Sciences et croyances

Le Big Bang, une version judéo-chrétienne de la genèse de l'Univers



Jean-Jack Micalef
Mercredi 11 Novembre 2009

Le Big Bang, une version judéo-chrétienne de la genèse de l'Univers
L’idée d’un point de départ de l’histoire du cosmos est une pure hypothèse métaphysique: pourquoi date-il de 13 milliards d'années seulement ? Qu'est-ce qui autorise à dire que ce cosmos est daté et non pas éternel, qu'il y a eu Création en un temps t comme coupure sur la linéarité du temps éternel ? S’il y a début de l’Univers, rien ne dit qu’il n’y a pas eu auparavant une infinité d’univers créés.

Les fondements scientifiques de la théorie du big-bang reposent sur 3 mesures de phénomènes conjugués qui peuvent pour chacun d'eux être attribué à d'autres causes dans le cadre d'une nouvelle théorie:

1) Il n'est pas sûr que le décalage spectral cosmologique manifeste le mouvement de fuite des galaxies et l'expansion de l'univers.

2) Il n'est pas sûr que le rayonnement fossile puisse être attribué à l'explosion originelle.

3) Il n'est pas sûr que la proportion des éléments mesurée aujourd'hui aient été créés en totalité  lors du big bang

La théorie du big-bang conduit à des impasses :

*Des galaxies de plus en plus lointaines vont être découvertes qui ne cesseront de faire reculer l’âge de l’Univers. Ces galaxies vont avoir des vitesses de fuite dépassant celle de la lumière.

*Des galaxies et amas de galaxies de plus en plus froides, noires, vont être découvertes qui ne cesseront de faire reculer l’âge de l’univers.

*L'expansion de l'espace/matière suppose nécessairement un bord, une limite, au delà de laquelle il ne se trouve plus d'espace. Les artifices mathématiques d'un univers sphérique (si on fait le tour de l'univers on revient à son point de départ) ne sauraient dissimuler ce vice rédhibitoire. Qu'en est-il de l'espace situé au delà de l'atome de matière le plus extrême ? (étant entendu qu'au-delà de la dernière des galaxies, il n'y plus ni espace, ni matière)

*L’idée d’une singularité initiale et de la concentration infinie de l’espace-temps-matière consécutive à l’application de la métrique relativiste est une simple construction de l’esprit qui ne peut trouver aucune traduction dans le réel:
   -
l’espace en tant qu’être physique, doit avoir quelque réalité effective et des propriétés spécifiques pour pouvoir aussi bien se dilater que se contracter (il doit exister comme phénomène !) L'espace n'est pas comme le pense la relativité le simple  lieu du positionnement et de la mesure de la distance entre les corps et qui ne peut être en l'absence de matière.
   - la matière/rayonnement doit se concentrer selon une densité infinie, ce qui est une impossibilité physique radicale.

Le recours à une construction- et à des fondements - essentiellement mathématiques permet de dissimuler les questionnements suivants:

* Comment l’espace peut-il créer lui-même son propre lieu ? (étant entendu que la théorie de l'espace-temps vide l'espace de toute réalité physique !)

 *Un espace en expansion, sur quoi s'étend-t-il ?
(étant entendu que l'espace relativiste s'arrète là ou cesse de se placer la matière !)

* Quelle est la procédure par laquelle la matière passe de l’inexistant à l’existant? (pourquoi les matière/espace/temps infiniment concentrés depuis l'éternité d'avant le temps se décident-ils à exploser subitement et à s'étendre il y a 13 millairds d'années ?)

* De quel néant a surgit la boule de feu initiale : comment un objet physique ? peut-il surgir d’un non être ?

ex nihilo nihil fit

 * Qu'est devenue l'anti-matière créée en même temps que la matière lors du big bang (les particules surgissent obligatoirement par paires)

* Comment une quantité infinie de matière peut-elle se trouver infiniment concentrée ce qui suppose à la suite un temps infini d’expansion ?
Dans l’ hypothèse choisie par la théorie d’une quantité finie de matière à l’origine, qu’est-ce qui permet de supposer cette finitude de l’univers
?
* Pourquoi un seul atome lourd (carbone par exemple)n'a-t-il pu être créé lors du big-bang alors que les températures étaient suffisantes ?

* S’il y a début d’univers, il doit y avoir une fin : le big-bang suppose le big crunch et une nouvelle concentration de l’espace-temps-matière. Si l’on suppose un univers infini, cela implique un temps infini. Qu’est-ce qui autorise alors le choix implicite d’un univers fini dans la théorie du big-bang ?

Conclusion

La théorie du big-bang est un anthropomorphisme qui suppose une naissance, un point d’origine, dans un domaine – le statut de l’univers – qui échappe aux catégories humaines du cycle mort/renaissance.
L’idée d’un univers incréé est insupportable pour des esprits structurés par la métaphysique judéo-chrétienne (on le préfère daté).
L’idée d’un univers infini est insupportable pour des esprits structurés par les concepts de but, de finalité, de limite (on le préfère sphérique).
Le recours à des artifices mathématiques est destiné à rassurer le conformisme de la pensée occidentale par la construction d’ un modèle d’univers acceptable par la raison scientifique, qui échapperait ainsi aux questions philosophiques ainsi exclues, par la théorie du big-bang, du domaine étroit et délimité de la science.

Une théorie mathématique aussi belle et cohérente soit-elle, ne peut forcer le réel à exister tel qu’elle le prévoit au risque de conduire, pour sauver sa logique interne, à des concepts physiques totalement inacceptables en raison car n’ayant aucune espèce de traduction possible en termes d’objets physiques concevables.

La théorie du big-bang plonge ses racines dans la tradition judéo-chrétienne de la création ex nihilo du monde et du temps : le temps n'existant pas avant la création. Cette conception Augustinienne du temps surgissant avec le créé est intégralement reprise dans la singularité mathématique relativiste.

 

LA GENESE DES ETOILES : UN MODELE COMPLEXE, PROBLEMATIQUE ET CONTESTABLE.

 La cosmogénèse contemporaine complique à l’extrême le procédé de création de la matière et des étoiles.

En multipliant les étapes en distinguant :
* Le temps de création de la matière initiale (hydrogène, hélium) lors du big-bang.
* Le temps de fragmentation puis de condensation des nuages interstellaires
*Le temps et les modes de fabrication des éléments lourds (internes, par explosions de nova et accumulation/récupération dans les nuages interstellaires).

En multipliant les procédés de développement selon la masse des étoiles :
-Étoile naines qui ne peuvent fabriquer des éléments lourds
-Super géantes qui subissent le flash de l’hélium et explosent
-Naines brunes qui ne connaissent pas la fusion de l’hélium
-Planètes qui se constituent par agglomération de planétésimaux

En obligeant certains types d’étoiles à parcourir plusieurs fois la séquence principale:

Nuage froid → réchauffement (démarrage de la fusion de l’hélium ou du deutérium) →refroidissement (géante rouge) →réchauffement (explosion et/ou naine blanche) → refroidissement (matière noire)

En oubliant certains principes de base de la physique et de la thermodynamique :

*Un nuage interstellaire très froid ne peut se condenser sans l’intervention d’une force de compression extérieure (d’où le recours à la création ad hoc des ondes de densités qui n’ont pu jouer lors de la création des premières étoiles)
*La tendance d’un nuage interstellaire est à la dispersion sous l’effet des forces répulsives EM.
*La tendance d’un gaz qui se réchauffe est à l’augmentation en volume sous les effets conjugués de l’agitation des atomes et de la répulsion électrostatique.
*Une masse de gaz se comprimant tend à accroître sa vitesse de rotation et à disperser ses constituants.

En inventant des concepts fantaisistes :

*Une étoile à neutrons ne peut exister puisque un neutron est une particule éphémère en voie de décomposition rapide et ne saurait se condenser à l’instar des bosons pour atteindre les densités imaginées pour ce type d’étoiles (un neutron reste un fermion et ne saurait avoir les propriétés de bosons !)
*Un trou noir ne saurait avoir les densités énormes exigées pour interdire l’émission de photons : il existe une limite à la densité de la matière à partir de laquelle il y a changement d’état.
*L’agrégation des planétésimaux pour la constitution des planètes est impossible à démontrer dynamiquement, suppose une grande part laissé au hasard et revient à dire que la fabrication des planètes résulte d’un entassement de cailloux.

En n’expliquant pas :

*Pourquoi les étoiles sont alignées très tôt sur le plan équatorial alors que la condensation des nuages supposerait plutôt une dispersion hasardeuse et sphérique autour de l’étoile principale.
*Pourquoi la grande majorité des étoiles se constituent par paires.
*Pourquoi il existe autant de matière noire (90% de la matière observée), quelle est sa nature et s’il s’agit d’astres refroidis, il faut alors considérablement rallonger l’âge de l’Univers.
 

Conclusion
La théorie de l’effondrement gravitationnel est complémentaire de celle du big-bang : il faut au préalable que la matière première constitutive des étoiles existe avant leur constitution. La cosmologie contemporaine refuse d’envisager une auto-constitution des étoiles par la création et la fabrication de tous ses éléments comme autant de mini big bang (en tous temps, de toute éternité).
Il n’y avait pas d’autre solution possible que de séparer le temps unique de création de toute la matière universelle de celui multiple des étoiles et d’imaginer une expansion de l’Univers pour donner un dynamisme au modèle.
En choisissant cette unique voie, la cosmologie contemporaine se condamne :
  -à la complexité
  -à multiplier les solutions ad hoc
  -à inventer des objets improbables
  -à interpréter de façon erronée les faits d’observation
   -à ne pas comprendre la véritable genèse et le fonctionnement de l’Univers.



Mercredi 11 Novembre 2009


Commentaires

1.Posté par obwana le 11/11/2009 18:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le bigbang n 'est qu une des nombreuses voies sans issue proposées par la science mécréaniste à l usage des ignorants impressionnés par les "titres" pompeux de "savants" de ceci ou "savant" de cela, en réalité ils sont tous des ignorants qui cherchent a entrainer les croyants dans leurs délires matérialistes, et en tete de gondole nous retrouvons le plus escroc du siecle dernier : ALBERT EINSTEIN

2.Posté par goc le 11/11/2009 20:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je pense que le big-bang est plausible a condition qu'on puisse l'intégrer non pas comme élément unique et fini mais comme une partie d'un cycle création-expansion, point d'équilibre, puis contraction et explosion. et ainsi de suite sans fin

j'imagine même qu'a chaque cycle, tout recommence de la même façon. Ce serait "rigolo" d'imaginer que dans des centaines de milliards d'années, un individu sera en train d'écrire un post sur alterinfo, tout comme un autre l'a fait il y a des centaines de milliards d'années.

Mais c'est vrai que ce genre de théorie ne peut se concevoir qu'a la seule condition que le dieu judeo-chrétien ne puisse exister.

3.Posté par choupye le 11/11/2009 22:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toute la vérité sur la création de l'univers et le devenir de l' humanité est révélée par le fils de l'homme annoncé pour la fin des temps.
Le livre de vie de l'agneau est disponible gratuitement en ligne : www.lelivredevie.com
Lire et vivre.

4.Posté par wejdy le 12/11/2009 00:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

30. Ceux qui ont mécru, n'ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte? Ensuite Nous les avons séparés et fait de l'eau toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas ?

31. Et Nous avons placé des montagnes fermes dans la terre, afin qu'elle ne s'ébranle pas en les [entraînant]. Et Nous y avons placé des défilés servant de chemins afin qu'ils se guident.

32. Et Nous avons fait du ciel un toit protégé. et cependant ils se détournent de ses merveilles.

33. Et c'est Lui qui a créé la nuit et le jour, le soleil et la lune, chacun voguant dans une orbite.

LE SAINT CORAN
Sourate 21. Les prophètes (Al-Anbiya)

5.Posté par superwassou le 14/11/2009 10:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Très très bon article!

Mes amis et moi serions tres heureux de voir developer cette vision, sinon marginale, méconnue par les "naïfs" que nous sommes.

Mon esprit scientifique (et non scientiste!) est particulièrement ouvert aux théories et autres raisonnements qui s'appuient sur des ARGUMENTS PERFECTIBLES plutôt que le vieux discours obscurantiste des " va voir dans la bible tout y est" ou "le coran l'avait bien dit".

Tout le monde sait que la bible le coran et bien d'autres livres avaient dit des évidences qui sont maintenant étouffées sous le poids de la propagande .....iste. (quand on sait pas on dit pas!)
mais la réflection PAR SOI MEME reste conseillée par tout les "saints livres" (pour moi Platon qui cite Socrate construit une oeuvre proche de la sainteté). alors pourquoi balancer pompeusement des sourates et versets qui ont une profondeur bien superieur au B.A ba du débat scientifique en oubliant tout les autres philosophes qui ont traiter le sujet?

Bref je suis heureux de voir que, malgré une forte propension de nos contemporains a se vautrer lassivement dans les draps de la "pureté" vaniteuse, Jean-Jack Micalef nous offre cette bouffée d'oxygène qui ramène un peu de lucidité à ceux qui le veulent bien.

6.Posté par Anita1945 le 14/11/2009 10:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

VOICI LE CERN à GENEVE : ils étudieront ce big-bang de l'Univers ? ? ? ? ?


http://www.youtube.com/watch?v=UWQlOM8hmuw

7.Posté par Alif le 14/11/2009 12:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Questions légitimes posées par l’article,nous aurions bien aimé que les physiciens
du système ou du CERN y répondent mais puisque il n y en a aucun,donc J.J.
Micalef a raison.

La physique a échoué dans sa quête à la découverte et la description du réel et au lieu de se réviser pour corriger les causes de cet impasse,il a commencé par inventer son réel en utilisant l’outil mathématique non comme représentation d’une réalité en signe mais en générateur de réalité ni sensible ni observable et démontrable par l’expérience,en un autre
terme: une réalité virtuelle.
Cet situation très embrassante et dont les physiciens du système évitent d’en
débattre en public,avait debuté par la théorie d’Einstein E=m c² qui décrit un phénomène
impossible à se réaliser dans la réalité puisque Einstein lui-même avait reconnu qu’aucun corps ne pourra atteindre la vitesse de la lumière dans la réalité,alors pourquoi théoriser un phénomène irréel. Sans parler aussi des notions comme l’infini,le temps et l’espace représentés en mathématique par des signes alors qu’on ne peut les concevoir ni les imaginer,donc à l'evidence on ne peut les representer .C’est le pouvoir et la magie des mathématiques ,à titre d’exemple,selon l’équation de E=m c²,la masse d’un mètre cube de vide est égale à celle de 10 à la puissance 54 de galaxies,quel délire.
Bref on est dans une physique de spéculation.




8.Posté par H@ST21 le 15/11/2009 12:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LE BIG BANG EST UNE PURE HYPOTHESE SCIENTIFIQUE, DONC HUMAINE, DONC DERISOIRE..

9.Posté par micalef le 16/11/2009 10:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A Superwassou

Merci infiniment pour vos propos élogieux, je vous cite :

Bref je suis heureux de voir que, malgré une forte propension de nos contemporains a se vautrer lascivement dans les draps de la "pureté" vaniteuse, Jean-Jack Micalef nous offre cette bouffée d'oxygène qui ramène un peu de lucidité à ceux qui le veulent bien.

Il faut se faire une raison, il existe vraiment 2 catégories d'humains : les conformistes et les aventureux, ceux qui demeurent et ceux qui fuient le confort. Sans doute notre histoire est constitutive de cette dialectique entre les forces sédentaires et ceux du mouvement. Il ne faut pas leur en vouloir puisque étant, ils ont sans aucun doute leur utilité: il serait presque anormal qu'une vérité nouvelle soit admise sans résistance.
Cordialement
JJM

10.Posté par Hibou57 le 18/11/2009 00:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pas très sérieux non-plus cet article. Rien que ça : « L'expansion de l'espace/matière suppose nécessairement un bord, une limite, au delà de laquelle il ne se trouve plus d'espace ». Et pourquoi devrait-il donc avoir un bord ? L'univers existe dans un espace qui s'étend et il n'existe pas en dehors de l'espace. La remarque faite par l'auteur met un espace dans un autre espace. Apparemment l'auteur de l'article n'est pas physicien et n'as pas compris que lors du big-bang il y a eu création de l'univers ET de l'espace (un espace qui s'étend toujours). C'est un écueil courant que de vouloir ramener la compréhension des choses à l'observable. Évidement, quand on observe quelque chose, nous le faisons depuis notre condition humaine, et les phénomène physique que nous observons depuis notre condition humaine, se trouve dans l'espace. Mais la création de l'univers et de l'espace, ne sont pas des phénomène comparable à ceux que l'on peut observer depuis notre condition humaine. Cela rejoins une remarque connue depuis les débuts de la mécanique quantique : la physique ne peut pas tout expliquer avec des images, et l'auteur explique les choses avec des images. Mais les images qu'il emploie ne sont pas applicables (et aucune ne l'est avec cette question précise). Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais il faut comprendre que la distance qui sépare deux point de l'espace, est une relation entre ces deux points. À cette relation est associée une valeur, qui est la distance. Pensons que l'univers un très grand ensemble de point : les valeurs, nommées distances, qui sont les relations entre ces points, peuvent bien augmenté sans qu'il ne soit nécessaire d'imaginer un ailleurs quelconque. Imaginez le tout représenter sous forme d'une matrice, triangulaire, augmenter les valeurs dans les cellules de cette matrice, et l'espace grandit ! Voilà, c'est tout. Pas besoin de bord, pas besoin d'extérieur (ça n'a même pas de sens).

11.Posté par Hibou57 le 18/11/2009 00:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Suite (j'ajoute un petit quelque chose)

Pour reprendre la compréhension de l'espace représenté par une matrice triangulaire exprimant la distance entre les élément de l'univers : il n'y a pas d'extérieur, parce qu'il n'y a que ce qui existe et ce qui n'existe pas. Dans cette matrice triangulaire, toute les distances sont représentées (pour mieux imaginer la chose, il est possible évidement d'imaginer une matrice avec seulement quelque points), et il n'y a rien qui puisse corresponde à un quelconque extérieur. Il y a simplement ce qui existe et ce qui n'existe pas. Pas d'extérieur, et pas d'intérieur non-plus, à moins que nous n'appelions intérieur, simplement ce qui existe.

12.Posté par micalef le 18/11/2009 08:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher Hibou 57

Je dois vous remercier pour votre critique qui m'a merveilleusement servie pour argumenter plus en détails. Vous trouverez la réponse sur mon blog :
http://positioncritiqueastrophysique.blogs.nouvelobs.com/

A partir duquel je pourrais vous inviter à débattre
Très cordialement
un non physicien
JJM

13.Posté par micalef le 18/11/2009 09:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A la réflexion, les lecteurs de ce site sont en droit de connaitre la réplique à votre critique :


Je dois féliciter l’auteur de cette critique d’avoir résumé en peu de mots tous les travers malheureux de la relativité et de la physique quantique. Deux thèses philosophiques, sinon dogmatiques, sont ici avancées :
1) L’espace n’est que la distance entre deux point, il n’existe pas « en tant que tel » et relève donc essentiellement d’une géométrie de type relativiste pour ce qui concerne son expansion.
2) Notre condition humaine limitée ne nous permet pas d’accéder à la compréhension et à la représentation « imagée » de certains phénomènes : c’est l’idée de la boite noire de la physique quantique.

1a) On se demande bien pourquoi mon interlocuteur utilise encore le concept d’espace puisque celui-ci est entièrement subsumable par celui de distance. L’espace, c’est CE qui est entre deux points, la distance, c’est la mesure de cet espace. Dés lors, il peut tout aussi bien dire : l’espace s’étend à mesure que les deux points s’éloignent que : la distance croît entre ces deux points. On explique ainsi l’expansion de l’univers qui n’est qu’un accroissement de la distance entre les galaxies. Mon interlocuteur a donc raison de dire qu’après la dernière galaxie, il n’y a plus rien, car on ne peut mesurer de distance entre cette dernière galaxie et le rien absolu qui s’étend ou plus exactement qui n’existe pas : l’espace cesse puisqu’on ne peut mesurer une quelconque distance. Ainsi, les habitants de la dernière planète de la dernière galaxie ont cette insigne chance d’être en face à face direct avec le total néant. Mais mon interlocuteur est de nature à les rassurer : dans sa matrice, il n’y a rien qui corresponde à un extérieur, celui-ci n’existe pas, ils n’ont pas à s’en préoccuper, qu’il vaquent simplement à leur affaires internes.

b) Si, toujours par le même glissement nous remplaçons l’espace par distance, nous apprenons que lors du big bang il y a création de la matière ET de la distance entre les corps. Nous ne pouvons mesurer en effet une distance que s’il existe des corps créés. Il s’agit là d’un truisme. Mais nous comprenons enfin pourquoi il n’y avait RIEN avant que ne surgisse la matière à partir de laquelle temps et espace pourront être mesurés.
Il n’y avait RIEN avant le big bang comme il n’y a plus RIEN après la dernière galaxie. Or il s’agit là d’hypothèses métaphysiques, l’installation d’une mathématique entre deux néants qui ne peuvent être prouvées mais seulement affirmée. Et nous donnons entièrement raison à notre interlocuteur lorsqu’il affirme que le néant n’a pas de sens, CQFD !
Dans cette conception relativiste l’espace est réduit à la mesure entre deux points et n’a donc aucune propriété, aucune « réalité ». On se demande bien alors pourquoi la physique quantique s’échine à y déceler des phénomènes mesurables ( particules virtuelles, effet Casimir etc).

2) Ce néant qui interdit à la pensée de penser nous le retrouvons dans cette fausse humilité scientifique qui consiste à affirmer que certains phénomènes sont hors de portée de la raison représentative pauvrement humaine, sauf à être appréhendés par la mathématique. Celle-ci vient suppléer une défaillance fondamentale de l’imaginaire : on ne peut décrire certains phénomènes, on ne peut savoir comment ils fonctionnent mais seulement les mesurer, les quantifier. Cette affirmation ouvre ainsi la porte à tous les excès comme on peut le constater dans les religions où on trouve une zone de mystère absolument incompréhensible. Aussi, hors l’expérimentation, la mathématique n’a pas à être justifiée, les phénomènes expliqués dans leur mécanique propre.

Que conclure ? Que le reproches qui nous sont adressés relèvent de l’idéologie et qu’au fond de cette scientificité affirmée, nous y trouvons des postulats philosophiques inavoués dont il serait utile de débattre.


14.Posté par Hibou57 le 18/11/2009 16:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Citation : « Ce néant qui interdit à la pensée de penser nous le retrouvons dans cette fausse humilité scientifique qui consiste à affirmer que certains phénomènes sont hors de portée de la raison représentative pauvrement humaine, sauf à être appréhendés par la mathématique. [...] Que conclure ? Que le reproches qui nous sont adressés relèvent de l’idéologie et qu’au fond de cette scientificité affirmée, nous y trouvons des postulats philosophiques inavoués dont il serait utile de débattre. »

Réponse : il n'y a pas d'idéologie à chercher, ce qui importe, c'est ce qui est.

Créer une théorie qui parlera plus facilement à notre expérience quotidienne du monde, serait populaire, mais n'irait nul part. Cette réalité n'existerait que dans les pensées mais ne serait jamais vérifiée et ne permettrait pas de comprendre.

Maintenant, si quelqu'un(e) a une autre théorie à proposer, qui explique les choses et peut être vérifiée, alors n'y a pas de raison de ne pas la faire connaitre. Mais elle devra expliquer les choses (sinon elle n'est pas intéressante), et être vérifiée (sinon elle n'est pas acceptable).

Et puis même si ce que dit la physique contemporaine ne peut pas se comprendre avec l'expérience quotidienne que l'on a du monde, elle reste compréhensible avec une chose qui est accessible à tout le monde : la logique (c'est ce que fait cette explication basée sur la distance entre deux point en tant que relation entre ces deux points, c'est une approche basée sur la logique).

15.Posté par micalef le 18/11/2009 17:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je pense, cher ami, que nos conceptions philosophiques de la physique sont tellement éloignées, qu'il m'apparait difficile d'en débattre avec profit. Je possède un avantage sur vous, c'est que je sais parfaitement d'où vous parlez puisque vos arguments sont issus de la physique traditionnelle que nous trouvons partout exposés. Vous ne savez pas par contre quelles sont mes positions et le contenu d'une nouvelle physique que je défends. Vous n'en pouvez donc avoir que des a priori infondés. Je vous invite donc à prendre connaissance de mes travaux qui ce trouvent exposés sur mon site et de mes critiques contenues dans mon blog.
J'apprécie cependant que vous usiez d'un ton sage et non polémique, ce qui n'est pas habituel quand j'ai l'occasion de débattre avec certains opposants radicaux et défenseurs dogmatiques de la science actuelle.
Bien à vous
JJM

16.Posté par dedieu le 20/11/2009 13:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

allez sur ce site http://www.thunderbolts.info/home.htm , ces scientists ont une autre explication sur la creation de l'univers : l'univers electrique. Regardez la video : thunderbolts of gods. les religions se ramassent une super claque.
Ce site http://www.holoscience.com/news.php?article=cc6y424y donne une autre explication pour la destruction de la navette spatiale Columbia : Detruite par un mega eclair!
Une photo a ete prise par un amateur puis confisque par les autorites de la NASA.
Je ne serais pas surpris que l'airbus du vol Rio- Paris ait ete detruit par un mega eclair, j'ai lu un temoignage sur le web d'une personne qui avait vu un enorme eclair le soir de l'accident.
Un autre site qui explique beaucoup de choses http://illuminati-project.kazeo.com/

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires