Palestine occupée

Le Hezbollah refuse de rencontrer Carter


Dans la même rubrique:
< >


Vendredi 12 Décembre 2008

Le Hezbollah refuse de rencontrer Carter
Le Hezbollah a refusé de rencontrer l’ancien président américain Jimmy Carter. Selon le chef du bloc de la Résistance au parlement libanais Mohammad Raad, la position du Hezbollah « consiste à ne rencontrer aucun responsable de l’administration américaine qui soutient le terrorisme sioniste ».

L’ancien président américain a néanmoins rencontré le président libanais Michel Suleimane. Les deux hommes se sont entretenus « des échéances électorales et régionales, entre autre l’instauration des relations diplomatiques entre la Syrie et le Liban, ainsi que la résolution 1701, la question des hameaux de Chébaa, la situation des Palestiniens et le refus de leur implantation au Liban » a révélé un communiqué du palais présidentiel.

Carter s’est également rendu au siège de la Finul à Nakoura, au Liban sud où il fut accueilli par le commandant général Claudio Graciano et un nombres d’officiers supérieurs de la force onusienne. Par la suite, Carter a rendu hommage à cette force, estimant que « son déploiement auprès de l’Armée libanaise a contribué à l’instauration d’un nouveau climat de sécurité, reconnu comme tel par les deux gouvernements libanais et israélien », selon Carter, « la présence de la Finul favorise les efforts diplomatiques et politiques visant pour un cessez-le-feu durable et en faveur d’une solution à long terme du conflit » a-t-il jugé avant de quitter la base.
Ce mercredi, l’ancien président américain a effectué une série de rencontres au sein du parlement avec les différents blocs politiques, notamment celui de la Libération et de la Reconstruction, et devant lesquels il a déclaré qu’il est en passe d’étudier l’éventualité de dépêcher les représentants de son organisme, pour surveiller l’échéance électorale prochaine, à condition qu’il obtienne l’assentiment du gouvernement. Précisant que « le rôle de ces surveillants se limitaient à vérifier la mise en application de la loi électorale ». Carter a réitéré sa proposition lors de sa rencontre avec le ministre de l’intérieur Ziad Baroud, qui lui exprimé que la question sera débattue au Conseil des ministres. Interrogé sur cette question, le chef du bloc de la Résistance Mohammad Raad a donné la même réponse.
En outre, il fut question au sein du parlement entre l’ancien président américain, qui fut derrière la signature de l’accord de paix entre l’entité sioniste et l’Egypte, et Les députés du bloc de la Libération et de la reconstruction du processus de paix au Proche Orient. Affichant son optimisme sur la reprise du processus de paix avec la nouvelle administration américaine, il a cependant émis l’espoir que le futur président « en fera l’une de ses principales priorités ».

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Vendredi 12 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par FARID Y le 12/12/2008 17:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

+1 pour Le Hezbollah !!!

il faut envoyer chier ce s*le sioniste de gauche.

Surtout,carter est le caniche de david rockefeller, lancé par la commission trilatérale et brezinski dans le rôle de relais mondialiste.

sous son administration a débuté le financement de al quaida par la cia.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires