Conflits et guerres actuelles

Le Comandante Petras écrit : « Préparez vos adieux aux armes » - Lettre ouverte au général Petraeus, commandant des forces impériales en Iraq


James Petras, mars 2007

Traduit par Alexandre Moumbaris et révisé par Fausto Giudice


James Petras
Vendredi 16 Mars 2007

Le Comandante Petras écrit : « Préparez vos adieux aux armes » - Lettre ouverte au général Petraeus, commandant des forces impériales en Iraq
J’ai été informé par le Manchester Guardian, le New York Times, le Wall Street Journal et le Washington Post que vous avez d’impeccables références académiques et militaires. Bush vous a désigné  comme "Commandant des forces multinationales en Iraq". Vous avez ainsi donc le pouvoir de mettre en application vos théories contre-insurrectionnelles si médiatisées. Vous êtes presque mon homonyme – ayant une version romanisée, de mon nom hellénisé [Petraeus/Petras]. Vous avez été surnommé "guerrier" ou "intellectuel contre-insurrectionnel". Pour ma part j’ai les références d’un intellectuel "insurgé" ou plutôt, selon la définition d’Alex Cockburn, d’"un adhérent, depuis cinquante ans, à la lutte de classe". Ceux qui font votre publicité vous ont décrit comme la dernière meilleure chance que possèdent les USA pour sauver (l’empire) en Iraq. Il n’est pas étonnant que les Démocrates au Congrès, conduits par la sénatrice Hillary Clinton, se soient mis à genoux pour louer et soutenir votre professionnalisme, ainsi que vos états de service en Iraq du Nord. Soit, admettons que vous jouissez d’un avantage: le soutien des deux partis, de la Maison Blanche, du Congrès et des mass-médias. Cependant, étant un intellectuel insurgé, je ne suis pas du tout convaincu que vous allez ou même que vous devriez, réussir à préserver l’Iraq pour l’empire. Mieux encore, je crois véritablement à votre échec. Vos hypothèses de départ, vos stratégies basées sur des analyses politiques fondamentalement fausses, auront des conséquences militaires profondes.


“Cet homme peut-il sauver l’Irak ? L’universitaire guerrier forme les Irakiens à se battre pour eux-mêmes. Mission d’initié impossible »


 


Commençons par vos succès militaires, qui ont été tant vantés, en Iraq du Nord – particulièrement dans la province de Ninive. L’Iraq du Nord, Ninive en particulier, est dominée par des chefs militaires et tribaux, ainsi que des patrons de partis politiques, kurdes. La stabilité relative de la région doit peu, pour ne pas dire rien, à vos prouesses contre-insurrectionnelles, et bien plus aux aspirations des Kurdes de la région à "l’indépendance" ou au "séparatisme". Dit crûment, le soutien militaire et financier des USA et d’Israël au séparatisme kurde a produit un État kurde indépendant de facto, matérialisé par le nettoyage ethnique brutal de grandes concentrations de citoyens turkmènes et arabes. Général Petraeus, en donnant libre cours aux aspirations à un "Grand Kurdistan" ethniquement purifié qui empiète sur la Turquie, l’Iran et la Syrie, vous vous êtes assuré la loyauté des milices kurdes et en particulier des meurtrières "forces spéciales" Peshmerga, pour vous aider à éliminer la résistance à l’occupation usaméricaine à Ninive. En plus, les Peshmerga ont fourni aux USA des unités spéciales pour infiltrer des groupes de la résistance iraquienne, ainsi que pour provoquer des frictions intercommunautaires, y compris des incidents terroristes contre la population civile. En d’autres termes, le succès du général Petreaus en Iraq du Nord n’est pas reproductible dans le reste de l’Iraq. En fait vos succès dans le découpage de la portion kurde de l’Iraq ont aggravé les hostilités dans le reste du pays.
 
Petraeus, frais émoulu de Princeton, en 1987 ...


…et sur le terrain en 2007


Votre théorie "Sécuriser et Tenir" un territoire présuppose une force militaire hautement motivée, fiable et capable de résister à l’hostilité d’au moins 80% de la population colonisée. Le fond de la question est que le moral des soldats étatsuniens - ceux qui sont déjà en Iraq ainsi que ceux qu’il prévu d’y envoyer - est très éprouvé. Maintenant, parmi ceux qui cherchent un moyen rapide pour quitter les forces armées, on  trouve aussi des soldats et des sous-officiers de carrière – l’ossature de l’armée. (Financial Times, 3-4 mars 2007 p.2).


Les absences non-autorisées (AWOL) [désertions - NdT] sont montées en flèche – 14.000 entre 2000 et 2005 (FT ibid.) en mars plus de mille en soldats en service actif, réservistes et fusiliers-marins ont soumis une pétition au Congrès pour que les USA se retirent de l’Iraq. L’opposition manifestée par des généraux à la retraite et en activité, contre l’escalade des effectifs décidée par Bush, se propage vers le bas de la hiérarchie militaire et on entend une grogne, particulièrement parmi les réservistes en service actif dont le temps de service a été prolongé à répétition ("conscription par la porte de service"). Les longs séjours ou rotations rapides ont un effet démoralisateur et sapent tout effort qui vise à "consolider les liens" entre les officiers étatsuniens et iraquiens et pour gagner la confiance de la population locale. Si les troupes étatsuniennes  sont profondément perturbées par la guerre en Iraq, et de plus en plus enclines à la désertion et à la démoralisation, l’armée mercenaire iraquienne est encore moins fiable. Les Iraquiens recrutés sur la base de la faim et du chômage (causés par la guerre que les USA leur ont imposée), avec des attaches familiales, ethniques et nationales pour un Iraq libre et indépendant, ne font pas des soldats sur qui on peut compter. Tout expert sérieux vous dira que les divisions de la société iraquienne se reflètent dans la loyauté des soldats.


Général Petraeus, comptez vos troupes chaque jour, parce que quelques-unes de plus s’égareront et peut-être dans l’avenir vous trouverez-vous face à un terrain d’exercices vide ou pire encore une révolte dans vos casernes.


Le taux élevé persistant de pertes parmi les soldats étatsuniens et les civils iraquiens au cours du premier mois de votre commandement, suggère que votre plan de "Tenir et Sécuriser" Bagdad n’a pas réussi à modifier la situation dans son ensemble.


Petraeus, votre « manuel de règles » donne la priorité à la "sécurité et au partage des tâches comme des moyens pour transmettre le pouvoir aux civils et encourager la réconciliation nationale". La sécurité est fugace  parce que ce que, pour le commandant US , la « sécurité », cela veut dire le libre mouvement des troupes étatsuniennes  et celles de leurs collaborateurs, et qu’elle est basée sur l’insécurité où vit la majorité iraquienne colonisés est assujettie à des fouilles maison par maison, des effractions de leur domiciles, de fouilles au corps humiliantes et des arrestations. "Le partage des tâches" sous un général usaméricain et ses forces militaires n’est qu’un euphémisme pour "la collaboration iraquienne" "exécutant" vos ordres.


Le "partage" implique un rapport de force particulièrement asymétrique: les USA ordonnent et les Iraquiens exécutent. Les USA définissent la "tâche" d’informer sur les insurgés, et la population est censée fournir des "informations" sur leurs familles, leurs amis et leurs compatriotes, autrement dit trahir leur peuple. Cependant, cela semble plus facile à écrire dans votre manuel qu’à réaliser sur le terrain.


"Transférer le pouvoir aux civils" comme vous dites, assume que ceux qui "ont le pouvoir" le cèdent aux "autres". Autrement dit, les militaires étatsuniens cèdent la gestion du territoire, de la sécurité, des ressources financières et de leur distribution au peuple colonisé. Mais ce sont précisément ces gens qui protègent et soutiennent les insurgés qui s’opposent à l’occupation usaméricaine et à son régime fantoche.


Sinon, Commandant, ce que vous voulez dire c’est "transférer le pouvoir" à une petite minorité de civils volontaires à collaborer avec l’armée d’occupation.


La minorité civile que vous aurez "habilité" aura besoin d’une protection militaire usaméricaine pour la protéger des représailles.


Jusqu’à présent rien de tel n’est arrivé, il n’y a pas de collaborateurs de quartier auxquels ont été délégués de vrais pouvoirs. Ceux qui en ont eu, sont morts, se cachent ou sont en fuite.


Petraeus, votre but de "réconciliation nationale" présume que l’Iraq existe en tant que nation souveraine libre. Ceci est une condition préalable à la réconciliation de deux adversaires en guerre. Mais la colonisation usaméricaine de l’Iraq est un déni flagrant des conditions de réconciliation. Ce n’est que lorsque l’Iraq se sera libéré de vous, Commandant Petraeus, de votre armée et des diktats de la Maison Blanche, que les adversaires pourront négocier et chercher la "conciliation". Il n’y a que les groupes politiques fondés sur la souveraineté populaire iraquienne, qui peuvent participer à ce processus. Autrement, ce dont vous parlez n’est en fait rien d’autre que l’imposition par des moyens militaires de la "réconciliation" entre groupes collaborationnistes adversaires, mais qui n’ont aucune légitimité auprès de l’électorat iraquien.


L’ancienne clintonette Sarah Sewall (ex-vice- secrétaire adjointe à la Défense et "experte aux Affaires étrangères" basée à Harvard) était extatique à l’annonce de votre nomination. Elle prétend que "le faible rapport troupes/tâche" pourrait avoir un effet adverse sur votre stratégie (Guardian, 6.3.2007). Le rapport "troupes/tâche" forme la base de la "critique" des sénateurs Démocrates Hillary Clinton et Charles Schumers, concernant la politique de Bush en Iraq. Leur solution consiste à envoyer "encore plus de troupes". Cet argument nous interpelle: la nécessité d’améliorer le « rapport » en envoyant un plus grand nombre de soldats reflète l’intensité de l’opposition de la masse populaire à l’occupation usaméricaine,, ce qui est en rapport direct avec l’augmentation du soutien de voisinage à la résistance iraquienne. Si la majorité de la population et la résistance ne s’opposaient pas aux armées impériales, alors n’importe quel rapport aurait été adéquat – même quelques centaines de soldats qui traîneraient dans la Zone Verte, l’ambassade usaméricaine ou dans les bordels locaux.



Friedberg, Allemagne, 25 juin 1964: Le ministre de la Justice Robert Kennedy avec le Général-Lieutenant Creighton W. Abrams, commandant du 5ème Corps d’armée, qui vient d’être nommé vice-chef d’État-major. Il sera bientôt commandant des forces US au Vietnam et chef d’État-major. Il est enterré à Arlington, comme il se doit.


 


Les préceptes de votre fascicule piochent lourdement dans la doctrine contre-insurrectionnelle "Nettoyez et tenez" du général Creighton Abrams de l’époque de la guerre du Vietnam. Abrams avait ordonné une vaste offensive chimique, qui a pulvérisé des milliers d’hectares avec le mortel "agent orange" dans le but de "nettoyer" le territoire contesté. Il a approuvé le plan Phœnix – l’assassinat systématique de 25.000 chefs de village pour "nettoyer" les insurgés locaux. Abrams avait mis en place le programme des "hameaux stratégiques", le déplacement forcé de millions de paysans vietnamiens dans des camps de concentration. À la fin sa stratégie de "Nettoyer et Tenir" a échoué parce que chaque mesure étendait et renforçait l’hostilité populaire, et simultanément augmentait le nombre de recrues pour l’armée de libération nationale vietnamienne.


Petraeus, vous êtes en train de suivre la doctrine d’Abrams. Entre le 5 et le 7 mars 2007 ont eu lieu des bombardements à grande échelle de quartiers sunnites, densément habités, des arrestations massives de chefs locaux suspects ont été accompagnées d’encerclements militaires de quartiers entiers, alors que les fouilles abusives maison par maison ont transformé Bagdad en un grand camp de concentration. Comme votre prédécesseur, le général Creighton Abrams, vous voulez détruire Bagdad pour la sauver. En fait votre politique consiste tout simplement à punir des civils et aggraver l’hostilité de la population de Bagdad. Pendant ce temps les insurgés se fondent dans la population locale ou dans les provinces avoisinantes de Al Anbar, Diyala et Salaheddine, Petraeus. Vous oubliez que bien que vous puissiez "tenir" un peuple otage avec des véhicules blindés, vous ne pouvez pas administrer le pays par les armes. L’échec du général Creighton Abrams n’était pas dû au manque de "volonté politique" de la part des USA comme il s’en était plaint, mais au fait que le "nettoyage" d’une région n’a qu’un effet temporaire. L’insurrection est fondée sur sa capacité à se fondre dans le peuple. Vous vous partez de présupposés de base faux : que le "peuple" et les "insurgés" sont deux groupes distincts et opposés, et que vos forces au sol et vos mercenaires iraquiens sont capables de reconnaître et d’exploiter cette divergence, "nettoyer" les insurgés et "tenir" le peuple. Quatre années d’invasion, d’occupation et de guerre impériale témoignent du contraire. Il a été démontré que - malgré plus de 140.000 soldats US, près de 200.000 mercenaires iraquiens et plus de 50.000 mercenaires étrangers, et après quatre années de guerre coloniale - l’insurrection a bénéficié d’un large et constant soutien de la population. La taux élevé de civils tués, par les Étatsuniens et leurs mercenaires, de civils par rapport à celui des insurgés, suggère que nos troupes n’ont pas été capables de faire la différence entre civils et insurgés (ou alors qu’ils ne tenaient pas à la faire). L’insurrection bénéficie de liens de soutien avec des membres de familles étendues, des amis proches, des voisins, des chefs religieux, des nationalistes et des patriotes. Ces liens au premier, second et troisième degré, attachent l’insurrection à la population. Il n’est pas de même pour les militaires étatsuniens et leurs politiciens fantoches.


Général, vous avez déjà reconnu après un mois de commandement que votre plan "de protéger et de sécuriser la population civile" est en train d’échouer. Alors que vous inondez les rues de Bagdad avec vos véhicules blindés, et vous reconnaissez que les "forces anti-gouvernementales se regroupent au Nord de la capitale". Vous êtes condamné à jouer ce que le Général de division Robert Gaid appelait, si peu poétiquement, "taper la taupe: Les insurgés seront éliminés à un endroit pour reparaître à un autre".


Ce serait présomptueux, Général, de croire que la population ignore que les "forces spéciales" de l’occupation, avec lesquelles vous êtes intimement lié, sont responsables en grande partie du conflit ethnico-religieux. Le journaliste d’investigation Max Fuller dans son examen détaillé des documents souligne que la vaste majorité des atrocités …attribuées à des milices "racaille" chiites ou sunnites "étaient en fait l’œuvre de commandos des ‘forces spéciales’ contrôlés par le gouvernement; entraînées et ‘conseillées’ par des Étatsuniens et commandés en grande partie par des anciens agents de la CIA" (Chris Floyd Ulster sur Euphrate. La guerre sale anglo-usaméricaine www.truthout.org/docs.2006/021307J.sthml). Votre tentative de jouer au jeu du "bon flic/méchant flic" pour "diviser et régner" a mal tourné. Elle est voué à l’échec.


Vous avez reconnu le contexte politique plus large de la guerre! "Il n’y a pas de solution militaire à un problème tel que l’Iraq, tel que l’insurrection…. En Iraq l’action militaire est nécessaire pour améliorer la sécurité… mais c’est insuffisant. Il faudrait aussi qu’il y ait un aspect politique" (BBC 8/3/2007). Pourtant "l’aspect politique clé" - comme vous dites – est la réduction, et non pas l’augmentation des troupes étatsuniennes , l’arrêt des attaques interminables contre les quartiers civils, la mise à terme des opérations spéciales et des assassinats qui visent à fomenter des conflits ethnico-religieux, et par-dessus tout un calendrier de retrait des forces étatsuniennes  et de démantèlement de la chaîne de bases militaires étatsuniennes . Général Petraeus, vous ne voulez pas ou vous n’êtes pas en position de mettre en oeuvre ou de configurer un contexte politique approprié pour mettre fin à ce conflit. Votre référence à la "nécessité d’engager des pourparlers avec quelques groupes d’insurgés" soit ne sera pas entendue, soit elle sera considérée comme la continuation des tactiques de diviser pour régner (ou celle du "salami"), qui jusqu’à présent n’ont attiré aucun secteur de l’insurrection. Contrairement à vos impeccables états de service contre-insurrectionnels de Princeton/West Point, vous êtes surtout un tacticien, sage quand il s’agit de technique, mais médiocre quand il s’agit d’affronter un cadre politique de "décolonisation", dans lequel vos tactiques pourraient marcher.


Commandant Petraeus, vous avez été vif à saisir la difficulté de votre mission coloniale. Juste un mois après avoir pris le commandement vous vous êtes engagé dans les mêmes sophismes et discours à double sens que n’importe quel colonel «  de brousse ». Pour maintenir le flux de fonds et de troupes de Washington, vous parlez de "réduction des tueries et du mécontentement à Bagdad", omettant subtilement l’augmentation des victimes civiles et usaméricainbes ailleurs. Vous avez parlé de quelques "signes encourageants" et admis aussi qu’il était "trop tôt pour entrevoir des tendances significatives"!


Vous vous êtes déjà donné une mission à calendrier illimité en prolongeant la durée de vos opérations de sécurité à Bagdad de quelques jours à des semaines et à des "mois" (et plus encore?) N’est-ce pas là un manière curieuse de préparer les politiciens étatsuniens à une guerre prolongée – avec peu de résultats significatifs? Il n’y a pas de mal qu’un guerrier philosophe couvre son derrière en anticipation d’un échec.


Général, je suis sûr qu’en tant qu’ intellectuel militaire vous avez lu 1984 de George Orwell, parce que vous parlez couramment le double langage. Dans le même souffle vous dites qu’il n’y a « pas de nécessité immédiate de demander que d’avantage de troupes soient déployées en Iraq" (autres que les 21.500 déjà en route), et vous demandez 2.200 policiers militaire supplémentaires pour se charger, à Bagdad, de la prochaine incarcération massive de suspects civils.


Dans le "franc parler" concernant le nombre de troupes dans le temps présent pour votre guerre, vous préparez les conditions pour une escalade dans le futur proche. "Pour l’instant nous ne voyons pas la nécessité d’autres troupes. Mais cela ne veut pas dire qu’une tâche ou une mission émergente [souligné par l’auteur], n’en nécessiterait pas, et si c’est le cas, nous les demanderons"(Al Jazeera, 8.3.2007). Tout d’abord il y a un déferlement de troupes puis il y a une "mission émergeante" et avant de se rendre compte, il y a un autre lot de 50.000 soldats qui arrivent sur le sol alimenter ce hachoir à chair qu’est l’Iraq.


Oui général, vous êtes un fin maître en "double langage" - mais au-delà de ça, vous êtes, avec vos collègues de la Maison Blanche et le Congrès, voués à suivre le chemin de la défaite comme vos prédécesseurs en Indochine. Votre police militaire emprisonnera des milliers de civils, ou même d’avantage. Ils seront interrogés, torturés et peut-être que certains seront "cassés". Mais beaucoup d’autres prendront leur place. Votre politique de sécurité par l’intimidation "tiendra" tant que vos véhicules blindés dans chaque quartier pointeront leurs canons sur chaque bâtiment. Mais combien de temps pourriez-vous rester dans cette situation? Aussitôt que vous serez parti, les insurgés reviendront , ils peuvent continuer pendant des mois et des années parce que c’est là qu’ ils vivent et travaillent. Pas vous. Vous dirigez une armée coloniale coûteuse, qui subit des pertes sans fin. Tôt ou tard, les gens de chez nous vous forceront à partir.


Vos ambitions, général Petraeus, dépassent vos compétences. Il vaut mieux commencer à préparer vos adieux aux armes et espérer une promotion à Washington. Rappelez-vous vos chances sont maigres. Il n’y a que des généreux vainqueurs ou ceux qui ont resquillé leur service militaire qui peuvent être élus à la présidence. Mais y a toujours un professorat à l’École Kennedy de l’Université de Harvard pour un "intellectuel guerrier", qui est bon dans les livres, mais un désastre sur le terrain.




James Petras est l’auteur et éditeur de 67 livres en 31 langues. Son dernier ouvrage est The Power of Israel in the United States (Clarity Press). Ses écrits peuvent être consultés sur www.petras.lahaine.org


Traduit de l’anglais par Alexandre Moumbaris et révisé par Fausto Giudice, membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft pour tout usage non-commercial : elle est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner sources et auteurs.
URL de cet article : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=2230&lg=fr



Vendredi 16 Mars 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires