Diplomatie et relation internationale

Le Conseil de sécurité repousse une initiative russe


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe


Le Conseil de sécurité a repoussé une proposition russe de citer les pays qui ne coopèrent pas avec l'instruction sur l'assassinat de l'ancien premier ministre libanais, Rafic Hariri, a annoncé le représentant permanent de la Russie à l'ONU Vitali Tchourkine.


RIA Novosti
Mardi 23 Janvier 2007

Le Conseil de sécurité repousse une initiative russe


"Malheureusement, nous ne sommes pas parvenus à un consensus, et aujourd'hui un point final a été mis à cette histoire", a dit Vitali Tchourkine qui s'entretenait avec des journalistes à l'issue des consultations menées jeudi au Conseil de sécurité.

Au mois de décembre dernier au cours d'une réunion du Conseil de sécurité le chef de la commission d'enquête internationale, Serge Brammertz, avait déclaré que sa commission avait adressé des requêtes à une soixantaine d'Etats et que vingt d'entre eux n'y avaient pas répondu. Maintenant dix pays encore n'ont toujours pas satisfait aux requêtes de la commission chargée d'élucider une série d'attentats politiques perpétrés au Liban.

La Russie avait proposé en janvier de soutenir la commission Brammertz, de lui faire confiance et de citer ouvertement les pays qui n'avaient pas répondu aux requêtes de la commission opérant sous l'égide de l'ONU.

Au mois de décembre Serge Brammertz avait refusé de révéler aux journalistes les noms des pays ne voulant pas collaborer avec l'instruction. Il avait ajouté qu'il ne formulait aucun grief à l'égard de la Syrie qui se montrait coopérante.

La commission doit entendre encore une cinquantaine de personnes, dont les témoignages pourraient avoir une grande importance pour l'instruction. Serge Brammertz a souligné qu'il était primordial d'assurer la sécurité des témoins cités dans cette affaire.

L'ancien premier ministre libanais, Rafic Hariri, a été tué le 14 février 2005 dans un attentat à l'explosif commis à Beyrouth. Sa mort avait suscité une grave crise politique dans le pays et accéléré le retrait du contingent militaire syrien déployé au Liban.


Mardi 23 Janvier 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires