Néolibéralisme et conséquences

Le Capitalisme Est Malade, Qu'Il Crève ! La Vie Est Belle Après Le Capitalisme


Le socialisme, le communisme, la révolution sont tout à fait d'actualité, à réactiver d'urgence, sans tenir compte des aboiements et ricanements des capitalistes paniqués qui les agitent comme des épouvantails pour effrayer et faire taire tout esprit contestataire, pour étouffer dans l'oeuf toute initiative plaçant la satisfaction des besoins de l'homme et la préservation de la planète au centre d'un nouveau système socio économique.


Jeudi 16 Octobre 2008

 Le Capitalisme Est Malade, Qu'Il Crève ! La Vie Est Belle Après Le Capitalisme
Outre Atlantique des millions de gens sont entrain de perdre leurs maisons, d'autres leurs économies pour leur retraite, bientôt suivis par ceux qui vont perdre leurs emplois, et là tout le monde est concerné, ici et partout. Dans le Tiers Monde les prix des denrées alimentaires de base ont subi des hausses vertigineuses ces derniers mois, exposant de plus en plus de personnes à la famine.

Tandis que des millions sont touchés par ce Tsunami capitaliste financier, quel est le principal souci des dirigeants au sommet de la pyramide économique et politique ?

C'est la protection du système financier basé sur un système global d'exploitation. C'est le sauvetage à coût de mille milliards - puisés dans les caisses des états remplies par l'argent des contribuables - des bénéficaires de ce système, ces profiteurs magouilleurs et leurs hommes de paille politiques, qui cherchent par tous les moyens à sauver leurs mises.

Ce dont il s'agit actuellement, ce n'est pas d'un "socialisme pour les riches" encore moins bien sûr du sauvetage des peuples. Ce qui est activé c'est un capitalisme d'état d'urgence pour la classe capitaliste: injection de fonds des états, garanties apportées par ces derniers, nationalisations, rachats de dettes, baisses des taux d'intérêt, liquidations sélectives, réorganisations des régulations.

Et pour les autres, les exploités, surexploités, c'est un capitalisme encore plus brutal ; plan d'austérité, encore plus d'exploitaition à l'échelle internationale, et encore plus de misère pour les peuples partout dans le monde.

Le point de vue officiel répandu par des médias propagandistes serviteurs de cette classe capitaliste, c'est qu'à l'origine de la crise on trouve des malversations, des erreurs de fonctionnement, un manque de contrôle et que tout ceci peut être corrigé : " trop d'avidité", "responsabilité de Wall Street", "régulations non appliquées", ou encore "régulations non adaptées".

En fait, la vérité c'est que cette crise a des causes profondes structurelles qu'on trouve dans la nature même du système capitaliste - la recherche du profit à tout prix, et non pas la satisfaction des besoins humains, et l'activtié anarchique du capitalisme à l'échelle mondiale.

On a vu comment les moyens utilisés par le capitalisme pour s'étendre et "innover" a provoqué une "destruction créative" : des mille milliards de biens en actifs détruits dans le chaos des marchés. Cependant, utilisant ces convulsions financières prévisibles, peut être même sciemment provoquées, les capitalistes veulent encore plus de libre marché, encore plus de consolidations, encore plus de concentrations et encore plus de monopolisations. Les charognards se dévorent entre eux, les profiteurs veulent encore plus de profit pour encore moins de profiteurs. La bataille des élites au sommet fait rage, la compétition féroce, tous les coups sont permis, pas de quartier et certainement aucun pour "ceux d'en bas", ces "dommages collatéraux" de l'économie de marché . Des banques croquent des banques, des banques font faillite. Moins de banques, mais plus de profit pour celles qui auront survécu à cette "destruction créative".

Les discutions vont bon train pour essayer de répondre à la question "traumatisante" :" est ce la fin du capitalisme américain", dans les forums, dans les médias, entre politiciens bourgeois et "experts" économiques. Mais la réponse faite en coeur est toujours la même : le système n'est peut être pas parfait, mais il n'y a pas d'alternative, seulement des variations et graduations du capitalisme.

Le capitalisme est malade, qu'il crève.

Il y a une autre façon d'organiser le système économique en plaçant l'homme et la satisfaction de ses besoins au centre, tout en préservant la planète. Il est possible de prendre en main les ressources productives de la société de les développer et les déployer de manière rationnelle, planifiée. Il est possible d'établir un pouvoir d'état radicalement différent et de créer une société et des institutions qui donnent aux gens la possibilité de développer leur créativité, de promouvoir initiatives et solutions multiples, plutôt qu'esprit unique et carcan exploiteur capitaliste.

La question du socialisme, du communisme, de la révolution est tout à fait d'actualité... et à réactiver d'urgence.

Soyons clair : la révolution ce n'est pas un mot attrape tout, encore moins sa version réduite violente, nihiliste, agitée comme un épouvantail par les capitalistes paniqués. La révolution a une définition précise :

concrètement, c'est le peuple qui se débarrasse du système, confisque à la vieille classe dirigeante le pouvoir politique économique et militaire, crée un nouveau pouvoir innovant avec de nouveaux objectifs en se donnant les moyens de les réaliser.

Cette crise est certainement très sérieuse, grave même, mais le système ne s'effondrera pas de lui-même automatiquement, sous le propre poids de ses vices et du chaos qu'il engendre. Sans révolution rouge - les révolutions colorées sont à la mode, mais cette fois ci qu'elle soit faite pour le peuple et par le peuple - le capitalisme se remettra de cette crise et en profitera pour se raffermir à un coût social inimaginable, jamais atteint jusqu'à présent.

Quelque soit les souffrances engendrées par cette crise, cela ne va pas se traduire spontanément et automatiquement par une prise de conscience et un sentiment passant du progressif, au radical et puis au révolutionnaire. D'autres forces sont déjà à l'oeuvre travaillant dans le champ de l'idéologique et du politique : des forces populistes ( "la faute aux étrangers") ou religieux fascistes. On sait ou tout cela mène.

Le système capitaliste révèle actuellement sa véritable nature, l'étale au grand jour, sur tous les écrans de TV. La situation est très tendue et peut évoluer trés rapidement. il faut s'activer, saisir l'importance historique de la situation. Il est urgent de transmettre des explications simples permettant une compréhension par tous de ce qui se passe réellement, et apporter une vision claire, libératrice, en répondant courageusement à des défis politiques et idéologiques auxquelles pourront adhérer, dans le cadre d'une véritable union nationale (s'élargissant vers une solidarité internationale), tous ceux qui ont soif de changement, d'un vrai changement, et certainement pas ce faux changement proposé par le pouvoir capitaliste en place de droite-gauche.

Oui, il y a une belle vie après le capitalisme.

http://www.planetenonviolence.org/ http://www.planetenonviolence.org/



Jeudi 16 Octobre 2008


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires