Politique Nationale/Internationale

Le Président Ahmadinejad répond aux universitaires à New York



Zeynel CEKICI
Mardi 25 Septembre 2007

Photo: www.viewimages.com
Photo: www.viewimages.com
Au terme de son discours devant les professeurs et les étudiants de ‎l'Université de Colombie, le président Ahmadinejad a répondu aux ‎nombreuses questions des universitaires. En réponse à la question du doyen ‎de l'Université de Colombie au sujet de l'Holocauste, le président iranien a ‎déclaré :
« Je suis avant tout un professeur d'université, je vous répondrai ‎donc du point de vue académique et en tant qu'universitaire je vous pose ‎deux questions. Ma première question consiste à savoir pourquoi les ‎recherches sur l'Holocauste qui a eu lieu et est une réalité de notre ère, ne ‎sont pas suffisantes afin que cette affaire soit aussi traitée sous d'autres ‎angles ? Et pourquoi un groupe de chercheurs européens qui ont d'autres ‎points de vue sur l'Holocauste et qui en ont mis en cause certains points sont ‎poursuivis par la justice et incarcérés ? Pourquoi vous n'autorisez pas les ‎recherches ?»

« On m'a dit, a souligné le Président, que les recherches y ont ‎été effectuées suffisamment ; je demande lorsque nous arrivons à des thèmes ‎tels que la liberté et la démocratie ou à des concepts comme Dieu, religion et ‎même physique et chimie, sur lesquels on a suffisamment fait des ‎recherches, mais on dit les recherches se poursuivront encore et qu'on les ‎soutiendrait, mais pourquoi on n'encourage pas les recherches sur un ‎événement historique qui s'est transformé en l'origine des tragédies dans la ‎région et cette ère ? » « Pourriez dire que les recherches sur un phénomène ‎sont finies pour toujours ? Pourrions-nous fermer pour toujours les livres ‎sur un événement historique ? Pourquoi en fait arrêter les recherches, ‎pourquoi arrêter le progrès de la science ? », s'est interrogé le Président ‎Ahmadinejad, qui a ensuite posé sa deuxième question : « S'il s'agit d'un ‎événement historique et il a eu véritablement lieu, pourquoi ce sont les ‎Palestiniens qui doivent en payer les pots cassés. Cet événement a eu lieu en ‎Europe et le peuple palestinien n'y était concerné en rien,n pourquoi donc ‎c'est le peuple palestinien qui doit le payer alors qu'il n'avait eu aucun rôle ‎dans cette affaire. » Selon le président Ahmadinejad, le peuple palestinien ‎n'a commis aucune faute, il n'a eu aucun rôle dans la Seconde Guerre ‎mondiale. N'avait-il pas une coexistence pacifique avec les juifs et les ‎chrétiens, s'est interrogé le Président. « Aujourd'hui, les juifs, les chrétiens ‎et les musulmans coexistent sans problèmes dans de nombreuses régions du ‎monde, mais pourquoi cinq millions de Palestiniens doivent être mis en ‎errance ? N'est-il pas un crime ? », a constaté Ahmadinejad. ‎

En réponse à une autre question, le président a répondu : « Nous aimons ‎toutes les nations dont les juifs. Les Juifs sont nombreux en Iran et ils y ‎vivent en paix et en sécurité. Selon la Constitution iranienne, la communauté ‎juive à un député au sein du Majlis islamique. »‎
‎« Notre proposition à la question palestinienne est une proposition ‎démocratique et humaine. Il faut permettre au peuple palestinien de décider ‎lui-même de son sort, ce qui est totalement conforme à la charte des Nations ‎unies et ses principes fondamentaux. », a réitéré le Président avant d'ajouter ‎que personne ne doit se permettre d'ingérer dans les affaires des Palestiniens ‎et les diviser, personne ne doit fournir des milliards de dollars d'armes et ‎d'équipements à un groupe particulier.
‎
Le président Ahmadinejad a ensuite évoqué les attentats qui ont coûté la vie ‎aux responsables de haut rang de la RII, perpétrés par le groupuscule des ‎Monafeqin, durant ces 26 dernières années, qui aujourd'hui mènent en toute ‎liberté, sous l'égide des Etats-Unis leurs activités terroristes et que leur camp ‎en Irak est sous protection américaine. « La nation iranienne est victime de ‎ce terrorisme », a-t-il souligné. « L'Iran est le premier pays à avoir protesté ‎contre le terrorisme et parlé de la lutte contre ce phénomène néfaste. », a ‎renchéri le Président.‎
En réponse à une question au sujet des droits des femmes en Iran, et la ‎question de la peine capitale, le président Ahmadinejad a réitéré : « La ‎liberté en Iran est une vérité, le peuple iranien est libre et les femmes ‎jouissent des plus hauts degrés de liberté en Iran. Nous avons deux vice-‎présidentes femmes dans le gouvernement ; elles sont aussi présentes au ‎Majlis, au cabinet, aux universités. Nous avons aussi de nombreuses ‎scientifiques femmes qui travaillent dans différentes disciplines ‎scientifiques.» ‎

Le président iranien a ensuite évoqué la question de sa présence au World ‎Trade Center pour rendre hommage aux victimes des attentats du 11 ‎septembre, ce qui ne lui a pas été permis. « Malheureusement certains ‎groupes en ont réagi vivement. N'est-il pas une attitude inappropriée ‎d'empêcher qu'on rende hommage aux familles des victimes de cette ‎tragédie ? Comment pourriez-vous s'attendre à gérer le monde avec une telle ‎vision ? », s'est interrogé le Président. « Une telle attitude pessimiste vis-à-‎vis des autres n'engendrera que vanité et égoïsme. Il faut s'y écarter afin de ‎se respecter les uns les autres et de permettre aux nations d'entamer un ‎dialogue fructueux et avancer vers la paix. », a-t-il ajouté. « Au tournant de ‎la tragédie du 11 septembre, l'Afghanistan a été occupé, suivi de près par ‎l'Irak. Il fait maintenant six ans que notre région est en proie de l'insécurité, ‎de la terreur et de panique. Si on examine avec plus d'attention les origines ‎du 11 septembre, et si on se demande pourquoi un tel événement a eu lieu et ‎quelles étaient les conditions qui l'ont engendré, on se rendra compte ‎comment pourrait-on endiguer et de régler les crises irakienne et afghane ‎ensemble. », a souligné M. Ahmadinejad. ‎

‎« Le programme nucléaire iranien est totalement légale et pacifiste et ‎s'effectue sous la supervision de l'AIEA. La technologie de l'enrichissement ‎d'uranium se fait seulement en Iran à l'échelle de moins de 5%. », a répondu ‎le président à un journaliste. « L'AIEA a confirmé la vocation pacifique de ‎notre programme nucléaire et seules deux ou trois puissances pensent que la ‎science est leur monopole et elles attendent du peuple iranien de le priver ‎d'un savoir-faire qui lui revient dûment. », a-t-il ajouté. « Vous qui avez ‎fabriqué la cinquième génération de bombe atomique et vous êtes en train de ‎la tester, de quel droit mettez-vous en cause les objectifs pacifiques des ‎programmes nucléaires des autres ? », a demandé le Président, avant ‎d'ajouter que l'Iran n'avait aucune foi aux armements nucléaires, qui sont ‎aux antipodes des principes humains. « Tout politicien qui cherche la bombe ‎atomique souffre d'arriération mentale du point de vue politique. », a-t-il ‎souligné. ‎

On a posé des questions au Président au sujet des Etats-Unis. Le président a ‎répondu : « L'Iran est prêt au dialogue et des relations amicales et ‎fraternelles avec tous les pays sur la base du respect mutuel. Il y a trois ans, ‎avant de me rendre à New York j'avais demandé un débat télévisé avec le ‎président américain sur différentes questions internationales » ‎‎« L'administration américaine, a réitéré Ahmadinejad, devra reconnaître les ‎droits du peuple iranien et abandonner l'attitude qu'elle a depuis 28 ans vis-‎à-vis de notre peuple et de ne pas entraver son progrès scientifique. » « Le ‎dictateur irakien Saddam avait bénéficié du soutien des chancelleries ‎américaines et européennes dans son attaque contre l'Iran. Il a poursuivi huit ‎années une guerre criminelle et durant cette guerre, 200 mille Iraniens sont ‎tombés en martyr et 600 mille autres ont été blessés. Il a utilisé à notre ‎encontre toutes sortes d'armes chimiques. Des milliers d'Iraniens sont ‎victimes d'armes chimiques. Depuis, ce temps là, le peuple iranien est cible ‎des campagnes d'intoxication, des sanctions économiques et politiques. ‎Pourquoi ? Parce qu'il s'est émancipé du joug d'un dictateur et qu'il ‎souhaite la liberté et la démocratie. ‎

Le président iranien a ensuite invité les universitaires et les étudiants de ‎l'Université de Colombie de se rendre en Iran et rencontrer les étudiants et ‎les professeurs iraniens. « Nous avons en Iran plus de 400 universités, dont ‎la liste sera mise à la disposition des professeurs pour s'entretenir avec ‎l'université qu'ils souhaitent ou intervenir à la tribune qu'ils préfèrent.


Mardi 25 Septembre 2007


Commentaires

1.Posté par Maxwel le 25/09/2007 19:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est dommage que vous ne propsiez pas le tas d imondice decerné par le chef de cette université, qui avait invite le Président Ahmadinejad pour mieux l'insulter, piège ans lequel il n'est pas tombé et su garder un certain flegme britannique

Merci

Maxwel

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires