Palestine occupée

Le FPLP suspend sa participation au Comité Exécutif de l’OLP pour protester contre la reprise des négociations


Le Front Populaire pour la Libération de la Palestine a annoncé, lors d’une conférence de presse le 25 septembre 2010, qu’il suspendait sa participation au Comité Exécutif de l’OLP en réponse au retour d’Abu Mazen aux négociations et à « l’approbation » de cette action dangereuse par le Comité Exécutif.
Lors d’une conférence de presse qui a eu lieu à Ramallah, dirigée par le secrétaire général adjoint, le camarade Abdel-Rahim Mallouh, et les membres du Bureau Politique, les camarades Khalida Jarrar et Omar Shehadeh, le Front a prévenu des conséquences et des répercussions graves de la politique de concessions et d’apaisement envers les Etats-Unis et Israël.


Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP)
Lundi 27 Septembre 2010

Khalida Jarrar lors de la conférence de presse du FPLP à Ramallah
Khalida Jarrar lors de la conférence de presse du FPLP à Ramallah
La conférence de presse a diffusé le communiqué suivant :



Déclaration politique du Comité Central du Front Populaire pour la Libération de la Palestine

Aux masses notre peuple palestinien luttant en Palestine et en diaspora,
Aux masses de notre glorieuse nation arabe

Nous faisons aujourd’hui cette déclaration à la lumière de notre pleine responsabilité nationale et historique, et pleinement conscients des risques que court notre peuple à cause des développements politiques au niveau arabe et palestinien. Au vu de la décision de la direction de l’Organisation de Libération de la Palestine de revenir à des négociations directes avec le gouvernement de l’entité sioniste sous les auspices de l’impérialisme états-unien, le Comité Central du Front Populaire pour la Libération de la Palestine s’est réuni en session extraordinaire pour discuter de tous ces développements, et a déterminé ce qui suit :

Premièrement : Le Front Populaire pour la Libération de la Palestine a fermement adhéré au refus catégorique d’Oslo depuis 1993, et a tout de suite mis en garde contre son approche dangereuse et ses conséquences désastreuses sur la cause palestinienne, le programme et la charte de l’OLP, et la lutte nationale palestinienne. La décision de reprendre des négociations directes est une politique qui a échoué depuis près de deux décennies maintenant. Elle est un affront fait au sang que notre peuple a versé pendant l’Intifada Al-Aqsa de 2000, et elle montre l’obstination de la direction de l’OLP à continuer dans la voie destructrice d’Oslo, en dépit de ses effets dévastateurs pour notre peuple. Ce développement met la cause palestinienne entre les mains de l’impérialisme des Etats-Unis et du sionisme, soumise à leurs diktats dont le but est la liquidation des droits historiques et nationaux inaliénables de notre peuple, en particulier le droit au retour des réfugiés, le droit à l’auto-détermination et le droit à la citoyenneté et à la présence sur la terre des Palestiniens dans les territoires de Palestine occupés en 1948. Les négociations directes aident aussi à briser l’isolement international croissant de l’entité sioniste, à dédouaner ses dirigeants de leurs responsabilités et à les protéger des conséquences de leurs crimes et de leurs massacres, et à mettre en échec la solidarité internationale en plein essor avec notre peuple et ses droits. Elles couvrent les pratiques de l’occupant et sa politique de construction de colonies, confiscation de terres, déplacements, sièges, détentions, emprisonnements et assassinats ; elles minent davantage notre position nationale palestinienne et nos constantes nationales, et elles contribuent à l’approfondissement de nos divisions internes désastreuses.

En conséquence, le Front Populaire pour la Libération de la Palestine, qui a soutenu et adhéré à l’OLP et a pris part à tous les moments cruciaux de l’organisation, et a chéri son histoire et son potentiel en tant que grand mouvement national baptisé par le sang des martyrs, refuse d’accepter que l’OLP serve à couvrir des décisions qui détruisent et sapent notre cause nationale. De plus, nous refusons d’accepter que les institutions de l’OLP soient transformées en institutions dépourvues d’indépendance, de militantisme, de démocratie, de transparence ou de légalité.

En conséquence :

Le Front Populaire pour la Libération de la Palestine suspendra sa participation aux réunions du Comité Exécutif de l’Organisation de Libération de la Palestine. Nous mettons en garde les masses de notre peuple et de notre nation contre les graves conséquences et répercussions de la politique de concessions et du retour aux négociations directes selon les conditions des Etats-Unis et d’Israël, dont l’absence des Nations Unies et de ses références, et l’imposition de négociations sponsorisées par les Etats-Unis comme substitut. Avec le soutien des Etats-Unis, l’Etat sioniste tente d’imposer l’exigence de la reconnaissance d’ « Israël » comme « Etat du peuple juif » comme partie des négociations. Nous prenons cette décision sur fond de construction coloniale continue, de blocus et de siège ; et de l’égoïsme persistent et des pratiques et politiques d’exclusion qui méprisent l’action et la prise de décision collectives palestiniennes, et au vu du rejet populaire écrasant de la décision illégitime de reprendre les négociations prise par seulement un tiers des membres du Comité Exécutif.


Deuxièmement : La décision de reprendre des négociations directes sape dangereusement les décisions du Conseil Central. C’est un abus de l’OLP et de sa représentation d’une identité palestinienne militante nationale et de sa place comme lieu d’un travail palestinien collectif.

Au lieu de présenter au monde une résolution nationale, en particulier pour renforcer la position officielle arabe et servir la lutte nationale et ses objectifs, le Comité Exécutif a pris une décision qui avait été élaborée avant même qu’elle lui soit soumise. Cette décision a eu lieu lors d’une réunion du Comité Exécutif – l’organe directeur de l’OLP – avec un quorum non atteint et le refus des principales forces.

Troisièmement : La décision du Front Populaire de suspendre sa participation aux réunions du Comité Exécutif ne signifie pas que nous nous engagions dans d’autres cadres parallèles ou alternatifs à l’OLP en tant que cadre national intégrant tout le peuple palestinien, en Palestine et en diaspora. Le Front est non seulement opposé à l’utilisation de l’OLP et de ses institutions comme coquilles vides pour justifier des concessions, mais il rejette également toute négation du fait que l’OLP est une grande réussite nationale de notre peuple et des factions de la révolution palestinienne contemporaine, et le produit de nombreux sacrifices douloureux. Comme il l’a fait par le passé, le Front Populaire ne cessera pas, aujourd’hui et demain, de lutter pour réformer et reconstruire l’OLP sur une base nationale et démocratique, avec des élections fondées sur la représentation proportionnelle en Palestine et partout où cela est possible en diaspora. Nous réitérons notre engagement à la Déclaration du Caire de mars 2005 et au document d’Accord National de juin 2006 (le document des Prisonniers) pour mettre fin à l’état désastreux de division, restaurer l’unité nationale et renforcer la détermination de notre peuple dans sa lutte contre l’occupation et ses pratiques sur le terrain. Ce sont les tâches centrales de tous les Palestiniens dans la phase nationale actuelle.

Quatrièmement : Le Front Populaire, tout en affirmant que l’OLP est le seul représentant légitime de notre peuple partout où il se trouve, appelle les masses de notre peuple, les factions, les forces politiques, les dirigeants communautaires et les personnalités indépendantes à former et à soutenir un mouvement le plus large possible pour faire cesser les négociations et mettre fin à la désastreuse voie des Accords d’Oslo. Nous appelons à l’organisation d’une conférence internationale totalement indépendante sous les auspices des Nations Unies, et avec les résolutions et la légitimité internationales comme référence, pour mettre en œuvre les droits palestiniens et obliger l’entité sioniste à appliquer les résolutions de l’ONU, en particulier sa résolution 194 qui exige le retour des réfugiés sur les terres d’où ils ont été déplacés, ainsi que le démantèlement des colonies et le retrait des colons. Nous appelons à faire tous les efforts pour restaurer l’unité nationale et développer une stratégie d’action politique qui soutienne nos principes nationaux et mette fin au recours à des négociations qui ont démontré, au travers d’expériences douloureuses, au mieux leur futilité et au pire leurs effets dangereux et dévastateurs.

Unité, détermination et résistance jusqu’à la victoire !
Gloire aux martyrs, santé pour les blessés, liberté pour les prisonniers et victoire pour notre peuple !



Le Comité Central Général
Front Populaire pour la Libération de la Palestine
Septembre 2010.

Source : Popular Front for the Liberation of Palestine  
  Traduction : MR pour ISM



Lundi 27 Septembre 2010


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires