Politique Nationale/Internationale

Le Liban dans un état d'incertitude



Dimanche 15 Juin 2008

Trois semaines après l'élection du nouveau président de la République et la reconduction de Fouad Siniora dans ses fonctions de premier ministre, le Liban se trouve, toujours, dans un état d'incertitude. Les inquiétudes face au processus long de la formation du nouveau gouvernement se sont multipliées et ce à tel point que le Secrétaire général de la Ligue arabe a rejoint sa voix à celle du groupe du 8 mars pour exprimer son regret et sa préoccupation devant la non formation du nouveau gouvernement. En fait, l'accord de Doha a mis un terme à la crise politique du Liban qui a duré 18 mois. Suite à l'élection de Michel Sleimane au poste du Président de la République a annoncé une perspective prometteuse pour le règlement de la crise libanaise. A Doha, les parties libanaises se sont mises d'accord sur la répartition des portefeuilles ministériels. Conformément à l'accord de Doha, 16 ministres du gouvernements revient au groupe au pouvoir du 14 mars, 11 ministres au groupe d'opposition du 8 mars et 3 ministres seront choisis par le Président de la République par des personnalités indépendantes et neutres. Au Liban, des analystes politiques considèrent le parti au pouvoir comme responsable du retard pris dans la formation du gouvernement. Selon, le parti au pouvoir tente de ralentir le processus de la formation du gouvernement pour arracher des concessions au groupe d'opposition du 8 mars. De toute évidence, Fouad Siniora, reconduit dans ses fonctions, sous des pressions des Etats-Unis, s'est montré faible voir incapable de former le nouveau gouvernement. L'intéressant c'est que les divergences ne se limitent pas aux groupes du parti au pouvoir et l'opposition, car elles se sont étendues au sein du groupe du 14 mars où on se rivalise pour réclamer des postes ministériels clés. Pour l'instant, en ce qui concerne la répartition des portefeuilles ministériels en vue de la formation du nouveau gouvernement, le courant du 14 mars veut avoir des postes ministériels clés de l'Intérieur, de la défense, des Affaires étrangères, et des Finances, ce qui a plongé le Liban dans un état d'incertitude et ce à 10 mois des prochaines élections législatives. Les Etats-Unis tentent, toujours de déstabiliser le Liban et le courant du 14 mars se trouve une fois de plus face au dilemme du maintien de l'unité et de l'autorité nationale et de la soumission aux Etats-Unis.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Dimanche 15 Juin 2008

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires