MONDE

Le Racisme de l'Etat d'Israël


par ISRAEL SHAHAK, éditions Guy Authier, collection "Vérités" dirigée par Michel Rachline, préface de Eli Lobel, Paris, 1975


NOTE DE L'EDITEUR : "L'auteur de ce livre est menacé de mort par des fascistes israéliens ! Il dénonce les tortures, les destructions de villages, la discrimination raciale, l'expropriation des terres arabes, l'occupation sauvage et la répression. Oui tout cela se passe en Israël ! Pour le croire, il faut lire ce terrible témoignage qui révèle pour la première fois la face cachée d'Israël."


Alter info
Mercredi 16 Mars 2005

Qui est Israël Shahak ?




"Le racisme de l'Etat d'Israël", écrit en 1975 par le président de la Ligue israélienne des droits de l'homme (élu à ce poste en 1970), décrit la réalité intérieure en Israël, qui n'a guère changé depuis, et dénonce les tortures, les destructions de villages, la discrimination raciale, l'expropriation des terres arabes, l'occupation sauvage et la répression. Son auteur, Israël Shahak, nommé en 1973 professeur titulaire à l'université hébraïque de Jérusalem, est né à Varsovie en 1933. De 1939 à 1945, il a vécu sous le régime nazi et, particulièrement, a passé deux années (1943-1945) au camp de concentration de Bergen-Belsen. Il est arrivé en Palestine en 1945, et termine en 1951 ses études secondaires, avant d'accomplir son service militaire obligatoire dans l'armée israélienne de 1951 à 1953. Il obtient son agrégation et son doctorat en chimie organique à l'université hébraïque de Jérusalem en 1963 et fait des études supplémentaires à l'université de Stanford en Californie. Son combat actif dans la lutte pour les droits de l'homme commence en 1968. En 1990, il critique fortement le "processus de paix" d'Oslo, le considérant comme "une fraude et un véhicule pour rendre l'occupation israélienne plus efficace".
Citons parmi les autres publications de l'auteur : "Jewish History, Jewish Religion : The Weight of Three Thousand Years" (Pluto Press, 1994) - peu de mois après la sortie de ce livre, le Premier ministre Yitzhak Rabin a été assassiné, en novembre 1995, par un étudiant juif orthodoxe - , "Israeli Nuclear and Foreign Policies" (Pluto Press, 1997) et "Jewish Fundamentalism in Israel" (Pluto Press, 1999). Israël Shahak est décédé en juillet 2001 à Jérusalem, suite à des complications causées par un fort diabète.

La Ligue israélienne des droits de l'homme
La première partie de ce livre est consacrée à la présentation de la Ligue israélienne des droits de l'homme et des pressions qu'elle rencontre dans l'exercice de ses fonctions, aussi bien de la part de la classe politique que de la presse, citant une tentative de récupération de cette Ligue par le parti travailliste israélien en 1972, financé essentiellement par l' "Appel juif unifié" des Etats-Unis. Un an auparavant, elle seule avait dénoncé, entre autres, les exactions dans la bande de Gaza, et parlé du cas de Abu Zuneima, camp de concentration dans le désert du Sinaï, où des familles entières - enfants et bébés compris - de fedayins n'ayant pas été capturés, étaient envoyées pour faire pression sur eux.
Revenant au financement du parti travailliste, le professeur Shahak écrit : "La plus grande partie des fonds acquise par le parti travailliste provient des différents appels, dits "charitables", lancés à l'étranger et déductibles des impôts des pays respectifs où sont lancés ses appels, comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France. La principale source est l' "Appel juif unifié" des Etats-Unis, par ses versements à la Fédération sioniste et à l'Agence juive, toutes deux contrôlées par une coalition de partis politiques, dont le parti travailliste est le chef... Ces fonds proviennent ainsi, indirectement, des revenus de tous les citoyens des pays dont les impôts sont si élevés qu'ils peuvent financer des oeuvres "charitables" qui corrompent et pervertissent des associations indépendantes en Israël. J'ai dit que c'est du gangstérisme politique. Mais je voudrais bien faire comprendre que c'est un gangstérisme sans précédent... Même Al Capone n'a pas revendiqué ce privilège."

Les crimes
La deuxième partie du livre porte sur les crimes perpétrés par l'armée israélienne, détaillant des cas de répression, d'occupation et de torture, dénonçant les conditions de vie dans les prisons israéliennes ainsi que l'administration des "territoires occupés", et abordant la question des villages arabes détruits : "La vérité sur les populations arabes, telles qu'elles existaient sur le territoire de l'Etat d'Israël avant 1948, est l'un des secrets les mieux gardés de la vie israélienne... Ce silence, bien sûr, a pour but l'authentification du mythe, accepté officiellement, "d'un pays désert"... Cette falsification est, à mon avis, d'autant plus grave qu'elle est presque universellement admise hors du Moyen-Orient. Etant donné que les villages arabes furent presque toujours détruits, complètement, avec leurs maisons, leurs clôtures, et même leurs cimetières et leurs tombes, pas une pierre n'étant restée visible, les visiteurs peuvent accepter l'idée qu'il n'y avait là qu'un désert." Dans un rapport établi sur la base des 16 anciens districts palestiniens et comptabilisant ces villages, desquels la plupart des tribus furent expulsées, l'auteur chiffre le nombre de villages détruits à 385 sur 475.

Opinions et discussions
Des opinions et discussions sur trois thèmes : les discriminations en Israël, l'éducation et le terrorisme, sont publiées dans la troisième partie du livre. En annexes, dans la quatrième partie, figurent le témoignage du professeur Shahak devant le Congrès américain (4 avril 1974), ainsi qu'une carte des "colonies israéliennes" (1967-1974) et un tableau des terres confisquées par Israël dans les territoires occupés : janvier 1968 - août 1972. "Plus de 50 colonies, de plusieurs sortes - avant-postes militaires, colonies rurales et urbaines, villages, centres de villes, etc. -, furent établies depuis les hauteurs du Golan au nord jusqu'à la péninsule du Sinaï au sud."

Conclusion
"Si l'on n'extirpe pas le racisme en Israël et si le "double modèle" de racisme et de pluralisme continue à coexister, un exemple de racisme similaire finira certainement alors par s'établir contre les Juifs. Pour conclure je voudrais m'adresser à ceux de mes lecteurs qui sont juifs comme moi. Je souffre beaucoup de constater que la plus grande partie de mon peuple vit dans un état d'apostasie. Au lieu d'adorer Dieu, de poursuivre et de rendre réelle l'idée de justice... ces hommes non seulement font le contraire, cherchent un refuge dans le système tribal le plus brutal et l'adoration de la force, mais ils sont en train de couper la branche sur laquelle ils sont assis... Mais apparemment pour la majorité de mes frères juifs qui adorent l'Etat matérialiste d'Israël comme nos ancêtres adoraient le veau d'or et le Baal, cette considération n'est pas importante. Ainsi leur dirai-je : "Par votre hypocrisie et votre double pensée, par votre façon de pardonner et de soutenir le racisme et l'oppression, vous allez amener un nouveau malheur sur vos propres têtes. Tout ce que les Palestiniens et les Arabes supportent aujourd'hui, avec votre encouragement et votre soutien, vous le supporterez demain."


Mercredi 16 Mars 2005


Commentaires

1.Posté par Arwen le 14/04/2005 12:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis française et il coule quelques gouttes de sang juif dans mes veines par mon arrière grand-mère paternelle.
J'avais une image très romantique et idéalisée des juifs avant d'arriver à Paris. Puis j'ai travaillé avec eux et je me suis aperçue avec stupéfaction que certains pouvaient être racistes et cette image s'est un peu brouillée. Puis j'ai eu un enfant et j'ai déménagée dans une résidence assez privilégiée à Paris où il y a beaucoup de juifs. J'ai alors constaté avec étonnement que les enfants juifs ne jouaient pas avec les autres enfants français, noirs, italiens etc. Je me suis demandée longtemps pourquoi ? Puis j'ai vu que les autres enfants essayaient de lier contact mais qu'il y avait une barrière invisible. Du coup il y a deux groupes d'enfants : les enfants juifs et les autres. Quelle horreur ! Depuis, j'ai compris que les attitudes communautaristes et racistes existaient partout, absolument partout et qu'elles n'épargnaient pas non plus les juifs. Je suis heureuse de constater qu'il y a aussi partout des gens ouverts et libre de penser par eux-mêmes. Je ne connaissais pas cet écrivain juif mais je vais le lire avec empressement car malheureusement je partage totalement votre point de vue sur ce qui se passe actuellement. Le pire c'est que actuellement on assiste notemment en France a une dictature de la pensée unique sur ce qui se passe en Israel et que toute personne se montrant en désaccord se voit immédiatement taxée d'antisémite. Comme aujourd'hui c'est vraiment la pire chose dont on puisse être accusée on assiste dans les médias français à un nivelage de pensée assez dangereux et odieux. Cordialement

2.Posté par kawtar le 15/04/2009 21:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

très bien, génial

3.Posté par Hijack le 11/01/2010 12:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Très bon article ... et le témoignage de Arwen le confirme !

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires