EUROPE

Le Diable s'habille en Pravda


Dans la même rubrique:
< >


marcolmix@gawab.com
Lundi 16 Juin 2008

Parmi le concert poignant de lamentations venu ponctuer le refus de la prude Irlande de s’accoupler avec le bouc européen aux pieds fourchus et au verbe retors, la plus exemplaire et la plus synthétique semble être la déclaration conjointe de Daniel Cohn-Bendit et Monica Frassoni, co-présidents du groupe des Verts du Parlement européen :
“Le non irlandais a une fois de plus montré que les référendums nationaux constituent un instrument inadéquat pour décider des questions européennes. Nous avons désormais besoin d'une initiative pour les pays et les forces politiques et sociales convaincues que l'Union européenne doit être en mesure d'avoir un mécanisme efficace de prise de décisions et doit être plus démocratique et plus soudée”.
Déclaration qu’il nous faut malheureusement traduire ; les abonnés de la presse française n’ayant qu’une maîtrise approximative de la langue censée être leur, comme du cerveau supposé emplir leur boîte crânienne (du moins à titre décoratif) :
“Le non irlandais a une fois de plus montré que le suffrage populaire constitue un instrument inadéquat au bon fonctionnement démocratique. Nous avons désormais besoin d’un dispositif permettant une bonne fois pour toutes d’imposer aux régions vassales de l’empire européen les décisions nécessaires à leur bonheur et de chasser à tout jamais le spectre totalitaire de la consultation électorale”.
Sous la plume (non moins approximative) du plus emblématique des soixante-huitards, un tel aveu de fanatisme pour la cause mondialiste ne devrait étonner personne. L’écrasante majorité de ses petits collègues de barricades étant devenus, très naturellement, les plus zélés porteurs de goguenot du Novus Ordo Seclorum. Cette génération, pas le moindrement spontanée, méritait d’ailleurs bien le déluge de commémorations médiatiques saluant l’éclosion tapageuse d’un œuf du serpent aussi fertile en génitures venimeuses. Mais il est toujours agréable, sinon cocasse, de voir un de ces néo-pharisiens de l’espèce la plus visqueuse se démasquer tout seul avec des maladresses de sacristain au bordel.
Et la mention spéciale que nous attribuons à ce subsidiaire bouffon ne tient pas tant au spectaculaire contorsionnisme de son communiqué, digne des plus savoureux exercices analphabétiques du PCF lui-même au temps de ses splendeurs, qu’au sortilège de sa clarté obscure qui éclipse pour l’occasion, de loin, la banalité somnifère et redondante des jérémiades du petit personnel politique et journalistique. Jérémiades qui, d’ailleurs, se mêlent en un harmonieux contrepoint choral aux applaudissements fallacieux des faux-culs de service : Mélanchon, de Villiers, Chevennement, Buffet, Besancenot et autre Dupont-Aignan (celui-là, ex- “young leader” de la French American Foundation - détails et listes de ses petits camarades ici http://www.voltairenet.org/article146888.html ... liste édifiante à laquelle il faut ajouter Kosciusko-Morizet), qui servent comme tous les autres encartés de presse ou de parti les mêmes maîtres, par crétinerie, opportunisme ou lâcheté... si ce n’est pour certains, en conjuguant les trois.
Il serait judicieux de faire également remarquer qu’aussi paradoxale que puisse sembler l’affirmation selon laquelle une Europe plus “démocratique” nécessiterait la confiscation pure et simple d’un droit de veto des populations concernées, elle tient cependant parfaitement debout... car à défaut de correspondre à la définition strictement étymologique de ce vocable de démocratie unanimement vénéré par nos prosélytes de la dictature mondiale, elle répond en tout point au modèle historique auquel elle se réfère. La démocratie athénienne n’ayant jamais accordé le droit d’intervention dans les affaires publiques qu’aux seuls détenteurs de la citoyenneté, à savoir l’élite économiquement dirigeante, au plus complet mépris du bétail prolétarien qui encombrait la périphérie des limites intangibles de la Cité. Même si nous ne soupçonnons évidemment pas une seconde la gélatine cérébrale de ce triste bonimenteur de Cohn-Bendit d’avoir été effleurée par des subtilités de cette sorte.
Le même argument a d’ailleurs été repris ce dimanche sur Radio-Lagardère par l’impayable commissaire européen Jacques Barrot, arguant qu’un texte d’une technicité juridique aussi altissime que le Traité de Lisbonne ne pouvait raisonnablement être soumis à l’approbation ou au désaveu du vulgaire... Il est vrai qu’un texte qui, en dépit de sa forme verbeuse et salmigondique, abolit si explicitement la souveraineté des états européens en conférant à l’Union une personnalité juridique unique dotée d'un haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, en instituant un processus décisionnel fondé sur le vote majoritaire au lieu qu’unanime, et en renforçant ses compétences en matière de “liberté”, de “sécurité” et de “justice” contre la “criminalité” et le “terrorisme” (à savoir ses compétences en matière de flicage idéologique) ne saurait être compris sans quelques réticences par le troupeau électoral, fût-il abruti du matin au soir par les promesses féeriques ou les prêches culpabilisateurs des catéchistes télévisuels et radiophoniques. Une souveraineté qui n’a d’ailleurs pas attendu l’élaboration de ce nouveau Soviet suprême pour glisser silencieusement dans les oubliettes, via le méthodique démantèlement des entités nationales européennes par la régionalisation et les lois ethnicistes qui l’accompagnent (lire à ce sujet les remarquables ouvrages de Pierre Hillard aux éditions François-Xavier de Guibert). Lesdites entités n’étant plus, d’ores et déjà, que des coquilles vides occupées presque exclusivement à siphonner les poches de ses contribuables pour alimenter le tonneau des Danaïdes de la dette...
Mais qui dit Soviet suprême, dit Pravda, et celle-ci ne manquera pas , après avoir à longueur de colonnes ignoré ce menaçant referendum pour se consacrer avec passion à la recrudescence préoccupante des rapts de nains de jardin, de fustiger dans les jours à venir l’ingratitude de la “Verte pucelle” que notre bouc en rut aura couverte de présents en toc pour finalement se voir éconduit comme un vil draguouilleur de night-club. Quand même à la première occasion ne lui demandera-t-il pas son avis et l’embrochera à la cosaque sur un coin de (round) table.
Une occasion qui ne devrait pas tarder comme nous le rappelle un certain sieur Jouyet, secrétaire d'État aux affaires européennes (ex-président du discret Club de Paris, structure ultra-influente de la vérole mondialiste, réunissant la crème des argentiers des grands pays industriels, chargée d’aménager le paiement de la dette des États auprès de leurs créanciers... c'est-à-dire les mêmes !), dont la lugubre physionomie de technocrate démoraliserait une légion de fossoyeurs pétomanes, en nous parlant d’un possible arrangement avec l’Irlande une fois ratifié par les vingt-six autres pays le mortifère traité... un marchandage de maquignon qui l’exonérerait, au nom de sa neutralité, des questions de sécurité et de défense. “Adaptation marginale” comme le dit notre joyeux Jouyet, invoquant, en bonneteur éprouvé de l’arnaque planétaire, le principe “des coopérations spécifiques” prévu par les nouvelles règles de pilpoul édictées à Lisbonne.
Pourquoi essayer de séduire sa bonniche alors qu’on peut la violer impunément ?... c’est la grave et déterminante question sur laquelle devra se pencher l’ectoplasme français lors de son imminente prise de fonction à la présidence de l’U.E...!

Marc Olmix


Dimanche 15 Juin 2008


Commentaires

1.Posté par Ch. LECHEVALIER le 16/06/2008 10:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Votre prose, inhabituelle, est bien roborative !

Vous avez bien raison au fond, et aussi sur des Pharisiens comme Cohn Bendit !

Du coup, ds la mesure où il s'agirait de réveiller les 55 % de citoyens nonistes de 2005, croyez-vous vraiment opportun d'attaquer Dupont-Aignan ?

Il faut des voix qui ne soient pas de "gauche" pour le NON.
D'abord, pour faire nombre.
Ensuite, pour la démocratie, justement, dont les valeurs de base doivent être partagées sur la plus large "bande" possible de l'hémicycle !

Cdx,

Ch. L.

2.Posté par Anselme le 16/06/2008 10:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bonjour
Je ne trouve pas la "prose" de ce monsieur roborative,elle m'a au contraire bien fait rire et sur le fond très juste,je ne sais pas ce qui justifie votre remarque peut-etre pourriez vous tomber le masque et être plus explicite?

Cordialement

Anselme

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires