ALTER INFO

Laissez Gaza vivre


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



Gideon Lévy
Lundi 25 Juin 2007

Laissez Gaza vivre

http://www.haaretz.com/hasen/spages/874149.html

24/06/2007

Laissez Gaza vivre

Par Gideon Lévy

Voici une histoire de réussite : Israël et l’Occident ont imposé un boycott à l’Autorité Palestinienne avec l’objectif d’affaiblir Hamas, et un an et demi plus tard cette brillante politique a donné ses fruits : Hamas est devenu plus fort. S’il y a une leçon à tirer de ce fiasco, là voici : Affamer, assécher et bloquer l’aide ne nuit pas à la conscience et n’affaiblit pas les mouvements politiques. Bien au contraire.

La réalité a réfuté le chorus des experts et des commentateurs qui prêchaient en faveur de la politique du boycott. Cette notion stupide qu’il est possible de renverser un gouvernement élu en appliquant une pression sur une population impuissante a subi un échec total. Le monde a boycotté le gouvernement d’union nationale qui aurait peut-être pu empêcher les scènes violentes à Gaza s’il était autorisé à gouverner, et par conséquent nous avons obtenu l’alternative : le contrôle total de Gaza par Hamas dans un coup d’état, séparant Gaza de la Cisjordanie. En voici une mauvaise nouvelle.

Il est possible de faire une liste des erreurs fatales commises par Israël, les Etats Unis et Fatah, qui ont conduit vers ce qui venait de se passer, mais la question à laquelle nous sommes confrontée maintenant est vers où aller à partir d’ici ?

Allons-nous continuer la politique de boycott jusqu’à ce qu’un gouvernement plus extrémiste et plus dangereux se forme à Gaza, comme le djihad total ou Al-Qaïda ? Ou allons-nous prendre en compte le fait que la force ne pourra réussir, qu’il est impossible de revenir au statu quo précédent sur le dos de cette faible population et que nous devons changer de direction ?

Israël et les Etats-Unis sont en train d’embrasser Mahmoud Abbas. Il y a beaucoup d’hypocrisie et de caractère moralisateur dans tout cela. Il n’y pas longtemps il était considéré comme un chef « déplumé ». Toutes ces requêtes et demandes étaient rejetées, l’une après l’autre, et tout était fait pour saper son gouvernement. Alors qu’est ce qui a changé maintenant ? Il n’y a pas de fondement à prétendre que le discours concernant le besoin de renforcer Abbas est conçu pour nuire à Hamas. Gaza est perdu. Fatah n’effectuera aucun retour prochainement à Gaza après que ces chefs aient fui à Ramallah, abandonnant son peuple à la merci de Hamas. C’est très mauvais que Hamas ait pris le contrôle de Gaza et Abbas doit en effet être renforcé, mais les limites de cette approche doivent être reconnues : Les choses ne seront jamais comme avant.

Nous avons maintenant deux Corées : La Cisjordanie comme la Corée du Sud et Gaza comme la Corée du Nord. Malgré la diabolisation de Hamas et la glorification de Fatah, les deux mouvements sont problématiques. Gaza est tombée comme une fruite mûre dans les mains de Hamas principalement à cause de la différence socioéconomique entre Gaza et la Cisjordanie. Gaza est plus pauvre, et ainsi est devenue plus extrême. L’idée que la faim exacerbante de ses résidents leur changera d’avis et fera d’eux des amoureux de Sion et des Etats-Unis est erronée : Cela les rendra de plus en plus extrêmes. Il n’y a pas d’alternative à l’adoption d’une approche presque égale aux deux entités qui se sont formés : Nous devons les aider toutes les deux. Avec ou sans Hamas, seulement un Gaza prospère pourra changer sa direction.

Hamas essaie maintenant de stabiliser son règne après le coup brutal qu’il a conduit. Les journalistes étrangers qui ont visité Gaza récemment rapportaient qu’il y avait du calme dans les rues, très peu d’hommes armés et de points de contrôle ; et même une directive qui interdit aux hommes de se promener avec les visages masqués. Mêmes les guerres des clans, qui ont divisé Gaza les derniers mois, se sont calmées un peu. Le nouveau commandant de police nommé par Hamas à Jabaliya, Mohammed Abu Sisi, a déclaré en fin de semaine que ces forces étaient capables, plus que les autres, de mettre un terme à l’anarchie. Apparemment, c’est exact.

Maintenant nous devons aussi demander que la nouvelle direction mette une fin absolue au lancement des missiles Qassam sur Israël et réussisse à relâcher Alan Johnston et Gilad Shalit. S’ils font ceci, Israël et le monde devraient lever le boycott et commencer à permettre à Gaza de vivre. En Cisjordanie, bien entendu, une série de larges pas devraient être initiés sans délai : un cessez-le-feu total, la suppression de tous les points de contrôle internes, et une libération massive des prisonniers. Peut-être rien d’agréable ne sortira de Gaza, mais tous les efforts devraient être déployés pour adoucir l’amère pilule. L’intérêt israélien est de laisser Gaza vivre, même si le direction n’est pas à notre goût.



Lundi 25 Juin 2007


Commentaires

1.Posté par numidia le 25/06/2007 17:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
Vous avez enfin fini par comprendre une triste réalité de toute révolution anti-coloniale cher monsieur, c'est que ''Affamer, assécher et bloquer l’aide ne nuit pas à la conscience et n’affaiblit pas les mouvements politiques''. Au contraire il les renforce.
Vous dites : "Il est possible de faire une liste des erreurs fatales commises par Israël, les Etats Unis et Fatah, qui ont conduit vers ce qui venait de se passer, mais la question à laquelle nous sommes confrontée maintenant est vers où aller à partir d’ici ?" . Avant de savoir où aller, il faut savoir d'où l'on part, d'où la nécéssité d'épiloguer sur le "à partir d'ici". Par ailleuirs, l'articulation de votre phrase laisserait penser que les actions politiques, militaires et économiques, israëliennes et américaines n'ont pas été "trop agressives" (ça va je suis dans le politiquement correct ???).
Votre article qui de prime abord laisserait penser à une compassion de votre part pour la situation des civils palestiniens (Laissez Gaza vivre) n'est en fait qu'une allégorie discrète de la politique d'Israël. En effet, vous n'arrêtez pas de reprendre le discours archi connu d'Israël : "Maintenant nous devons aussi demander que la nouvelle direction mette une fin absolue au lancement des missiles Qassam sur Israël et réussisse à relâcher Alan Johnston et Gilad Shalit. S’ils font ceci, Israël et le monde devraient lever le boycott et commencer à permettre à Gaza de vivre".

2.Posté par numidia le 25/06/2007 17:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je finirais par rajouter ceci qui est plus important que la teneur de nos propos respectifs : ce que nous souhaitons tous c'est la paix pour toutes les parties impliquées dans ce conflit.
Bien cordialement

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires