Politique Nationale/Internationale

Le Parti démocrate donne un aperçu de son programme pro-guerre aux élections américaines


La position de droite, pro-guerre, du Parti démocrate a été exposée pleinement mardi, alors que le leadership du parti présentait un nouveau rapport critiquant l'administration Bush pour ne pas avoir réussi à défendre adéquatement les intérêts de l'impérialisme américain.


Joe Kay
Jeudi 7 Septembre 2006

Le Parti démocrate donne un aperçu de son programme pro-guerre aux élections américaines

Par Joe Kay




Au cours des dernières semaines, de hauts représentants de l'administration Bush ont prononcé une série de discours commémorant les attentats du 11 septembre à l’occasion de leur cinquième anniversaire. Ces discours, empreints de falsifications historiques et d'autres mensonges, ont été conçus pour intimider les opposants de la guerre en Irak, les châtiant comme s'ils étaient les conciliateurs d'une nouvelle idéologie fasciste.

La réaction du Parti démocrate est d'argumenter que ce sont eux, et non pas les républicains, qui sont les plus solides partisans de la « sécurité nationale » et de la « défense » américaines, c'est-à-dire la répression au pays et la guerre. Pas une fois le Parti démocrate n'a critiqué la ligne essentielle de l'administration, qui a utilisé le prétexte des attentats du 11 septembre pour intensifier une politique de néocolonialisme, surtout au Moyen-Orient. Plutôt, les démocrates tentent d'argumenter qu'ils mèneront mieux la « guerre au terrorisme » en confrontant les supposées menaces comme l'Iran et la Corée du Nord.

Ces perspectives ont été exposées dans « The Neo Con : The Bush Defense Record by the Numbers », (Les néo-conservateurs : le bilan chiffré de Bush à la Défense), écrit par Sharon Burke et Harlan Geer pour une organisation qui se nomme le Projet de sécurité nationale de la Troisième Voie. La Troisième Voie est un groupe mis sur pied pour donner une image « progressiste » à des politiques de droite. Burke est le directeur du Projet de sécurité nationale et il rédigeait les discours du département de la Défense sous l'administration Clinton.

Le chef de la minorité à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef de la minorité au Sénat, Harry Reid, ont approuvé le rapport : un fait qui montre clairement que la politique qu'il expose correspond à la ligne officielle du Parti démocrate. Le rapport a été présenté officiellement lors d'une conférence de presse à laquelle participaient Reid, le sénateur démocrate Dick Durbin, le général Wesley Clark et Burke.

L'attitude générale des démocrates apparaît clairement dès le tout début du rapport qui cite, en les approuvant, des commentaires de William Kristol, un des chefs idéologiques derrière le militarisme de l'administration Bush. Il cite Kristol déclarant : « La Corée du Nord lance des missiles. L'Iran tente de développer l'arme nucléaire. La Somalie est contrôlée par des radicaux islamiques. La situation en Irak ne s'améliore pas, et celle en Afghanistan devient pire... Je reconnais beaucoup de mérite au président pour tenir bon en Irak. Mais je crains que cela les ait rendus trop passifs pour pouvoir confronter les autres menaces. »

Voilà la position que tentent plus ou moins de défendre les démocrates. L'occupation de l'Irak, ou plutôt la manière dont cette occupation est menée, empêche le gouvernement des États-Unis de s'attaquer à des problèmes plus « pressants », particulièrement le problème de l'Iran. Les démocrates soutiennent qu'une nouvelle stratégie est nécessaire en Irak afin de libérer l'armée pour qu'elle puisse affronter ces autres problèmes.

« Le nombre des attentats et des recrues terroristes augmente à l'échelle du globe, affirme le rapport, plusieurs de nos ennemis sont plus forts, leur rayon d'action plus grand, leurs armes de destruction massive sont plus développées, nombreuses et disponibles. Au même moment, l'influence américaine auprès de nos alliés s’est affaiblie : nos « amis » ne sont pas avec nous en Irak. Et une intervention militaire trop prolongée et exigeante pour les troupes a épuisé les ressources militaires et placé l'Amérique dans une position moins avantageuse pour projeter sa puissance dans les régions troubles qu'avant le 11 septembre. »

Traitant de l'Irak, le rapport de la Troisième Voie souligne la crise de l'occupation américaine, notant que le nombre de personnes tuées, tant Irakiens que soldats américains, augmente continuellement. Il déclare que l'Irak est devenu un refuge de « terroristes » qui est sur le bord d'une « guerre civile totale. »

Burk et Geer ne présente aucune alternative à la politique de l'administration Bush et n'appellent pas pour la fin de l'occupation. La principale position avancée par les démocrates cependant est « le redéploiement stratégique » — le transfert sélectif de troupes vers d'autres régions de l'Irak et du Moyen-Orient. D'autres démocrates flirtent avec l'idée d'appuyer une partition du pays, qui pourrait mener à la violence et au nettoyage ethnique à grande échelle.

Mardi, l'administration Bush continuait de proférer des menaces contre l'Iran, dévoilant une nouvelle « Stratégie nationale pour combattre le terrorisme » qui déclare que l'Iran est l’« Etat le plus actif dans le soutien au terrorisme international ». Lors d'un discours mardi, Bush tentait d'établir un lien entre le gouvernement de l'Iran et al-Qaïda et déclarait « Les nations libres du monde ne vont pas permettre à l'Iran de développer l'arme nucléaire. »

Il y a toutes les raisons de croire que l’administration Bush prépare une frappe militaire contre l'Iran sous une forme ou une autre. Quelle sera la réponse du Parti démocrate ? Ils vont donner un appui crucial à une telle intervention. Le rapport de la Troisième Voie critique l'administration Bush sur l'Iran de la droite, le dénonçant pour avoir « donné à forfait la tâche de contenir le programme nucléaire iranien aux européens et à l'ONU ».

L'administration Bush « a été incapable de contenir l'Iran, » déclare-t-il. « Au mieux, l'Iran utilise ses ambitions nucléaires pour forcer les puissances occidentales à reconnaître les demandes de l'Iran pour la reconnaissance économique et l'influence politique. Au pire, il est déterminé à posséder ces armes pour s'établir en tant que dirigeant du monde islamique. »

Le rapport inclus également une section sur la Chine, dans lequel il affirme, « Nous perdons peut-être un partenaire pour gagner un sérieux rival. » La Chine est devenue « une puissante puissance régionale, agissant parfois contre les intérêts de l'Amérique dans les domaines de la Corée du Nord et de l'Iran », aussi bien qu’en Amérique du Sud et en Afrique. Si les Etats-Unis devaient entreprendre une action militaire contre l'Iran ou la Corée du Nord et que ceci entraînait une confrontation avec la Chine, ces déclarations sont une indication claire que les démocrates l'appuieraient.

Un des principaux objectifs des démocrates est d’obtenir l’appui d’une section des militaires qui est de plus en plus mécontente envers l’administration Bush, plus particulièrement envers le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld. Des démocrates dirigeants ont dans ces derniers jours renouvelé leurs appels à l’administration Bush pour que Rumsfeld soit limogé. Le mécontentement est le plus grand parmi les sections des officiers de haut rang profondément préoccupées que l’armée en tant qu’institution a été sérieusement sapée. Le recrutement connaît une forte baisse. Le moral est au plus bas. De larges sections de l’armée sont impliquées dans l’occupation de l’Irak, ce qui rend difficile pour l’impérialisme américain de se présenter comme une menace sérieuse pour d’autres pays.

« Notre supériorité n’est pas remise en question, peut-on lire dans le rapport de la Troisième Voie. Mais au cours des quatre dernières années, le président a étiré l’armée à un point de crise. » Le rapport cite plusieurs statistiques illustrant cette crise. Il faut une nouvelle stratégie, concluent les auteurs, pour que la puissance du militarisme américaine se déploie de nouveau.

Une réponse potentielle à ce que les démocrates voient comme une force inadéquate de l’armée est le retour de la conscription obligatoire, une possibilité qui a été suggérée par le représentant John Murtha mardi. Les liens étroits qu’il entretient avec des sections de l’armée sont bien connus.

Ni dans le rapport de la Troisième Voie, ni dans les commentaires des démocrates dirigeants, on ne peut trouver de débats sur les véritables objectifs de la guerre en Irak et des menaces de guerre en Iran — s’emparer du pétrole et des autres ressources naturelles pour donner un avantage à la classe dirigeante américaine contre leurs rivaux potentiels, y compris la Chine. Il n’y a aucune mention de ces buts parce que le Parti démocrate les accepte et les approuve.

Les démocrates avancent cette position de droite au moment où les sondages indiquent que deux tiers de la population sont contre la guerre en Irak. Les démocrates encore une fois font la preuve qu’ils sont incapables de faire appel à ce sentiment. Ils n’ont aucun désir de mener leur campagne pour les élections de novembre sur la base du sentiment anti-guerre, parce que cela créerait des attentes que les démocrates, étant les loyaux défenseurs des intérêts de l’impérialisme américain, ne pourraient satisfaire.

(article original anglais paru le 6 septembre 2006)


Jeudi 7 Septembre 2006


VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires