Palestine occupée

Le Fatah et le Hamas vers un dialogue après un an de brouille



Vendredi 6 Juin 2008

Le Fatah et le Hamas vers un dialogue après un an de brouille
Le président palestinien Mahmoud Abbas et le Hamas semblaient jeudi s’acheminer vers un dialogue en vue d’une réconciliation, un an après la violente prise de pouvoir par les islamistes dans la bande de Gaza.

Dans un discours mercredi soir à Ramallah en Cisjordanie, M. Abbas a lancé un appel inattendu au dialogue avec le Hamas, qui avait délogé son parti, le Fatah, du pouvoir à Gaza en juin 2007.

Son initiative a été favorablement accueillie par le Hamas qui doit y apporter jeudi une réponse formelle lors d’un discours prévu en soirée d’Ismaïl Haniyeh.

M. Abbas a préconisé un dialogue sur la base d’une initiative yéménite acceptée en mars par les deux partis mais restée lettre morte en raison de divergences d’interprétation.

Le principal point de désaccord portait sur l’exigence de M. Abbas d’un retour à la situation qui prévalait avant la prise du pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza, condition rejetée par le Hamas.

Or M. Abbas n’a pas formulé cette condition dans son discours et s’est abstenu de qualifier de "putsch" le coup de force du Hamas à Gaza comme il en avait l’habitude, se contenant de parler de "divisions".

"L’appel du président Abbas diffère de ceux qu’il a lancés avant et qui comportaient des conditions empêchant tout dialogue", a relevé jeudi le porte-parole du Hamas Sami Abou Zouhri.

M. Abou Zouhri a relevé que l’appel de M. Abbas est survenu au moment où les négociations de paix avec Israël, auxquelles le Hamas est hostile, s’enlisent, rendant de plus en plus improbable la conclusion d’un accord avant la fin 2008 comme cela avait été convenu.

"Il ne fait pas de doute que l’appel du président Abbas est lié à l’échec des négociations et au fait qu’il se rend compte que l’unité nationale est essentielle pour faire face à Israël", a dit M. Abou Zouhri.

Al-Quds, principal journal des territoires palestiniens, a abondé dans le même sens. "L’appel du président Abbas au dialogue national ne doit rien au hasard en ces temps durs pour la cause palestinienne en raison de l’intensification de la colonisation (israélienne) alors que les négociations de paix ne mènent nulle part", écrit le journal dans son principal éditorial.

Dans son discours, prononcé à l’occasion du 41ème anniversaire de la guerre israélo-arabe de 1967 qui s’est soldée par l’occupation de territoires palestiniens par Israël, M. Abbas s’est en effet livré à un réquisitoire contre la colonisation israélienne.

"La paix et la sécurité ne peuvent s’instaurer au son des armes de l’occupant et de ses bulldozers dans les colonies. Les décisions israéliennes d’annexer Jérusalem et de construire des colonies et un mur de séparation en Cisjordanie sont nulles et non avenues", a-t-il dit.

M. Abbas a violemment critiqué le blocus imposé par Israël à la bande de Gaza, le qualifiant "de crime de guerre".

Le gouvernement israélien s’est gardé jeudi de critiquer publiquement l’appel de M. Abbas au dialogue avec le Hamas. "Nous n’avons aucun intérêt à alimenter une polémique publique avec Abbas alors qu’il est notre partenaire dans le processus de paix. Nous lui dirons de vive voix ce que nous nous avons à lui dire", a dit à l’AFP le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Arye Mekel.

Le Hamas avait remporté les législatives en janvier 2006. Après seize mois de cohabitation houleuse au pouvoir avec le Fatah, il s’est emparé de la bande de Gaza par la force en mettant en déroute les service de sécurité de M. Abbas.

http://www.aloufok.net http://www.aloufok.net



Vendredi 6 Juin 2008


Commentaires

1.Posté par ROGSIM le 06/06/2008 14:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

on arrivera peut-être à un accord à trois !

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires