Economie et pouvoir financier

Lanceur d’alerte : le blanchiment d’argent au coeur de l’économie mondialisée ?


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 22 Juin 2019 - 00:45 Le pacte faustien des banques centrales


L’économie mondiale s’effondrerait si la City de Londres arrêtait de blanchir de l’argent, selon un lanceur d’alerte de HSBC


Chris Summer
Jeudi 23 Janvier 2020

La Grande-Bretagne doit quitter l’Union européenne à la fin du mois, mais les banques ne semblent pas quitter la City de Londres, ce qui était pourtant une des principales craintes des Remainers avant le référendum sur le Brexit. Mais, sans blanchir de l’argent, les roues de la City de Londres continueraient-elles de tourner ?

Nicholas Wilson, un lanceur d’alerte dans le domaine des services financiers licencié par le cabinet d’avocats britannique Weightmans après avoir dénoncé des millions de livres sterling de facturation abusive à la clientèle, prétend que la City de Londres dépend de « l’argent sale » et affirme que l’économie mondiale s’effondrerait si la City arrêtait de le blanchir.
Le Royaume-Uni a essayé bloquer la tentative de l’UE d’intensifier la lutte contre le blanchiment d’argent

M. Wilson, un ancien responsable des litiges, a déclaré : « L’UE voulait renforcer la lutte contre le blanchiment d’argent et le Royaume-Uni a été le seul pays à voter contre. »

Il a ajouté : « Le capitalisme repose sur un océan d’argent sale qui, en circulant, soutient des investissements dans le monde entier. »

Un rapport publié l’année dernière par le Centre de recherche bancaire de la Cass Business School a brossé un tableau idyllique de la City de Londres après le Brexit.

Le professeur Barbara Casu Lukac, co-auteur du rapport, a écrit : « Londres continuera d’être un acteur clé dans le secteur des services financiers et les marchés de capitaux mondiaux après le Brexit. Toutefois, certaines de ses opérations, capacités et marges seront affectées par l’incertitude qu’engendre le processus du Brexit pour les réglementations à long terme. »

Cela contraste fortement avec les déclarations alarmistes sur l’avenir de la City du Chancelier de l’époque, George Osborne, dans le cadre de son « Project Fear », avant le référendum sur le Brexit en 2016.

Après le référendum, David Cameron a démissionné et a été remplacé par une autre Remainer, Theresa May, et lorsque ses efforts pour obtenir un accord sur le Brexit ont échoué, Boris Johnson, un partisan enthousiaste de longue date de la sortie de l’Union européenne, lui a succédé.

En juin 2019, pendant la campagne pour la direction du Parti conservateur, Boris Johnson s’est vanté de tout ce qu’il avait fait pour la City de Londres.

Boris Johnson a renégocié un nouvel accord avec l’UE, mais l’avenir de la City de Londres fera partie des négociations commerciales qui auront plus tard dans l’année.

Les banques pourront continuer à fournir des services pendant la période de transition, qui débutera le 1er février, mais elles devraient perdre les droits appelés « passporting rights » qui leur permettent aujourd’hui de fournir des services financiers transfrontaliers aux clients des 27 États membres de l’Union européenne.

La solution pourrait être que les banques britanniques créent une filiale dans un État membre de l’UE et y sollicitent les « passporting rights ».
Le chef de la FCA a reçu une promotion, mais ‘dormait-il au volant’ ?

Le mois dernier, le gouvernement a annoncé qu’Andrew Bailey, l’actuel chef de la Financial Conduct Authority – l’organisme de réglementation qui supervise les services et les marchés financiers au Royaume-Uni – allait prendre les fonctions de gouverneur de la Banque d’Angleterre en mars.

M. Bailey a déclaré : « La Banque a une tâche très importante à accomplir et, en tant que gouverneur, je poursuivrai le travail de Mark Carney afin que l’intérêt public soit au cœur de nos préoccupations. Il est important pour moi que la Banque continue de travailler pour le public en maintenant la stabilité monétaire et financière et en veillant à ce que les institutions financières soient sûres et solides.

Mais M. Wilson a déclaré, qu’au cours des 12 derniers mois, Bailey avait échoué à empêcher plusieurs scandales très médiatisés, notamment l’effondrement de la mini-firme obligataire London Capital and Finance, l’implosion de Woodford Investment Management et le blocage du portefeuille immobilier de M&G pour des problèmes de liquidité.

Il a ajouté : « Il a certainement échoué, pendant toutes ces années, à régler le problème de la fraude à HSBC que j’ai signalée pour la première fois à la FSA en 2012. »

M. Wilson a été licencié après avoir révélé que la banque HFC, une filiale de HSBC, imposait illégalement 16 % de frais supplémentaires aux clients qui ne remboursaient pas ponctuellement leurs crédits et leurs prêts à risque.

En 2017, il a gagné sa bataille contre HSBC, qui a été obligée de rembourser plus de 4 millions de livres sterling à des milliers de clients.

Puis en 2019, 18 500 autres victimes ont été identifiées. A cette date, HSBC leur a versé 30 millions de livres sterling et M. Wilson pense que le total atteindra 200 millions de livres sterling.

En mars 2019, Adrian Hill, l’ancien PDG de la banque HFC, s’est noyé dans sa maison de luxe dans l’Oxfordshire.

L’enquête sur sa mort a montré qu’il souffrait de stress, parce qu’il était convaincu qu’il allait être envoyé en prison à la suite de l’enquête de la FCA sur HFC.

M. Wilson a rappelé que le Chancelier de l’Echiquier de l’ombre,* John McDonnell, avait déclaré au Parlement, le mercredi 8 janvier, qu’il aurait fallu se pencher sur les résultats de Bailey à la FCA avant de le promouvoir.

M. McDonnell a déclaré que M. Bailey était « endormi au volant pendant toute la durée de son mandat à la FCA ».

Mais le Chancelier en poste, Sajid Javid, a insisté sur le fait que M. Bailey était « un candidat exceptionnel, le candidat idéal au poste de gouverneur de la Banque d’Angleterre. »
L’Angleterre est le pays le plus corrompu du monde

En 2016, le journaliste italien Roberto Saviano, qui a passé la plus grande partie de sa carrière à enquêter sur la mafia, a déclaré que la Grande-Bretagne était le pays le plus corrompu du monde.

Saviano a dit au public du Festival du livre de Hay-on-Wye : » Si je vous demandais quel est l’endroit le plus corrompu sur Terre, vous me diriez sans doute que c’est l’Afghanistan, ou peut-être la Grèce, le Nigeria, le sud de l’Italie, mais je vous dis que c’est le Royaume-Uni. Pas la bureaucratie, ni la police, ni la politique, ce qui est corrompu, c’est le capital financier. 90% des propriétaires de capitaux à Londres ont leur siège social offshore. »

« Il a raison. La City de Londres est la capitale mondiale du blanchiment d’argent », a confirmé M. Wilson qui a ajouté : « On ne peut pas nettoyer la City de Londres. Si un politicien essayait de démanteler la City de Londres, l’économie mondiale s’effondrerait. L’argent de la drogue est la seule chose qui a permis aux banques de continuer à fonctionner pendant la crise financière de 2008. »

En 2016, la Commission des Affaires Intérieures a déclaré que 100 milliards de livres d’argent illicite étaient blanchis sur le marché immobilier londonien chaque année.

M. Wilson a dit que la banque ayant la plus mauvaise réputation était HSBC qui, selon ses propos, était impliquée dans 18 des 25 principaux scandales de corruption répertoriés par l’ONG de surveillance Transparency International l’année dernière.

Rona Fairhead, ancienne directrice de HSBC, a également été présidente du BBC Trust et est actuellement membre de la Chambre des Lords. Elle a été ministre du gouvernement jusqu’en mai de l’année dernière.

Selon M. Wilson, les institutions politiques et financières sont étroitement interconnectées et on a vu beaucoup d’anciens députés et ministres aller travailler dans la banque, et beaucoup d’anciens banquiers entrer en politique ou occuper des postes influents.

La City of London Corporation a refusé de répondre à nos questions, tout comme la Financial Conduct Authority, que nous avons également contactée.

Chris Summers, journaliste, a travaillé pendant 18 ans pour la BBC avant de passer en indépendant, puis de rejoindre le Daily Star et Sputnik News. Il est membre du Labour, anciennement candidat aux élections parlementaires et actuellement conseiller du Parti travailliste.


Note de la traduction :

* Le Chancelier de l’Echiquier de l’ombre est dans le système parlementaire britannique, membre du cabinet fantôme qui est responsable de l’observation du chancelier de l’Échiquier. Le titre est dans l’opposition, mais est informel. Ils ne jouent aucun rôle constitutionnel. Wikipedia

► Pour aller plus loin : Documentaire-choc « La toile d’araignée » sur la City de Londres, une zone financière où le droit britannique ou de l’UE ne s’appliquent pas, et qui étend ses ramifications en matière de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale dans le monde entier. En VOSTFR.



Traduction Dominique Muselet
Photo Kevin Schneider/Pixabay

Paru sur Sputnik News sous le titre ‘World Economy Would Collapse’ If City of London Stopped Laundering Money, Says HSBC Whistleblower






Mercredi 22 Janvier 2020


Nouveau commentaire :

Economie et pouvoir financier | Histoire | Philosophie politique | Religions et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires