Croyances et société

Le Cœur Humain et l’Implantation



ZEINAB ABDELAZIZ
Lundi 8 Septembre 2014

Le Cœur Humain et l’Implantation
Le Cœur Humain et l’Implantation
Zeinab Abdelaziz


Le 18 décembre 2013 eut lieu la première implantation d’un cœur artificiel à l’hôpital Georges-Pompidou, sur un homme de 76 ans en fin de vie : Claude Dany, s’est éteint 74 jours après l’implantation pour des raisons qui restent à éclaircir, bien que le père de cet engin technologique, Pr. Alain Carpentier, ait attribué le décès à « un court-circuit », qui a entraîné l’arrêt du cœur. Alors que Piet Jansen, scientiste chez Carmat, dit : « le court-circuit est une hypothèse, mais ce n’est pas la seule »…

Huit mois après l’implantation du premier cœur artificiel, la société Carmat a procédé, dans le plus grand secret, à une seconde greffe, au Centre hospitalier de Nantes. L’opération a été annoncée le jeudi 4 septembre 2014 dans la presse, mais fut réalisée trois semaines plus tôt. Ce qui soulève quelques curieuses interrogations…

Ce petit « bijou scientifique », comme disent les média, qui pèse presque 900 grammes de technologie ultra moderne, s’adaptera-t-il aux changements physiologiques et émotionnels du corps humain ?! C’est là que réside le vrai problème.

Par contre, bien qu’ils ne soient qu’aux premiers pas, les responsables pensent déjà à l’investissement et à la commercialisation, en communauté européenne, de cette spectaculaire percée médicale. La Société Carmat, créée en 2008, pèse 515 millions d’euros en Bourse, et ne compte que 42 personnes. Autrement dit, cela semble plutôt une certaine osmose entre la Science, la Finance, et autre chose…

Le Cœur et la Science :
Du point du vue scientifique et des recherches récentes, le cœur humain rythme l’ensemble de nos pulsations. Il génère le plus fort champ magnétique dans le corps, soit près de 5000 fois plus intense que celui émis par le cerveau. Ce champ se présente sous forme d’un anneau s’étendant au-delà du corps physique, et a été mesuré à des distances variant entre deux et trois mètres du corps physique, et peut s’étendre à plusieurs kilomètres de notre enveloppe corporelle. Le champ magnétique du cœur réagit à la qualité des émotions que l’être humain suscite. Les émotions positives accentuent l’équilibre hormonal et la stabilité du rythme cardiaque. Il est aussi établi que le cœur réagit aux situations qui se présentent avec plus de rapidité que le cerveau.

D’autres études ont démontré que les émotions négatives peuvent influencer jusqu’à 1400 processus dans le corps et aboutir à un déséquilibre hormonal, à l’arythmie cardiaque et à la confusion mentale. Bien plus, certaines couches de l’atmosphère terrestre, de même que la terre, génèrent un ensemble de fréquences, variant entre 0,1 et 300 hertz, dont certaines coïncident avec celles qui sont engendrées par le cœur lorsqu’il communique avec le cerveau. Une sorte de relation holistique entre le cœur humain, le magnétisme terrestre, et l’Univers.

Ce qui mène à dire que le cœur n’est pas seulement une pompe à faire circuler le sang mais il est effectivement lié avec la Création du corps, de l’âme, de l’esprit et du Cosmos dans son ensemble. En émettant à la fois des messages neuronaux, biochimiques, biophysiques et électromagnétiques, le cœur a une influence profonde sur nos processus physiologiques, mentaux et émotionnels. Il semble être lui le vrai maître, et le cerveau n'est que le réalisateur qui fait fonctionner le corps.

Le Cœur d’après les civilisations :
Toutes les civilisations traditionnelles localisent l’intelligence et l’intuition dans le cœur. Dans la religion de l'Egypte ancienne, le cœur joue un rôle essentiel dans la pesée de l'âme, la pesée des actes commis par le défunt. Ptah, le dieu créateur, en créant le monde, a pensé l'univers avec son cœur avant de le matérialiser par la force du verbe créateur.

Dans la vie spirituelle musulmane, le cœur du croyant est le Trône de la Miséricorde, Cœur des cœurs et Esprit des esprits. Le cœur pense, décide, prévoit... Il est l'organe de la contemplation, une oscillation régulatrice de la conscience, ainsi que symbole de la présence divine et la conscience de cette présence. Il est représenté comme étant constitué d'enveloppes successives. Certains mystiques distinguent sept couleurs, visibles dans l'extase. Dans la passion d'Al-Halladj, au-dedans de la Nefs, l'âme charnelle, le Sirr (Secret), lieu caché du cœur, constitue la personnalité latente, conscience implicite, subconscient profond, cellule secrète murée à toute créature. Ce cœur, ce Qalb, se distingue à peine de l'esprit (Ruh). Pour Tirmidhi, le Qalb désigne l'organe régulateur de la pensée et le viscère de la chair.

Si physiquement le cœur correspond à la notion du centre, le centre vital de l'être humain, il est aussi considéré comme le symbole des fonctions des sentiments, de l'intelligence et de l'intuition intellectuelle, la lumière de l'esprit, de la révélation, le centre de la vie et de la volonté. Des fonctions qui sont loin de la mécanique métallique.

Le Cœur Humain d’après le Qur’ān :
Avant d’aborder le sens ou la fonction du cœur humain d’après le Qur’ān, signalons que le cœur y est mentionné 132 fois, alors que le cerveau en tant qu’organe, n’est point cité nommément mais à travers son fonctionnement : penser, méditer, raisonner, etc. ce qui veut dire que l’organe en soi, le cerveau, n’a de valeur que grâce à son activité. C’est pourquoi il est dit en Islam que les arriérés mentaux n’ont aucune obligation cultuelle.

Citer les 132 Versets concernant les états d’âme du cœur, dans le Qur’ān, dépasserait de loin l’étendue d’un modeste article, c’est pourquoi ne serons relevés que quelques états d’âme à travers lesquels passe le cœur humain, à titre d’exemples :

Le cœur peut être pécheur ; préméditer le mal ; être inconstant ; endurcis. Il connait l’inconstance comme celle du regard. Il peut être exposé à la tentation ; peut avoir une déviance ; être épais ; ne rien comprendre. Des situations peuvent le rendre serré de devoir combattre ; il peut être angoissé ; oppressé comme si on le hissait vers le ciel ; éprouver une gêne ; se resserrer ; se crisper. Il peut souffrir de l’épouvante ; devenir vide de frayeur ; palpiter d’émotion ; avoir du doute ; être brutal ; rude ; aveugle ou béant. Le cœur peut avoir une malveillance ; être distrait ; inattentif ; avoir de la rancune ; de la rage ; être hypocrite ; orgueilleux ; tyrannique. Il y a des cœurs qui rusent ; qui sont double-faces ; mécréants ; impures ; avares ; menteurs ; qui controuvent ; qui dévient ; qui sont épais ou qui sont scellé.

Par contre, l’épanouissement du cœur ; sa piété ; sa modestie ; s’étendent sur plusieurs Versets. Le cœur peut être humble ; confus ; il médite ; il raisonne. Il peut être pur ; tranquille ; raffermi ; avoir de la quiétude ; être purifié par l’épreuve ; être unis ; avoir de la compassion et de la miséricorde. Le cœur est stable dans la foi ; il préserve le Livre.

D’après tous ces Versets du Qur’ān, et bien avant la Science moderne, Allah Révélait à l’être humain l’importance du grand opérateur émotionnel qui se trouve dans sa cage thoracique, et lui Précisait en même temps que : « Nous serons jugés pour ce que nos cœurs ont acquis, ce que nos cœurs ont prémédités ».

Le vrai problème :
Le vrai problème qu’affrontent les hommes de sciences, non seulement dans le domaine de la médecine, mais dans tous les domaines où ils se trouvent avoir affaire à un domaine qui frise, d’une façon ou d’une autre, le domaine de la Création. Vrai problème, certes, puisque l’homme est toujours tenté par l’émulation, par le dépassement d’autrui, refusant de s’arrêter à ses propre limites ou de respecter ces limites. Essayer de frôler ou de patauger dans le domaine où seul le Seigneur des Univers à droit de Cité ne sera jamais permis.
Un appareil mécanique, métallique, quel que soit le degré de sa sophistication, ne saura jamais remplacer un organe qui régularise le comportement physique et moral de l’être humain, un organe qui dépend directement du Créateur, puisqu’il est effectivement lié avec la Création du corps, de l’âme, de l’esprit et du Cosmos dans son ensemble.

Que les hommes de sciences consacrent donc leurs travaux de recherches à tout ce qui peut améliorer la vie de l’être humain, à le soigner, à lui rendre ce séjour terrestre un peu plus supportable ou plus agréable, et qu’ils laissent la Création au CRÉATEUR !

Le 8 septembre 2014


Lundi 8 Septembre 2014


Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires