Palestine occupée

Le Premier ministre palestinien met en garde l'Occident


Le Premier ministre palestinien, Ismaïl Haniyeh a mis en garde l'Occident qu'en cas de la poursuite des sanctions antipalestiniennes, le gouvernement d'Union nationale se verra obliger de prendre une décision nationale. Le Premier ministre palestinien a déclaré à ce propos: si la communauté internationale n'agit pas à propos de la levée des embargos contre les Palestiniens, le gouvernement palestinien prendra une décision dans les un ou deux mois à venir pour faire face à ces embargos.


IRIB
Jeudi 26 Avril 2007

Haniyeh s'est exprimé dans des conditions où les territoires occupés ont été, ces derniers jours, cibles des agressions de l'armée du régime sioniste, et le Premier ministre israélien a émis l'ordre de procéder à une vaste offensive contre la bande de Gaza. L'intensification des attaques du régime sioniste contre les territoires occupés et la poursuite des sanctions à l'encontre du peuple palestinien ont fait engendrer une double crise sur le peuple palestinien. C'est pourquoi le Premier ministre Ismaël Hanieh, a jugé la communauté internationale responsable des attaques israéliennes contre Gaza en demandant, également, la levée des sanctions contre les Palestiniens. Le gouvernement élu du peuple palestinien dirigé par le mouvement Hamas a pris les rênes du pouvoir en 2006 et depuis, l'Amérique et certains Etats européens ont abordé la question concernant l'imposition des embargos au mouvement Hamas en les mettant en application. Après un an, début 2007, le gouvernement d'Union nationale de la Palestine composée des mouvements Fatah-Hamas a été formé afin d'aplanir le terrain à la levée d'embargos anti-palestiniens. Cette fois-ci aussi l'Amérique via le quartette de paix a conditionné le fait de reconnaître le gouvernement d'Union nationale de la Palestine à la reconnaissance du régime sioniste par le mouvement Hamas.

La poursuite des attaques du régime sioniste contre les territoires occupés, l'accent mis sur la sauvegarde des territoires palestiniens et la violation de l'engagement des usurpateurs et l'annulation de tous les accords de paix conclus en 1990 constituent des facteurs qui s'imposent pour que le Hamas ne reconnaisse pas le régime sioniste. L'indifférence du régime sioniste aux résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu au sujet de la nécessité du retrait de l'armée d'Israël des territoires occupés, la poursuite de la construction du mur de séparation et la construction des colonies sionistes et les démarches destructives de ce régime à détruire la mosquée d'Al Aqsa, témoignent tous encore une fois les politiques bellicistes et expansionnistes des Sionistes en Palestine. Pour ce faire, le régime sioniste vise à mettre en application sa politique concernant les massacres collectifs dans les territoires occupés afin qu'aucun Palestinien ne réside dans sa patrie. Car la couverture sécuritaire américano européenne pris pour cible le peuple palestinien à l'aide de missile et de d'obus de canons. Et c'est étonnant de voir que l'Occident souhaite la reconnaissance de tel régime par le gouvernement d'Union nationale. Comme vient de le dire le Premier ministre palestinien, la communauté internationale est responsable des impacts du massacre du peuple palestinien et des sanctions qui le frappent.


Jeudi 26 Avril 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires