Diplomatie et relation internationale

Le Premier ministre turc élabore une feuille de route pour de meilleures relations avec Israël


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe


La Turquie n’a pas renoncé à son rêve de rejoindre l’Union européenne. Elle n’est pas devenue « anti-Occident ». Elle n’a aucune intention de réduire ses relations si anciennes avec Israël.
H. Siddiqui - Thestar.com


H. Siddiqui
Lundi 5 Juillet 2010

Davos, 29 janvier 2009. Recep Erdogan quitte le plateau après un accrochage verbal avec Shimon Peres, lors du débat sur le Moyent-Orient. (Reuters)
Davos, 29 janvier 2009. Recep Erdogan quitte le plateau après un accrochage verbal avec Shimon Peres, lors du débat sur le Moyent-Orient. (Reuters)
C’est ce que le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré à Star, hier lors d’un entretien.

Mais il a ajouté que les relations avec Israël resteraient tendues tant qu’Israël n’aura pas satisfait à quatre conditions :

  • qu’il présente ses excuses pour le raid du 31 mai sur le bateau turc qui faisait partie de la flottille transportant de l’aide humanitaire pour Gaza ;
  • qu’il verse une indemnité aux familles des neufs tués, huit Turcs et un Turc/Etats-unien ;
  • qu’il accepte une enquête internationale, comme demandée par le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, sur l’incident (par opposition à une investigation israélienne) ; et,
  • qu’il lève l’embargo sur la bande de Gaza.

Quand on lui rappelle qu’Israël a déjà annoncé un allègement de l’embargo, Erdogan répond :

« Nous avons entendu ces déclarations mais aucune mesure n’a été prise. Des déclarations semblables ont déjà été faites dans le passé. »

Il indique aussi que la Turquie envisageait d’intenter un procès à Israël au nom des victimes.

Erdogan est allé à Toronto au sommet du G20 aussi pour soulever la question avec Barack Obama lors d’une réunion bilatérale qui s’est tenue hier soir. Il avait amené avec lui de nouveaux arguments avec des clichés et des rapports médico-légaux sur les morts.

La Turquie, membre de l’OTAN, a été longtemps le meilleur allié musulman d’Israël. Mais les relations sont devenues tendues avec la guerre contre la bande de Gaza fin 2008/début 2009, que Erdogan a condamnée et qui l’avait a amené à dire qu’ « Israël était la principale menace pour la paix au Moyen-Orient ».

Il y a eu aussi l’initiative de la Turquie avec le Brésil pour un compromis sur la question du nucléaire iranien, qui fut rejetée par Washington. Et la Turquie a voté contre la résolution initiée par les Etats-Unis au Conseil de sécurité des Nations unies pour de nouvelles sanctions contre l’Iran.

Et après les évènements du 31 mai, Erdogan a déclaré qu’Israël avait commis une « erreur historique », qu’ « Israël risquait de perdre son ami le plus important dans la région s’il ne changeait pas de mentalité, » et que « la paix et la stabilité ne viendraient pas dans la région aussi longtemps que le blocus de la bande de Gaza serait maintenu. »

Lors de l’interview d’hier, Erdogan a dit que la flottille humanitaire pour Gaza avait été organisée par des organisations non gouvernementales, qu’elle transportait des volontaires de 33 nations, avec de l’aide humanitaire : nourritures, médicaments, jouets, matériaux de construction, etc.

Elle a été attaquée « dans les eaux territoriales, à 72 miles (...) des eaux territoriales d’Israël. Malheureusement, des pistolets, des fusils et des balles en plastique ont été utilisés. »

Il se dit habitué à l’argument selon lequel Israël aurait le droit de se défendre. « Bien sûr que vous pouvez protéger vos frontières contre des gens armés ou contre un ennemi militaire, et vous pouvez envisager une telle action à l’intérieur de vos propres frontières.

« Mais vous n’en avez pas le droit dans les eaux internationales...

« J’interprète cela comme du terrorisme d’Etat. »

Il précise même que certains des tués ont été abattus « de près », « à bout portant », « dans la poitrine du bas vers le haut », « dans la nuque ».

S’il n’y avait pas eu intention de tuer, les balles plastique auraient été tirées au-dessous du genou, dit-il.

Lorsque les navires ont été remorqués vers un port israélien et les passagers mis en détention, Erdogan dit qu’il a appelé Obama, « et grâce aux efforts très intenses fournis par les Américains, les personnes en détention nous ont été remises dans les 24 heures.

« Je suis très reconnaissant au Président Obama pour son intervention. S’il n’y avait eu cette réaction très rapide de la part du Président Obama, les choses auraient été plus problématiques. »

Erdogan cite des rapports des Nations unies, et d’autres, qui montrent que Gaza connaît une catastrophe humanitaire, et il ajoute que l’aide promise lors de la conférence des donateurs n’a pas toujours été apportée. Les infrastructures détruites sont toujours en ruine.

  • La Turquie est-elle devenue anti-israélienne ?

Pas du tout.

« Je veux être très clair. Au Moyen-Orient, la Turquie est le seul pays ami d’Israël, au point qu’à l’époque du gouvernement Olmert, la Turquie a aidé Israël à avoir des pourparlers indirects avec la Syrie.

« Nous avons fait cinq séances de discussions, la dernière s’étant passée dans ma résidence officielle, pendant 6 heures, en présence d’Olmert. Nous avions mis sur le papier une sorte d’accord... Cette réunion était un lundi. Et nous avions décidé de nous revoir le vendredi pour parachever le travail.

Cette réunion du vendredi n’a jamais eu lieu, et le samedi, «  les bombardements israéliens commençaient sur la bande de Gaza ».

Alors que le vendredi approchait, les Israéliens « ne répondaient plus à nos appels : ils devaient être occupés à préparer le bombardement de Gaza. Au début, quand nous les appelions, ils nous rappelaient toujours, mais pas cette fois. »

  • Alors que la Turquie recherche toujours des relations plus étroites et à développer ses échanges commerciaux avec ses voisins, et qu’elle émerge comme acteur régional fort au Moyen-Orient, est-elle en train de se détourner de l’Occident ?

« Ce serait tirer une très mauvaise conclusion. La Turquie développe ses contacts à travers le monde. Mais elle n’a réduit ses relations avec personne. Une telle chose n’est pas dans son agenda. »

  • Et à propos de l’Union européenne, la Turquie a-t-elle renoncé à y entrer ? Le secrétaire à la Défense US, Robert Gates, a récemment accusé l’Europe d’avoir « poussé et repoussé » au loin la Turquie. Le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, a approuvé, disant, « Nous, les Européens, avons eu tort de repousser la Turquie vers l’Orient au lieu de l’amener à nous. »

Mais Erdogan répond que la Turquie a toujours une grande volonté d’adhérer à l’Union européenne.

« Nous continuons, avec détermination, à marcher sur la voie européenne, malgré les efforts d’une partie de l’UE pour empêcher l’ouverture de certains chapitres qui font partie du processus de négociations. »


(JPG)Haroon Siddiqui, est éditorialiste au Toronto Star, le plus grand journal du Canada. Il s’est rendu dans 40 pays et a couvert, entre autres, l’invasion soviétique de l’Afghanistan, la crise des otages américains en Iran, et la guerre Iran-Iraq.

Son courriel : hsiddiqui@thestar.ca

 cet article est tiré d’une version antérieure - Thestar.com - traduction : JPP
http://www.info-palestine.net



Lundi 5 Juillet 2010


Commentaires

1.Posté par Somud le 05/07/2010 20:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Étrange valse hésitation

Ou alors habile stratégie à l"israélienne : se présenter comme de très bonne volonté, mais mettre des conditions impossibles.

Ça serait très subtil "

2.Posté par kenan le 06/07/2010 03:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le titre de l'article est vraiment fantaisiste !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

si la turquie entre dans UE , elle pourra regler les problemes au moyen orient, en faisant plus de pression sur les autres pays.
pour l'instant, elle a tous les pays occidentaux contre lui.

3.Posté par santiago le 06/07/2010 14:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce n'est pas des conditions imposibles ,et bien au contraire , les conditions que demande la turquie ne sont meme pas le minimum requis pour un debut de procesus de paix . ils ne lesent pas les positions d'israel sur la bande de gaza ,ni sur la cisjordanie ,ni sur le statut de jerusalem . a notre sens ils enterinent le statuquo sur l' ensemble de la question palestinienne !!!..pour que la turquie coupe ses relations avec israel il faut beaucoup plus que çà . les relations tendues avec israel deviennent une carte maitresse pour l'entrée de la turquie en europe. Grace a sarkozy et en moins de deux ans ,israel et membre a part entiere de l' OCDE , toutes les portes des commissions europeennes lui sont grandement ouverte, grace encore a son fils sarko elle s'est imposé chez les arabo-musulmans de la méditerranée ( U P M ). Alors que la turquie tape aux portes de l' europe depuis maintenant 63 ans, elle accépte de traduire dans sa legislation des tonnes de lois et de textes europeens sans rien voir venir ???
Maintenant , sarko va certainement changer de discours pour appater les turques
sur leur entrée dans l'europe , en europe c'est le seul a s'opposer a la turquie.
Mais l' imperatif interet d'israel va l' obliger de leur tendre la perche.
C'est béte de le dire , de toutes les situations ,israel sort toujours vainqueur !!
Celui qui pense encore que l affaire de la flotille pour gaza a affaibli israel se trompe beaucoups , les choses n'ont pas bougé d'un iota, les controles ont eté davantage remforcés ,que du materiel et des produits entrent , c'est normal car c'est le contraire qui nous a amenez a cette situation scandaleuse et qu'il a fallu
9 morts originaires d'un pays membre de l' OTAN et qui a des accords militaires
avec israel qui datent de 1958

4.Posté par somud le 06/07/2010 17:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'entité sioniste n'acceptera jamais les conditions d'Erdogan, c'est en ce sens qu'elles sont impossibles à réaliser

Il sait qu'il demande l'impossible.

Pourquoi ?

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires