EUROPE

Le Non irlandais au traité de Lisbonne : un 'incident', d’après Sarkozy


Dans la même rubrique:
< >

"Il faut que les autres continuent à ratifier, (...) de façon à ce que cet incident irlandais ne devienne pas une crise", déclare Nicolas Sarkozy à la suite du résultat du référendum irlandais. Un "incident" : voilà donc comment il qualifie la victoire du Non au traité de Lisbonne avec 53,4% des suffrages.


Olivier Bonnet
Dimanche 15 Juin 2008

Le Non irlandais au traité de Lisbonne : un 'incident', d’après Sarkozy
Le traité n’était-il pas censé ne pouvoir s’appliquer que ratifié par tous les Etats de l’Union européenne ? Naïfs ceux qui croyaient que le verdict populaire pourrait freiner la construction européenne telle que l’ont décidé nos "élites". Les Français et les Néerlandais votent-ils Non au Traité constitutionnel européen en 2005 ? Pas grave, on leur réécrit un texte incompréhensible pour ne pas qu’ils s’aperçoivent qu’il s’agit d’une copie conforme et on le ratifie entre soi, la majorité de la classe politique étant d’accord pour violer ainsi la démocratie. Et pareil pour tous les membres de l’UE, qui privent leur peuple de donner son avis. Un seul pays est-il obligé par sa Constitution d’organiser un référendum et ses citoyens se prononcent-ils nettement pour le Non ? Passons outre !
Merci pour la belle leçon de démocratie.

Rappelons ce qu’a dit Sarkozy le 14 novembre 2007, lors d’une réunion à huis-clos de parlementaires européens à Strasbourg (rapporté par le quotidien britannique The Telegraph) : "La France n’était qu’en avance sur les autres pays dans son vote pour le « non ». La même chose arriverait dans tous les Etats membres si un référendum y était organisé. Il y a un clivage entre les peuples et les gouvernements. Un référendum aujourd’hui mettrait l’Europe en danger. Il n’y aura pas de traité si un référendum a lieu en France, et il en va de même pour un référendum au Royaume-Uni."

Voilà donc l’incroyable cynisme du président français : il ne faut surtout pas faire voter les peuples, sans quoi ils refusent de cautionner l’Europe telle que leurs dirigeants la conçoivent (ultralibérale et atlantiste). Mais la leur imposer tout de même, de force.

Pour la bonne bouche, ajoutons que Sarkozy déclare aussi : "il faut qu’on réfléchisse tous ensemble. Ce n’est pas un hasard, ce n’est pas une surprise. Beaucoup d’Européens ne comprennent pas la façon dont on construit l’Europe en ce moment. Faut qu’on en tienne compte, et qu’on en tienne compte très rapidement et qu’on change notre façon de faire l’Europe". Rectification, Monsieur le président : ils ne le comprennent que trop bien, et saisissent toutes les occasions qu’on leur offre pour exprimer leur refus ! Il dit vouloir morano piggydonc "tenir compte" du vote irlandais. La dernière fois que Sarkozy a promis qu’il tiendrait compte du résultat d’une élection, c’était à l’occasion des dernières municipales. Les Français ont infligé un camouflet à sa majorité. Comment en a-t-il tenu compte ? En virant son porte-parole et en intégrant de nouveaux ministres au gouvernement, parmi lesquels la calamiteuse Nadine Morano, pourtant atomisée dans la ville de Toul, où elle présentait sa candidature à la mairie : non seulement la candidate de l’union de la gauche a été élue avec 43,69% des voix, mais Morano n’est même pas arrivée en deuxième position, devancée qu’elle fut, avec ses 26,26%, par un candidat "divers droite" (à 30,05%) ! Les habitants de Toul savent à présent comment le menteur de l’Elysée tient compte d’un vote. Les Français aussi, puisque la politique menée n’a absolument pas été infléchie à la suite du vote de rejet massif qui l’a sanctionnée - même si la dimension locale a aussi bien sûr compté. Et cette fois, il va tenir compte du Non irlandais ? Comment ? "J’ai bien l’intention que nous prenions des initiatives, je pense à une politique européenne de l’immigration", annonce-t-il, mentionnant également une "réponse européenne" à la flambée du pétrole. On comprend mieux : une hypothétique action "pouvoir d’achat" concernant les prix à la pompe et le repli xénophobe pour faire, avec son allié Berlusconi et ses amis post-fascistes, de l’UE une forteresse imprenable. Mais nulle remise en question de la construction européenne telle qu’elle est désavouée par les euro-citoyens.

Dormez tranquille, l’euro-dictature veille sur vous.

http://plumedepresse.info/ http://plumedepresse.info/



Dimanche 15 Juin 2008


Commentaires

1.Posté par Zorro m.d.s le 15/06/2008 13:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ah la la nos dirigeants sont décidément allergique à la démocratie...

2.Posté par Mélusine le 16/06/2008 13:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quel cynisme en effet!!! mais rien ne m´étonne venant de Nicolas Sarkozy.
Le meme cynisme se retrouve dans les paroles de Néro: "donnons leur du pain et des jeux"! parlant du peuple. Nous nageons en pleine hystérie du foot, ce qui va bien servir le jeu de l´élite. D´autant plus que le pain va venir á manquer....Quelle parfaite orchestration.
Réjouissons-nous du vote des irlandais, un petit peuple qui défie nos politiciens corrompus.

3.Posté par Manu le 16/06/2008 17:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Peut-on trahir impunément le peuple français? Il va bien falloir qu'il rende des comptes le Magyar!

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires