EUROPE

Le Président tchèque et le bouclier antimissile américain


Dans la même rubrique:
< >


Samedi 31 Mai 2008

Le Président tchèque et le bouclier antimissile américain
Le Président tchèque Václav Klaus a souhaité que le parlement ratifie l'accord avec les Etats-Unis sur l'installation des éléments du bouclier antimissile américain sur le sol tchèque près de Prague. Le gouvernement tchèque et Washington se sont mis d'accord sur ce sujet. Et ce alors que les députés de l'opposition qui occupent la moitié des sièges du parlement, ont rejeté l'installation de ce système. De même le parti Vert qui est partenaire de la coalition du Premier ministre Mirek Topolánek a annoncé qu'il ne voterait pas pour le projet de loi du déploiement dans le cadre du bouclier antimissile américain, d'une station radar en République tchèque. Outre l'opposition d'un grand nombre des députés, les sondages aussi évoquent la réticence de deux tiers du peuple tchèque à ce projet. Les opposants tchèques à ce plan estiment qu'aucun danger étranger ne menace leur pays et pour cette même raison l'installation dudit système antimissile ne s'avère nullement indispensable. Selon eux, Washington vise à travers son bouclier antimissile, l'extension de sa présence militaire en Europe pour empêcher une Union européenne puissante et influente, qui aurait son poids dans les équations politiques et sécuritaires du monde. Autre visée américaine consiste à encercler et affaiblir sa rivale de longue date, la Russie. Il va donc sans dire qu'il ne revient pas au peuple tchèque de payer le prix de l'expansionnisme américain. Surtout que, pour Moscou, ce bouclier antimissile est une menace à ses portes et qu'il a menacé de prendre pour cible les bases américaines en Pologne et en République tchèque. Indubitablement, les Etats-Unis ne se seraient guère disposés à entrer en guerre contre la Russie en faveur de la République tchèque. Les pays européens sont vivement préoccupés d'une nouvelle course aux armements entre Washington et Moscou et demandent à Prague de mener des concertations afin de réduire les inquiétudes à ce propos. Jusqu'à présent, là où les Etats-Unis ont eu une présence militaire, ils y ont engendré, dans le sillage de l'insécurité; d'où l'inquiétude, d'ailleurs à juste titre, des Tchèques, craignant que leur pays ne devienne une cible d'attaques des opposants aux politiques expansionnistes de Washington. En outre, ce bouclier antimissile est une source de nombreuses préoccupations d'autre nature, tels que les impacts des radiations radars sur les habitants de la région et l'environnement ainsi que l'immunité judiciaire des militaires américains en République tchèque. Ceci dit, en acceptant le déploiement des éléments du bouclier antimissile sur son sol, Prague devra relever un challenge majeur.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Samedi 31 Mai 2008


Commentaires

1.Posté par Dassonville le 31/05/2008 19:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Deux militants Tchèques et un certain nombre d'européens ont entamé une grève de la faim contre l'installation de ces missiles et pour faire plier le gouvernement avec lequel une majorité de Tchèques sont en désaccord sur ce sujet.
On peut les soutenir en signant une pétition sur ce site : http://petice.nenasili.cz/?lang=en


Voir les informations sur : http://www.nenasili.cz/en/1092_paris

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires