Diplomatie et relation internationale

Le Président Ahmadinejad, en Amérique latine


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe


Après sa visite d’un jour, au Nicaragua, le Président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, s’est rendu, à Quito, où il a participé aux cérémonies d’investiture du Président équatorien, Rafael Correa. Déjà, lors de son entretien avec le Président Daniel Ortega, le Président Ahmadinejad s'était félicité de sa désignation à la Présidence du Nicaragua et qualifié le gouvernement et le peuple nicaraguayen d’ami et de frère de l’Iran, avant de rappeler que, malgré la distance géographique qui les séparait, les souhaits et idéaux des deux nations se ressemblaient.


Mardi 16 Janvier 2007

En effet, les deux peuples se sont révoltés, en 1979, contre l’oppression et l’injustice, la dictature et l’impérialisme américain, et ont, par conséquent, des ennemis communs. Après nombre d’années de mise à l’écart de la scène politique nicaraguayenne, Ortega a prêté serment, mercredi dernier, en tant que Président du Nicaragua, avec, pour slogan, la lutte contre la pauvreté. C'est pourquoi il a refusé de résider dans le palais présidentiel et a choisi un quartier pauvre comme siège de ses activités. Le règne de régimes dépendants des Etats-Unis, notamment, au Nicaragua, durant ces 17 dernières années, a entraîné l’arriération de ce pays.

Ceci dit, l’Iran, qui est riche de nombreuses expériences, dans le domaine de la reconstruction et du développement économique, peut jouer un rôle constructif dans la réalisation des promesses d’Ortega à sa nation. Il existe de nombreux domaines où la coopération irano-nicaraguayenne peut prendre de l’essor, notamment, les domaines, politique, culturel et économique. Le Président iranien a annoncé que l’Iran ferait profiter le Nicaragua de toutes ses expériences. Compte tenu des récentes évolutions survenues au Nicaragua et de l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement populaire, les conditions sont, donc, réunies, pour promouvoir les relations Téhéran-Managua.


En dehors des négociations entre les deux Présidents, les délégations d’experts des deux pays ont échangé leurs points de vue, dans divers domaines de coopération. Les vastes coopérations irano-vénézuéliennes, notamment, leur coopération, dans les plans d’infrastructure vénézuéliens, ont été, favorablement, accueillis, par plusieurs pays d’Amérique latine, dont le Nicaragua, l’Equateur et la Bolivie, d’autant plus que l’Iran a toujours cru que les pays du Sud peuvent assurer leurs besoins réciproques, en donnant de l'impulsion à leurs coopérations et en faisant appel à leurs potentialités. Les progrès des pays du Sud, non seulement, renforceront leur unité et leur solidarité vis-à-vis du maximalisme des puissantes arrogantes du Nord, mais encore, prépareront le terrain à leur présence active au sein des organes internationaux et dans les évolutions internationales. En tout état de cause, la promotion des relations de l’Iran avec les pays du Sud compte parmi les priorités de la politique extérieure iranienne, et la tournée du Président iranien, en Amérique latine, s’inscrit dans le cadre de la réalisation de cet objectif.


IRIB


Mardi 16 Janvier 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires