RELIGIONS ET CROYANCES

Le Culte le plus dangereux dans le monde


Dans la même rubrique:
< >


Jeudi 6 Septembre 2007

Durant l'ère de la Réforme, les Hébreux Bibliques vinrent à être associés avec leurs coreligionnaires modernes. Au même moment, il y eut une croyance populaire parmi les adhérents protestants que les Juifs éparpillés dans leur dispersion actuelle seraient regroupés en Palestine dans le but de préparer la Seconde Venue du Christ… L'Ancien Testament devint non seulement la littérature la plus populaire pour la Seconde Venue du Christ pour les croyants Protestants, mais aussi le livre source pour la connaissance historique générale. C'est le moment où un processus de manipulation historique commença. –- Regina Sharif, Sionisme Non-Juif

Qui sera l'Antéchrist? … Evidemment il sera juif. –- Jerry Falwell

La création d'Israël en 1948 signifie "un retour enfin, au pays biblique duquel les Juifs furent chassés il y a tant de siècles… L'établissement de la nation d'Israël est l'accomplissement de la prophétie biblique et l'essence même de cet accomplissement." –- Ex-Président Jimmy Carter.

En tant que Chrétien, je vois le retour des Juifs en Terre Sainte comme un signe de la venue du temps messianique dans lequel tous les humains jouiront des bénéfices d'une société idéale. –- Ex-Sénateur Mark Hatfield

Pour la première fois en plus de 2000 ans, Jérusalem, aux mains des Juifs, donne à l'étudiant de la Bible un frisson et une foi renouvelée dans la précision et la validité de la Bible. –- L. Nelson Bell, éditeur, Christianity Today

Le Révérend Clyde Lott de Canton au Missouri, un pasteur de la Pentecôte, interprète des passages de la Bible pour dire qu'un troisième temple juif doit s'élever à Jérusalem avant que la Seconde Venue du Christ ne puisse arriver… Lott produit des génisses rousses, vaches virginales parfaites, "sans tache" qui peuvent être sacrifiées pour produire des cendres pour l'utilisation rituelle dans le futur temple. Pour que ceci arrive, les lieux saints musulmans comme le Dôme du Rocher devraient être démolis… Lott est convaincu que Dieu assistera à cela au moment opportun. – New York Times, 27 décembre 1998

Il sera utile (même nécessaire) au lecteur de cet article d'être familier avec ma série "Who Wrote the Bible," (Qui a écrit la Bible?) de même que "Truth or Lies," (Vérité ou Mensonge), les deux se réfèrent à beaucoup de questions des religions et comment elles furent créées et imposées sur les foules comme moyen de contrôle. Il est aussi extrêmement utile de lire ma revue du livre de Burton Mack "The Book of Q and Christian Origins." (Le livre Q et les origines chrétiennes). Les conclusions de Mack concernant l'importance de "l'événement de la mythification de "Jésus" sur notre monde sont tout à fait effrayantes en considérant ce qui est survenu sur la scène du monde depuis qu'il a écrit ce livre.

La question est maintenant si la découverte de Q a une chance de faire une différence dans la manière dont le Christianisme et son évangile sont vus dans les temps modernes? La question est tout à fait sérieuse, parce que ni dans les universités, ni parmi les gens bien informés dans notre société, ni parmi les églises chrétiennes, les résultats de l'érudition biblique n'ont jamais fait beaucoup de différence. [...]

La découverte de Q défie efficacement le privilège accordé aux évangiles narratifs comme les descriptions du Jésus historique. La différence entre les évangiles narratifs et les nouveaux récits modernes de l'histoire ne peut plus se trouver dans la distinction entre l'histoire et la fiction. Les évangiles narratifs sont aussi les produits de l'imagination mythique. […]

Les mythes, les mentalités et les cultures vont ensemble. […]

Le mythe chrétien et la culture occidentale vont ensemble. [...]

Reconnaître publiquement que [le Rêve Américain] peut devoir quelque chose au legs de la culture chrétienne occidentale est, d'autre part, tabou.

L'exception à cette règle générale arrive, assez de façon intéressante, quand la pression sur la politique publique et le patriotisme aboutit aux expressions exagérées de ces valeurs que notre nation défend. Nous avons une histoire de telles platitudes : nouveau monde, nouvelle terre, nouveau peuple, nation juste, destin manifeste, ville installée sur une colline, la liberté éclairant le monde, un signal d'alarme pour les sans-abri, une nation sous Dieu, majorité morale, défenseurs du monde libre, et le nouvel ordre mondial.

Ces truismes signalent une mentalité messianique.

L'histoire récente de ce que nous avons fait avec notre technologie et notre pouvoir dérange dans le monde entier, comme le sont les appels à l'aide humains autour d'un monde développé petitement et cependant trop grand à manipuler. La liste des soucis est sortie de la page et nous semblons être surchargés avec des problèmes et des luttes insolubles, et la responsabilité écologique. Pour les gens réfléchis, les questions ont un rapport avec l'évaluation des chances pour construire des sociétés raisonnables et sûres dans un monde multiculturel en comprenant les conditions pour la prédation et le préjudice, l'abus de pouvoir et la violence. Dans un cas comme dans l'autre, il est irresponsable de ne pas s'engager dans la discussion publique de notre propre système de valeurs culturelles. [...]

Dans le but de nous comprendre et d'enregistrer des raisons pour nos options sociales, l'analyse culturelle devra inclure une évaluation comparative des mythologies. Et cela signifie avoir un regard rapproché sur notre propre mythologie.

Q devrait aider avec cette analyse en violant le tabou qui accorde maintenant le privilège au mythe chrétien. C'est parce que l'histoire de Q nous donne un récit des origines chrétiennes qui ne dépend pas des évangiles narratifs. ... La mythologie chrétienne peut maintenant être placée parmi les nombreuses mythologies et idéologies des religions et des cultures du monde. Le mythe chrétien peut être étudié comme un autre mythe est étudié. Il peut être évalué pour sa proposition des façons de résoudre des problèmes sociaux, de construire des sociétés raisonnables, et symboliser les valeurs humaines. [...]

L'effet de la mythologie chrétienne n'était pas toujours humanisant. The Captain America Complex (Le Complexe Captain America), un livre de Robert Jewett a suivi à la trace notre nationalisme ardent jusqu'à ses racines bibliques.

D'autres ont réfléchi profondément sur les convictions chrétiennes qui ont appuyé l'impérialisme colonial, le profit de l'Occident, les guerres indiennes et le commerce des esclaves.

Encore d'autres ont étudié le rapport de l'histoire de l'évangile avec le profil du héros américain, le rêve américain et la politique destructive de droiture partout où nous sommes intervenus dans les affaires des peuples dans le monde entier.

La conclusion semble être que l'évangile chrétien, se concentrant comme il le fait sur la crucifixion comme la garantie pour le salut apocalyptique a, d'une façon ou d'une autre, donné sa bénédiction aux modèles de comportement personnel et politique qui ont souvent eu des conséquences désastreuses. [...]

Le défi de Q aux Chrétiens est donc une invitation à rejoindre la race humaine, nous voir avec nos mythes dans les mains et la création de mythes comme notre tâche. [The Lost Gospel de Burton L. Mack]

Le lecteur peut aussi vouloir acquérir des exemplaires du livre de Gershom Gorenberg The End of Days: Fundamentalism and the Struggle for the Temple Mount (La Fin des Temps: Fondamentalisme et la Lutte pour le Mont du Temple), et "Forcing God's Hand: Why Millions Pray for a Quick Rapture and Destruction of Planet Earth (Forcer la Main de Dieu: Pourquoi des Millions de gens prient pour un Ravissement Rapide et la Destruction de la Planète Terre) de Grace Halsell.

Gershom Gorenberg est un éditeur et chroniqueur associé de The Jerusalem Report, un contributeur régulier à The New Republic, et un associé au Center for Millenial Studies à la Boston University. Il vit à Jérusalem, où il a passé des années à couvrir le mélange dangereux de la religion et de la politique.

Grace Halsell a servi avec le Président Lyndon Johnson en tant qu'auteur de ses discours pendant trois ans. Elle a couvert la Corée et le Vietnam comme journaliste. Elle est l'auteur de 14 livres, y compris "Prophecy and Politics: Militant Evangelists on the Road to Nuclear War." (Prophétie et Politique: les Evangélistes militants en route vers la Guerre Nucléaire).

Les faits que ces deux auteurs, un chrétien et un juif, ont mis en avant, sont que la théologie Armageddon de la Nouvelle Droite Chrétienne est propagée par de nombreux évangélistes de la télévision, y compris Pat Robertson et Jerry Falwell, avec The Late Great Planet Earth de Hal Lindsey, largement lu, et la série "Left Behind" de Tim LaHayes, et que cette théologie influence des millions d'êtres humains dans le monde entier pour non seulement croire que le monde va bientôt vers sa fin, mais que c'est leur devoir de hâter l'événement par tous les moyens qu'ils peuvent.

Halsell a interviewé des fondamentalistes, qui croient tous que nous devons satisfaire à la prophétie biblique de mener la Troisième Guerre Mondiale en préparation de la Seconde Venue du Christ. Le plus inquiétant est sa discussion d'une alliance de la Nouvelle Droite Chrétienne et des militants sionistes qui partagent une croyance et un enthousiasme communs d'un holocauste mondial. Alarmant aussi, est l'étendue de l'influence politique de ces évangélistes, le lobby d'Israël et le fait que les politiques de George W. Bush sont largement sujettes à cette croyance supposée dans l'inévitabilité d'une guerre nucléaire voulue par Dieu. Je soupçonne que Bush, en coulisses, n'est pas un vrai chrétien, même dans son propre esprit, mais suit plutôt les idées de Machiavel qui posent en principe qu'un leader doit apparaître religieux dans le but d'induire à le suivre les foules composées de croyants.

Gorenberg et Halsell détaillent et documentent l'histoire de l'alliance entre le Sionisme militant et le fondamentalisme chrétien et révèlent le but de l'alliance qui est le retour au contrôle d'Israël de toute la Palestine et la reconstruction du Temple à Jérusalem. Pour le religieux sioniste, ces actions sont le prérequis à la PREMIERE venue du Messie. Pour les Chrétiens fondamentalistes, c'est le prérequis à Armageddon et la SECONDE venue du Messie. La récupération d'Israël des Palestiniens qui ont vécu là depuis 2000 ans, et établir l'hégémonie juive, y compris l'utilisation d'armes nucléaires (Armageddon) sont vus comme des événements à désirer et à soutenir le plus sérieusement.

Armageddon est vu par les fondamentalistes chrétiens comme "nucléaire et imminent", attendant seulement une orchestration adaptée de la part des leaders politiques américains. Les Sionistes, naturellement, n'incluent PAS Armageddon dans leurs aspirations messianiques.

Le livre de Gorenberg fut écrit avant le 11/9 et, dans ce sens, fut extrêmement prescient. Le lecteur qui désire comprendre ce qui est à la racine du conflit actuel qui menace d'engloutir notre planète trouvera cruciale l'histoire de ces 35 acres (NdT : 14 hectares) disputés du Mont du Temple. Gorenberg clarifie ce qui est à la racine de ces relations volatiles entre Arabes, Juifs et Chrétiens en Israël. Il prête une attention spéciale à documenter et à analyser soigneusement les actions et les croyances des groupes fondamentalistes dans ces trois religions.

Les messianistes juifs et les millénaristes chrétiens croient tous les deux que la construction du Troisième Temple sur le site où les temples de Salomon et de Hérode sont supposés avoir été, est essentielle pour que leurs scénarios prophétiques respectifs aient lieu (pas grave qu'ils semblent tous les deux s'utiliser l'un l'autre et croire chacun que l'autre n'est qu'un instrument stupide), tandis que les croyants musulmans ont peur que les efforts de détruire la mosquée Al-Aqsa pour faire place au Troisième Temple empêchera l'accomplissement de la prophétie à propos du sanctuaire musulman de la Mecque émigrant à Jérusalem à la fin des temps.

Gorenberg appelle le Mont du Temple "un bouchon explosif sacré".

Le problème est, bien entendu, comme je l'ai montré dans Who Wrote the Bible, qu'il n'y a probablement jamais eu un PREMIER "Temple de Salomon", et que l'Ancien Testament n'est PAS une vraie "histoire des Juifs". Donc le problème est: si l'Islam est fondé sur deux religions "fabriquées", qu'est-ce que cela nous dit à propos de la foi des fondamentalistes musulmans?

Le fait est qu' il y a une alliance entre l'Amérique et Israël dans la guerre contre l'Islam. Ils sont déterminés tous les deux à établir le contrôle d'Israël sur Jérusalem et à reconstruire le Temple où le Dôme du Rocher se trouve maintenant et où les Palestiniens sont en travers du chemin. Et juste comme les Chrétiens et les Juifs sont tout à fait consentants à sacrifier leur propre peuple à cet ordre du jour monstrueux, de même les Musulmans lèvent sans doute des terroristes pour faire autant de dégâts que possible aux "infidèles" afin de sauver leur site sacré. Mais pour saisir réellement la situation explosive, nous devons jeter la majeure partie du blâme sur le terrorisme islamique actuellement où le pouvoir a résidé très longtemps: à l'Ouest, l'Occident chrétien:

Il y a un nouveau culte religieux aux Etats-Unis; Il n'est pas tant composé de soi-disant "cinglés" que d'Américains du courant dominant de la classe moyenne jusqu'au haut de la classe moyenne. Ils écoutent – et donnent des millions de dollars chaque semaine – aux télé-évangélistes qui expliquent les principes fondamentaux du culte. Ils lisent Hal Lindsey et Tim LaHaye. Ils ont un but: faciliter la main de Dieu pour les porter jusqu'aux cieux sans ennuis, d'où ils observeront Armageddon et la destruction de la planète Terre. Cette doctrine se répand dans les Assemblées de Dieu, Pentecôte, et autres églises charismatiques, aussi bien que la Baptiste du Sud, la Baptiste indépendante, et d'innombrables églises et méga-églises soi-disant bibliques. Au moins un Américain sur dix est un dévot de ce culte. C'est le mouvement religieux qui croît le plus rapidement dans la chrétienté aujourd'hui. -- Dale Crowley Jr., reporter religieux, Washington D.C.

Le "Ravissement de l'Eglise" est une idée popularisée par John Darby, un prédicateur britannique du dix-neuvième siècle. Le mot "Ravissement" décrit la joie des croyants tandis que le reste de l'humanité fait face à la terreur apocalyptique, durant sept années, avant que le Royaume de Dieu ne soit établi sur la Terre.

Tim LaHaye – avec son écrivain-fantôme Jerry B. Jenkins – a produit une série de livres qui cherchent à rendre cette terreur réelle, à dépeindre le "Ravissement" dans le monde des jumbo-jets et des IMacs.

Les livres de LaHaye sont REELS pour les gens vivant dans des époques effrayantes. Pour le vrai croyant, les livres de LaHaye ne sont pas que des descriptions précises de la manière dont tout cela va se passer, ils fournissent aussi de manière satisfaisante des scénarios délicieux prouvant qu'ils ont RAISON. Les non-croyants sont traités dans des descriptions longues et prolongées de ce qui va leur arriver sur Terre après le Ravissement.

Un des éléments clés de la théorie du "Ravissement" est l'Antéchrist. Cet individu signe un traité de paix de sept ans avec Israël – qui inclut la reconstruction du Temple, les Juifs sont attendus à soutenir unanimement ce projet et les Musulmans seront aussi d'accord pour déplacer le Dôme du Rocher à la "Nouvelle Babylone".

La reconstruction du Temple à Jérusalem est requis par le scénario parce que l'Antéchrist doit le profaner au milieu de la Tribulation qui est supposée inclure guerre, tremblements de terre et sauterelles. Tout ceci est espéré comme un préliminaire nécessaire à l'établissement du royaume de Dieu sur la Terre.

La théorie exige quelque chose d'autre: que les Juifs se convertiront en masse au Christianisme afin qu'ils puissent alors devenir des "témoins" ou des convertisseurs de plus de gentils. La théorie de Darby insiste que les promesses de Dieu à convertir le peuple d'Israël doivent être lues littéralement comme s'appliquant aux Juifs au sens littéral. Donc les Juifs VOUDRONT se convertir (parce que c'est dans le scénario eschatologique).

A la "Fin du Monde," les croyants des trois fois observeront le même drame, mais avec des programmes différents dans leurs mains. Dans l'un, Jésus est fils de Dieu; dans un autre, il est le prophète musulman. Le Messie des Juifs est décrit dans le script musulman comme le dajjal – un autre nom de l'Antéchrist, le trompeur prédit par la tradition chrétienne. Les infidèles dans un script sont les vrais croyants d'un autre. Si votre voisin annonce que la Fin est venue, vous pouvez le croire, même s'il comprend mal ce qui se passe.

C'est logique: les scénaristes de la Chrétienté ont remanié le judaïsme, et l'Islam a remanié les deux. David Cook note que depuis le début, les idées apocalyptiques font des aller-retours entre les deux religions; le village mondial est plus vieux que ce que nous pensons. Certains des premiers porte-paroles de la pensée apocalyptique islamique étaient des Juifs et des Chrétiens convertis; ils arrivèrent avec des histoires de l'avenir dans leurs sacoches de selle.

En outre, la fin d'une histoire est quand la vérité survient, les trompés réalisent leur erreur. Le profond grief au début du christianisme et de l'Islam est que les Juifs ont refusé la nouvelle foi – donc les Juifs doivent apparaître dans le drame de la Fin des deux religions, pour être punis ou reconnaître leur erreur.

Et l'arrangement de la Fin est aussi partagé. Les événements cruciaux ont lieu à Jérusalem ou tout près. Après tout, le script commence avec les prophètes hébreux pour lesquels Jérusalem était le centre non seulement de leur monde mais de Dieu, et tous les autres travaillaient à partir de leur matériel. L'annonce de Isaïe de la Fin des Jours vient directement après qu'il se lamente que la "cité croyante est devenue une putain." Cela installe le contraste: A l'âge parfait, "la montagne de la maison du Seigneur sera établie comme le sommet des montagnes" et "hors de Sion sortira la loi." La tâche du Messie est de terminer l'exil des Juifs et de rétablir le royaume de David – dans sa capitale.

Le christianisme a remanié cette vision. Jésus, dit le Nouveau Testament, n'a pas été seulement crucifié et ressuscité dans la cité, il est monté aux cieux du Mont des Oliviers – et a promis de revenir là. Sans le lien national des Juifs avec la Jérusalem actuelle, les Chrétiens pourraient allégoriser de tels versets. La Jérusalem de la fin pourrait être construite sur d'autres rivages, et d'innombrables mouvements millénaristes sont apparus ailleurs. Mais la signification littérale doit être réclamée là, particulièrement dans une époque d'adhérence aux mots, comme la nôtre.

Le plus frappant de tout est l'adoption par l'Islam du même arrangement. Pour les croyants apocalyptiques musulmans, Jérusalem est la capitale dans l'âge messianique. A la fin des temps, disent les traditions musulmanes, la Ka'Ba – le lieu de pèlerinage central à La Mecque – viendra à Jérusalem. L'implication est que dans l'Islam, parler de l'apocalypse suggère au moins Jérusalem – et une lutte pour Jérusalem fait allusion à la dernière bataille.

Curieusement, des experts académiques disent souvent que l'Islam assigne un espace limité à l'apocalypse. Dans les premiers siècles de la religion, des croyants attribuaient un vaste corps de traditions contradictoires au Prophète. Les érudits islamiques du début triaient les paraboles, établissant lesquelles étaient les plus fiables. Entre-temps, l'Islam devint la foi d'un empire, et il fut temps de parler doucement de renverser l'ordre donné. Ainsi les auteurs de livres contenant les traditions les "plus précises", le pinacle du canon, parlent peu de la Fin. Le "Haut" Islam apparaît non-apocalyptique. [Gorenberg]

Ainsi, il devient tout à fait sensible aux croyants de ce culte de promouvoir le bien-être d'Israël avec argent, armes et autres sortes de soutien, afin que le Temple puisse être reconstruit, peu importe qu'il soit profané et qu'Israël soit supposé, dans le scénario, être détruit totalement dans le processus de l'établissement du royaume de Dieu!

Quelle duperie!

J'ai écouté des cheikhs musulmans expliquer comment des versets dans le Coran prophétisent la destruction d'Israël, et les prêtres évangéliques américains qui insistent sur leur profond amour pour Israël et néanmoins attendent avidement les batailles apocalyptiques sur la terre d'Israël si terribles que les lits de rivière à sec, prédisent-ils, seront remplis de fleuves de sang. J'en suis venu à réaliser que le centre de mon histoire devait être le Mont du Temple. Ce qui arrive à cet endroit, plus que nulle part ailleurs, stimule les attentes de la Fin dans trois religions. Et à cet endroit, le danger de provoquer une catastrophe est le plus grand. […]

Melody, la vache qui aurait pu apporter le royaume de Dieu sur la Terre, ou enflammer tout le Moyen-Orient, ou les deux, selon à qui vous demandez, a sa tête coincée entre les barres grises de l'étable et mâche du fourrage et des épis de maïs. […]

La naissance de Melody en août 1996 semble défier la nature: Sa mère était une Holstein noire et blanche. En fait, [Gilad Jubi, laitier de l'école d'agriculture Kfar Hasidim] dit qu'il a eu du mal a faire naître la vache laitière, et a finalement importé de la semence de Suisse, pense t-il, de bœufs de boucherie de race rousse. Mais les vaches "rousses" ont normalement des taches. Une entièrement pourpre est extraordinaire: La Torah Michna, le code de la loi juive du douzième siècle de Moses Maimonides, note que seulement neuf vaches dans l'histoire ont correspondu aux exigences du Livre des Nombres pour le sacrifice en tant que "génisse rousse." Cependant l'offrande rare était essentielle pour maintenir l'adoration dans le Temple de Jérusalem. La dixième vache, Maimonides prétend, arrivera au temps du Messie. C'est quand la tradition juive prévoit que le Troisième Temple sera construit sur le Mont du Temple. […]


Le Culte le plus dangereux dans le monde
Une brochure pour touristes nous dit:

La beauté et la tranquillité de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem attirent des milliers de visiteurs chaque année. Certains croient que c'était le site du Temple de Salomon, que la paix soit avec lui… ou le site du Second Temple … bien qu'aucune preuve historique ou archéologique documentée n'existe pour soutenir ceci.

Il y a quelque chose qui doit être dit pour ceci comme le lecteur saura en lisant "Who Wrote the Bible." Les archéologues creusent la "Terre Sainte" depuis le dix-neuvième siècle et, jusqu'à présent, il n'y a pas eu une parcelle de preuve pour soutenir l'histoire du "Temple de Salomon", ni beaucoup d'autre chose dans la Bible "en tant qu'histoire".

Néanmoins, le Mont du Temple se TROUVE là, prenant presqu'un sixième de la vieille ville fortifiée de Jérusalem. C'est certainement vrai que Hérode a construit un Temple à proximité qui a remplacé le temple précédent construit par les Juifs revenant de l'exil au cinquième siècle av. J.-C. Ceux-là, en retour, prétendaient qu'ils construisaient le Temple sur le lieu même où l'ancien "Temple de Salomon" s'était tenu. Comme nous découvrons dans Who Wrote the Bible, le soi-disant "Temple de Salomon" était très probablement un temple païen qui avait existé pendant un certain temps à Jérusalem et était tombé en délabrement et fut restauré par le Roi Hézékiah comme partie de son projet de réforme religieuse.

Mais, même le Mont du Temple est une question d'histoires de non de faits. Le philosophe médiéval Moses Maimonides dit que non seulement Adam naquit où l'autel se tenait, mais Caïn et Abel faisaient leurs sacrifices là et Noé faisait de même après le Déluge (peu importe qu'il atterrit supposément sur le Mont Arara en Turquie). On a dit qu'Abraham alla au "Mont Moriah" pour sacrifier son fils Isaac et le Mont Moriah est où le Second Livre des Chroniques nous informe que Salomon a construit le Temple. Comme noté dans Who Write the Bible, les Deuxièmes Chroniques sont une réécriture tardive de l'histoire royale juive et il est très probable que le rédacteur prit le nom "Moriah" et l'assigna à l'endroit où se trouvait le Temple qui était rénové, dans le but d'affirmer sa sainteté.

Un autre point curieux que fait Gorenberg est le fait que le mot "Jérusalem" intervient des centaines de fois dans la Bible, mais PAS dans la Torah. Le plus proche est "Salem", peut-être un ancien nom païen pour la cité. Les archéologues nous disent que Jérusalem était un centre sacré bien avant le temps supposé de David et de Salomon. Le Temple fut construit apparemment sur une "aire de battage", ce qui peut indiquer que la religion pratiquée dans la région, et le temple qui se tenait réellement déjà là, était consacré aux dieux et aux déesses de la fertilité.

Dans notre propre histoire plus récente, les Espagnols chrétiens qui ont conquis Cordoue transformèrent sa Grande Mosquée en une cathédrale et le sultan ottoman qui vainquit Constantinople en 1453 convertit l'église de Sainte Sophie en une mosquée. La mosquée la plus ancienne en Asie Centrale à Bukhara, au nord de l'Afghanistan, se trouve sur des couches que les archéologues ont montré révéler l'existence antérieure d'un temple Zoroastrien et d'un temple bouddhiste.

Le temple qui était à Jérusalem – qui n'était PAS celui de Salomon – fut détruit en 586 av. J.-C. par les Babyloniens. Soixante-dix ans plus tard, les exilés de retour furent assignés à construire un nouveau temple "sur le site" de l'ancien. La grande question est: après autant d'années, ont-ils construit sur le lieu exact? Connaissaient-ils même l'endroit où se trouvait le temple précédent à Jérusalem? Pour cette question, est-ce que ce qui est connu actuellement comme Jérusalem est vraiment le lieu qui était connu comme Jérusalem avant l'exil? Gorenberg fait remarquer qu'il est difficile de comprendre pourquoi une cité se trouvait là. "C'est au bord d'un désert; le sol est rocailleux; la seule source est de troisième catégorie; les routes de commerce passent au nord."

Il semble que le temple construit par les exilés de retour de Babylone n'était guère plus qu'une plate-forme construite par l'homme au sommet de la montagne, réalisé en déplaçant beaucoup de terre pour accueillir les foules qui venaient assister aux sacrifices. C'était sur cette plate-forme en terre que Hérode construisit le temple qui reste dans la mémoire des Juifs.

Josephus a décrit Hérode comme "cruel et étranger à toute humanité. Il épousa la dernière princesse de la dynastie Hasmonéenne et la tua ainsi que ses fils et un autre de ses fils d'une femme différente. Mais il a certainement construit le temple le plus magnifique que Jérusalem avait jamais vu. Le but de ce temple, selon diverses sources, était de faire de l'argent. Le projet de construction attira les pèlerins par milliers – "des clients pour la foi, le seul produit que Jérusalem a jamais eu à vendre."

Le temple de Hérode n'a pas duré longtemps. Il fut rasé à l'été 70 ap. J.-C. par Titus et soixante ans plus tard, l'empereur Hadrien reconstruisit la cité en tant que "Aelia Capitolina, dédiée à Jupiter, Junon, et Minerve. Il est très probable que le "Mur des Lamentations" si révéré par les Juifs comme dernier reste du temple de Hérode, est en réalité une partie du temple de Jupiter construit par Hadrien. [voir Tuvia Sagiv]

Néanmoins, les troupes du calife Umar, second commandant de la foi après Mahomet, conquis Aelia Capitolina en 638. A cette époque, on demanda au patriarche chrétien de la cité, Sophronius de lui montrer où se tenait le Temple autrefois. Un récit byzantin nous dit que quand le patriarche vit Umar là, il savait que le monde finissait (mais rappelez-vous, à cette époque l'idée de reconstruire le temple ne faisait pas partie de la théologie chrétienne), et donc il pointa vers le mont qui était devenu un tas de déchets.

Umar dégagea les déchets et construisit une mosquée qui était le prédécesseur du Dôme du Rocher qui fut construit par le Calife Abd al-Malik ibn Marwan en 691, et se tient à proximité. Le problème est que les historiens ne peuvent pas réellement expliquer pourquoi le calife voulait créer un "site sacré" là puisque la Mecque était déjà "Le Site Saint" de l'Islam. Gorenberg suggère que le bâtiment byzantin indique une forte influence chrétienne dans sa conception. Dome en réalité église et à l'intérieur, des inscriptions en mosaïque du Coran se réfèrent au "Livre du Peuple", la désignation islamique pour les Chrétiens, dit:

Ne dis pas des choses sur Dieu autres que la vérité! Le messie Jésus, fils de Marie, est évidemment un messager de Dieu … donc croyez en Dieu et en tous les messagers, et arrête de parler d'une trinité … En vérité Dieu est le Dieu de l'unité. Seigneur Tout-Puissant! Ce Dieu engendrerait un enfant? Soit dans les Cieux, soit sur la Terre?"

Et, pour les Juifs, il y avait aussi un message dans la structure elle-même: le Dôme se trouve où chacun savait que le Temple était, et donc, on peut voir que l'Islam est la culmination du judaïsme et du christianisme.

Beaucoup des idées populaires sur la localisation du Temple à Jérusalem sont dues au travail de Sir Charles Warren.

Le Leutenant-Général Sir Charles Warren naquit à Bangor au nord du Pays de Galles, le 7 février 1840. Son éducation première eut lieu aux Grammar Schools de Bridgenorth et Wem, et au Cheltenham College. Il entra ensuite au Collège Royal Militaire à Sandhurst, et de là passa par l'Académie Militaire Royale à Woolwich et reçut une commission comme lieutenant dans les Royal Engineers le 23 décembre 1857. Après les cours habituels d'instruction professionnelle à Chatham, Warren alla à Gibraltar, où il passa sept années, et en plus des services ordinaires d'un lieutenant du Génie cherchant ses hommes et construisant ou améliorant les fortifications et les casernements – il était employé à un relevé trigonométrique du Rocher, qu'il termina sur une grande échelle. Il construisit deux modèles de la célèbre forteresse, dont l'un est maintenant à la Rotunda à Woolwich, et l'autre à Gibraltar. Il fut aussi engagé pendant quelques mois à rendre la face orientale du Rocher inaccessible en rendant escarpés ou en bouchant tous les endroits qui pourrait donner un point d'appui à un ennemi.

A la fin de son terme de service à Gibraltar il retourna en Angleterre en 1865, fut nommé Assistant Instructeur en Topographie à l'Ecole de Military Engineering à Chatham, et une année plus tard ses services furent prêtés par le War Office au Fonds d'Exploration de la Palestine.

L'objet du Fonds de l'Exploration de la Palestine fut l'illustration de la Bible, et il prit son origine principalement par les efforts de Sir George Grove, qui forma un comité d'influence, dont Sir Walter Besant fut secrétaire pendant longtemps. Le Capitaine (plus tard Sir) Charles Wilson et le lieutenant Anderson, R.E., avaient été déjà au travail sur le relevé de la Palestine et , en 1867, il fut décidé d'entreprendre des excavations à Jérusalem pour élucider, si possible, beaucoup des questions douteuses de l'archéologie biblique, telle que le site du Saint Sépulcre, la vraie direction du second mur et la position des premier, second et troisième murs, comprenant les sites des tours de Hippicus, Phaselus, Mariamne, et Psephinus, et beaucoup d'autres points de grand intérêt pour l'étudiant biblique.[…]

Ce fut Warren qui restaura l'ancienne cité pour le monde ; il fut celui qui enleva les déchets des rochers et montra le temple glorieux se trouvant à l'intérieur de ses murs de 300 mètres de long et 60 mètres de haut en maçonnerie puissante : il fut celui qui ouvrit les vallées maintenant couvertes et cachées; il fut celui qui ouvrit les passages secrets, les anciens aqueducs, le pont reliant le temple et la ville. Quoique ce soit d'autre puisse être fait dans l'avenir, son nom sera toujours associé avec la Cité Sainte qu'il retrouva le premier.' […]

Ce fut sur sa route vers Kimberley depuis Le Cap via Port Elizabeth … qu'il eut le regretté M. Cecil Rhodes comme compagnon de voyage. Tandis qu'ils roulaient dans le veld de Dordrecht à Jamestown, Warren nota que M. Rhodes, qui était assis en face de lui, était engagé manifestement à apprendre quelque chose par cœur, et offrit de lui dire. Il se trouva que c'était les Trente-neuf Articles de l'Eglise d'Angleterre. Dans le journal de ce voyage, publié également dans 'Good Words' de 1900, Warren relate ' Nous avançâmes très bien jusqu'à ce que nous arrivâmes à l'article de la prédestination, et là nous fûmes bloqués. Il avait ses points de vue et j'avais les miens, et nos compagnons de voyage étaient très amusés par le sujet de notre conversation -pendant plusieurs heures- restant sur un seul sujet. Rhodes consacre du temps à son diplôme universitaire à la maison et termine durant les vacances.'

Sir Charles Warren fut nommé plus tard Préfet de la Police Métropolitaine à Londres, un poste qu'il tint à l'époque des célèbres meurtres de Jack l'Eventreur. Warren ne fit jamais de déclarations sur la personne qui pouvait être le tueur selon lui, mais dans un rapport au Home Office le 17 octobre 1888 il écrivit "Je regarde cette série de meurtres comme unique dans l'histoire de notre pays."

Michael Hoffman a écrit en 1996:

Le soulèvement palestinien le plus récent en septembre dernier, commença à la suite de l'ouverture du "Tunnel Hasmonéen" de Jérusalem, qui court le long du Troisième Lieu le plus Saint de l'Islam, Haram al-Sharif, est l'ancien site du Temple de Hérode, détruit en 70 ap. J.-C. par les légions romaines commandées par Titus.

Bien que les médias l'ont dédaigné à plusieurs reprises à l'époque, les Palestiniens étaient enragés à cause de leur peur que l'ouverture du Tunnel ne soit le commencement de la fin pour la mosquée Al-Aqsa et le début de la reconstruction du Troisième Temple, qui est le but légendaire vers lequel la plupart des sociétés secrètes ésotériques de l'Occident et plus spécialement les ordres de la Franc-maçonnerie est orientée (en effet, l'iconographie maçonnique est obsédée par un Temple reconstruit).

Les médias de l'establishment, dans une démonstration remarquable de l'uniformité et du pouvoir de leur contrôle monopolistique des communications à grande échelle, étaient capables d'étouffer tout rapport substantiel en septembre, fournissant la preuve que les peurs des Palestiniens sur ce sujet avait une certaine justification.

Dans ce que James Shelby Downard appelle un "processus cryonique" (d'après la méthode par laquelle les restes mortels de Walt Disney sont apparemment préservés)—l'opération congeler-attendre-dégeler—la vérité sur la concentration intense des ressources du Sionisme ésotérique et de la Franc-maçonnerie ésotérique sur ce complexe du "Mont du Temple", fut gelée tandis que les émeutes faisaient rage. Quand elles se sont calmées, une période d'attente s'ensuivit quand la crise quitta les premières pages et se déplaça légèrement vers l'arrière de la conscience de l'esprit de groupe des foules. Après la période d'attente, vint le dégel, quand la vérité fut sortie de la congélation profonde et présentée au public. […]

L'ouverture du tunnel en septembre 1996, avec son bain de sang rituel, un précurseur du sang sacrificiel ordonné pour couler si le Temple est reconstruit, fut orchestré en 1867. Ce fut ensuite que le futur Général Sir Charles Warren, Préfet de Police de l'Angleterre, et co-conspirateur dans le meurtre rituel occulte connu historiquement comme "Jack l'Eventreur", avait été détaché sur une autre mission maçonnique, pour poser les fondations de la reconstruction du Temple de Jérusalem. Et ainsi ce fut qu'en 1867, un des Francs-maçons les plus importants d'Angleterre, un membre de sa "loge de recherche" (Ars Quator Coronatorum), "redécouvrit" le tunnel de 500 yards causant la claustrophobie.

Les "instruments" de l'ancien Temple, selon le Talmud, étaient cachés sur le Mont du Temple avant la destruction du Second Temple. Avec le Tunnel de Warren maintenant ouvert, la "chasse au trésor" commence, comme les médias de l'establishment l'ont admis, entre les lignes, durant son "dégel" à la mi-octobre.

Durant la deuxième semaine d'octobre, des fanatiques sionistes impliqués dans des crimes de terrorisme liés à la destruction espérée de la mosquée Al-Aqsa, entrèrent soudainement au milieu de la scène depuis leurs positions d'obscurité imposées par l'establishment. En conséquence, la mi-octobre fut le moment désigné pour tirer le rideau lentement et révéler le jeu réel en cours. A cette jonction les médias de l'establishment dévoilèrent M. Yehuda Etzion, chef de Hai Vekayam, tête de file du mouvement pour reconstruire le Temple de Hérode sur les ruines de la mosquée Al-Aqsa révérée par l'Islam. Comme une allusion, sept "activistes" de Hai Vekayam furent arrêtés par la police israélienne quand ils essayaient de forcer leur passage vers le Dôme du Rocher en octobre.

Aussi comme une allusion, une pétition fut présentée aux Israéliens en octobre, en mettant les points sur les "i" de chaque peur palestinienne à propos de ce que les Palestiniens prévoient avec leur tunnel. La pétition, déposée par l'organisation Temple Mount Faithful, un groupe financé par des fondamentalistes judéo-chrétiens à grands moyens aux Etats-Unis et de riches Sionistes internationaux et riches maçons, appelle à l'enlèvement de la mosquée du Mont du Temple. James Shelby Downard et moi avons un terme pour cet appel: Vérité ou Conséquences via la Révélation de la Méthode. Pour plus sur cela, les personnes intéressées peuvent consulter ma conférence Vérité ou Conséquences, disponible sur cassette audio. [Michael Hoffman]

Avec toutes les choses qui sont arrivées depuis 1996, avec tout ce que Halsell et Gorenberg ont découvert, Hoffman ne semble pas si cinglé, n'est-ce pas? Le fait est qu'après son expédition, Warren écrivit un livre intitulé "The Land of Promise" (La Terre Promise), un livre disant que l' East India Company britannique devrait coloniser la Palestine avec des Juifs. L'idée était tout à fait populaire en Angleterre pour deux raisons: 1) Elle promouvait les intérêts impériaux britanniques et 2) elle convenait à la prophétie biblique. Ces deux facteurs motivèrent la Déclaration Balfour de 1917 en faveur d'un Etat Juif.

Certainement, les Britanniques avaient des intérêts territoriaux en Palestine, mais on ne peut ignorer la question des aspirations religieuses et millénaristes à propos des Britanniques. Oui, la logique impériale dirait que la Grande-Bretagne devrait prendre la Palestine parce que c'était le passage vers l'empire Ottoman et l'Afrique également, mais notez ce que Gorenberg écrit:

Le 2 novembre 1917, deux jours après que la Force Expéditionnaire Egyptienne du Général Edmund Allenby ait pris Beersheba aux Turcs Ottomans et se préparait à marcher au nord vers Jérusalem, le gouvernement britannique annonça une raison entièrement différente pour la campagne: le secrétaire aux Affaires Etrangères Arthur Balfour envoya une lettre au chef sioniste britannique Lord Rothschild, l'informant que le cabinet avait approuvé "une déclaration de sympathie avec les aspirations sionistes juives: le gouvernement de Sa Majesté voit favorablement l'établissement en Palestine d'une patrie nationale pour le peuple juif…"

Cinq semaines plus tard, l'armée d'Allenby prit Jérusalem. Pendant deux jours avant la conquête réelle, l'arrivée du général fut planifiée méticuleusement. … Les armées chrétiennes revenaient à la cité pour la première fois depuis les Croisades. Allenby arriva à la porte de Jaffa chevauchant un cheval blanc, avec le faste d'un roi. Puis, avant d'entrer dans la Vieille Ville, il descendit de cheval et marcha. Un récit standard de la raison du général: Son Sauveur est entré dans cette cité à pied, et il ferait de même. [Gorenberg]

L'action d'Allenby est logique suivant la Déclaration Balfour: Conquérir Jérusalem ne devait pas être considéré uniquement stratégiquement, ce devait être accompli "selon la prophétie". La logique britannique était enracinée dans leur ferveur pour l'Ancien Testament et l'espoir pour le millénium. Cette logique était dérivée des enseignements de culte des Christadelphiens et du prémillénariste Plymouth Brethren de John Darby, de même que les espoirs des Anglicans du courant dominant. Leur désir était de convertir les Juifs et de les renvoyer dans leur patrie. Barbara Tuchman écrit sur ces passions à propos de l'influent Comte de Shaftesbury, qui malgré tout son zèle au nom des Juifs, il est douteux que Lord Shaftesbury pensât jamais à eux comme un peuple avec ses propres langues et traditions… Pour lui, comme pour toute l'école d' Israël-pour-lle-but-de-la-prophétie, les Juifs étaient simplement l'instrument par lequel la prophétie biblique pouvait être accomplie. Ils n'étaient pas un peuple, mais une Erreur massive qui doit être apportée au Christ dans le but que toute la réaction en chaîne menant à la Seconde Venue … puisse être mise en route."

Ni Balfour ni Lloyd George n'étaient des millénaristes, mais ils étaient des produits d'une Angleterre recouverte d'une telle croyance, et de l'ardeur qu'elle produisait envers l'Ancien Testament. Balfour défendit sa déclaration devant le Parlement en arguant que le Christianisme ne doit pas être "oublieux du service [que les Juifs] ont rendu aux grandes religions du monde." Lloyd George commenta cela quand il discuta de la Palestine avec Weizmann, l'apôtre du Sionisme au Gouvernement britannique, Weizmann "continua à amener des noms de lieux qui m'étaient plus familiers que ceux du front occidental. Les deux politiciens pouvaient regarder la restauration des Juifs dans leur pays comme une tâche britannique parce que le millénarisme anglais avait transformé ceci en projet raisonnable, même pour ceux qui ne pensaient pas au millénium. Mis à part qu'à une époque l'Angleterre dirigeait réellement la Palestine, le simple engagement de la Déclaration Balfour claqua dans le monde réel. [Gorenberg]

Le 16 août 1929, le jour où le Mandat de la Palestine éclata en flammes, comme prévu, comme Gorenberg le note. Le jour d'avant, à l'anniversaire de la destruction du Temple, des centaines de Juifs avaient manifesté le long du Mur des Lamentations, en réclamant des droits pour ce lieu. Une photographie survivante des manifestants est intéressante parce qu'elle montre certains des hommes en shorts et en chaussures habituelles. Pourquoi est-ce intéressant? Parce qu'en tant que signe de deuil lors de telles journées, les Juifs religieux ne portent pas des chaussures en cuir un jour de jeûne. Cela signifie que les manifestants ne réclamaient pas des droits sur le Mur des Lamentations pour des raisons religieuses, mais pour des raisons nationalistes et territoriales. Ils plantèrent le drapeau sioniste et chantèrent l'hymne sioniste.

Ainsi, le jour suivant, les manifestants musulmans arrivèrent et tabassèrent les fidèles juifs pieux qui n'avaient rien à voir avec la manifestation du jour d'avant. Le Vendredi suivant, les tensions avaient augmenté à un tel niveau que les Arabes commencèrent à attaquer les Juifs dans la vieille ville, armés de clubs et de couteaux. En une heure, les attaques s'étaient étendues à d'autres quartiers de la ville et la police britannique manquait tellement d'effectifs qu'elle ne put rien faire.

La violence s'étendit et le deuxième jour (24 août), à Hébron, les émeutiers se déplacèrent de maison en maison en tuant et en pillant. Soixante-sept Juifs furent tués, y compris une douzaine de femmes et trois enfants. La plupart des Juifs de la ville furent sauvés par leurs voisins arabes.

Un historien note que les Juifs allèrent bien au-delà de l'autodéfense. Dans un cas, en représailles, les Juifs entrèrent de force dans une mosquée et détruisirent des livres sacrés. Une version palestinienne des événements nous dit que le peuple de Palestine réagit à la provocation des extrémistes juifs religieux sur le site sacré, ce qui semble être ce qui s'est réellement passé.

En une semaine et demi de terreur, 133 Juifs et 116 Arabes furent tués. De tout point de vue, l'événement fut un tournant dans la lutte pour le contrôle de la Palestine. Le fait est qu'il y avait, à ce début, une grande opposition des Palestiniens à la création d'une état juif en Palestine, et il est facile de le comprendre. La Palestine était fondamentalement "donnée aux Juifs" par la Grande-Bretagne. Mais, beaucoup en Grande-Bretagne commençaient à penser que la promesse de la Déclaration Balfour d'une "patrie nationale" pour les Juifs avait été une erreur.

Les faits sont les suivants: deux groupes nationaux luttaient pour un seul morceau de terre. Un des groupes avait été là pendant très, très longtemps, et l'autre groupe avait l'intention de venir prendre possession de ce dont ils étaient convaincus être leur bien soit par le droit du mandat britannique, soit par le droit de leur dieu. Le plan britannique d'installer les Juifs en Palestine fut un désastre et il partirent la queue entre les jambes, en laissant les Palestiniens et les Juifs se battre tous seuls.

Mais le combat n'était pas égal. Le désir parmi l'Occident Chrétien pour que les Juifs restent en Palestine, pour recréer Israël, reconstruire le Temple, et accomplir la prophétie était derrière la présence juive. Les Palestiniens n'avaient pas une chance depuis le début.

Avraham Stern était un rebelle parmi les rebelles, trop extrême pour l'extrémiste moyen. Un Juif né en Pologne qui admirait Mussolini, il avait été un membre de l'Irgun Tzva'i Le'umi (Organisation Militaire Nationale), l'aile droit souterraine juive en Palestine. A la fin des années 30, les Arabes de Palestine se révoltèrent contre le gouvernement britannique; des attaques contre les Juifs étaient courantes. L'Irgun rejetait la politique de restreinte de la Haganah courante et lança des attaques vengeresses contre les Arabes: tir sur un bus ici, une bombe dans un marché là, le meurtre d'innocents comme paiement pour le meurtre d'innocents. De là on en vint à combattre les Britanniques, qui cherchaient à satisfaire les Arabes en restreignant l'immigration même tandis que des Juifs désespérés essayaient de quitter l'Europe. Mais quand la Seconde Guerre Mondiale éclata, l'Irgun déclara une trêve: Combattre l'Allemagne était plus important que d'expulser les Anglais. Un tel zigzag n'était pas pour Stern: au printemps 1940, lui et ses partisans quittèrent l'Irgun pour créer un groupe plus radical qui continuerait à combattre les Britanniques. Ils attaquaient les banques, essayaient d'assassiner des fonctionnaires mandataires. En Hébreu le groupe était appelé Lehi… les Anglais l'appelèrent le Gang Stern, même après que la police eût arrêté Stern dans un appartement de Tel-Aviv en 1942 et le tua. Les leaders du groupe incluaient Yitzhak Yezernitzky, qui changea son nom plus tard en Yitzhak Shamir et des décennies plus tard devint le Premier Ministre israélien.

Dans un journal appelé The Underground, Lehi publia ses dix-huit principes de la renaissance nationale juive. Le numéro 18 dit: "Construire le Troisième Temple, comme symbole de l'ère du Troisième Royaume." Après l'indépendance d'Israël, les vétérans du groupe republièrent les principes avec un amendement. Maintenant le numéro 18 dit: "Construire le Troisième Temple comme un symbole de l'ère de la totale rédemption." L'historien Joseph Heller explique que le "Troisième Royaume" sonnait trop proche de "Troisième Reich" – un point sensible puisque Lehi était entaché en ayant offert sans succès ses services aux forces de l'Axe contre la Grande-Bretagne en 1941.

L'amendement clarifie le point: "Ils étaient un mouvement messianique, particulièrement sous Stern," dit Heller. [Gorenberg]

Gorenberg raconte l'histoire de David Shaltiel qui était commandant de la Haganah, l'armée juive du type milice. Shaltiel avait été élevé dans un foyer orthodoxe à Hambourg. Il prétend qu'à l'âge de treize ans il sortit de la synagogue le jour du Yom Kippour, mangea du porc et attendit que Dieu le frappât. "Quand rien ne se passa, il en avait fini avec la religion. Shaltiel rejoignit ensuite la Légion Etrangère Française et devint plus tard un marchand d'armes pour la Haganah en Europe. En 1936 la Gestapo l'arrêta à Aix-la-Chapelle. On dit qu'il a été à Dachau et à Buchenwald et dans seize autres prisons". D'une manière ou d'une autre, il fut relâché avant que la Seconde Guerre Mondiale ne commencât et retourna en Palestine où il devint un officier de la Haganah.

En novembre 1947, après la Seconde Guerre Mondiale (qui doit certainement avoir profondément affecté Shaltiel), les Nations Unies (qui étaient aussi profondément affectées par la Seconde Guerre Mondiale, comme le monde entier) votèrent le partage de la Palestine entre un état juif et un état arabe. Vous pourriez même dire que ce vote était un résultat direct des événements de la Seconde Guerre Mondiale et beaucoup de gens ont suggéré qu'il y avait une complicité sioniste dans le meurtre de millions de Juifs dans le but express de générer de la culpabilité et de la sympathie pour le peuple juif, pour les mettre dans une position de "droit moral" irréfutable vers la Palestine.

En tout cas, les Arabes étaient opposés au partage (pas une surprise) et combattaient les Juifs même quand les Britanniques de retirèrent de la Palestine en pagaille.

Le 28 mai 1948, deux semaines après que le leadership sioniste eût proclamé l'établissement de l'Etat d'Israël, le quartier juif de Jérusalem tomba aux mains des forces jordaniennes.

A l'aube du 17 juillet, un cessez-le-feu des Nations Unies fut imposé par la force. Shaltiel, le type qui avait mangé du porc de manière solennelle le jour du Yom Kippour il y a tant d'années, décida alors – avant qu'il n'ait à s'arrêter de combattre à l'exécution du cessez-le-feu – il allait être un héros et re-prendre la vieille ville comme son dernier Hourrah. La Vieille Ville n'avait aucune valeur stratégique, mais apparemment, sa signification symbolique était énorme pour les Juifs. Shaltiel avait l'aide des forces de l'Irgun et de Lehi, de même qu'une charge explosive spéciale conçue par un physicien.

Shaltiel était si confiant dans la victoire qu'il avait un agneau prêt pour le sacrifice sur le Mont du Tempe.

Shaltiel mourut en 1969 et personne ne sait s'il attendait la reprise du sacrifice animal comme une pratique régulière, mais il est certain qu'il pensait que sacrifier un agneau était la manière adéquate pour célébrer la re-prise de Jérusalem. Shaltiel n'aurait probablement pas contrevenu aux ordres de David Ben-Gourion de ne pas endommager les lieux saints musulmans s'il avait réussi dans son offre de re-prendre le mont, mais la même chose ne peut pas être dite du commandant des forces Lehi, Yehoshua Zetler. Si l'attaque réussissait, il avait des plans définis pour raser les lieux saints musulmans sur le Mont et il équipa ses hommes avec des explosifs pour faire cela.

Il se trouve que l'offensive échoua. La bombe spéciale fit une marque noire sur les murs musulmans vieux de quatre cents ans, mais ne les fissura même pas. A 5h00 le cessez-le-feu entra en vigueur.

Yisrael Eldad écrivit pornographiquement sur ses sentiments à propos de cette nuit, publié plus tard dans un mémoire:

Et le cœur imagine: Peut-être se brisera-t-il ce soir…

Si seulement ils avaient un sens de l'histoire. Oh, si seulement! Et précisément cette nuit, la nuit de la première destruction, la nuit de la seconde destruction, précisément cette nuit si seulement ils pouvaient faire irruption et y aller – car ils sont capables de faire irruption et d'y aller… Il y a assez d'armes, et il y a des hommes jeunes, et il y a Jérusalem, tout en elle le désirant, prête pour une nuit terrible comme ceci, si seulement ils pouvaient faire irruption, si seulement ils pouvaient y aller.

Au mur, au deuil, à ce qui a été abandonné.

A enfoncer et à mettre tout en feu. Dans le feu elle est tombée et dans le feu elle renaîtra à nouveau. Pour la raser entièrement là, tous les mensonges et l'hypocrisie sanctifiés. Pour purifier, purifier, purifier.

(En parlant de mensonges et d'hypocrisie sanctifiés, l'Ancien Testament doit être la mère à tous.)

Mais ce n'est pas arrivé: l'Etat Juif naquit sans la Vieille Ville qui resta dans les mains des Palestiniens qui y avaient vécu depuis 2000 ans. Beaucoup d'entre eux sont des descendants des Juifs d'origine qui se sont convertis.

Dans son livre de 1996 "Beginning of the End: The Assassination of Yitzhak Rabin and the Coming Antichrist", ("Le Commencement de la Fin: l'Assassinat de Yitzhak Rabin et la Venue de l'Antéchrist"), le pasteur texan John Hagee se souvient être assis avec son père quand les nouvelles arrivèrent par la radio que Israël était une nouvelle nation. Son père lui dit: "Nous venons d'entendre le message prophétique le plus important qui sera jamais délivré jusqu'à ce que Jésus retourne sur la Terre." Pour les millénaristes, la Déclaration Balfour avait été excitante, mais la "naissance" d'Israël produisit des frénésies absolues d'extase apocalyptique. Les prophéties des Derniers Jours devenaient VRAIES!

A part les histoires que j'ai entendues dans mon enfance à l'Ecole du Dimanche, je savais peu de chose ou rien sur une Jérusalem où les gens y vivent tous les jours – où ils sont nés, sont allés à l'école, se sont mariés, ont des enfants, rient et font la fête à l'occasion, pleurent et sont en deuil à d'autres moments. Puis, un jour, allant à Jérusalem, j'ai commencé à éprouver les réalités d'un peuple qui avait toujours vécu là.

Je marchais dans les rues aux pavés ovales avec un Arabe musulman, Mahmud Ali Hassan, qui était né à Jérusalem, avait acheté ses premières chaussures, eu son premier rasage chez un barbier, fut équipé de son premier costume, fut marié, vit tous ses enfants naître et les vit grandir – tous dans la Vieille Cité Fortifiée.

Avec Mahmud, je marchais dans des passages étroits dans un des rares exemples restants dans le monde d'une ville complètement entourée de murs. Les murs se dressent partiellement sur les fondations de la Place d'Hadrien, construite en 135 ap. J.-C., ils incluent des restes de murs plus anciens, ceux du Roi Hérode en 37 av. J.-C., et d'Agrippa de 41 ap. J.-C., et de Saladin en 1187. Et finalement les murs furent reconstruits par le Musulman Turc, Soliman le Magnifique, au seizième siècle.

"La Vieille Cité Fortifiée a été habitée par les Arabes tout au long de sa longue histoire," Mahmud me dit. "Et les marchés arabes, les maisons arabes, et les sites religieux arabes représentent environ quatre-vingt-dix pour cents de la Vieille Ville.

"En tant qu'Arabes, nous sommes descendants d'un peuple indigène, un peuple qui n'a jamais quitté la Palestine, ayant vécu continuellement à l'intérieur de ces anciens murs," Mahmud continue." Je peux remonter mes ancêtres à plus de dix générations. Et dans le cas de mon père et de son père et de son père, nos familles ont vécu dans la même maison durant les derniers trois cents ans." [….]

"C'est une des plus anciennes villes du monde," Mahmud me rappelle. "Les Arabes appelés Amorrites arrivèrent ici il y a quatre ou cinq mille ans. Il établirent ce site comme fondation religieuse pour honorer leur dieu. Et ces premiers adorateurs arabes d'un dieu qu'ils appelaient Shalem nous donnèrent le nom de notre cité sacrée, Jérusalem. Puis arrivèrent d'autres de nos ancêtres, les Cananéens de Canaan. Ils firent de Jérusalem un des premiers centres d'adoration du Dieu Unique. Les Cananéens avaient un roi nommé Melchisédech, et il est écrit qu'il était aussi un prêtre de Dieu le Plus Haut.

"Toute cette histoire première précède l'arrivée des Hébreux de beaucoup de siècles… Et quand une tribu d'Hébreux, une des nombreuses tribus dans la région, arriva, ils restèrent moins de 400 ans. Et ils furent vaincus aussi, comme beaucoup avant et après. Et il y a 2000 ans, ils furent chassés."

De Al-Aqsa, nous marchâmes sur une courte distance vers le magnifique Dôme du Rocher, un des lieux saints les plus beaux dans le monde entier – souvent comparé par sa beauté avec le Taj Mahal.[…]

"En tant qu'Arabes, en tant que Musulmans, notre querelle n'a jamais été avec les Juifs en tant que Juifs, ni avec la grande religion du Judaïsme. Les lieux que les Juifs et les Chrétiens révèrent comme saints, nous les révérons comme saints. Les prophètes que les Juifs et les Chrétiens révèrent comme saints, nous les révérons comme saints. Mon point est que chacun dans l'histoire a emprunté de ce qui était avant lui. Personne ni aucun groupe a des droits exclusifs ici. Il y eut des batailles sans fin pour Jérusalem. Et les Hébreux ne furent au pouvoir ici que durant soixante ans." [Halsell]

Un lettre de nouvelles de fin 1998 postée sur le site web "Voice of the Temple Mount" dit que son but est "la libération" des lieux saints musulmans et la construction sur ce site d'un Temple Juif. "Maintenant le temps est venu pour que le Temple soit reconstruit," dit la lettre israélienne. La lettre appelle "le gouvernement israélien à terminer l'occupation islamique païenne" de terres où se trouve la mosquée. Elle ajoute, "La construction du Troisième Temple est proche."

Il ne reste plus qu'un événement pour mettre en place la scène pour la part d'Israël dans le dernier grand acte de son drame historique. C'est de reconstruire l'ancien Temple d'adoration sur son ancien site. Il n'y a qu'un seul lieu où ce Temple peut être construit, selon la loi de Moïse. C'est sur le Mont Moriah. C'est là que les deux précédents Temples étaient construits. – Hal Lindsey, The Late Great Planet Earth

Un Antisémite "est quelqu'un qui hait les Juifs plus qu'il n'est supposé l'être." – Evangéliste de la télévision Jomes Robison.

L'Eglise Chrétienne, tout au long de la plupart de son histoire, a été antisémite. Avec la Réforme, cependant, beaucoup de Chrétiens passèrent de l'antisémitisme à une nouvelle sorte de discrimination rampante dans le monde aujourd'hui: philo-sémitisme. C'est une position qui voit les Juifs comme pratiquement nécessaires EN TANT que Juifs, parce qu'ils ont un rôle à jouer dans le salut des Chrétiens! Cet "amour des Juifs" inclut dans ses paramètres l'assurance suffisante que les Juifs SONT différents et sont destinés à l'extinction une fois qu'ils auront effectué leur tâche assignée.

Il y a certainement des différences personnelles et politiques parmi les Chrétiens qui rend une généralisation imprécise et peut-être dangereuse, mais le fait reste que beaucoup de fondamentalistes qui mènent le "aidons Israël de toutes les manières dont nous pouvons" et "courons après les Musulmans" du jour présent ont une histoire établie d'avoir enseigné à leurs disciples que les Juifs étaient derrière tous les ennuis du monde.

Ce fut après que furent révélées les horreurs de l'Allemagne Nazie que le Christianisme Occidental réalisa que promouvoir l'antisémitisme comme Les Protocoles des Sages de Sion pourrait être vu comme sympathiser avec les Nazis. Donc, ces fondamentalistes qui étaient ouvertement antisémites firent machine arrière et se regroupèrent.

Avec la naissance d'Israël en 1948, les Chrétiens antisémites changèrent leur tactique. Ils étaient encore antisémites (le SONT encore), mais ils agirent différemment à l'extérieur; ils devinrent "aimants" et "reconnaissants", bons et condescendants envers les Juifs. Grâce à la bonté les Juifs faisaient MAINTENANT ce qu'ils étaient supposés faire: se regrouper en Israël afin que Jésus puisse revenir et les réduire en miettes!

Comme cette nouvelle appréciation du rôle juif fusionna avec les croyances dispensionalistes, les Chrétiens Occidentaux devinrent des supporters farouches du nouvel état juif. Rien ne doit arriver entre Israël et sa destinée! Quiconque peut critiquer toute autre nation dans le monde, mais PAS Israël. Critiquer la France, l'Allemagne ou même les Etats-Unis était juste "politique". Critiquer Israël était critiquer Dieu Tout-Puissant.

Au même moment où les millénaristes proclament leur amour pour Israël, ils révèlent fréquemment qu'ils n'ont pas du tout de préférence pour les Juifs.

Debout, surplombant la vallée de Megiddo, Clyde, un compagnon de voyage, m'expliquait que c'était le site où le Christ mènerait les forces du Bien contre le Mal. "Les deux tiers des Juifs seront tués," dit Clyde, citant Zacharie 13:8-9. Faisant une pause pour calculer, il arriva à neuf millions de Juifs morts. "Sur trois cents kilomètres, le sang montera jusqu'aux brides des chevaux."

Quand j'exprime mon souci sur ce scénario, Clyde explique, "Dieu le fait principalement pour son ancien peuple, les Juifs. Il a imaginé une période de Tribulations de sept années principalement pour purger les Juifs, pour qu'ils puissent voir la lumière et reconnaître le Christ comme leur sauveur."

Mais pourquoi, je demande, Dieu aurait choisi un peuple = "favori de Dieu" comme le dit Clyde – uniquement pour tuer la plupart d'entre eux?

"Comme j'ai dit, Dieu doit les purger," dit Clyde. "Il veut qu'ils se courbent devant Son seul fils, notre Seigneur Jésus-Christ."

Mais quelques-uns resteront? Pour enterrer leurs morts?

"Oui," me dit Clyde. "Il y en aura 144.000 d'épargnés. Puis ils se convertiront au Christ." [Halsell]

Il ne restera que 144.000 Juifs vivants après la bataille d'Armageddon. Ces Juifs restants – hommes, femmes et enfants – se courberont devant Jésus. En tant que Chrétiens convertis, tous les adultes commenceront à prêcher immédiatement l'évangile du Christ. Imaginez! Ce seront comme 144.000 Billy Grahams lâchés d'un seul coup! – Hal Lindsey

Tant qu'ils ne se convertissent pas, ils sont "aveugles spirituellement." – Jerry Falwell

Traditionnellement, les Juifs ont été libéraux et soutenaient les ordres du jour libéraux. Ayant connu la discrimination et le racisme, ils furent alliés des ordres du jour libéraux. Cependant, en 1967, après qu'Israël se soit emparé des terres arabes qu'il ne voulait pas abandonner, l'état d'Israël se déplaça rapidement vers la droite conservatrice. Les Juifs américains, précédemment supporters libéraux des droits des autres furent persuadés que leur priorité numéro un était de soutenir Israël. Sous cette influence, ils se déplacèrent rapidement à droite.

La Droite israélienne et la Droite chrétienne devinrent d'étranges amis, chacun avec une doctrine centrée sur Israël et un culte de la terre. Nathan Perlmutter de l'ADL expliqua pourquoi les Juifs américains soutiennent la Droite chrétienne en Amérique: D'abord, dit-il, il se sent en quelque sorte un Juif américain typique en ce qu'il pèse chaque problème dans la vie selon une mesure: "Est-ce bon pour les Juifs? Cette question satisfaite, je passe aux questions secondaires."

Les Juifs américains soutiennent Jerry Falwell parce qu'il soutient les visées expansionnistes d'Israël. Perlmutter sait que les évangélistes fondamentalistes interprètent les Ecritures comme disant que tous les Juifs doivent accepter en fin de compte Jésus ou être tués. Mais, entre temps il dit, "Nous avons besoin de tous les amis que nous avons pou


Trouver une génisse rousse est une condition préalable pour construire le Temple. Une autre, il est supposé généralement, est de retirer le Dôme du Rocher du Mont du Temple.

Le jour suivant, un journal dévoile l'histoire. [Adir Zik, un présentateur sur la station de radio pirate des colons connu pour sa rhétorique impétueuse] parlait de la génisse rousse dans son émission de radio. La folie concernant Melody avait commencé. […] Les photographes de presse arrivèrent. Le rabbin, sans génisse, apparut à la télévision nationale. L'homme du Boston Globe créa une histoire, et d'autres correspondants suivirent. … Une équipe de CNN fit un pèlerinage à la génisse rousse, comme le firent des équipes de ABC et CBS, et du Japon, des Pays-Bas, de la France.

Si la plupart des médias mondiaux rapportèrent sur Melody avec un ton amusé, comme une histoire sur les choses étranges que les gens croient, tout le monde ne vit pas la vache comme une plaisanterie. Sur la page d'opinion du quotidien israélien influent Ha'aretz, le chroniqueur David Landau disait que les services de sécurité devraient voir la génisse rousse comme une "bombe à quatre pattes" potentiellement plus dangereuse que tout terroriste. Landau… comprit les attentes de la construction du Temple que la vache pourrait inspirer parmi les Juifs religieux nationalistes, et son potentiel pour inciter à la guerre contre le monde islamique. "Une balle dans la tête," il écrit, "est, selon les meilleures traditions, la solution des services de sécurité dans de tels cas…"

Trop criard? Comme Landau l'a rappelé, les agents anonymes de la force de sécurité intérieure du Shin Bet d'Israël, pris en défaut par l'assassinat du Premier Ministre Yitzhak rabin en novembre 1995, a sous-estimé la puissance de la foi dans le passé. A Kfar Hasidim, Melody fut déplacée de l'étable à un "confinement solitaire" dans le zoo de l'école, où elle pourrait être gardée légèrement plus en sécurité des visiteurs arrivant quotidiennement. Un chien fut posté pour la garder. Il ne pouvait pas l'empêcher d'avoir des poils blancs qui poussent [Ce que Melody a eu, la disqualifiant et la sauvant du barbecue.]

Incontestablement, les réactions de Melody semblent bizarres. Mais il y a trois raisons très solides pour les peurs et les espoirs qu'elle a engendrés: le passé, le présent et plus que tout l'avenir.

Les Nombres 19 est un des chapitres les plus opaques dans les Ecritures Saintes. Une génisse rousse, "irréprochable, sans imperfection, et sur laquelle jamais ne vint un joug," doit être abattue, et son corps brûlé entièrement en cendres. Paradoxalement, ce sacrifice doit être réalisé en dehors du Temple, cependant les cendres deviennent la clé du sanctuaire: elles peuvent nettoyer par elles-mêmes un homme ou une femme souillés par le contact avec la mort humaine.

Car, dit le texte biblique, quiconque touche un cadavre, ou un os, ou une tombe, quiconque entre dans une pièce qui contient un cadavre, est rendu impur, et ne doit pas entrer dans le Temple. Cependant la proximité de la mort est une partie inévitable de la vie, et le sacrifice était la manière dont les Juifs servaient Dieu. Donc pour libérer une personne de l'impureté, disent les Nombres, mélangez les cendres de la génisse avec de l'eau, et aspergez-la avec le mélange. De la manière dont la tradition juive lit ces versets, la génisse doit réellement être irréprochable. Deux poils blancs la disqualifierait. La bête la plus rare possible était essentielle pour purifier un prêtre qui avait assisté à l'enterrement de son propre père, ou pour permettre à tout Israélite qui avait été en présence d'un cadavre de participer au culte sacrificiel. […]

Les dernières cendres de la dernière vache se tarirent un beau jour après que les Romains eurent rasé le Temple à Jérusalem en l'an 70. Chaque Juif devint impur en raison de contact présumé avec la mort qui, à proprement parler, n'avait pas beaucoup d'importance parce qu'il n'y avait pas de sanctuaire où entrer et le sacrifice avait cessé d'être le centre du judaïsme. La dixième génisse appartenait logiquement au temps imaginé du messie parce qu'un temple reconstruit y appartenait aussi.

Sauf qu'aujourd'hui, les cendres absentes de la génisse rousse ont une nouvelle fonction. Elles sont un facteur crucial dans l'équilibre politique et stratégique du Moyen-Orient.

Plus de mille neuf cents ans ont passé depuis la destruction du Temple, mais son emplacement – donnez ou prenez quelques mètres cruciaux – est toujours une réalité physique solide. […] En principe, le Mont du Temple reste le site le plus sacré dans le judaïsme. […]

Mais le Mont lui-même n'est pas en ruines. Comme Al-Haram al-Sharif, le Noble Sanctuaire, c'est le troisième site le plus sacré dans l'Islam. […] Un coup d'œil au Mont témoigne que tout effort pour construire le Temple où il se trouvait – l'endroit même où la tradition juive dit qu'il peut être construit à nouveau – signifierait l'enlèvement de lieux saints à des centaines de millions de Musulmans, du Maroc à l'Indonésie. Une tentative pour dédier un morceau de l'enclos à la prière juive signifierait la découpe de ce morceau hors de la zone islamique.

Le 7 juin 1967, le troisième jour de la Guerre des Six Jours, les troupes israéliennes prirent Jérusalem Est, plaçant le Mont du Temple sous la loi juive pur la première fois en presque 2000 ans. Les leaders israéliens ont décidé de laisser le Mont, Al-Haram al-Sharif, aux mains des Musulmans. La décision gardait les ingrédients pour la guerre sainte à part, juste à peine. […]

Cependant une séparation faite par le gouvernement civil n'aurait pas fonctionné sans une main des autorités religieuses juives. Depuis la Guerre des Six Jours, les rabbins dirigeants d'Israël ont décrété primordialement que les Juifs ne devraient pas passer les portes du Mont. Une des raisons les plus communément citées … est que sous la loi religieuse, chaque Juif est présumé avoir été en contact avec les morts. Pour le manque de cendres d'une génisse rousse, il n'y a rien à faire sur ce point: pas moyen pour les Juifs de se purifier pour entrer dans la zone sacrée, pas moyen pour le Judaïsme de réclamer le mont, pas moyen de reconstruire le Temple. Les fonctionnaires du gouvernement et les chefs militaires ne pouvaient regarder l'exigence de la génisse manquante comme un coup de chance pour éviter le conflit sur le Mont. […]

En 1984, le Shin Bet trébucha sur le complot souterrain des colons juifs pour faire exploser le Dôme du Rocher. Un des chefs de groupe expliqua que, parmi les "difficultés spirituelles" qui les empêchaient d'exécuter l'attaque, il était interdit d'entrer sur le Mont du Temple à cause de l'impureté causée par le contact avec les morts – c'est-à-dire qu' il leur manquait les cendres d'une génisse rousse. Dans un verdict de l'affaire, un juge a écrit que si le plan avait été mené à bien, il aurait "exposé l'Etat d'Israël et le peuple Juif entier à un nouvel Holocauste."

Le danger n'a pas disparu: Le Mont du Temple est potentiellement un détonateur d'une guerre de grande envergure, et quelques personnes essayant de forcer la Fin pourraient la déclencher. [Gorenberg]

Selon Gorenberg, entre un cinquième et un quart de tous les Américains sont des évangélistes. En Amérique Latine, le nombre de Protestants souscrivant à ces croyances a grimpé de 5 millions à la fin des années 60 à 40 millions au milieu des années 90. "Une raison de cet accroissement fut la campagne de Jean-Paul II contre la théologie gauchiste de la foi de libération. Les Catholiques d'Amérique Latine ont été plus ouverts aux espoirs catastrophiques du pré-millénarisme."

Les Protestants de la Corée du Sud orientés vers l'apocalypse sont passés de 15 % de la population totale à 40 % durant les années 70 et 80.

La vieille image stéréotypée des croyants apocalyptiques comme des clochards aux coins des rues portant des panneaux disant "La Fin est Proche" ne tient plus. Les adhérents actuels de la théorie du Ravissement portent des costumes dans les salles de conseil et marchent dans les couloirs du pouvoir.

Le Révérend Irvin Baxter, un pasteur de la Pentecôte de Richmond en Indiana, fit de Melody l'histoire de couverture dans son magazine "Endtime", qui commente les "Evénements Mondiaux d'un point de vue biblique," puis publia un article à la suite quand il fut capable de venir visiter par lui-même. A ses 40.000 abonnés chrétiens, il expliqua le point de vue de Maimonides disant que la dixième génisse rousse serait sacrifiée au temps du Messie – et ensuite nota que selon le planning diplomatique alors en effet pour les accords d'Oslo, "le statut final de Jérusalem et du Mont du Temple doit être réglé pour mai 1999. C'est en 1999 que Melody aura trois ans…"

Autrement dit, la génisse, le sage juif médiéval, et l'accord de paix Israël-OLP prouvaient tous que le Temple serait en place pour la Fin des Temps pour commencer à la fin du millénium.

Le télé-évangéliste Jack Van Impe nota similairement que "l'Ecriture requiert que la génisse rousse soit sacrifiée à l'âge de trois ans," et demanda à bout de souffle, "Est-ce que les cendres de Melody pourraient être utilisées pour les cérémonies de purification du Temple dès 2000?"[…]

[En] 1999, je [Gorenberg] suis allé aux bureaux de l'Association Al-Aqsa… pour voir Ahmad Agbariay [qui] est en charge des efforts de l'association pour développer les mosquées à Al-Haram al-Sharif. […] Les Juifs, il m'a dit, "ont l'intention de construire le Troisième Temple."

Y a-t-il une date cible? J'ai demandé.

Tout ce que je sais est qu'il y a trois ans ils ont dit qu'une génisse rousse était née… et que dans trois ans ils commenceraient la construction. Ca fera trois ans en août 1999." […]

Les gens avec la vache ont un rôle majeur sur la scène de la Fin. […]

[Le rabbin Chaim Richman, un partisan du sionisme religieux] …affirme que les êtres humains agissent pour apporter la rédemption finale du monde. Les Juifs retournant dans leur pays et construisant un état sont une partie de cela. […]

Le Révérend Clyde Lott connaît les vaches… La connaissance de ce que veulent les rabbins dans une vache est apparu plus récemment. […] A la fin des années 1980, Lott rappelle, "il y eut une vague de prêche de prophéties traversant le Mississippi, et la question était quand Israël va construire le Temple." Pour cela, Lott savait qu'une génisse rousse était nécessaire. […] La question a pesé sur lui pendant des mois. Jusqu'à un certain jour, quand il travaillait dans les champs et une pièce d'équipement cassa et Lott alla dans sa voiture pour aller en ville, la voiture l'emmena au lieu de cela à Jackson, la capitale de l'état, où il pénétra sans invitation dans le bureau de Ray Manning, le directeur commercial international pour l'état du Mississippi. … La réunion bizarre produisit en fin de compte une lettre pour l'attaché à l'agriculture à l'ambassade américaine à Athènes, responsable dans sa spécialité pour tout le Moyen-Orient.

Manning expliqua qu'il avait été contacté par un éleveur de bétail qui lui avait fait cette offre: "Bétail Red Angus approprié pour les sacrifices bibliques de l'Ancien Testament, n'aura aucun poil taché ou sans couleur, génétiquement rousse… aussi viande de bœuf d'excellente qualité."

Ce que fit Lott a une logique. L'élevage de bétail aujourd'hui est bio. Ce fut le travail de sa vie. Mais cela signifiait-il quelque chose? Lott n'est pas la seule personne technique attirée à la vision de la construction du Temple parce qu'elle promet qu'une aptitude technique est essentielle pour le salut du monde. Il n'est pas non plus le seul dans notre ère technologique à lire la Bible comme un manuel technique, l'instruction d'installation pour la mise à niveau finale, fantastique de l'univers. […]

Le nom de Lott faisait son apparition, les gens qui ne l'avaient jamais rencontré étaient inspirés par son plan, dans un embobinage significatif de la société américaine disant qu'il n'était pas cinglé mais bien sain d'esprit. […]

La "restauration d'Israël" – le terme que les Chrétiens concernés par la Fin ont utilisé pendant des générations pour se référer au retour prophétisé des Juifs dans leur pays – doit aussi être la "restauration" de l'industrie du bétail d'Israël, a-t-il décidé. [Gorenberg]

En 1994, le rabbin Richman rendit visite à Lott au Mississippi où on lui montra quatre génisses. Une attira son attention et il l'examina pendant quinze minutes environ. Puis il déclara: Vous voyez cette génisse. Cette génisse va changer le monde." C'était la première vache en 2000 ans à satisfaire les Nombres 19. Lott avait "prouvé qu'il pouvait fournir." Cependant, Richman voulait une génisse née en Israël pour s'assurer qu'elle soit "légalement irréprochable."

Lott abandonna sa ferme de famille. Dans un ranch du Nebraska, il commença à élever des Red Angus produites selon les plus hauts standards, ce qui signifie, explique-t-il, "marbrée dans la viande, traces blanches à travers la chair… naissance facile, robustesse… longévité." Pour continuer l'effort, l'Association des Eleveurs de Bovins en Israël mirent sur pied un conseil professionnel dont les membres inclurent Lott, Richman et plusieurs fonctionnaires du Ministère de l'Agriculture d'Israël. […]

Au printemps 1998, Canaan Land Restoration of Israel, Inc., un corps sans but lucratif consacré à élever du bétail en Israël fut fondé, avec des pasteurs dispersés de la Californie à la Pennsylvanie en tant qu'officiers et conseillers membres du conseil. Lott apparaissait dans les églises pour lever des fonds, et à la télé chrétienne. Des cartes de donation, ornées de photos sépia de vaches qui paissaient, permirent aux supporters de sponsoriser l'achat de "1 génisse rousse – 1.000 dollars," une demi-génisse ou un quart, ou "1 vache à 341 dollars. Une lettre de levée de fonds exhortait, "Rappelez-vous Gen 12:2-3: "Je bénirai ceux qui vous bénissent, et quiconque vous maudit, Je le maudirai" un verset souvent cité par les évangéliques comme une raison pour soutenir Israël. […]

Guy Garner …pasteur de l'Eglise Apostolique de la Pentecôte de Porterdale en Géorgie [abandonna son affaire de vente de pneus] pour aller en Israël pour gérer les affaires du pays de Canaan. […] Les vaches, Guy insiste, sont "un présent pour le peuple juif." Les éleveurs les obtiennent et les génisses sont produites gratuitement, avec juste deux obligations: Après un certain nombre d'années, ils doivent fournir au pays de Canaan le même nombre de jeunes vaches qu'ils en recevaient à l'origine. Et, dans le même sens, le Pays de Canaan a le droit d'examiner chaque veau nouveau-né, et de prendre n'importe lequel qu'il juge "spécial" – probable pour être qualifié comme une génisse rousse et accélérer l'établissement du Temple. […]

Cependant qui est supposé récolter le bénéfice réel d'élever des génisses rousses pour Israël? La certitude de Garner qu'il aide Israël est sincère. Mais il s'est humblement projeté comme un petit rôle dans un drame de la Fin des Temps dont le scénario est quelque peu plus rude pour les Juifs que pour les Chrétiens nés à nouveau. En fait, les Chrétiens sortiront en sécurité sur les côtés, tandis que sur la scène, les Juifs se trouveront au centre de l'apocalypse… "Ce n'est pas une chose plaisante à laquelle penser," dit Garner avec tristesse, "mais Dieu va faire ce qu'Il doit faire." […]

[Lott dit] "Dieu a attendu six mille ans pour partager avec l'humanité pour prouver au monde qui Il est. Et Il a choisi des personnes comme nous pour faire partie du plan de la Fin des Temps que l'Humanité pourrait avoir jamais vécu." [Gorenberg]

En 1998, le rabbin Richman rompit ses relations avec le Pays de Canaan après avoir appris que Lott eût été filmé dans une église de Floride parlant de convertir les Juifs au Christianisme. Gorenberg note que c'était symbolique de l'état de l'alliance bien plus grande entre la Droite Chrétienne et Israël. C'est une alliance dans laquelle chaque côté suppose que l'autre joue un rôle qu'il ne comprend pas lui-même, dans lequel chacun regarde souvent l'autre comme un instrument inconscient pour atteindre un but supérieur."

Richman parle sévèrement de la "théologie du paillasson" des Chrétiens qui voient Israël comme un marchepied vers une apocalypse à partir de laquelle seuls les Chrétiens seront sauvés. … Du côté chrétien se trouvent ceux qui veulent "bénir" Israël, et lui fournir ce qu'ils croient être le détonateur pour Armageddon. Et peut-être aussi pour convertir les Israéliens, une autre "bénédiction" puisque seuls les convertis réussiront à passer les Derniers Jours. […]

Dans des lettres après la rupture [de Richma et Lott] Richman dit que "l'Institut du Temple a ses propres plans en ce qui concerne les génisses rousses." […]

La prophétie, explique Guy Garner, est "l'histoire écrite à l'avance." Il n'est pas inhabituel de penser ainsi. [Gorenberg]

La question que nous avons besoin de poser est: Pourquoi la foi cherche une apothéose? Quel pouvoir cette idée tient sur l'humanité. Pourquoi les gens modernes ne peuvent-ils pas mettre les religions du judaïsme, du christianisme et de l'Islam dans le musée des concepts religieux aux côtés de Zeus et Ishtar?

Gorenberg propose une réponse partielle: Un vrai croyant en Dieu (qu'il soit juif, chrétien ou musulman), est hautement investi dans le pouvoir et la BONTE de son dieu. Dieu DOIT être bon. Et pour un individu élevé dans une foi particulière, qui n'avait pas de choix à propos de son conditionnement social, culturel et religieux, cette nécessité pour que dieu soit bon a de très profondes racines dans sa psyché. Etre convaincu que la "foi de nos pères" est BONNE est naturel et puissant.

MAIS, voici le hic: de mauvaises choses arrivent dans ce monde qui ne vont PAS avec le concept d'un dieu BON et Tout-puissant. Et donc, être un croyant signifie exister dans un état de dissonance qui doit être résolu.

Les êtres humains luttent avec ce problème journellement; essayer de trouver des réponses qui résoudrons les questions de la mort, la maladie et la destruction; essayer d'adapter leurs expériences avec leur foi dans un Dieu Bon. Gorenberg donne un exemple d'un pasteur qui prêchait des sermons sans fin à propos des hommes dont les vies étaient sauvées parce qu'ils donnaient aux œuvres de bienfaisance quand le fait en arrière-plan était que sa propre fille était morte d'un cancer à l'âge de vingt ans.

Et donc, l'idée la plus audacieuse de toutes est d'affirmer que le monde est cassé et qu'il faut le réparer. Bien sûr, Dieu DOIT savoir que le monde est cassé, et étant Dieu, il projette de le réparer un beau jour. Et donc, la réponse du millénariste est "désespérément honnête"; il y A quelque chose qui ne va pas dans la création de Dieu Bon et Tout-puissant, et au même moment, le désespoir à propos de la situation est rejeté parce que Dieu va tout corriger.

Naturellement, votre vision de la réparation dépendra de ce qui est cassé selon vous. […]

L'image du royaume de Dieu suit en conséquence, mais il y a aussi la question de comment les choses sont cassées, si Dieu agissant par les hommes et les femmes est en train de réparer le monde, ou s'il n'y a pas d'autre choix que d'attendre le Réparateur pour écraser, démolir et reconstruire le monde de la manière qu'Il avait l'intention de le faire. [Gorenberg]

Tout au long de l'enfance, on dit aux gens que quand quelque chose de bon arrive, c'est dieu qui agit, et quand quelque chose de mauvais arrive, c'est Satan qui intervient parce que la foi de la personne n'était pas assez forte. Avec ce genre de conditionnement, il ne faut pas s'étonner que les gens sont investis puissamment pour maintenir la "bonté" de leur dieu. Insister qu'un messie ou un sauveur est "à venir" est, essentiellement, un rejet du MAINTENANT, de la Responsabilité. Les Millénaristes s'accrochent à leurs croyances en la chère vie parce que les alternatives sont soit d'accepter le monde tel qu'il est, et rejeter l'"hypothèse du dieu bon", soit abandonner le monde complètement, les deux mettraient en faillite leur foi.

Le pouvoir du millénarisme est énorme! Le problème auquel les religions font face, cependant, est comment garder cet espoir brûlant, garder cette carotte en balancement, sans la laisser exploser à leur visage.

Parce que, quand les gens donnent des signes de savoir quand le Temps est venu, et d'autres découvrent que les signes ont été remplis et que le jour est proche, et d'autres disent que le jour EST ici, la force irrésistible de l'enthousiasme s'écrase dans la réalité immuable: Le monde ne finit pas.

Et ce n'est rien que des rivières de sang partout. Chaque fois.

"Dieu ne regarde pas tous Ses enfants de la même manière," dit le Dr. John Walvoord, président du Dallas Theological Seminary, mentor de Hal Lindsey.

Dieu, me dit-il, a des plans pour les Juifs et les Chrétiens, mais pas pour les autres – à moins qu'ils ne deviennent chrétiens. Dieu, dit-il, avait un plan céleste pour les Chrétiens, et un plan terrestre pour les Juifs.

Et, je demande, le plan terrestre pour les Juifs?

"Recréer Israël." [Halsell]

Ce qui n'est pas largement rapporté, mais est bien connu parmi ces cercles fondamentalistes est que, une fois qu'Israël a fait ce que les Chrétiens veulent qu'il fasse: se recréer et reconstruire le Temple, alors ils sont finis. Ceux qui ne se convertissent pas seront détruits. C'est aussi simple que ça. Les Chrétiens peuvent aimer et soutenir les Juifs MAINTENANT, les encourager et les louer et leur envoyer de l'argent et tout ce dont ils ont besoin pour "finir le travail". Mais, une fois que c'est accompli, ne pensez pas une minute que cet amour et ce soutien continuera aussi longtemps que les Juifs resteront des Juifs.

Au début de 1999, des membres d'un groupe dispensationaliste de Denver au Colorado appelé Concerned Christians furent arrêtés par la police israélienne, menottés, jetés en prison comme des criminels ordinaires et renvoyés aux Etats-Unis. La police israélienne les accusait de projeter une "apocalypse sanglante" pour hâter la Seconde Venue du Christ. On a suggéré qu'ils complotaient la destruction du plus sacré des lieux saints de Jérusalem.

Dans un fervent désir de remplacer la mosquée par un temple juif, les membres du culte de Denver ne sont pas différents des autres dispensationalistes qui croient que Dieu veut que ce soit fait. Comme je l'ai appris des Chrétiens lors d'un voyage sponsorisé par Falwell, ils tiennent cette idée comme tout à fait sacrée. Un commandant de l'Armée en retraite appelé Owen, qui vit dans le nord du Nebraska, semble typique.

J'ai passé beaucoup de temps avec Owen, un veuf, qui est maigre et d' 1,65 mètre de haut. Il se tient droit et a un sourire plaisant. Bien habillé et avec une tête couverte de cheveux sable, il paraît plus jeune que son âge. Il a servi en Europe durant la seconde guerre mondiale et plus tard plusieurs années au Japon. Un jour, comme je me promenais au côté de Owen, notre groupe se déplaçait vers la vieille ville fortifiée, Comme nous entrions par la porte de Damas et parcourions des couloirs pavés en pierres ovales, j'imaginais facilement Jésus marchant sur une route similaire. Au milieu d'un environnement changeant rapidement, la vieille ville fortifiée, gardant couche sur couche d'histoire et de conflits, fournit l'attraction stellaire pour les touristes et reste le foyer de 25.000 personnes. Comme le Palestinien Muslim Mahmud m'avait dit antérieurement, tout au long de sa longue histoire, Jérusalem a été arabe de manière prédominante et primordialement.

Nous approchons Haram l-Sharif, ou le Sanctuaire Noble, qui contient le Dôme du Rocher et la mosquée Al-Aqsa – sites que j'avais visités précédemment avec Mahmud. Ces deux édifices, sur des plates-formes surélevées, sont appelées simplement "la mosquée" et représentent le lieu de pèlerinage le plus sacré de Jérusalem.

Nous étions au niveau inférieur en-dessous de la mosquée et face au mur Ouest, un bloc de pierres blanches énormes haut de 200 pieds (60 mètres) et large de 1600 pieds (480 mètres), que l'on croit être le seul reste du second temple juif.

"Là—" dit notre guide, pointant en haut vers le Dôme du Rocher et la mosquée Al-Aqsa – "nous construirons le Troisième Temple. Nous avons tous les plans dessinés pour le temple. Même les matériaux de construction sont prêts. Ils sont cachés dans un endroit secret. Il y a plusieurs boutiques où des Israéliens travaillent, fabriquant les artefacts que nous utiliserons dans le nouveau temple. Un Israélien est en train de tisser le lin pur qui sera utilisé pour les vêtements des prêtres du temple." Il fait une pause, puis ajoute:

"Dans une école religieuse appelée Yeshiva Ateret Cohanim, La Couronne des Prêtres – située près d'où nous trouvons, les rabbins enseignent aux jeunes hommes comment faire le sacrifice d'animaux."

Une femme dans notre groupe, Mary Lou, un spécialiste en ordinateurs, semble surprise d'entendre les Israéliens vouloir retourner aux rites de l'ancien autel sacrificiel de Salomon.

"Vous revenez au sacrifice animal?" demande-t-elle. "Pourquoi?"

"C'était fait dans le Premier et le Second Temples", dit notre guide israélien. "Et nous ne voulons pas changer les pratiques. Nos sages enseignent que c'est un péché de négliger d'étudier les détails du service du temple."

En quittant le site, je fis remarquer à Owen que notre guide israélien avait dit qu'un temple doit être reconstruit sur le site du Dôme du Rocher. Mais il n'a rien dit à propos des lieux saints musulmans.

"Ils seront détruits," Owen me dit. "Vous savez que c'est dans la Bible que le temple doit être reconstruit. Et il n'y a aucun autre endroit pour lui que celui-ci. Vous trouvez ça dans la loi de Moïse."

Semble-t-il possible, je demande à Owen, que les Ecritures à propos de la construction d'un temple soient liées à l'époque à laquelle elles ont été écrites – plutôt qu'aux événements à l'époque actuelle?

"Non, c'est lié à notre époque," Owen dit. "La Bible nous dit qu'à la Fin des Temps les Juifs auront renouvelé leur sacrifice d'animaux."

Autrement dit, je répète, un temple doit être construit afin que les Juifs puissent continuer leur sacrifice d'animaux?

"Oui," dit Owen, citant Ezekiel 44:29 pour prouver son point.

Est-ce que Owen est convaincu que les Juifs, aidés par les Chrétiens, devraient détruire la mosquée, construire un temple et réinstituer le meurtre d'animaux dans le temple – tout cela pour plaire à Dieu?

"Oui," réplique-t-il. "C'est la manière dont cela doit être. C'est dans la Bible."

Et est-ce que la construction du temple, je demande, s'adapte à une séquence de temps?

"Oui. Nous pensons que ce sera dans la prochaine étape dans les événements menant au retour de notre Seigneur. Quant à ce qu'il soit un grand temple, la Bible ne nous le dit pas. Tout ce qu'elle nous dit est qu'il y aura un renouvellement des sacrifices. Et les Juifs peuvent faire ça dans un bâtiment relativement petit."

N'est-ce pas atavique, je demande, de revenir au sacrifice d'animaux? Et en ce qui concerne une multitude soucieuse des droits des animaux à notre époque moderne?

"Mais nous ne nous soucions pas de ce qu'ils disent. C'est ce qui est écrit dans la Bible qui est important," Owen insiste. La Bible prédit une reconstruction du Temple. Maintenant les gens qui vont le faire ne sont pas des Chrétiens mais des Juifs Orthodoxes. Evidemment l'Ancien Testament a établi une formule très spécifique concernant ce que les Juifs doivent suivre quant au sacrifice d'animaux. Ils ne peuvent pas le faire sans un temple. Ils se conformaient au sacrifice d'animaux jusqu'en 70 ap. J.-C. Et quand ils auront un temple ils auront quelques Juifs orthodoxes qui tueront le mouton ou le bœuf dans le temple, comme un sacrifice à Dieu."

Comme Owen parle de réinstituer le sacrifice d'animaux – une étape qu'il sent nécessaire pour sa propre maturité spirituelle – il semble bloquer hors de sa conscience le fait que les lieux saints Musulmans se trouvent sur le site où il dit que Dieu exige qu'un temple soit construit.

Ce soir-là, après dîner, Owen et moi avons fait une longue marche. A nouveau, j'ai dit mes soucis à propos des dangers inhérents à un complot pour détruire les lieux saints de l'Islam.

"Les Chrétiens n'ont pas besoin de le faire,", dit Owen, en répétant ce qu'il me disait avant. "Mais je suis sûr que les lieux saints seront détruits."

Mais, j'insistai, ceci peut déclencher la Troisième Guerre Mondiale.

"Oui, c'est vrai. Nous sommes proches de la Fin des Temps, comme je l'ai dit. Les Juifs orthodoxes feront exploser la mosquée et ceci provoquera le monde musulman. Ce sera une guerre sainte cataclysmique avec Israël. Ceci forcera le Messie à intervenir." Owen parle aussi calmement, aussi doucement que s'il me disait qu'il allait pleuvoir demain.

"Oui," ajoute-t-il, pendant que nous retournons à notre hôtel. "Il doit y avoir absolument un troisième temple."

Retour à Washington D.C. Je parlais avec Terry Peisenhoover, originaire de l'Oklahoma, qui me disait qu'il recueillait de l'argent pour aider les terroristes juifs à détruire les lieux saints de l'Islam.

Reisenhoover – petit, rond, presque chauve et un Chrétien Né à Nouveau doté d'une belle voix de ténor – me dit qu'il était invité fréquemment durant l'administration Reagan aux rassemblements de dispensionalistes à la Maison Blanche, où il était un soliste en vedette.

Reisenhoover me parla librement de ses plans pour déplacer des dollars hors-taxes des donneurs américains vers Israël. En 1985 il servait en tant que président de l'American Forum pour la Jewish-Christian Cooperation, étant assisté par Douglas Krieger comme directeur exécutif, et un rabbin américain, David Ben-Ami, lié étroitement à Ariel Sharon.

De plus, Reisenhoover à servi comme président du conseil pour la Jerusalem Temple Foundation, qui a comme seul but la reconstruction d'un temple sur le site du lieu saint musulman actuel. Reisenhoover a choisi Stanley Goldfoot comme secrétaire international de la fondation. Goldfoot a émigré dans les années 30 d'Afrique du Sud vers la Palestine et devint un membre du célèbre gang Stern, qui choqua le monde avec ses massacres d'hommes, femmes et enfants arabes. Des figures comme David Ben Gourion ont dénoncé le gang comme étant des Nazis et les ont mis hors la loi.

Goldfoot selon le journal israélien Davar, plaça une bombe le 22 juillet 1946 dans l' hôtel King David à Jérusalem qui détruisit une aile de l'hôtel abritant le secrétariat du Mandat Britannique et une partie du quartier-général militaire. L'opération tua environ 100 britanniques et autres fonctionnaires et, comme planifié par les militants juifs, a hâté le jour où les Britanniques ont quitté la Palestine.

"Il est un terroriste très solide, légitime," dit Reisenhoover avec admiration à propos de Goldfoot. "Il a les qualifications pour nettoyer un site pour le temple."

Reisenhoover dit aussi que, tandis que les militants chrétiens agissent par ferveur religieuse, la bande à Goldfoot ne croit pas en Dieu ou aux aspects sacrés de l'Ancien Testament. Pour Goldfoot, c'est une question de contrôle israélien sur toute la Palestine.

"C'est entièrement une question de souveraineté," explique l'adjoint à Goldfoot, Yisrael Meida, un membre du parti de l'aile extrême-droite Tehiya. "Celui qui contrôle le Mont du Temple, contrôle Jérusalem. Et celui qui contrôle Jérusalem, contrôle le pays d'Israël."

Reisenhoover m'a dit qu'il avait sponsorisé Goldfoot pour plusieurs voyages aux Etats-Unis, où Goldfoot avait parlé sur des stations de radios et de télévision religieuses et à des congrégations à l'église. Reisenhoover m'aida à obtenir une cassette d'une conversation de Goldfoot faite à la Smith's Calvary Chapel à Costa Mesa en Californie. En sollicitant des donations pour un temple, Goldfoot n'a pas parlé aux Chrétiens des plans pour détruire la mosquée.

Reisenhoover m'a donné plusieurs noms de personnes qui connaissaient Stanley Goldfoot, parmi elles George Giacumakis, qui a dirigé l'Institute for Holy Land Studies pendant beaucoup d'années, une école évangélique pour des études en archéologie et en théologie dirigée par des Américains fondée depuis longtemps. Lors d'une de mes visites à Jérusalem, j'ai pris rendez-vous avec Giacumakis, un Américain Grec avec des yeux foncés et un charme cultivé.

Se pourrait-il, ai-je demandé, après avoir discuté sans façons en buvant un café, qu'il puisse m'aider à arranger un interview avec Goldfoot?

"Oh, non," a répondu Giacumakis, laissant tomber sa tête dans ses mains, comme quand on entend un désastre. "Vous ne voulez pas le rencontrer. Il retourne dans le groupe terroriste de l'Irgun!" Levant la tête et agitant le bras vers l'hôtel King David, il ajouta, "Stanley Goldfoot était en charge de cette opération. Il ne s'arrêtera à rien. Son idée est de reconstruire le temple, et si cela signifie de la violence, alors il n'hésitera pas à utiliser la violence."

Glacumakis fit une pause, puis m'assura que lui-même ne croyait pas dans la violence, "S'ils détruisent vraiment la mosquée et que le temple est là, cela ne signifie pas que je ne le soutiendrai pas."

Ce fut aussi Terry Reisenhoover qui m'aida à rencontrer le Révérend James E. DeLoach, une figure dominante dans l'énorme Seconde Eglise Baptiste de Houston. Après avoir parlé quelques fois au téléphone, DeLoach fut volontaire pour être à Washington D.C. Il vint à mon appartement, sur mon invitation, et je mis en route mon magnétophone – avec sa permission.

"Je connais Stanley très très bien. Nous sommes de bons amis." dit-il. "Il est une personne très forte."

De Reisenhoover, DeLoach dit, "Il a beaucoup de talent – pour recueillir de l'argent. Il est en train de recueillir 100 millions de dollars. Un tas de cet argent a servi à payer les avocats qui ont obtenu la libération de 29 Israéliens qui essayaient de détruire la mosquée. Cela nous coûte un tas d'argent pour obtenir leur libération."

Et comment, je demande, a-t-il, lui et les autres, canalisé l'argent des donateurs américains vers l'aide des terroristes juifs?

"Nous avons fourni le soutien pour le Ateret Cohanim Yeshiva."

L'école juive, j'ai demandé, qui prépare les étudiants pour faire le sacrifice d'animaux?

"Oui," il a convenu.

Et les donateurs chrétiens paient pour ça?

"Cela nécessite beaucoup de formation," dit-il. Puis, tout à fait fièrement: "Je viens d'accueillir deux jeunes Israéliens qui étudient comment faire le sacrifice d'animaux dans le temple à construire." [Grace Halsell]

En effet, la Torah consacre beaucoup de mots sur le sacrifice animal, cependant le judaïsme a survécu sans une telle barbarie pendant presque deux mille ans.

Pendant le siège de Jérusalem par les Romains, Yohanan ben Zakkai s'échappa de la cité et établit un nouveau centre d'enseignement juif dans la ville de Yavneh. Ben Zakkai était un révolutionnaire se faisant passer pour un protecteur de la tradition. Avant, la corne du bélier avait été utilisée à la Rosh Hashanah (NdT: nouvel an juif) seulement dans le Temple; il décida qu'elle pourrait être utilisée ailleurs. Il n'a pas dit la même chose des sacrifices. Ses successeurs ont institué des prières qui remplaçaient les sacrifices, en partie en priant pour la restauration du Temple. […]

Par nostalgie, les Juifs ont idéalisé le Temple; il était le symbole pour une utopie perdue où Dieu et les êtres humains jouissaient d'une relation parfaite, une enfance perdue. Sa destruction symbolisait la perte de l'innocence. Le judaïsme devint une religion de l'intellect, avec l'étude comme l'acte religieux central. Il remplaçait les sacrifices en se souvenant d'eux. Les dénominations modernes du judaïsme réformée et conservateur ont modifié leur liturgie pour diminuer cette mémoire. Sauf que parfois une ancienne mémoire de culture peut revenir soudainement à la vie, comme un gène récessif qui a attendu pendant des générations.

Pour sa part, le christianisme regardait la destruction du Temple comme preuve que Dieu avait déplacé son alliance de l'ancien Israël qui avait rejeté Jésus vers le nouvel Israël de l'Eglise.

Le philosophe chrétien du deuxième siècle Justin Martyr consolida les sacrifices avec le Sabbat, la circoncision, et tous les autres commandements qui, dit-il, étaient non pertinents après Jésus. En outre, les Chrétiens argumentaient, la crucifixion de Jésus fut le dernier pardon par le sang – une thèse qui acceptait à la fois l'idée de sacrifice (même le sacrifice humain) et la rejetait. [Gorenberg]

Une brochure pour touristes nous dit:

La beauté et la tranquillité de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem attirent des milliers de visiteurs chaque année. Certains croient que c'était le site du Temple de Salomon, que la paix soit avec lui… ou le site du Second Temple … bien qu'aucune preuve historique ou archéologique documentée n'existe pour soutenir ceci.

Il y a quelque chose qui doit être dit pour ceci comme le lecteur saura en lisant "Who Wrote the Bible." Les archéologues creusent la "Terre Sainte" depuis le dix-neuvième siècle et, jusqu'à présent, il n'y a pas eu une parcelle de preuve pour soutenir l'histoire du "Temple de Salomon", ni beaucoup d'autre chose dans la Bible "en tant qu'histoire".

Néanmoins, le Mont du Temple se TROUVE là, prenant presqu'un sixième de la vieille ville fortifiée de Jérusalem. C'est certainement vrai que Hérode a construit un Temple à proximité qui a remplacé le temple précédent construit par les Juifs revenant de l'exil au cinquième siècle av. J.-C. Ceux-là, en retour, prétendaient qu'ils construisaient le Temple sur le lieu même où l'ancien "Temple de Salomon" s'était tenu. Comme nous découvrons dans Who Wrote the Bible, le soi-disant "Temple de Salomon" était très probablement un temple païen qui avait existé pendant un certain temps à Jérusalem et était tombé en délabrement et fut restauré par le Roi Hézékiah comme partie de son projet de réforme religieuse.

Mais, même le Mont du Temple est une question d'histoires de non de faits. Le philosophe médiéval Moses Maimonides dit que non seulement Adam naquit où l'autel se tenait, mais Caïn et Abel faisaient leurs sacrifices là et Noé faisait de même après le Déluge (peu importe qu'il atterrit supposément sur le Mont Arara en Turquie). On a dit qu'Abraham alla au "Mont Moriah" pour sacrifier son fils Isaac et le Mont Moriah est où le Second Livre des Chroniques nous informe que Salomon a construit le Temple. Comme noté dans Who Write the Bible, les Deuxièmes Chroniques sont une réécriture tardive de l'histoire royale juive et il est très probable que le rédacteur prit le nom "Moriah" et l'assigna à l'endroit où se trouvait le Temple qui était rénové, dans le but d'affirmer sa sainteté.

Un autre point curieux que fait Gorenberg est le fait que le mot "Jérusalem" intervient des centaines de fois dans la Bible, mais PAS dans la Torah. Le plus proche est "Salem", peut-être un ancien nom païen pour la cité. Les archéologues nous disent que Jérusalem était un centre sacré bien avant le temps supposé de David et de Salomon. Le Temple fut construit apparemment sur une "aire de battage", ce qui peut indiquer que la religion pratiquée dans la région, et le temple qui se


Le Culte le plus dangereux dans le monde
Umar dégagea les déchets et construisit une mosquée qui était le prédécesseur du Dôme du Rocher qui fut construit par le Calife Abd al-Malik ibn Marwan en 691, et se tient à proximité. Le problème est que les historiens ne peuvent pas réellement expliquer pourquoi le calife voulait créer un "site sacré" là puisque la Mecque était déjà "Le Site Saint" de l'Islam. Gorenberg suggère que le bâtiment byzantin indique une forte influence chrétienne dans sa conception. Dome en réalité église et à l'intérieur, des inscriptions en mosaïque du Coran se réfèrent au "Livre du Peuple", la désignation islamique pour les Chrétiens, dit:

Ne dis pas des choses sur Dieu autres que la vérité! Le messie Jésus, fils de Marie, est évidemment un messager de Dieu … donc croyez en Dieu et en tous les messagers, et arrête de parler d'une trinité … En vérité Dieu est le Dieu de l'unité. Seigneur Tout-Puissant! Ce Dieu engendrerait un enfant? Soit dans les Cieux, soit sur la Terre?"

Et, pour les Juifs, il y avait aussi un message dans la structure elle-même: le Dôme se trouve où chacun savait que le Temple était, et donc, on peut voir que l'Islam est la culmination du judaïsme et du christianisme.

Beaucoup des idées populaires sur la localisation du Temple à Jérusalem sont dues au travail de Sir Charles Warren.

Le Leutenant-Général Sir Charles Warren naquit à Bangor au nord du Pays de Galles, le 7 février 1840. Son éducation première eut lieu aux Grammar Schools de Bridgenorth et Wem, et au Cheltenham College. Il entra ensuite au Collège Royal Militaire à Sandhurst, et de là passa par l'Académie Militaire Royale à Woolwich et reçut une commission comme lieutenant dans les Royal Engineers le 23 décembre 1857. Après les cours habituels d'instruction professionnelle à Chatham, Warren alla à Gibraltar, où il passa sept années, et en plus des services ordinaires d'un lieutenant du Génie cherchant ses hommes et construisant ou améliorant les fortifications et les casernements – il était employé à un relevé trigonométrique du Rocher, qu'il termina sur une grande échelle. Il construisit deux modèles de la célèbre forteresse, dont l'un est maintenant à la Rotunda à Woolwich, et l'autre à Gibraltar. Il fut aussi engagé pendant quelques mois à rendre la face orientale du Rocher inaccessible en rendant escarpés ou en bouchant tous les endroits qui pourrait donner un point d'appui à un ennemi.

A la fin de son terme de service à Gibraltar il retourna en Angleterre en 1865, fut nommé Assistant Instructeur en Topographie à l'Ecole de Military Engineering à Chatham, et une année plus tard ses services furent prêtés par le War Office au Fonds d'Exploration de la Palestine.

L'objet du Fonds de l'Exploration de la Palestine fut l'illustration de la Bible, et il prit son origine principalement par les efforts de Sir George Grove, qui forma un comité d'influence, dont Sir Walter Besant fut secrétaire pendant longtemps. Le Capitaine (plus tard Sir) Charles Wilson et le lieutenant Anderson, R.E., avaient été déjà au travail sur le relevé de la Palestine et , en 1867, il fut décidé d'entreprendre des excavations à Jérusalem pour élucider, si possible, beaucoup des questions douteuses de l'archéologie biblique, telle que le site du Saint Sépulcre, la vraie direction du second mur et la position des premier, second et troisième murs, comprenant les sites des tours de Hippicus, Phaselus, Mariamne, et Psephinus, et beaucoup d'autres points de grand intérêt pour l'étudiant biblique.[…]

Ce fut Warren qui restaura l'ancienne cité pour le monde ; il fut celui qui enleva les déchets des rochers et montra le temple glorieux se trouvant à l'intérieur de ses murs de 300 mètres de long et 60 mètres de haut en maçonnerie puissante : il fut celui qui ouvrit les vallées maintenant couvertes et cachées; il fut celui qui ouvrit les passages secrets, les anciens aqueducs, le pont reliant le temple et la ville. Quoique ce soit d'autre puisse être fait dans l'avenir, son nom sera toujours associé avec la Cité Sainte qu'il retrouva le premier.' […]

Ce fut sur sa route vers Kimberley depuis Le Cap via Port Elizabeth … qu'il eut le regretté M. Cecil Rhodes comme compagnon de voyage. Tandis qu'ils roulaient dans le veld de Dordrecht à Jamestown, Warren nota que M. Rhodes, qui était assis en face de lui, était engagé manifestement à apprendre quelque chose par cœur, et offrit de lui dire. Il se trouva que c'était les Trente-neuf Articles de l'Eglise d'Angleterre. Dans le journal de ce voyage, publié également dans 'Good Words' de 1900, Warren relate ' Nous avançâmes très bien jusqu'à ce que nous arrivâmes à l'article de la prédestination, et là nous fûmes bloqués. Il avait ses points de vue et j'avais les miens, et nos compagnons de voyage étaient très amusés par le sujet de notre conversation -pendant plusieurs heures- restant sur un seul sujet. Rhodes consacre du temps à son diplôme universitaire à la maison et termine durant les vacances.'

Sir Charles Warren fut nommé plus tard Préfet de la Police Métropolitaine à Londres, un poste qu'il tint à l'époque des célèbres meurtres de Jack l'Eventreur. Warren ne fit jamais de déclarations sur la personne qui pouvait être le tueur selon lui, mais dans un rapport au Home Office le 17 octobre 1888 il écrivit "Je regarde cette série de meurtres comme unique dans l'histoire de notre pays."

Michael Hoffman a écrit en 1996:

Le soulèvement palestinien le plus récent en septembre dernier, commença à la suite de l'ouverture du "Tunnel Hasmonéen" de Jérusalem, qui court le long du Troisième Lieu le plus Saint de l'Islam, Haram al-Sharif, est l'ancien site du Temple de Hérode, détruit en 70 ap. J.-C. par les légions romaines commandées par Titus.

Bien que les médias l'ont dédaigné à plusieurs reprises à l'époque, les Palestiniens étaient enragés à cause de leur peur que l'ouverture du Tunnel ne soit le commencement de la fin pour la mosquée Al-Aqsa et le début de la reconstruction du Troisième Temple, qui est le but légendaire vers lequel la plupart des sociétés secrètes ésotériques de l'Occident et plus spécialement les ordres de la Franc-maçonnerie est orientée (en effet, l'iconographie maçonnique est obsédée par un Temple reconstruit).

Les médias de l'establishment, dans une démonstration remarquable de l'uniformité et du pouvoir de leur contrôle monopolistique des communications à grande échelle, étaient capables d'étouffer tout rapport substantiel en septembre, fournissant la preuve que les peurs des Palestiniens sur ce sujet avait une certaine justification.

Dans ce que James Shelby Downard appelle un "processus cryonique" (d'après la méthode par laquelle les restes mortels de Walt Disney sont apparemment préservés)—l'opération congeler-attendre-dégeler—la vérité sur la concentration intense des ressources du Sionisme ésotérique et de la Franc-maçonnerie ésotérique sur ce complexe du "Mont du Temple", fut gelée tandis que les émeutes faisaient rage. Quand elles se sont calmées, une période d'attente s'ensuivit quand la crise quitta les premières pages et se déplaça légèrement vers l'arrière de la conscience de l'esprit de groupe des foules. Après la période d'attente, vint le dégel, quand la vérité fut sortie de la congélation profonde et présentée au public. […]

L'ouverture du tunnel en septembre 1996, avec son bain de sang rituel, un précurseur du sang sacrificiel ordonné pour couler si le Temple est reconstruit, fut orchestré en 1867. Ce fut ensuite que le futur Général Sir Charles Warren, Préfet de Police de l'Angleterre, et co-conspirateur dans le meurtre rituel occulte connu historiquement comme "Jack l'Eventreur", avait été détaché sur une autre mission maçonnique, pour poser les fondations de la reconstruction du Temple de Jérusalem. Et ainsi ce fut qu'en 1867, un des Francs-maçons les plus importants d'Angleterre, un membre de sa "loge de recherche" (Ars Quator Coronatorum), "redécouvrit" le tunnel de 500 yards causant la claustrophobie.

Les "instruments" de l'ancien Temple, selon le Talmud, étaient cachés sur le Mont du Temple avant la destruction du Second Temple. Avec le Tunnel de Warren maintenant ouvert, la "chasse au trésor" commence, comme les médias de l'establishment l'ont admis, entre les lignes, durant son "dégel" à la mi-octobre.

Durant la deuxième semaine d'octobre, des fanatiques sionistes impliqués dans des crimes de terrorisme liés à la destruction espérée de la mosquée Al-Aqsa, entrèrent soudainement au milieu de la scène depuis leurs positions d'obscurité imposées par l'establishment. En conséquence, la mi-octobre fut le moment désigné pour tirer le rideau lentement et révéler le jeu réel en cours. A cette jonction les médias de l'establishment dévoilèrent M. Yehuda Etzion, chef de Hai Vekayam, tête de file du mouvement pour reconstruire le Temple de Hérode sur les ruines de la mosquée Al-Aqsa révérée par l'Islam. Comme une allusion, sept "activistes" de Hai Vekayam furent arrêtés par la police israélienne quand ils essayaient de forcer leur passage vers le Dôme du Rocher en octobre.

Aussi comme une allusion, une pétition fut présentée aux Israéliens en octobre, en mettant les points sur les "i" de chaque peur palestinienne à propos de ce que les Palestiniens prévoient avec leur tunnel. La pétition, déposée par l'organisation Temple Mount Faithful, un groupe financé par des fondamentalistes judéo-chrétiens à grands moyens aux Etats-Unis et de riches Sionistes internationaux et riches maçons, appelle à l'enlèvement de la mosquée du Mont du Temple. James Shelby Downard et moi avons un terme pour cet appel: Vérité ou Conséquences via la Révélation de la Méthode. Pour plus sur cela, les personnes intéressées peuvent consulter ma conférence Vérité ou Conséquences, disponible sur cassette audio. [Michael Hoffman]

Avec toutes les choses qui sont arrivées depuis 1996, avec tout ce que Halsell et Gorenberg ont découvert, Hoffman ne semble pas si cinglé, n'est-ce pas? Le fait est qu'après son expédition, Warren écrivit un livre intitulé "The Land of Promise" (La Terre Promise), un livre disant que l' East India Company britannique devrait coloniser la Palestine avec des Juifs. L'idée était tout à fait populaire en Angleterre pour deux raisons: 1) Elle promouvait les intérêts impériaux britanniques et 2) elle convenait à la prophétie biblique. Ces deux facteurs motivèrent la Déclaration Balfour de 1917 en faveur d'un Etat Juif.

Certainement, les Britanniques avaient des intérêts territoriaux en Palestine, mais on ne peut ignorer la question des aspirations religieuses et millénaristes à propos des Britanniques. Oui, la logique impériale dirait que la Grande-Bretagne devrait prendre la Palestine parce que c'était le passage vers l'empire Ottoman et l'Afrique également, mais notez ce que Gorenberg écrit:

Le 2 novembre 1917, deux jours après que la Force Expéditionnaire Egyptienne du Général Edmund Allenby ait pris Beersheba aux Turcs Ottomans et se préparait à marcher au nord vers Jérusalem, le gouvernement britannique annonça une raison entièrement différente pour la campagne: le secrétaire aux Affaires Etrangères Arthur Balfour envoya une lettre au chef sioniste britannique Lord Rothschild, l'informant que le cabinet avait approuvé "une déclaration de sympathie avec les aspirations sionistes juives: le gouvernement de Sa Majesté voit favorablement l'établissement en Palestine d'une patrie nationale pour le peuple juif…"

Cinq semaines plus tard, l'armée d'Allenby prit Jérusalem. Pendant deux jours avant la conquête réelle, l'arrivée du général fut planifiée méticuleusement. … Les armées chrétiennes revenaient à la cité pour la première fois depuis les Croisades. Allenby arriva à la porte de Jaffa chevauchant un cheval blanc, avec le faste d'un roi. Puis, avant d'entrer dans la Vieille Ville, il descendit de cheval et marcha. Un récit standard de la raison du général: Son Sauveur est entré dans cette cité à pied, et il ferait de même. [Gorenberg]

L'action d'Allenby est logique suivant la Déclaration Balfour: Conquérir Jérusalem ne devait pas être considéré uniquement stratégiquement, ce devait être accompli "selon la prophétie". La logique britannique était enracinée dans leur ferveur pour l'Ancien Testament et l'espoir pour le millénium. Cette logique était dérivée des enseignements de culte des Christadelphiens et du prémillénariste Plymouth Brethren de John Darby, de même que les espoirs des Anglicans du courant dominant. Leur désir était de convertir les Juifs et de les renvoyer dans leur patrie. Barbara Tuchman écrit sur ces passions à propos de l'influent Comte de Shaftesbury, qui malgré tout son zèle au nom des Juifs, il est douteux que Lord Shaftesbury pensât jamais à eux comme un peuple avec ses propres langues et traditions… Pour lui, comme pour toute l'école d' Israël-pour-lle-but-de-la-prophétie, les Juifs étaient simplement l'instrument par lequel la prophétie biblique pouvait être accomplie. Ils n'étaient pas un peuple, mais une Erreur massive qui doit être apportée au Christ dans le but que toute la réaction en chaîne menant à la Seconde Venue … puisse être mise en route."

Ni Balfour ni Lloyd George n'étaient des millénaristes, mais ils étaient des produits d'une Angleterre recouverte d'une telle croyance, et de l'ardeur qu'elle produisait envers l'Ancien Testament. Balfour défendit sa déclaration devant le Parlement en arguant que le Christianisme ne doit pas être "oublieux du service [que les Juifs] ont rendu aux grandes religions du monde." Lloyd George commenta cela quand il discuta de la Palestine avec Weizmann, l'apôtre du Sionisme au Gouvernement britannique, Weizmann "continua à amener des noms de lieux qui m'étaient plus familiers que ceux du front occidental. Les deux politiciens pouvaient regarder la restauration des Juifs dans leur pays comme une tâche britannique parce que le millénarisme anglais avait transformé ceci en projet raisonnable, même pour ceux qui ne pensaient pas au millénium. Mis à part qu'à une époque l'Angleterre dirigeait réellement la Palestine, le simple engagement de la Déclaration Balfour claqua dans le monde réel. [Gorenberg]

Le 16 août 1929, le jour où le Mandat de la Palestine éclata en flammes, comme prévu, comme Gorenberg le note. Le jour d'avant, à l'anniversaire de la destruction du Temple, des centaines de Juifs avaient manifesté le long du Mur des Lamentations, en réclamant des droits pour ce lieu. Une photographie survivante des manifestants est intéressante parce qu'elle montre certains des hommes en shorts et en chaussures habituelles. Pourquoi est-ce intéressant? Parce qu'en tant que signe de deuil lors de telles journées, les Juifs religieux ne portent pas des chaussures en cuir un jour de jeûne. Cela signifie que les manifestants ne réclamaient pas des droits sur le Mur des Lamentations pour des raisons religieuses, mais pour des raisons nationalistes et territoriales. Ils plantèrent le drapeau sioniste et chantèrent l'hymne sioniste.

Ainsi, le jour suivant, les manifestants musulmans arrivèrent et tabassèrent les fidèles juifs pieux qui n'avaient rien à voir avec la manifestation du jour d'avant. Le Vendredi suivant, les tensions avaient augmenté à un tel niveau que les Arabes commencèrent à attaquer les Juifs dans la vieille ville, armés de clubs et de couteaux. En une heure, les attaques s'étaient étendues à d'autres quartiers de la ville et la police britannique manquait tellement d'effectifs qu'elle ne put rien faire.

La violence s'étendit et le deuxième jour (24 août), à Hébron, les émeutiers se déplacèrent de maison en maison en tuant et en pillant. Soixante-sept Juifs furent tués, y compris une douzaine de femmes et trois enfants. La plupart des Juifs de la ville furent sauvés par leurs voisins arabes.

Un historien note que les Juifs allèrent bien au-delà de l'autodéfense. Dans un cas, en représailles, les Juifs entrèrent de force dans une mosquée et détruisirent des livres sacrés. Une version palestinienne des événements nous dit que le peuple de Palestine réagit à la provocation des extrémistes juifs religieux sur le site sacré, ce qui semble être ce qui s'est réellement passé.

En une semaine et demi de terreur, 133 Juifs et 116 Arabes furent tués. De tout point de vue, l'événement fut un tournant dans la lutte pour le contrôle de la Palestine. Le fait est qu'il y avait, à ce début, une grande opposition des Palestiniens à la création d'une état juif en Palestine, et il est facile de le comprendre. La Palestine était fondamentalement "donnée aux Juifs" par la Grande-Bretagne. Mais, beaucoup en Grande-Bretagne commençaient à penser que la promesse de la Déclaration Balfour d'une "patrie nationale" pour les Juifs avait été une erreur.

Les faits sont les suivants: deux groupes nationaux luttaient pour un seul morceau de terre. Un des groupes avait été là pendant très, très longtemps, et l'autre groupe avait l'intention de venir prendre possession de ce dont ils étaient convaincus être leur bien soit par le droit du mandat britannique, soit par le droit de leur dieu. Le plan britannique d'installer les Juifs en Palestine fut un désastre et il partirent la queue entre les jambes, en laissant les Palestiniens et les Juifs se battre tous seuls.

Mais le combat n'était pas égal. Le désir parmi l'Occident Chrétien pour que les Juifs restent en Palestine, pour recréer Israël, reconstruire le Temple, et accomplir la prophétie était derrière la présence juive. Les Palestiniens n'avaient pas une chance depuis le début.

Avraham Stern était un rebelle parmi les rebelles, trop extrême pour l'extrémiste moyen. Un Juif né en Pologne qui admirait Mussolini, il avait été un membre de l'Irgun Tzva'i Le'umi (Organisation Militaire Nationale), l'aile droit souterraine juive en Palestine. A la fin des années 30, les Arabes de Palestine se révoltèrent contre le gouvernement britannique; des attaques contre les Juifs étaient courantes. L'Irgun rejetait la politique de restreinte de la Haganah courante et lança des attaques vengeresses contre les Arabes: tir sur un bus ici, une bombe dans un marché là, le meurtre d'innocents comme paiement pour le meurtre d'innocents. De là on en vint à combattre les Britanniques, qui cherchaient à satisfaire les Arabes en restreignant l'immigration même tandis que des Juifs désespérés essayaient de quitter l'Europe. Mais quand la Seconde Guerre Mondiale éclata, l'Irgun déclara une trêve: Combattre l'Allemagne était plus important que d'expulser les Anglais. Un tel zigzag n'était pas pour Stern: au printemps 1940, lui et ses partisans quittèrent l'Irgun pour créer un groupe plus radical qui continuerait à combattre les Britanniques. Ils attaquaient les banques, essayaient d'assassiner des fonctionnaires mandataires. En Hébreu le groupe était appelé Lehi… les Anglais l'appelèrent le Gang Stern, même après que la police eût arrêté Stern dans un appartement de Tel-Aviv en 1942 et le tua. Les leaders du groupe incluaient Yitzhak Yezernitzky, qui changea son nom plus tard en Yitzhak Shamir et des décennies plus tard devint le Premier Ministre israélien.

Dans un journal appelé The Underground, Lehi publia ses dix-huit principes de la renaissance nationale juive. Le numéro 18 dit: "Construire le Troisième Temple, comme symbole de l'ère du Troisième Royaume." Après l'indépendance d'Israël, les vétérans du groupe republièrent les principes avec un amendement. Maintenant le numéro 18 dit: "Construire le Troisième Temple comme un symbole de l'ère de la totale rédemption." L'historien Joseph Heller explique que le "Troisième Royaume" sonnait trop proche de "Troisième Reich" – un point sensible puisque Lehi était entaché en ayant offert sans succès ses services aux forces de l'Axe contre la Grande-Bretagne en 1941.

L'amendement clarifie le point: "Ils étaient un mouvement messianique, particulièrement sous Stern," dit Heller. [Gorenberg]

Gorenberg raconte l'histoire de David Shaltiel qui était commandant de la Haganah, l'armée juive du type milice. Shaltiel avait été élevé dans un foyer orthodoxe à Hambourg. Il prétend qu'à l'âge de treize ans il sortit de la synagogue le jour du Yom Kippour, mangea du porc et attendit que Dieu le frappât. "Quand rien ne se passa, il en avait fini avec la religion. Shaltiel rejoignit ensuite la Légion Etrangère Française et devint plus tard un marchand d'armes pour la Haganah en Europe. En 1936 la Gestapo l'arrêta à Aix-la-Chapelle. On dit qu'il a été à Dachau et à Buchenwald et dans seize autres prisons". D'une manière ou d'une autre, il fut relâché avant que la Seconde Guerre Mondiale ne commencât et retourna en Palestine où il devint un officier de la Haganah.

En novembre 1947, après la Seconde Guerre Mondiale (qui doit certainement avoir profondément affecté Shaltiel), les Nations Unies (qui étaient aussi profondément affectées par la Seconde Guerre Mondiale, comme le monde entier) votèrent le partage de la Palestine entre un état juif et un état arabe. Vous pourriez même dire que ce vote était un résultat direct des événements de la Seconde Guerre Mondiale et beaucoup de gens ont suggéré qu'il y avait une complicité sioniste dans le meurtre de millions de Juifs dans le but express de générer de la culpabilité et de la sympathie pour le peuple juif, pour les mettre dans une position de "droit moral" irréfutable vers la Palestine.

En tout cas, les Arabes étaient opposés au partage (pas une surprise) et combattaient les Juifs même quand les Britanniques de retirèrent de la Palestine en pagaille.

Le 28 mai 1948, deux semaines après que le leadership sioniste eût proclamé l'établissement de l'Etat d'Israël, le quartier juif de Jérusalem tomba aux mains des forces jordaniennes.

A l'aube du 17 juillet, un cessez-le-feu des Nations Unies fut imposé par la force. Shaltiel, le type qui avait mangé du porc de manière solennelle le jour du Yom Kippour il y a tant d'années, décida alors – avant qu'il n'ait à s'arrêter de combattre à l'exécution du cessez-le-feu – il allait être un héros et re-prendre la vieille ville comme son dernier Hourrah. La Vieille Ville n'avait aucune valeur stratégique, mais apparemment, sa signification symbolique était énorme pour les Juifs. Shaltiel avait l'aide des forces de l'Irgun et de Lehi, de même qu'une charge explosive spéciale conçue par un physicien.

Shaltiel était si confiant dans la victoire qu'il avait un agneau prêt pour le sacrifice sur le Mont du Tempe.

Shaltiel mourut en 1969 et personne ne sait s'il attendait la reprise du sacrifice animal comme une pratique régulière, mais il est certain qu'il pensait que sacrifier un agneau était la manière adéquate pour célébrer la re-prise de Jérusalem. Shaltiel n'aurait probablement pas contrevenu aux ordres de David Ben-Gourion de ne pas endommager les lieux saints musulmans s'il avait réussi dans son offre de re-prendre le mont, mais la même chose ne peut pas être dite du commandant des forces Lehi, Yehoshua Zetler. Si l'attaque réussissait, il avait des plans définis pour raser les lieux saints musulmans sur le Mont et il équipa ses hommes avec des explosifs pour faire cela.

Il se trouve que l'offensive échoua. La bombe spéciale fit une marque noire sur les murs musulmans vieux de quatre cents ans, mais ne les fissura même pas. A 5h00 le cessez-le-feu entra en vigueur.

Yisrael Eldad écrivit pornographiquement sur ses sentiments à propos de cette nuit, publié plus tard dans un mémoire:

Et le cœur imagine: Peut-être se brisera-t-il ce soir…

Si seulement ils avaient un sens de l'histoire. Oh, si seulement! Et précisément cette nuit, la nuit de la première destruction, la nuit de la seconde destruction, précisément cette nuit si seulement ils pouvaient faire irruption et y aller – car ils sont capables de faire irruption et d'y aller… Il y a assez d'armes, et il y a des hommes jeunes, et il y a Jérusalem, tout en elle le désirant, prête pour une nuit terrible comme ceci, si seulement ils pouvaient faire irruption, si seulement ils pouvaient y aller.

Au mur, au deuil, à ce qui a été abandonné.

A enfoncer et à mettre tout en feu. Dans le feu elle est tombée et dans le feu elle renaîtra à nouveau. Pour la raser entièrement là, tous les mensonges et l'hypocrisie sanctifiés. Pour purifier, purifier, purifier.

(En parlant de mensonges et d'hypocrisie sanctifiés, l'Ancien Testament doit être la mère à tous.)

Mais ce n'est pas arrivé: l'Etat Juif naquit sans la Vieille Ville qui resta dans les mains des Palestiniens qui y avaient vécu depuis 2000 ans. Beaucoup d'entre eux sont des descendants des Juifs d'origine qui se sont convertis.

Dans son livre de 1996 "Beginning of the End: The Assassination of Yitzhak Rabin and the Coming Antichrist", ("Le Commencement de la Fin: l'Assassinat de Yitzhak Rabin et la Venue de l'Antéchrist"), le pasteur texan John Hagee se souvient être assis avec son père quand les nouvelles arrivèrent par la radio que Israël était une nouvelle nation. Son père lui dit: "Nous venons d'entendre le message prophétique le plus important qui sera jamais délivré jusqu'à ce que Jésus retourne sur la Terre." Pour les millénaristes, la Déclaration Balfour avait été excitante, mais la "naissance" d'Israël produisit des frénésies absolues d'extase apocalyptique. Les prophéties des Derniers Jours devenaient VRAIES!

A part les histoires que j'ai entendues dans mon enfance à l'Ecole du Dimanche, je savais peu de chose ou rien sur une Jérusalem où les gens y vivent tous les jours – où ils sont nés, sont allés à l'école, se sont mariés, ont des enfants, rient et font la fête à l'occasion, pleurent et sont en deuil à d'autres moments. Puis, un jour, allant à Jérusalem, j'ai commencé à éprouver les réalités d'un peuple qui avait toujours vécu là.

Je marchais dans les rues aux pavés ovales avec un Arabe musulman, Mahmud Ali Hassan, qui était né à Jérusalem, avait acheté ses premières chaussures, eu son premier rasage chez un barbier, fut équipé de son premier costume, fut marié, vit tous ses enfants naître et les vit grandir – tous dans la Vieille Cité Fortifiée.

Avec Mahmud, je marchais dans des passages étroits dans un des rares exemples restants dans le monde d'une ville complètement entourée de murs. Les murs se dressent partiellement sur les fondations de la Place d'Hadrien, construite en 135 ap. J.-C., ils incluent des restes de murs plus anciens, ceux du Roi Hérode en 37 av. J.-C., et d'Agrippa de 41 ap. J.-C., et de Saladin en 1187. Et finalement les murs furent reconstruits par le Musulman Turc, Soliman le Magnifique, au seizième siècle.

"La Vieille Cité Fortifiée a été habitée par les Arabes tout au long de sa longue histoire," Mahmud me dit. "Et les marchés arabes, les maisons arabes, et les sites religieux arabes représentent environ quatre-vingt-dix pour cents de la Vieille Ville.

"En tant qu'Arabes, nous sommes descendants d'un peuple indigène, un peuple qui n'a jamais quitté la Palestine, ayant vécu continuellement à l'intérieur de ces anciens murs," Mahmud continue." Je peux remonter mes ancêtres à plus de dix générations. Et dans le cas de mon père et de son père et de son père, nos familles ont vécu dans la même maison durant les derniers trois cents ans." [….]

"C'est une des plus anciennes villes du monde," Mahmud me rappelle. "Les Arabes appelés Amorrites arrivèrent ici il y a quatre ou cinq mille ans. Il établirent ce site comme fondation religieuse pour honorer leur dieu. Et ces premiers adorateurs arabes d'un dieu qu'ils appelaient Shalem nous donnèrent le nom de notre cité sacrée, Jérusalem. Puis arrivèrent d'autres de nos ancêtres, les Cananéens de Canaan. Ils firent de Jérusalem un des premiers centres d'adoration du Dieu Unique. Les Cananéens avaient un roi nommé Melchisédech, et il est écrit qu'il était aussi un prêtre de Dieu le Plus Haut.

"Toute cette histoire première précède l'arrivée des Hébreux de beaucoup de siècles… Et quand une tribu d'Hébreux, une des nombreuses tribus dans la région, arriva, ils restèrent moins de 400 ans. Et ils furent vaincus aussi, comme beaucoup avant et après. Et il y a 2000 ans, ils furent chassés."


Le Culte le plus dangereux dans le monde
De Al-Aqsa, nous marchâmes sur une courte distance vers le magnifique Dôme du Rocher, un des lieux saints les plus beaux dans le monde entier – souvent comparé par sa beauté avec le Taj Mahal.[…]

"En tant qu'Arabes, en tant que Musulmans, notre querelle n'a jamais été avec les Juifs en tant que Juifs, ni avec la grande religion du Judaïsme. Les lieux que les Juifs et les Chrétiens révèrent comme saints, nous les révérons comme saints. Les prophètes que les Juifs et les Chrétiens révèrent comme saints, nous les révérons comme saints. Mon point est que chacun dans l'histoire a emprunté de ce qui était avant lui. Personne ni aucun groupe a des droits exclusifs ici. Il y eut des batailles sans fin pour Jérusalem. Et les Hébreux ne furent au pouvoir ici que durant soixante ans." [Halsell]

Un lettre de nouvelles de fin 1998 postée sur le site web "Voice of the Temple Mount" dit que son but est "la libération" des lieux saints musulmans et la construction sur ce site d'un Temple Juif. "Maintenant le temps est venu pour que le Temple soit reconstruit," dit la lettre israélienne. La lettre appelle "le gouvernement israélien à terminer l'occupation islamique païenne" de terres où se trouve la mosquée. Elle ajoute, "La construction du Troisième Temple est proche."

Il ne reste plus qu'un événement pour mettre en place la scène pour la part d'Israël dans le dernier grand acte de son drame historique. C'est de reconstruire l'ancien Temple d'adoration sur son ancien site. Il n'y a qu'un seul lieu où ce Temple peut être construit, selon la loi de Moïse. C'est sur le Mont Moriah. C'est là que les deux précédents Temples étaient construits. – Hal Lindsey, The Late Great Planet Earth

Un Antisémite "est quelqu'un qui hait les Juifs plus qu'il n'est supposé l'être." – Evangéliste de la télévision Jomes Robison.

L'Eglise Chrétienne, tout au long de la plupart de son histoire, a été antisémite. Avec la Réforme, cependant, beaucoup de Chrétiens passèrent de l'antisémitisme à une nouvelle sorte de discrimination rampante dans le monde aujourd'hui: philo-sémitisme. C'est une position qui voit les Juifs comme pratiquement nécessaires EN TANT que Juifs, parce qu'ils ont un rôle à jouer dans le salut des Chrétiens! Cet "amour des Juifs" inclut dans ses paramètres l'assurance suffisante que les Juifs SONT différents et sont destinés à l'extinction une fois qu'ils auront effectué leur tâche assignée.

Il y a certainement des différences personnelles et politiques parmi les Chrétiens qui rend une généralisation imprécise et peut-être dangereuse, mais le fait reste que beaucoup de fondamentalistes qui mènent le "aidons Israël de toutes les manières dont nous pouvons" et "courons après les Musulmans" du jour présent ont une histoire établie d'avoir enseigné à leurs disciples que les Juifs étaient derrière tous les ennuis du monde.

Ce fut après que furent révélées les horreurs de l'Allemagne Nazie que le Christianisme Occidental réalisa que promouvoir l'antisémitisme comme Les Protocoles des Sages de Sion pourrait être vu comme sympathiser avec les Nazis. Donc, ces fondamentalistes qui étaient ouvertement antisémites firent machine arrière et se regroupèrent.

Avec la naissance d'Israël en 1948, les Chrétiens antisémites changèrent leur tactique. Ils étaient encore antisémites (le SONT encore), mais ils agirent différemment à l'extérieur; ils devinrent "aimants" et "reconnaissants", bons et condescendants envers les Juifs. Grâce à la bonté les Juifs faisaient MAINTENANT ce qu'ils étaient supposés faire: se regrouper en Israël afin que Jésus puisse revenir et les réduire en miettes!

Comme cette nouvelle appréciation du rôle juif fusionna avec les croyances dispensionalistes, les Chrétiens Occidentaux devinrent des supporters farouches du nouvel état juif. Rien ne doit arriver entre Israël et sa destinée! Quiconque peut critiquer toute autre nation dans le monde, mais PAS Israël. Critiquer la France, l'Allemagne ou même les Etats-Unis était juste "politique". Critiquer Israël était critiquer Dieu Tout-Puissant.

Au même moment où les millénaristes proclament leur amour pour Israël, ils révèlent fréquemment qu'ils n'ont pas du tout de préférence pour les Juifs.

Debout, surplombant la vallée de Megiddo, Clyde, un compagnon de voyage, m'expliquait que c'était le site où le Christ mènerait les forces du Bien contre le Mal. "Les deux tiers des Juifs seront tués," dit Clyde, citant Zacharie 13:8-9. Faisant une pause pour calculer, il arriva à neuf millions de Juifs morts. "Sur trois cents kilomètres, le sang montera jusqu'aux brides des chevaux."

Quand j'exprime mon souci sur ce scénario, Clyde explique, "Dieu le fait principalement pour son ancien peuple, les Juifs. Il a imaginé une période de Tribulations de sept années principalement pour purger les Juifs, pour qu'ils puissent voir la lumière et reconnaître le Christ comme leur sauveur."

Mais pourquoi, je demande, Dieu aurait choisi un peuple = "favori de Dieu" comme le dit Clyde – uniquement pour tuer la plupart d'entre eux?

"Comme j'ai dit, Dieu doit les purger," dit Clyde. "Il veut qu'ils se courbent devant Son seul fils, notre Seigneur Jésus-Christ."

Mais quelques-uns resteront? Pour enterrer leurs morts?

"Oui," me dit Clyde. "Il y en aura 144.000 d'épargnés. Puis ils se convertiront au Christ." [Halsell]

Il ne restera que 144.000 Juifs vivants après la bataille d'Armageddon. Ces Juifs restants – hommes, femmes et enfants – se courberont devant Jésus. En tant que Chrétiens convertis, tous les adultes commenceront à prêcher immédiatement l'évangile du Christ. Imaginez! Ce seront comme 144.000 Billy Grahams lâchés d'un seul coup! – Hal Lindsey

Tant qu'ils ne se convertissent pas, ils sont "aveugles spirituellement." – Jerry Falwell

Traditionnellement, les Juifs ont été libéraux et soutenaient les ordres du jour libéraux. Ayant connu la discrimination et le racisme, ils furent alliés des ordres du jour libéraux. Cependant, en 1967, après qu'Israël se soit emparé des terres arabes qu'il ne voulait pas abandonner, l'état d'Israël se déplaça rapidement vers la droite conservatrice. Les Juifs américains, précédemment supporters libéraux des droits des autres furent persuadés que leur priorité numéro un était de soutenir Israël. Sous cette influence, ils se déplacèrent rapidement à droite.

La Droite israélienne et la Droite chrétienne devinrent d'étranges amis, chacun avec une doctrine centrée sur Israël et un culte de la terre. Nathan Perlmutter de l'ADL expliqua pourquoi les Juifs américains soutiennent la Droite chrétienne en Amérique: D'abord, dit-il, il se sent en quelque sorte un Juif américain typique en ce qu'il pèse chaque problème dans la vie selon une mesure: "Est-ce bon pour les Juifs? Cette question satisfaite, je passe aux questions secondaires."

Les Juifs américains soutiennent Jerry Falwell parce qu'il soutient les visées expansionnistes d'Israël. Perlmutter sait que les évangélistes fondamentalistes interprètent les Ecritures comme disant que tous les Juifs doivent accepter en fin de compte Jésus ou être tués. Mais, entre temps il dit, "Nous avons besoin de tous les amis que nous avons pour soutenir Israël… Si le Messie vient, ce jour-là nous considérerons nos options. Entre temps louons le Seigneur et passons les munitions."

Irving Kristol presse les Juifs américains de soutenir comme Falwell en leur disant que "dans le monde réel" il vaut mieux que les Juifs soutiennent la Droite, ceux qui sont fortement pro-Israël. Pour être sûr, ajoute-t-il, oui les prédicateurs fondamentalistes diront que Dieu n'entend pas la prière d'un Juif. Mais "après tout, pourquoi les Juifs devraient se soucier de la théologie d'un prédicateur fondamentaliste quand ils ne croient pas un seul instant qu'il parle avec une quelconque autorité sur la question de l'attention de Dieu envers la prière des humains? Et quelle importance de telles abstractions théologiques ont contre le fait ordinaire que le même prédicateur est vigoureusement pro-Israël?"

Douglas Krieger, un leader profane évangélique de Denver au Colorado, lié étroitement à Terry Reisenhoover pour récolter des fonds pour éradiquer la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher pour reconstruire le Temple à Jérusalem, pressa très tôt Israël pour un travail en commun et embrasser totalement les questions fondamentalistes-évangéliques en échange de leur soutien à Israël.

Dans une analyse longue préparée pour les leaders Juifs et Américains, Krieger fait remarquer qu'en tant que conséquence de ses guerres d'agression, Israël fait face à deux choix: chercher la paix en se retirant les "territoires acquis par la guerre", ou continuer la fidélité envers une puissance militaire encore plus grande, c'est-à-dire la Droite Chrétienne contrôlée par les Etats-Unis.

Si les Israéliens prennent le second choix, ce que Krieger les presse de faire (en tant que millénariste il veut qu'ils re-prennent toute la Palestine et re-construisent le Temple), alors les Israéliens et les Juifs américains feraient face à une manifestation de l'antisémitisme.

A cause de la saisie militaire d'Israël des terres arabes, "une montée d'antisémitisme pourrait déferler à l'Ouest." Cela pourrait être évité, cependant, dit Krieger, par son alliance avec la Nouvelle Droite Chrétienne. Il fit remarquer que Israël pourrait utiliser les fondamentalistes-évangéliques pour projeter par leurs vastes réseaux (aux Juifs) de radio et de télévision une image d'Israël que les Américains aimeraient, accepteraient et soutiendraient.

En outre, Krieger dit, "La Droite Religieuse pourrait vendre aux Américains l'idée que Dieu voulait un Israël militant, militarisé. Et que plus Israël deviendrait militaire, plus la Droite américaine deviendrait enthousiaste dans son soutien.

Les Juifs sionistes et les Chrétiens fondamentalistes militants ont formé en conséquence une alliance qui embrasse le même dogme. Ce dogme n'a rien à voir avec les valeurs spirituelles ou vivre une bonne vie comme un Chrétien ou un Juif. L'alliance est à propos du pouvoir politique et des possessions matérielles. C'est à propos d'un groupe de gens prenant possession d'une terre sacrée pour trois religions, occupée pendant deux mille ans par un peuple qui s'oppose certainement à ce que leurs terres, leurs droits, et leurs vies leur soient retirés. C'est un dogme centré sur une petite entité politique – Israël. Les leaders d'Israël et de la Droite Chrétienne rendent le droit de propriété la plus haute priorité de leurs vies, en créant une religion culte – et chaque groupe fait ainsi cyniquement, pour ses propres raisons égoïstes, attendant que l'autre soit détruit par ses propres arrogances.

  Les croyances dispensationelles réduisent "les sociétés complexes et diverses d'Afrique, Asie et du Moyen-Orient à des rôles de figurants comme alliés de Gog dans le grand drame de la fin des temps… le consensus était clair: des impératifs prophétiques exigeaient l'élimination des Arabes pas seulement de (Jérasulem) mais de la plupart du Moyen-Orient… Ils se trouvent en travers du chemin des promesses de Dieu aux Juifs." – Paul Boyer, When Time Shall Be No More (Quand le Temps ne sera plus)

  La Nouvelle Droite Evangéliste … prit systématiquement le contrôle du leadership de la Convention Baptiste du sud, la dénomination Protestante la plus grande … modifiant des positions théologiques tenues depuis longtemps pour un avantage politique. – Sidney Blumenthal dans The New Republic

  Je ne sais pas combien de générations futures nous pouvons compter avant que le Seigneur ne revienne. – James Watt, Secrétaire américain à l'Intérieur, parlant devant le Comité Intérieur de la Chambre, dans une réfutation apparente des arguments pour conserver les ressources naturelles.

Le Président Reagan représentait une vue dispensionaliste qui disait que puisque "le Christ est à la porte," passer du temps à des questions intérieures ne devrait pas être pris trop sérieusement. "La plupart des décisions politiques de Reagan," dit James Mills, un ancien fonctionnaire d'état de la Californie, étaient basées sur son "interprétation littérale des prophéties bibliques." Ceci mena à l'idée de Reagan qu'il n'y avait pas de raison de se faire du souci à propos de la dette nationale si Dieu va bientôt confisquer le monde entier."

George W. Bush a apparemment le même point de vue.

Le soutien de Reagan des néo-conservateurs enthousiastes peut seulement être compris à la lumière de la pensée millénariste du président. "Pourquoi gaspiller du temps et de l'argent à préserver des choses pour l'avenir? Pourquoi se soucier de la conservation? Il s'ensuit que tous les programmes intérieurs, particulièrement ceux qui occasionnent des dépenses capitales, peuvent et devraient être diminués pour libérer de l'argent pour mener la guerre d'Armageddon.

Les Dispensionalistes qui prêchent la Théologie d'Armageddon sont un culte relativement nouveau – âgé de moins de 200 ans. Il y a quatre aspects principaux à leur système de croyance:

1)     Ils sont antisémites. Ils professent un amour fervent pour Israël. Leur soutien envers Israël, cependant, ne vient pas d'un véritable amour pour les Juifs et leurs souffrances. Plutôt, leur "amour et soutien" est basé sur leur volonté de voir Israël "en place" pour la "Seconde Venue du Christ," quand ils s'attendent à ce que la plupart des Juifs soit détruite.

2)     Les Dispensionalistes ont une vue très étroite de Dieu et des six milliards sur la planète. Ils adorent un dieu tribal qui est seulement concerné par deux peuples: les Juifs et les Chrétiens, qui disent qu'un Dieu tribal a l'intention d'opposer l'un contre l'autre en Sa faveur. Les autres cinq milliards de gens sur la planète ne sont pas sur le radar de ce Dieu sauf pour être tués dans la bataille finale.

3)     Les Dispensionalistes sont certains jusqu'à la moelle qu'ils comprennent l'Esprit de Dieu. Ils fournissent un scénario, comme un scénario de film, qui se déplie selon des séquences, des époques ou des "distributions" finissant toutes heureusement avec une évasion à la fin des temps appelée le Ravissement – pour quelques élus comme eux. Ils attirent ceux qui veulent sentir qu'ils sont sur l'"intérieur" d'un "groupe spécial" avec un savoir secret et profond. Ce désir pour la certitude cause des millions des disciples du Dispensionalisme à faire confiance à leurs leaders à un degré extraordinaire.

4)     Le Fatalisme est le quatrième aspect des Dispensionalistes. Le monde, disent-ils, empire constamment et nous n'y pouvons rien, donc il n'y a pas lieu de faire quelque chose. Les professeurs nous enseignent la colère d'un dieu vengeur et déclarent que Dieu ne veut pas qu'on travaille pour la paix, que Dieu exige que nous menions une guerre nucléaire: Armageddon qui détruira la planète.

Le sous-produit effrayant de ces croyances est que, puisque le Culte est au pouvoir aux Etats-Unis, il est tellement facile de créer les situations mêmes qui sont décrites, s'assurant ainsi l'accomplissement des idées des Dispensionalistes: le Culte qui veut créer Armageddon et a besoin de 5 milliards de gens sur la planète pour aller volontairement sur l'autel sacrificiel, et les Musulmans ont été choisis pour être les premiers.

C'est le Culte le Plus Dangereux dans le Monde.

http://www.quantumfuture.net/fr http://www.quantumfuture.net/fr



Jeudi 6 Septembre 2007


Commentaires

1.Posté par bachir le 07/09/2007 12:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La plahche "oui-ja" de Laura lui joue parfois des tours, malgrès l'apparente cohérence de ses investigations dans l'au-delà....

peut-on faire confiance à une planche qui communique avec Dieu sait quoi?? peut-être même des djiins ou des diables...

2.Posté par maty le 15/12/2007 13:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Luc 18:8; 17:26-30
Le monde ne va pas s'améliorer. L'espérance du chrétien n'est pas l'amélioration graduelle du monde; c'est le retour de Christ.

Actes 1:10; Marc 13:26; 1 Corinthiens 15:23; Philippiens 3:20, 21; 1 Thessaloniciens 1:10; 2:19; 3:13; 4:14,16,17; 2 Thessaloniciens 1:7; 1 Timothée 6:14; Tite 2:12,13; 2 Pierre 3:3-14; Apocalypse 1:7, 8.
Tous ces passages établissent clairement le fait du retour de Christ.

Actes 1:6-9; Matthieu 24:26;25: 13; Marc 13:32,33; Luc 12:35-40.
Le moment du retour de Christ n'est pas mentionné. Tout d'abord, ces versets nous enseignent à ne pas établir de date, il suffit de savoir que Christ reviendra. D'autre part, ils déclarent que Christ peut revenir n'importe quand. Le chrétien devrait L'attendre constamment. Le commandement est de "veiller".

1 Thessaloniciens 3:13; 4:13-17.
Les chrétiens encore vivants à ce moment-là, ceux qui ont mis leur foi en Christ leur Sauveur, seront enlevés à la rencontre de Christ dans les airs, pour revenir ensuite avec Lui. C'est à ce moment que les corps des chrétiens ressusciteront des morts et que les chrétiens qui vivront cet événement seront changés et recevront leur corps incorruptible, dans le temps d'un clin d'œil.

Matthieu 24:36-44; Luc 17:26-30, 34-36; Esaïe 26:19-21.
Noé fut mis à l'abri du danger, dans l'arche, avant que le déluge vînt. Lot fut mis en sûreté avant que débute la destruction de Sodome. Il semble, de même, que les chrétiens seront enlevés, avant que la colère de Dieu se déverse sur le monde. Certains chrétiens dormiront quand ils seront enlevés, d'autres seront éveillés, mais tous ceux qui se sont convertis seront enlevés. Ceux qui ne sont pas sauvés seront laissés.
Remarque : des divergences d'opinion subsistent, entre les chrétiens, quant au moment de l'enlèvement ainsi que sur des détails. Mais ceci est tout à fait secondaire par rapport aux grandes lignes indiquées. Ce qui importe, c'est d'appartenir à Jésus-Christ.

Matthieu 25:1-13
Le Seigneur montre dans cette parabole que tous ceux qui sont nominalement chrétiens ne seront pas obligatoirement enlevés. Ceux qui n'ont pas mis leur foi personnelle en Christ leur Sauveur, qui ne sont donc pas devenus la demeure du Saint-Esprit (dépourvus d'huile dans leurs lampes) seront laissés.

3.Posté par Terranova le 02/10/2008 04:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Lisez "God Desilusion", de Richard Dawkings.
Il serait temps que tout les religieux du monde ouvrent les yeux, ouvrent leur livre de classe, et soit guide par la Raison plutot que par d'anciens textes erronnes, copies avec tant d'erreurs et avis au cours des generation, ces memes textes qui place entre autres la femme en tant qu'objet. NON a l'endoctrinement des enfants dans la religion de leur parent.
L'homme n'a pas besoin de religion pour guide moral. La religion est la source de conflits meurtriers.

Read "God Desilusion", of Richard Dawkings. If you are religious or not. If you think by yourself, you might change your mind about religion.

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires