Palestine occupée

Le Hamas et Israël conviennent d’une trêve



Mercredi 18 Juin 2008

A l’issue de plusieurs mois de négociations indirectes par l’intermédiaire de l’Egypte, le mouvement islamiste palestinien Hamas et Israël ont convenu mardi d’une trêve qui doit entrer en vigueur jeudi matin.

Le Mouvement de la résistance islamique a confirmé cet accord, annoncé au Caire par un haut responsable égyptien. Israël ne l’a ni démenti ni confirmé, mais a annoncé l’envoi en Egypte de son négociateur Amos Gilad.

D’après un haut responsable égyptien cité par l’agence officielle MENA au Caire, le Mouvement de la résistance islamique et l’Etat hébreu se sont mis "d’accord sur la première phase" d’un ensemble de propositions égyptiennes en vue de mettre fin aux violences dans le territoire côtier palestinien, sous contrôle du Hamas depuis un an. Cette première phase de "calme réciproque et simultané" doit débuter jeudi matin à 6h locales (3h GMT).

L’Egypte, et en particulier son chef des services de renseignement Omar Souleimane, joue depuis plusieurs mois un rôle de médiateur entre Israël et le Hamas, qui refusent tout dialogue direct. Le Mouvement de la résistance islamique refuse l’existence de l’Etat hébreu, qui considère le Hamas comme une organisation terroriste, ayant revendiqué de nombreux attentats suicide.

Le Caire, selon le haut responsable, "espère que les deux parties déploieront tous les efforts pour faire un succès" de cette trêve. Si le calme règne pendant au moins trois jours dans le territoire palestinien objet depuis d’un an d’un blocus israélien, l’Etat hébreu autorisera une réouverture partielle des points de passage avec l’extérieur. Une semaine plus tard, le blocus sera encore allégé, a précisé le responsable égyptien.

A terme, en cas de respect de la trêve, Israël pourrait envisager la réouverture du point de passage de Rafah entre Gaza et l’Egypte, fermé en juin 2007 après la prise violente du pouvoir par le Hamas. La trêve doit durer au moins six mois et comprend une possibilité d’extension à la Cisjordanie, selon le dignitaire égyptien.

Le Hamas, dont la réouverture des points de passage et la levée du blocus israélien constituent les principales conditions à un accord, a confirmé la conclusion d’une trêve. "Nous allons respecter la date que va fixer l’Egypte" pour son entrée en vigueur, a déclaré un porte-parole du mouvement islamiste, Sami Abou Zouhri. Mais le Hamas a averti qu’il se réserve le droit de riposter à "toute agression sioniste", alors que trois raids de l’aviation israélienne ont fait mardi six morts dans le sud de la bande de Gaza.

Israël, qui réclame l’arrêt des tirs de roquettes quasi quotidiens visant le sud du pays depuis Gaza et a riposté par des bombardements, n’a ni confirmé, ni démenti la trêve. "Ce qui est important, ce ne sont pas seulement les mots mais aussi les actes. S’il y a une absence totale d’attentats contre Israël venant de Gaza, si l’accumulation d’armes dans la Bande de Gaza cesse et s’il y a du mouvement sur l’otage Gilad Schalit, alors il y aura effectivement une nouvelle réalité", a commenté le porte-parole du gouvernement israélien Mark Regev.

Des responsables israéliens de la défense ont pour leur part déclaré s’attendre à l’ouverture dimanche de négociations sur le sort du soldat israélien Gilad Schalit, capturé en juin 2006 par des groupes islamistes palestiniens liés au Hamas. Les six militants tués mardi lors d’un des raids israéliens étaient membres d’une des factions impliquées dans l’enlèvement, l’Armée de l’Islam. Selon un responsable du Hamas à Gaza, un accord sur la réouverture du point de passage de Rafah pourrait déboucher sur la libération de Gilad Schalit.

http://www.aloufok.net http://www.aloufok.net



Mercredi 18 Juin 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires