est le grand refroidissement que cela devrait induire ?

2.Posté par Masque le 31/07/2009 20:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

1) Le CO2 pour lequel tu utilises des mots tels que "milliards" représente un pourcentage NEGLIGEABLE des gaz à effets de serre. (L'essentiel c'est la vapeur d'eau)

2) La proportion de ce CO2 que l'homme a produit est une proportion NEGLIGEABLE.

Alors on en déduit que le CO2 réchauffe la planète de façon (NEGLIGEABLE multiplié par NEGLIGEABLE).
OK ?

Le grand refroidissement, on le constatera ensemble vers 2030 lors de notre méga party de patin à glace sur la lac gelé.
Ne manque pas ça, TZ, on sera tous morts pour la prochaine période froide (le cycle est d'environ 60 ans)

3.Posté par B le 01/08/2009 00:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'écologie de nos jours : une belle façon de se donner bonne conscience et une cause devenue marketing, ce qui le discrédite grandement.
On achète un concombre bio (qui parois a été fait à l'autre côté de la planète), et une ampoule basse conso et c'est pour la planète ! Mais tout ce qu'on fait à côté...
Bref l'écologie est incompatible avec le mode de vie occidental ou alors c'est de l'écologie qui ne sert que d'apparat. Il faut faire des choix, soit l'on vit avec la nature, non pas forcément dans un arbre mais en tout cas en dehors de notre système soit on vit avec le système et on le mélange avec un zeste d'écologie, histoire de dire que...
Dans les prochaines élections, là où les politiques nous font des tas de promesses basés sur des idéaux qu'ils ne tiennent jamais, l'écologie aura sa place, une très grande place probablement. Mais quelle écologie ?
Regardez les pubs et voyez les allusions de plus en plus nombreuses à tous ces sujets, c'est aussi (mais pas seulement) devenu un moyen de faire du profit.

4.Posté par Agent H le 01/08/2009 09:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ B

Et donc ? Je n'ai qu'à pousser votre réflexion jusqu'au bout ; le réchauffement climatique ne vient pas de l'activité humaine et l'écologie est un gadget qui nous dérange dans notre confort, donc pas la peine de se prendre la tête on n'a qu'à tous continuer cette gabegie consumériste qui fait que la planète est devenue la déchetterie du système solaire...

A l'apogée de cette fameuse hystérie consumériste on disait "l'écologie d'accord, l'économie d'abord". Aujourd'hui l'inverse à toute sa raison d'être, car même en admettant qu'il n'y ait aucun "dérèglement" climatique, l'état de la planète resterait quand même préocuppant. Il a fallu qu'on salope les océans et les terres comme jamais avant nous, pour satisfaire nos petits égos matérialistes. Je dis donc que n'importe quel prétexte pour sensibiliser l'opinion là-dessus est bon à prendre, nonobstant son éventuelle (et inévitable) récupération politico-commerciale.


5.Posté par Masque le 01/08/2009 09:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

> En admettant qu'il n'y ait aucun "dérèglement" climatique,

Pas lié au CO2 en tous cas.

l'état de la planète resterait quand même préocuppant. Il a fallu qu'on salope les océans et les terres comme jamais avant nous, pour satisfaire nos petits égos matérialistes.

Mais nous sommes entièrement d'accord sur ce point !

Je dis donc que n'importe quel prétexte pour sensibiliser l'opinion là-dessus est bon à prendre, nonobstant son éventuelle (et inévitable) récupération politico-commerciale.

Mais ça par contre, c'est de la folie, vous soutenez les dictateurs !
Vous serez content de payer 300€ par an de taxe carbone car vous produisez du CO2 ?
Ou ira cet argent ?

Ne peut-on pas se pencher sur les vrais problèmes de la planète ?
Le faux-problème du CO2 est une diversion !

6.Posté par Agent H le 01/08/2009 10:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Mais ça par contre, c'est de la folie, vous soutenez les dictateurs !
Vous serez content de payer 300€ par an de taxe carbone car vous produisez du CO2 ?
Ou ira cet argent ?


Non bien évidemment, mais admettez que le débat autour du "réchauffement" à ouvert les yeux des gens sur d'autres problèmes, eux biens réels On ne pourra pas dire aux générations futures qu'on ne savait pas. Par sensibiliser l'opinion j'entendais montrer aux gens qu'il y a des alternatives à la logique du "tout jetable". C'est de ce côté, je pense, qu'il faut creuser. Le problème c'est que le système économique et l'appareil industriel des 30 dernières années se sont constitués sur cette logique, et s'y cramponnent fermement, marketing en tête.



Ne peut-on pas se pencher sur les vrais problèmes de la planète ?


à 100% pour !

Le faux-problème du CO2 est une diversion !


Il a au moins le mérite d'attirer l'attention, par extension, sur les autres problèmes liés à la pollution réelle. Il amène à comprendre que nos modes de vie doivent changer.

7.Posté par Masque le 01/08/2009 11:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce serait une bonne chose qu'on respecte un peu notre environnement, en effet.
Nous faisons du mal aux habitants de la planètes, nous compris, en polluant notre environnement à tous (toutes les espèces).

Le planète pour elle-même, par contre, je ne m'inquiète pas trop pour elle. Elle reprendra le dessus, même en cas d'hiver nucléaire, même si ça doit lui prendre quelques millions d'années.

Il s'agit avant tout de vivre en harmonie avec le reste du vivant.

Prendre du pétrole (et d'autres choses toxiques) au fond de la Terre et le faire brûler dans l'atmosphère, c'est nocif pour nous tous.

Alors changer oui.
Moi, je n'ai pas de voiture. (pollution atmosphérique; sonore; insécurité pour le vie d'autrui)
Je n'ai pas de téléphone portable. (pollution électromagnétique intense; effet popcorn au cerveau)
Je mange un minimum de viande. (exploitation industrielle du vivant; excès malsain pour notre santé)

Ce sont des choix que j'ai faits.
Auriez-vous d'autres conseils de vie à donner ? Les idées sont toujours les bienvenues pour examen.
Pouvez-vous en faire autant ? C'est tout un mode de vie à adopter.

8.Posté par Agent H le 01/08/2009 18:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Moi, je n'ai pas de voiture. (pollution atmosphérique; sonore; insécurité pour le vie d'autrui)


idem; marche à pied, vélo & train only

Je n'ai pas de téléphone portable. (pollution électromagnétique intense; effet popcorn au cerveau)


Ce n'est pas mon cas, mais j'y songe de plus en plus. D'ailleurs, on s'en passait il y a encore à peine 20 ans.

Je mange un minimum de viande. (exploitation industrielle du vivant; excès malsain pour notre santé)


idem; j'essaye au contraire de m'inspirer au maximum du régime crétois, pour ses bienfaits et son équilibre nutritif. De manière générale, j'évite autant que possible la nourriture industrielle.

Quand je fais les courses, je choisis en priorité les produits avec le moins de packaging ou d'éléments qui passeront à la poubelle à la maison (un rouleau de sopalin de 500m c'est moins de tube en carton et de film plastique que 5 de 100m...). Le tri et les bacs à compost au fond du jardin, ça demande pas un gros effort mais c'est déja une meilleure gestion des déchets. L'eau de cuisson des patates est un désherbant vieux comme le monde, et ça évite d'utiliser du roundup qui finit tôt ou tard dans les nappes phréatiques....


C'est tout un mode de vie à adopter.


Oui, mais un mode de vie à la portée de tous.

9.Posté par B le 01/08/2009 23:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Je n'ai qu'à pousser votre réflexion jusqu'au bout ; le réchauffement climatique ne vient pas de l'activité humaine et l'écologie est un gadget qui nous dérange dans notre confort"

Jusqu'à présent je n'ai pas évoqué une réflexion qui m'était propre, mais des incohérences entre les mots écologie et mode de vie occidental moderne. Bien sûr que pour moi l'écologie dans son essence, que j'estime être à l'origine (et ce qu'elle devient) une cause louable, ne peut pas aller de pair avec notre monde. Or on nous fait croire qu'on peut allier écologie tout en vivant dans un système occidental, si ce n'est pas possible c'est tout au moins incohérent. On achète quelque chose ça car c'est présenté comme écolo, c'est uen manière pour moi de donner un sens aux choses et surement pas un engagement profond envers cet idéal. Peut-être ai-je une vision trop idéaliste justement de ce que devrait être l'écologie mais bon, je trouve que c'est de la démagogie tout ça. Sarko après les européenes a fait quoi ? A parler d'écologie, comme par hasard (d'ailleurs rendons lui un hommage, car il fait bien les choses celui-là).

"donc pas la peine de se prendre la tête on n'a qu'à tous continuer cette gabegie consumériste qui fait que la planète est devenue la déchetterie du système solaire..."

C'est justement ce que je dis, combien de gens achètent des produits présentés comme écolo parce que c'est à la mode mais à côté ils ne se sont pas détachés de ce mode de vie, de pensée, qui est tenu par la surconsommation ? C'est là l'incohérence, peut être je l'exprime mal.

"A l'apogée de cette fameuse hystérie consumériste on disait "l'écologie d'accord, l'économie d'abord". Aujourd'hui l'inverse à toute sa raison d'être, car même en admettant qu'il n'y ait aucun "dérèglement" climatique, l'état de la planète resterait quand même préocuppant."

Aujourd'hui c'est l'écologie oui, mais pas sans économie.
L'argument écolo est devenu aussi marketing. Cela ne peut pas être bénéfique à l'écologie, bien que cela touche plus de personnes, ce n'est que superficiellement.

"Je dis donc que n'importe quel prétexte pour sensibiliser l'opinion là-dessus est bon à prendre, nonobstant son éventuelle (et inévitable) récupération politico-commerciale."

Pas d'accord du tout, car cela n'aura qu'un temps car tout ce qui est à la mode sera démodé et l'écologie deviendra dépassée si elle n'est basée que sur la démagogie politique et l'opportunisme commercial.

10.Posté par Theudrick le 03/08/2009 17:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis un partisan de l'origine naturelle du réchauffement climatique et je partage l'avis de Plimer sur le dogmatisme actuel en cette matière. Il est intéressant de noter que les gouvernements des pays industrialisés nous promettent des catastrophes aux proportions bibliques, une sorte d'Apocalypse climatique. La science (pour autant qu'on admette qu'il y en aie une et pas plusieurs) rejoint la religion en cela: la promesse de l'Enfer à celui qui ne se plie pas aux règles édictées. Le catastrophisme est une arme redoutable de manipulation des masses et toute personne dotée d'esprit critique se doit d'accueiilir les dogmes avec toute la méfiance qui convient.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires