Propagande médiatique, politique, idéologique

Le Nation et la campagne Obama


Le « numéro special de la convention » du magazine Nation comporte un long article intitulé « Progressistes lors du moment Obama », qui cherche à convaincre ceux qui sont opposés à la guerre et aux politiques réactionnaires de l’administration Bush de se rallier derrière la campagne du candidat présidentiel démocrate Barack Obama.


Samedi 30 Août 2008

Le Nation et la campagne Obama
Par Jerry White




Les auteurs de l’article se lancent dans des contorsions verbales dans le but d’élaborer la notion qu’Obama représente une impulsion progressiste et anti-guerre aux dimensions d’une portée considérable (« La nomination d’Obama met la table pour une élection avec de profonds changements ») avec le fait évident que ses présentes politiques sont d’un caractère tout à fait conventionnel et s’intègrent très bien dans les cadres d’un consensus de droite des politiques américaines bourgeoises.

Le résultat est un article chargé de contradictions internes et de phrases déconnectées. Il montre la combinaison d’aveuglement, de cynisme et de tromperie qui est caractéristique du Nation et du milieu de libéraux de gauche et d’ex-radicaux qui s’accrochent au parti Démocrate et concentrent leurs efforts à garder le mécontentement social dans les voies politiques sûres du système à deux partis.

L’article, par Robert L. Borosage et Katrina vanden Heuvel, a deux objectifs essentiels. Le premier est d’étouffer le désillusionnement croissant envers Obama parmi les partisans du tout début de sa campagne, incluant les lecteurs du Nation, et de garantir sa victoire en novembre. Le deuxième est de définir à l’avance les paramètres légitimes de l’opposition sociale et des protestations qui émergeront sous une administration Obama.

Les auteurs font tout sauf reconnaître que dans sa campagne, Obama n’a pas mis de l’avant un agenda qui se démarque significativement des administrations précédentes—républicaines et démocrates—qui, disent-ils, étaient guidées par « des idées conservatrices qui ont dominé nos politiques pendant trois décennies. »

Ils tentent d’argumenter que, malgré cela, une administration Obama sera beaucoup plus exposée aux pressions des supposés progressistes, comme le Nation, pour rejeter les politiques de droite et adhérer à un agenda progressiste et anti-militariste.

Obama, disent-ils, sera « limité par le consensus étroit d’un establishment qui n’est pas encore capable de contempler les changements nécessaires pour mettre ce pays à nouveau sur la bonne voie. Pour avoir du succès, sa présidence devra être plus audacieuse et radicale qu’elle ne l’imagine présentement.

« Avec un candidat historique, il est vital, en raison des conditions difficiles et d’un consensus limité, que les progressistes pensent clairement et agissent de manière indépendante en forgeant une stratégie au cours des prochains mois. »

Ils n’expliquent pas pourquoi Obama est un « candidat historique », autrement qu’en insinuant—par une brève référence à Martin Luther King Junior—que c’est parce qu’il est afro-américain.

Ils reconnaissent rapidement que « plusieurs personnes à gauche » ont été « consternées » par les « compromis et les récidives » d’Obama. Mais, ils ajoutent : « La majeure partie du supposé recul a été exagérée » attribuant cette « exagération » à l’influence des stratèges républicains sur les médias.

Une exagération ? Vraiment ?

Les archives montrent que quelques jours après s’être assuré de la nomination, la campagne d’Obama a commencé sa marche vers la droite.

*Le premier geste majeur d’Obama fut la nomination de Jason Furman, un habitué de Wall Street connu pour ses positions patronales, comme directeur de politique économique.

*Par la suite vint sa dénonciation de la décision de la Cour suprême qui rendait illégale l’exécution des gens reconnus coupable de viol sur des enfants et de son signal au lobby des armes à concernant la décision de la Cour d’invalider la loi sur le contrôle des armes à feu de Washington DC.

*En juin et en juillet dernier, il a procédé à une « Tournée patriotique » afin d’associer sa campagne au militarisme américain, tout en s’éloignant de sa promesse de retirer les forces de combat de l’Irak avant une date butoir, promesse qu’il avait faite lors de la campagne des primaires.

*Cela a été suivi d’une promesse d’élargir de façon substantielle le programme de l’administration Bush qui fournit du financement fédéral aux organisations communautaires religieuses.

*Le 10 juillet, Obama a voté au Sénat pour étendre le programme de mise sur écoute sans mandat et fournir l’immunité aux compagnies de télécommunications qui avaient facilité l’opération d’espionnage illégale à l’intérieur des Etats-Unis par la Maison-Blanche.

*Pendant sa tournée en Irak, en Afghanistan et en Europe, Obama a montré clairement que son appel pour les retrait des troupes de combats étaient lié à sa proposition de déployer jusqu’à 10 000 soldats en Afghanistan pour intensifier la guerre et même l’étendre jusqu’au Pakistan. Au même moment, il a louangé les résultats de « l’escalade » de Bush et a montré de façon évidente qu’il laisserait un nombre suffisant de soldats américains en Irak pour maintenir une occupation à long terme du pays.

*Plus récemment, Obama s’est joint à Bush et au candidat républicain présidentiel John McCain en menaçant la Russie et en appelant à des représailles pour son intervention contre le régime fantoche américain en Géorgie. Il a soutenu les provocations militaires de Bush, incluant l’établissement d’une présence militaire américaine permanente en Pologne.

*Finalement, dans une action réalisée après la publication de l’article du Nation, Obama a choisi Joseph Biden, une présence de longue date dans le Sénat américain et un partisan depuis le début de la guerre en Irak, comme candidat à la vice-présidence.

Malgré ces faits, le Nation soutient que « Ces questions ne devraient pas nous détourner de la principal réalité : cette élection présente un total contraste idéologique. »

Mis à part leur assertion, qui est fausse, qu’Obama va mettre un terme à l’occupation de l’Irak, les auteurs n’essaient même pas de démontrer leur affirmation selon laquelle Obama représente un « total contraste idéologique » face à McCain.

En réalité, ils admettent essentiellement tout le contraire.

« Concernant la sécurité nationale, les deux candidats se sont engagés à augmenter la force militaire, ajoutant plusieurs milliards à un budget gonflé qui correspond à près de la moitié des dépenses militaires mondiales. Les deux acceptent pleinement le rôle de policier mondial des Etats-Unis; aucun ne propose de démanteler l’empire américain de bases militaires. Les deux semblent avoir comme objectif d’intensifier l’occupation de l’Afghanistan. Aucun n’a osé accepter la conclusion de la conservatrice RAND Corporation selon laquelle le concept même de “guerre contre le terrorisme” est contreproductif et que des services de renseignement agressifs et une coopération policière devraient être au coeur de notre stratégie », écrivent-ils.

Voilà pour le « total contraste idéologique » sur la politique étrangère.

Qu’en est-il des questions internes ?

« Obama, poursuivent-ils, appelle à un second plan économique basé sur les énergies nouvelles et la reconstruction des Etats-Unis, mais il ne propose rien du domaine des grands projets publics — un mélange d’investissements publics, de stratégie économique mondiale améliorée, de politiques industrielles et de réglementation financière — qui seraient essentiels pour redonner un souffle à la véritable économie tout en réagissant à la menace des changements climatiques catastrophiques.

« Obama propose des soins de santé abordables pour tous comme un pan majeur de son programme, mais il n’a pas parlé de l’effritement du contrat social privé auquel participent les corporations et les syndicats... Il a présenté des principes encourageants de réforme financière dans son discours de Cooper Union en mars, mais il ne s’est pas opposé au sauvetage de Wall Street, et il n’a pas mobilisé d’appui dans le but de surveiller le mystérieux système bancaire qui s’est avéré si destructeur par son avidité.

« Obama défend les réformes sociales libérales, mais une véritable guerre à la pauvreté, ou des plans pour transformer notre violent système criminel d’injustice qui détruit les vies de jeunes hommes des minorités, n’apparaissent pas encore à son programme. »

On peut difficilement qualifier ce programme tout à fait conventionnel et conservateur de « total contraste idéologique » par rapport aux politiques sociales de droite de son opposant.

Les auteurs ne font pas mieux pour la question des droits démocratiques. « Et bien qu’Obama soit un ancien professeur de droit constitutionnel, il n’a pas exigé le démantèlement de la présidence impériale », écrivent-ils.

Le candidat démocrate « n’est peut-être pas un progressiste de notre mouvement », admettent Borosage et vanden Heuvel, « et il peut avoir désappointé les activistes avec ses récents compromis », mais ils insistent : « N’ayez crainte, son élection entamera une nouvelle ère de réformes dont l’ampleur dépendra, comme le dit souvent Obama, de la mobilisation indépendante progressiste pour maintenir la pression et supplanter les intérêts bien établis. »

Malgré tout cela, ils insistent qu’Obama est au fond soit un véritable progressiste ou un politicien qui peut, sous la pression populaire, être transformé en progressiste. Ceux qui s’opposent à la guerre et à la réaction sociale doivent gagner son âme et contrer l’influence du « solide pouvoir de l’ordre établi » qui est formé de lobbies agressifs : le complexe militaro-industriel, Wall-Street et les intérêts corporatistes. »

Incidemment, Obama — un multimillionnaires et vétéran de la machine politique du parti démocrate à Chicago — est d’une certaine façon, mystérieusement séparé de ce « solide pouvoir ».

Rejetant toute analyse de classe du candidat démocrate et de son parti, le Nation le présente comme une sorte de force désincarnée, flottant au dessus des intérêts de classe et, au moins potentiellement, libre des enchevêtrements politiques et économiques. Il s’entoure peut être effectivement de conseillers de Wall Street et d’initiés de Washington et compte sur les millions de dollars corporatifs pour financer sa campagne, mais d’une façon ou d’une autre, sous la pression populaire, il peut être forcé de mener des luttes contre cet ordre établi.

Un exemple particulièrement évident de ce double langage qui pénètre cet article est la contradiction suivante : À un certain point, lorsqu’ils cherchent à gagner les indécis à lutter pour une victoire d’Obama, les auteurs affirment que l’élection pourrait produire « une majorité réformiste croissante dans les deux chambres du Congrès. » Mais plus tard, lorsqu’ils établissent les paramètres d’actions politiques « progressistes » légitimes sous une présidence Obama, ils écrivent : « Bien que les démocrates vont jouir d’une plus grande majorité dans les deux chambres, il est plus probable que leurs caucus soient moins progressif puisqu’ils gagnent des sièges dans des districts très conservateur, anciennement républicains. »

Le dernier point — une aveu fait avec honte, de la trajectoire droitiste du parti démocrate dans son ensemble — est fait dans l’intention de mousser leur appel pour le développement d’un mouvement « indépendant de l’administration ou de la direction démocrate au Congrès » pour surmonter les contraintes de l’establishment, qui va tenter d’empêcher Obama de mettre en œuvre son « agenda réformiste ».

« Les progressistes seront les plus forts, ont-ils continué, en se mobilisant de façon indépendante pour soutenir les promesses d’Obama. Nous pouvons organiser une pression de l’électorat sur les politiciens qui barrent le chemin, ce que même un président avec un réseau d’activistes comme Obama peut avoir de la difficulté à faire. Nous pouvons mettre à nu les lobbys, les intérêts et les manœuvres secrètes ayant pour but de limiter les réformes. »

Sans même considérer le fait qu’ils ont pratiquement admis le vide des promesses d’Obama, la façon dont ils considèrent la lutte « progressiste » mérite que l’on s’y attarde un peu.

La coalition qu’ils espèrent construire comprendra les « progressistes du Sénat et de la Chambre des représentants, dont plusieurs sont regroupés autour du Caucus progressiste ». On trouve aussi dans la liste les fédérations syndicales AFL-CIO et Change to Win (Changer pour gagner) et une pléthore de groupes de pressions et de think tanks associés au Parti démocrate.

En d’autres mots, le mouvement soi-disant indépendant comprendra de grandes sections du Parti démocrate et demeurera entièrement dans l’orbite politique de ce parti.

Le Nation ne peut pas plus expliquer comment un tel mouvement représente une alternative à « l’ordre établi » et qu’il ne peut établir les crédits d’Obama en tant que réformiste. Tant par son soutien à Obama que dans son insistance que toute opposition sociale après l’élection doit être dirigée sur le Parti démocrate, le Nation se révèle précisément être un appui essentiel pour l’ordre réactionnaire auquel il déclare s’opposer. Il n’est est en fait que le flanc « gauche ».

Naturellement, le milieu politique duquel le Nation est le porte-parole a un intérêt direct dans l’issue de l’élection. Il espère que l’arrivée au pouvoir d’une administration démocrate sera une occasion pour plusieurs dans ses rangs d’obtenir des postes de choix et d’améliorer leur statut au sein de l’appareil du pouvoir à Washington DC en tant qu’adjoints de membres du Congrès, de fonctionnaires syndicaux ou de recherchistes pour les think tanks de la capitale liés au Parti démocrate.

Finalement, lorsque l’on réduit leurs contorsions verbales et galimatias à l’essentiel, leur argument est essentiellement qu’Obama est le fer de lance d’un programme de réformes progressistes parce qu’il est du Parti démocrate, et de plus, un noir.

Quel est essentiellement le but politique du Nation ? Empêcher à tout prix le développement d’un mouvement de masse d’opposition sociale qui rompra avec le Parti démocrate et le système des deux partis. Il voit son rôle comme consistant à bloquer et à retirer d’avance toute légitimité à un développement d’un mouvement de la classe ouvrière contre le système capitaliste réellement indépendant politiquement.

http://www.wsws.org http://www.wsws.org



Samedi 30 Août 2008


Commentaires

1.Posté par souad le 30/08/2008 11:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le fait évident que ses présentes politiques sont d'un caractère tout à fait conventionnel et s'intègrent très bien dans les cadres d'un consensus de droite des politiques américaines bourgeoises. D'accord à 150 %.
Ils n'expliquent pas pourquoi Obama est un « candidat historique », autrement qu'en insinuant-par une brève référence à Martin Luther King Junior-que c'est parce qu'il est afro-américain. d'accord à 300 %?
Honte aux enfants de M. King de trahir la pensée de leurs père.
M.King a dit, dans sa fameuse phrase historique, qu'il souhaitait que les enfants blanc et noir jouent ensemble et non pas, ce que sous entendent ses enfants.
Mais comme vous le savez, L'americain dream...you have to sleep to believe it !

2.Posté par mximus le 30/08/2008 12:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

democrates ou republicains,c'est kif kif.Ce sont deux parties sionistes le meme caca.

3.Posté par sagette le 30/08/2008 14:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une chose est sure si maccain passe, il ne s'enrichira pas,car il est déjà riche, si obama passe il fera tout pour s'enrichir, mais comme ce n'est ni l'un ni l'autre qui gouvernera, quelle importance !! Vous savez bien qui est aux commandes ! C'est cela qui devrait changer.

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires