Société

Langues étrangères d’apprentissage : idéologie politique contre pédagogie.


Un débat houleux déchire la société marocaine, ces derniers jour après que le Ministère de l’Éducation Nationale a déposé une loi au Parlement marocain qui vise à généraliser l’enseignement des matières scientifiques en langue française à tout le secteur de l’Éducation.


Professeur Marocain
Lundi 8 Avril 2019

Langues étrangères d’apprentissage : idéologie politique contre pédagogie.
Qu’ils appartiennent à l’opposition ou même à la majorité gouvernementale, certains députés crient à la trahison et au danger qui menacent notre identité nationale. Ils insistent sur le fait que la langue Arabe est suffisamment riche et adéquate pour enseigner les matières scientifiques à nos petits chérubins.
Par contre, Saaïd Amzazi, ministre de l’Éducation Nationale, explique que la dite-loi vise à réduire la déperdition scolaire chez les élèves marocains surtout en première année universitaire car le changement du media utilisé dans l’apprentissage des matières scientifiques, de l’arabe au français, chamboule les apprenants et pousse certains à abandonner leur scolarité en cours de route.
Les détracteurs de ce controversé projet de loi dénoncent une manœuvre malhonnête qui sert l’agenda des pro-colonialistes qui veulent aliéner les marocains surtout en francisant leur progéniture et ils proposent comme solution, pour améliorer l’enseignement publique, le recours à la traduction.
Pour que la traduction soit efficace, il faut l’utiliser afin d’être-à-jour des dernières découvertes en matière de recherches scientifiques et technologiques, les décortiquer, se les approprier et constituer une base de donnée qui servira de point de départ pour une production scientifique marocaine en langue arabe et cela ne se fera que dans des instituts et laboratoires spécialisées.
En parallèle de la traduction, il faut encourager et financer convenablement la recherche scientifique et l’innovation créatrice. Une riche production technologique Made in Morocco, connectera la langue Arabe à tous les secteurs de l’économie et l’imposera, avec ses brevets tant que ses manuels industriels, comme langue internationale de science et de commerce.
Admettons que nous continuerons à enseigner les sciences en langue Arabe avec cette stérile traduction qui coûte énormément en temps, fatigue pour les élèves et moyens financiers pour la formation et le recrutement d’enseignants traducteurs. Quand ces étudiants accéderont au marché de l’emploi comment s’en sortiront ils dans un environnement professionnel dont le management, hardware et software sont importés et gérés par la langue de l’exportateur ?
Il n’a jamais été question de telle, ou telle, langue pour enseigner les sciences, il s’agit tout simplement d’un combat de coqs entre politiciens qui se battent pour se maintenir dans la sphère des puissants et bien se positionner sur l’échiquier politique en vue des prochaines élections. Il s’agit, également, d’un manque d’une réelle volonté politique pour trouver une solution salvatrice pour notre Éducation Nationale gangrénée par une panoplie de dysfonctionnements.
Ne soyez pas surpris si vous découvrez que les propres enfants de ces ténors -qui crient à l’hérésie - ne savent même pas un mot de l’arabe classique. Notre élite marocaine veut transmettre l’héritage d’une vie privilégiée, exclusivement, pour leur progéniture polyglotte et surdiplômée pour qu’elle soit la caste dominante de demain, patronne du commun des marocains. Ces marocains dont les enfants resteront prisonniers d’un monde bédouin dans lequel Khalîl Ibn Ahmad Al Farâhîdî a enfermé la langue arabe. Ces enfants qui seront, toujours, victimes d’un système éducatif vicieux qui ne mène que vers des besognes mal payées ou la criminalité bien châtiée.

Professeur Marocain


Lundi 8 Avril 2019


Commentaires

1.Posté par YYY le 08/04/2019 06:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils se trahissent eux même, ils ne s'en rendent même pas compte !
Yewesh !?
Émir El Hachiche ! Il vend son peuple !
Le français est la langue des sciences c'est nouveau.
Les Chinois, les Russes, les Américains parlent en Français ???
On voit la France Jaune, ils ont a étudier en français moderne !

2.Posté par YYY le 08/04/2019 07:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ash Shu'ara / les Poètes S26 A181 A220
https://archive.org/details/Mohammad_Seddik_Al-Minchaoui_uP_bY_mUSLEm/0586-181-220_up_by_muslem.mp3

3.Posté par enphal le 09/04/2019 05:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et la mémoire courte.

La langue arabe, transmission du savoir et de la connaissance, rien n'est à prouver. Le reste n'est que vil plagiat.

4.Posté par Karim le 09/04/2019 14:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un responsable politique français a dit : "que dirions nous demain aux africains quand le français aura disparu."
Le français en Afrique est surtout un outil de dépendance économique.

5.Posté par Abdelkader le 09/04/2019 15:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la francophonie une nouvelle forme coloniale, la francophonie n'est que le résidu archaïque d'une période coloniale révolue, d'ailleurs le colonialisme contrôle l'économie des pays africains avec la monnaie unique CFA de l'esclavage,
les pays africains membres de la francophonie. cette francophonie des malfaiteurs.
depuis la signature du pacte colonial des fausses indépendances des années 1960, (francafrique) les néo colonialistes français empêche le destin des pauvres africains de se réaliser

Nouveau commentaire :

Politique française | Société


Publicité

Brèves



Commentaires