EUROPE

Le Conseil de l'Europe fustige la suppression du juge d'instruction



Lundi 2 Novembre 2009

Le Conseil de l'Europe fustige la suppression du juge d'instruction
Dans une totale indifférence, mercredi dernier, le Conseil de l'Europe a asséné une violente charge contre la suppression du juge d'instruction, et contre toutes les tentatives "d'utilisation abusive du système de justice pénale motivée par des considérations politiques"...
 Le Conseil de l'Europe contre la réforme du juge d'instruction - Indépendance de la justice
 
 Dans une résolution soumise par la Commission des questions juridiques et des droits de l'homme (CQJDH) et adoptée à l'unanimité mercredi 30 septembre 2009, l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) souligne que l'indépendance du système judiciaire est le principal rempart contre toute ingérence politique dans le fonctionnement de la justice. Au cas où on aurait oublié...
 
 Le France doit "revoir le projet de suppression des juges d’instruction"
 
 De fait, constatant que la proposition de Nicolas Sarkozy de supprimer les juges d'instruction remettait en cause ce pré-requis, les parlementaires n'y sont pas allés de main morte, demandant au chef de l'Etat français de "revoir son projet". Ni plus ni moins. Si toutefois cette réforme devait être confirmée, "et que les compétences en matière [d'instruction] étaient transférées au ministère public", l'APCE exhorte la France "à renforcer l'indépendance des procureurs" et à "permettre aux avocats de la défense d'accéder à l'enquête préliminaire conduite par le parquet"...
ce qui constitue effectivement la principale demande des syndicats de magistrats, mais qui n'est pas franchement à l'ordre du jour.
 
 Les juges français les moins bien payés d'Europe
 
 La rémunération des magistrats étant un critère d'indépendance primordial, l'Assemblée invite aussi les autorités à "augmenter progressivement les salaires des juges et des procureurs à la hauteur de la dignité et de l'importance de leurs fonctions, jusqu'à ce que ces salaires soient alignés sur la moyenne des autres pays européens". Ce ne serait pas du luxe... Dans une étude publiée en 2002, ce même Conseil de l'Europe affirmait que la France était le pays européen le plus radin avec ses juges, rémunérés entre 1.1 et 3.1 fois le salaire moyen français selon l'ancienneté, contre 4.6-7.4 en Grande-Bretagne, 3.7-7.7 en Roumanie, 2.5-6.5 en Espagne, 2-3.4 en Moldavie, 4-9.7 au Portugal...
 
 "Un système de justice pénale à deux vitesses"
 
 Un autre motif d'inquiétude est que les "les ressources affectées à l'aide juridique" ne soient pas augmentées, face à un système devenu principalement accusatoire, donc plus coûteux pour la défense. Ce qui fait craindre à la rapporteure du projet de résolution, l'ex-ministre allemande de la justice Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, que "se développe un système de justice pénale à deux vitesses, l'égalité des armes étant assurée uniquement pour ceux qui en ont les moyens". Et là encore, on ne peut que constater le retard de la France en matière de budget annuel alloué au système judiciaire (38ème pour 45 pays membres), et ce quelque soit la méthode de calcul : budget par habitant, % de PIB par habitant...
 
 Prise de contrôle politique du CSM
 
 Au sujet du Conseil Supérieur de la Magistrature, l'institution censée garantir l'indépendance des juges, l'APCE constate que "la France a récemment décidé de doubler le nombre de membres nommés par le Président de la République et les présidents des deux chambres du parlement", ce qui pose manifestement un problème de conscience aux parlementaires du Conseil qui demandent à l'Etat de "rétablir une majorité de juges et de procureurs au sein du Conseil Supérieur de la Magistrature ou à veiller à ce que parmi les membres nommés par les organes politiques figurent également des représentants de l'opposition".
 
 Comme "l'impression que cette réforme vise à protéger la classe politique de tout contrôle judiciaire"...
 
 Seul motif de satisfaction du Conseil de l'Europe, "un parlement et des médias indépendants qui constituent des garde-fous relativement fiables contre l'utilisation abusive du système de justice pénale par le pouvoir exécutif". A voir comment les "médias indépendants" se sont rués sur l'information, ça ne présage rien de bon... En résumé, selon Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, si la France décide de supprimer le juge d'instruction, "certaines conditions essentielles devront être satisfaites pour éviter l'impression que cette réforme vise à protéger la classe politique de tout contrôle judiciaire". Juste une "impression" ?
 
 (Article publié sur le site "Les mots ont un sens ")


Lundi 2 Novembre 2009


Commentaires

1.Posté par Orange le 02/11/2009 17:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Judiciaire vs Exécutif, baroud d'honneur ou victoire en vue ?


Année 2009, la France vit sous une avalanche de décisions de justice touchant directement ou indirectement le monde politique, des personnalités de tout premier plan du monde économique et des sujets politiquement 'sensibles', tant dans le cadre de procédures en-cours que de jugements : Angolagate, 'Biens Mal Acquis' de dirigeants africains, Scientologie, Cleartream, emplois fictifs de la ville de Paris, Attentat de Karachi, Ajaccio yachts de luxe Tunisie, prise illégale d’intérêt François Perol, Affaire Bettencourt, SEM92, Videndi, etc

Dans nombre des décisions qui ont été prises dans ces dossiers, l'on est frappé par l'opposition frontale entre Parquet et Instruction ! Sur toutes les affaires 'sensibles', cette opposition ne date bien-sûr pas d'hier, comme le rappelle le Syndicat de la Magistrature dans un récent catalogue de toutes les confrontations de ces dernières années (cf Communiqué de presse ci-dessous).

.../...

Mais à l'heure où Nicolas Sarkozy a décidé de supprimer le Juge d'Instruction (voir ci après l'excellente synthèse que fait le député UMP Jean-Paul Garraud, des enjeux de cette réforme), l'on assiste à une formidable accélération du rapport de force 'Corps Judiciaire contre Corps Exécutif' ! Est-ce un 'baroud d'honneur' de la dernière heure, ou une pression tellement puissante sur le monde politique que l'exécutif va être contraint de revoir sa copie ?

.../...

Extraits d'un article posté ce matin sur Pnyx.com : http://www.pnyx.com/fr_fr/sondage/392 si vous voulez l'article complet et donner votre opinion



Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires