Politique Nationale/Internationale

Le Président algérien explique qui a saboté la production nationale de blé et de maïs


Le Président algérien a accusé deux offices nationaux d’avoir favorisé l’importation de blé et de maïs au détriment de la production locale, indiquant que son pays perdait l’équivalent de la moitié de ses exportations annuelles en pétrole dans la surfacturation de ces importations.


Kamal Louadj
Mardi 18 Février 2020

Dans son discours dimanche 16 novembre devant les walis (préfets), au Palais des Nations, à Alger, le Président Abdelmadjid Tebboune a accusé l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) et l’Office national des aliments du bétail (ONAB) d’avoir favorisé les importations de blé et de maïs au profit de lobbies et au détriment de la production nationale. Alors que l’Algérie a importé au mois de janvier près d’un demi-million de tonnes de blé de France, restant ainsi le premier client des producteurs hexagonaux, le chef de l’État algérien a jeté un véritable pavé dans la mare en affirmant que la surfacturation des importations couvrait près «de la moitié des exportations» algériennes annuelles de pétrole.

L’Algérie importe de grandes quantités de maïs et de blé, «alors qu’il est possible de les produire au niveau national», a déclaré Tebboune, selon le site d’information algérien Maghreb Émergent. L’OAIC et l’ONAB ont toutefois découragé toutes les initiatives de production locale de blé et de maïs, a ajouté le chef de l’État en précisant que ces deux organismes «exigeaient aux agriculteurs de leur livrer leurs marchandises par leurs propres moyens à des centaines de kilomètres».

Qui en profite?

Dans le même sens, Abdelmadjid Tebboune a affirmé que «cette situation est maintenue par des lobbies qui essayent de faire pression pour faire durer les importations de ces produits et les surfacturer».

Sans préciser l’identité de ceux-ci, il a fait savoir que le volume de la surfacturation des produits importés représentait l’équivalent de «la moitié des exportations algériennes annuelles de pétrole».

Ainsi, pour pallier à cette situation pénalisante, le chef de l’État a sommé son ministre du Commerce Kamel Rezig d’interdire immédiatement l’importation de toutes les matières premières produites localement. «Ces importations ne seront permises que si la production chez nos agriculteurs n’est plus disponible», a-t-il fait savoir.

Quelques chiffres

Durant les 20 années au pouvoir du Président déchu Abdelaziz Bouteflika, l’Algérie a dépensé plus de 1.000 milliards de dollars, selon les chiffres annoncés par l’ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia, actuellement en prison pour des affaires de corruption, et dont une bonne partie a servi aux opérations d’importations. Ces dernières, à titre d’exemple, sont passées de neuf milliards de dollars en 1999 à 57 milliards de dollars en 2013.

Dans une intervention donnée en 2015 au quotidien algérien El Watan suite au scandale connu sous le nom de SwissLeaks, Ali Benouari, ancien ministre algérien du Trésor et expert international en finances, avait affirmé que «les estimations des fonds placés à l'étranger, liés à la corruption et à la surfacturation, dépasseraient les 100 milliards de dollars depuis le début des années 2000, tandis que les fortunes algériennes établies à l'étranger seraient de près de 200 milliards de dollars».

Une gestion «catastrophique»

Lors de la présentation mardi 11 février du plan de son gouvernement à l’Assemblée populaire nationale (APN) algérienne, le Premier ministre Abdelaziz Djerad n’a pas fait dans la dentelle pour décrire la gestion du pays sous Abdelaziz Bouteflika. Il l’a qualifiée de «catastrophique». Il a par ailleurs dressé un tableau inquiétant de la situation financière et économique de l’Algérie.

Dans le même sens, le chef de l’exécutif algérien a expliqué que ce sont les résultats de cette gestion qui ont poussé les Algériens à se soulever le 22 février 2019 et à chasser du pouvoir l’ancien gouvernement, à «condamner et rejeter cette tentative d’affaiblir notre pays» et à faire en sorte que «cette situation ne se reproduise plus».

Par ailleurs, Abdelaziz Djerad a affirmé que «le gouvernement s’emploiera à l’élimination des dérives ayant marqué la gestion des affaires publiques de l’État et des incidences négatives des forces extraconstitutionnelles sur la décision politique et économique du pays».



Lundi 17 Février 2020


Commentaires

1.Posté par saidab le 18/02/2020 13:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qui va se plaindre de la déloyauté des algériens qui arrêtent les importations au détriment des exportateurs généreux ? Puis à réclamer des indemnisations (à l'Algérie bien sûr) pour
pallier les déficits du pays du nord ? Enfin à rappeler l'exigence du strict respect de la morale internationale relative aux accords bilatéraux gagnant-perdant ?

2.Posté par saidab le 18/02/2020 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qui va se plaindre de la déloyauté des algériens qui arrêtent les importations au détriment des exportateurs généreux ? Puis à réclamer des indemnisations (à l'Algérie bien sûr) pour pallier les déficits du pays du nord ? Enfin à rappeler l'exigence du strict respect de la morale internationale relative aux accords bilatéraux gagnant-perdant ?

Réponse : les grands moralistes de l'égalité des chances ...

3.Posté par KOCEILAANTALAS le 18/02/2020 14:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Eureka j'ai trouvé, pourquoi ne nomme t il pas les lobbys, tout simplement les coupables sont trouvés comme d'habitude les organismes de l’État, nouvelle opération main propre en
vue, il nous prend pour des tarés, les lobbys sont connus c'est les généraux mafieux, aucun mouvement ou action ne peut se faire sans leur assentiment, mais cela il ne peut le dire
ce sont eux qui l'ont porté au pouvoir, comme façade civile.A chaque crise les importations sont soient limitées, suspendues, faute de sous, jusqu'à nouvelle éclaircie. Tout cela est
de la poudre aux yeux, tout le monde connait le fonctionnement de cette mafia à la tête de l’État, leur priorité est de s emettre plein les fouilles et d'enrichir les puissances tutélaires
(lieu où se trouve le fruit de leur larcins)

4.Posté par Naceur le 19/02/2020 00:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sans feu Gaid Salah la issaba serait encore au pouvoir

5.Posté par KOCEILAANTALAS le 19/02/2020 15:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui c'est Saint Gaid le leviathan le bien nommé!

6.Posté par saidab le 19/02/2020 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Commentaire non publié sur cette page mais qui a fait l'objet d'un mail informatif : "Oui c'est Saint Gaid le leviathan le bien nommé !" ; Auteur : KOCEILAANTALAS.

Il y a des formes de langages qui souffrent d'une pauvreté intellectuelle étonnante et abaissent le niveau de l'esprit. La moquerie, l'allusion vexatoire, l'accusation ... en sont. C'est dommage quand on a été habitué à des analyses politiques pertinentes ; même si elles sont orientées et qu'on n'est pas d'accord avec.

7.Posté par KOCEILAANTALAS le 20/02/2020 10:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ saidab mon post n'est qu'une boutade (humour noir) pour apporter une réponse à ceux qui s'obstinent à défendre l’indéfendable, au jour d’aujourd’hui, le roi est complétement nu,
les circonstances atténuantes qui pourraient être invoquées pour absoudre les criminels qui nous ont menés vers la ruine ne sont plus de mise.

8.Posté par saidab le 20/02/2020 20:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A KOCEILAANTALAS
Vous ne semblez pas comprendre ceci : vous exposez des opinions personnelles et vous n'acceptez pas que l'on expose des opinions différentes. C'est désespérant. Ceux dont vous dites qu'ils qu'ils "s'obstinent à défendre l’indéfendable" doivent avoir le droit de défendre ce qu'ils veulent sans être réduits à des nuls. Tout le monde ne croit pas à ce que vous croyez, ni ne voient les choses comme vous les voyez. Si vous n'admettez pas cette réalité, universelle s'il en est, de quelle démocratie, liberté, éthique, justice ... nous parlez-vous, camarade ?
Quiconque a le droit d'avoir et d'exposer des sensibilités, comme vous le faites. En même temps, pas plus avec vous qu'avec quiconque, personne ne doit s'accorder le droit de se moquer de la sensibilité de quiconque. Comment autrement voulez-vous que l'on puisse vivre ensemble et construire cette Algérie juste envers tous,, avec toutes ses diversités culturelles, linguistiques ... Il faut bien commencer quelque part ? Commençons sur ces pages où nous sommes tous également anonymes ...

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires