Géopolitique et stratégie

Le Président américain cherche à intimider l'Iran


L'attaque menée contre le consulat d'Iran à Erbil montre que les Etats-Unis cherchent à mettre fin à l'influence de l'Iran en Irak ou au moins à l'endiguer, considérablement. Tout récemment, les forces d'occupation américaines ont attaqué le consulat d'Iran à Erbil, dans le Kurdistan irakien et ont arrêté les diplomates iraniens.


Agence Mehr
Mardi 16 Janvier 2007

 Le Président américain cherche à intimider l'Iran
Dans une allocution télévisée, le Président américain, George W Bush a annoncé, tout récemment, sa nouvelle stratégie, destinée, selon lui, à juguler la violence et l'insécurité en Irak. L'annonce officielle de cette nouvelle stratégie intervient à un moment la politique de Bush et de son entourage néoconservateur s'est avéré comme le point faible de la diplomatie américaine aux yeux de l'opinion publique, américaine et internationale. Tout en faisant fi du rapport Baker-Hamilton qui prévoyaient diverses options dont celle de demander l'aide de l'Iran et de la Syrie pour pacifier l'Irak, le Président américain, George W Bush a prôné sa propre approche qui vise à renforcer la présence militaire américaine et à recourir à la force pour juguler la violence en Irak. En fait, les Autorités américaines souhaitaient, dès le départ, utiliser des gens tels que Cahalabi et Allaoui pour imposer leur volonté au peuple irakien et présenter ensuite l'Irak comme un modèle démocratique dans le cadre du projet américain du Grand Moyen-Orient. Mais le processus des évolutions en Irak a prouvé qu'il s'agissait en fait d'une vision simpliste des autorités de la Maison Blanche et que ce modèle était, difficilement, réalisable.

L'émergence des chiites, débarrassés du régime de Saddam Hussein, en tant qu'un acteur efficace sur l'échiquier de la politique irakienne a changé la donne dans ce pays, ce qui n'est pas sans susciter le mécontentement de la minorité sunnite. Les groupes terroristes salafites et wahabites ainsi que le réseau Al-Qaïada ont intensifié leurs activités en Irak, allumant le feu d'une guerre interconfessionnelle. Malheureusement, le soutien accordé par certains pays à la minorité sunnite a envenimé la situation de ce pays. En effet, la nouvelle stratégie américaine consiste à appliquer le modèle que les Etats-Unis envisageaient, dès le départ, de mettre en application, en Irak. Actuellement, il y a un état de paralysie en Irak, dû à la crise actuelle et aux conflits confessionnels, ce qui a suscité la colère du peuple irakien et a favorisé le climat pour la mise du Sécularisme et d'une ambiance sécuritaire, conjuguée avec la répression, en Irak.

L'attaque menée par les forces américaines contre le Consulat d'Iran à Erbil, en Irak était la conséquence immédiate de la résolution 1737 du Conseil de Sécurité de l'ONU contre l'Iran. Les russes ont, vivement, contesté l'attaque contre des lieux diplomatiques en Irak, mais en vain, car la Russie, la Chine et les pays européens ont donné aux Etats-Unis l'autorisation à faire cavalier seul.

Par l'ailleurs, l'attaque contre le consulat d'Iran, à Erbil, dans le Kurdistan irakien, intervenue quelques jours après l'enlèvement des diplomates de l'Ambassade d'Iran, à Bagdad et au lendemain de l'annonce de la nouvelle stratégie américaine sur l'Irak montrent que les Etats-Unis s'efforcent d'intimider l'Iran au sujet de son nucléaire et de mettre un terme à l'influence iranienne, ou au moins de l'endiguer, considérablement. Autrement dit, les autorités de la Maison Blanche tentent de créer un climat d'intimidation pour la diplomatie iranienne.

L'attaque menée par les troupes américaines contre le Consultat d'Iran, à Erbil, dans le Kurdistan iranien, peut être examiné d'une autre angle. On peut y voir une tentative des Etats-Unis d'impliquer les Kurdes dans les conflits interconfessionnels entre Chiites et Sunnites. Les Kurdes étaient jusqu'à présent loin de ces conflits confessionnels et les Etats-Unis cherchent à les y faire impliquer, car les Kurdes ont plutôt une tendance pro-sunnite et leur implication pourra renforcer les Etats-Unis et affaiblir les Chiites, en Irak.

Ceci dit, le changement de la stratégie en Irak est un prélude aux changements fondamentaux dans la politique moyen-orientale des Etats-Unis, il suffit de jeter un regard sur les politiques parallèles des Etats-Unis au Moyen-Orient pour s'en apercevoir.

La tentative des Etats-Unis de freiner l'influence de l'Iran en Irak peut satisfaire les pays arabes et la minorité sunnite, en Irak, qui souhaitent, très fortement, la mise en place d'un modèle américain ( l'instauration du Sécularisme), en Irak. Tout indique à croie qu'après leur distance prise avec les pays arabes , au lendemain du 11 septembre 2001, les Etats-Unis cherchent actuellement à les amadouer, à obtenir leur confiance. Les vastes consultations des Etats-Unis avec l'Egypte, la Syrie, et l'Arabie Saoudite pour résoudre des crises actuelles, en Palestine, en Irak et au Liban en disent long à ce sujet. Dans l'état actuel des choses, l'Arabie Saoudite a été mandatée de résoudre la crise au Liban et de renforcer et de stabiliser le gouvernement de Siniora et l'Egypte fait, actuellement, d'une manière sans précédent, une médiation entre les groupes palestiniens et des négociations sérieuses ont eu lieu avec la Syrie pour apaiser la crise en Irak.

A cela s'ajoute, également, le fait que la stratégie moyen-orientale de la Russe a sensibilisé les Etats-Unis qui ne veulent pas, du tout, voir les Russes jouer un rôle important et stratégique, au Moyen-Orient.

Il reste à savoir si George W Bush pourra, à un an du reste de son mandat, obtenir des résultats escomptés de sa nouvelle stratégie ? Et quel avenir tracera-t-il pour lui-même et pour son parti républicain ?


Mercredi 17 Janvier 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires