Palestine occupée

Le Liban s’abstient de dévoiler les vrais chiffres des pertes en vie humaines


Les chiffres et les cibles touchées sont officiellement occultés au Liban pour des raisons de « stratégie de défense en période de guerre ».


Farid@evhr.net
Vendredi 21 Juillet 2006

Le bilan des tués, essentiellement des partisans du Hezbollah, est toujours gardé sous silence. Le ministre de l’information Ghazi Aridi aurait demandé aux medias locaux, et ce depuis le déclenchement des opérations militaires, de ne pas dévoilé les chiffres officiels des victimes ni de montrer dans leur medias les destructions ou les cibles visées par l’aviation israélienne.

Selon des sources proches du gouvernement les pertes humaines s’élèveraient à plus de trois mille tués. Le nombre d’appartements et de maisons entièrement détruits s’élèverait à plus de 17 000. Tel est le bilan officieux des conséquences des représailles israéliennes déclenchées le 12 Juillet.

D’autre part, le bilan des pertes en vie humaines à l’intérieur du « carré sécuritaire » dans la banlieue Sud de Beyrouth, à l’intérieur duquel serait réfugiés tous les chefs dirigeants du Hezbollah, dont son secrétaire général Hassan Nasrallah, est toujours gardé sous le sceau du secret.

Libanoscopie édition du 20 juillet 2006










Vendredi 21 Juillet 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires