Politique Nationale/Internationale

LaRouche : j’aurais un rôle significatif pour le prochain gouvernement


Voici la traduction française de la conférence de presse qu’a donné Lyndon H. LaRouche à Strasbourg, au Parlement européen, le 17 décembre 2008


Samedi 20 Décembre 2008

LaRouche : j’aurais un rôle significatif pour le prochain gouvernement
Lyndon LaRouche : Le 20 janvier, selon toute probabilité, le président élu des Etats-Unis prendra ses fonctions. D’ici là, il est extrêmement difficile de prévoir précisément ce qui se passera. Les attentats terroristes perpétrés à Mumbai, en Inde, sont typiques de l’actuelle période de transition et nous devons être prêts à y faire face.

Cependant, la question à laquelle sera confronté le nouveau président des Etats-Unis et un certain nombre de mes amis et collaborateurs qu’il vient d’intégrer dans son gouvernement, à commencer, bien sûr, par Hillary Clinton au poste de secrétaire d’Etat, sera celle que j’avais évoqué dans ma conférence internet du 25 juillet 2007, lorsque j’avais prévu que, très vite, peut-être dans les quelques jours suivants, le monde risquait de se retrouver face à la plus grande crise de l’histoire moderne. Trois jours après, la crise éclatait.

Cette crise est, essentiellement, celle des produits financiers dérivés. Le système spéculatif mis sur pied par Alan Greenspan lorsqu’il prit la direction de la Réserve fédérale – un système de produits dérivés – est sur le point d’exploser. Il s’agit de millions de milliards de dollars de dettes, et il n’existe aucune possibilité d’honorer ou d’apurer ces dettes. Cela représente un danger pour le monde. Le défi d’une réorganisation du système monétaire et financier que je pose à mes amis et sympathisants dans la nouvelle administration, consiste à appliquer à l’ensemble du monde une procédure de réorganisation financière, dans l’esprit des politiques appliquées par Franklin Roosevelt en 1944. Non pas ce que Truman commença à promouvoir à partir de 1945, mais ce que Franklin Roosevelt présenta lors de la conférence de Bretton Woods en 1944. Il s’agit de créer un système international de crédit, fondé sur des cours de change fixes, et de mettre en œuvre un véritable programme de redressement économique et financier.

Nous connaissons la situation en Europe et nous savons grosso modo comment elle se présente aux Etats-Unis. La décision du gouvernement américain en place d’imposer sur le marché interbancaire des taux d’intérêts quasiment nuls, à peu près comme on l’a fait avec le Yen il y a quelques années, est une folie pure dont on ne tardera pas à voir les résultats. J’espère qu’on abandonnera très vite cette politique insensée, sinon, elle aura des conséquences incalculables.

En résumé, nous devons en finir avec le type de système instauré depuis 1971-1972, pour en revenir à un système de parités fixes, fondé sur un système de crédit et non sur un système financier. Voilà ce dont je parle : les Etats-Unis ont une particularité unique en tant que nation, qui est de posséder un système de crédit, alors que les pays européens sont dotés de systèmes financiers, c’est-à-dire de systèmes monétaires. La différence est la suivante : en vertu de la Constitution américaine, la création monétaire, ou création de crédit, est un acte souverain du Président des Etats-Unis, avec le consentement de la Chambre des représentants. Ce crédit peut ensuite être utilisé, et monétisé, comme le prévoient la loi et la fonction régalienne du Président.

En réalité, ce que je propose ici, c’est de faire appel à la Constitution américaine, avec ses clauses définissant ce système de crédit, pour conclure des accords ratifiés par traités avec d’autres nations, en vue d’établir un système de crédit à parités fixes.

L’objectif est, essentiellement, d’émettre du crédit, qui puisse être utilisé au niveau international pour des investissements capitalistiques à long terme dans l’économie mondiale. Cela implique d’éliminer la plupart des produits financiers dérivés, qui sont de toutes façons impayables. Il est impossible de satisfaire les besoins du système financier actuel car la quantité d’argent nécessaire pour rembourser les millions de milliards de dollars de cette dette, en majorité frauduleuse, n’existera jamais.

Pour cela, nous devons effacer cette partie de la dette comme perte nette et revenir à un système de crédit fondé sur l’idée d’Etat-nation, à l’opposé de ce nouveau système financier international assez bizarre auquel nous sommes arrivés. Revenons à l’Etat-nation et engageons-nous à long terme, pour une génération, un demi-siècle, voire un siècle entier, en fonction du type d’investissement.

A cet égard, l’Asie pose un problème. Dans le cadre de ma démarche, comme je l’ai proposé, l’initiative devrait de toute évidence résulter d’un accord entre les Etats-Unis, la Russie, l’Inde et la Chine, parce que c’est là, en Asie (en y intégrant le rôle de la Russie en Eurasie), que se trouve la plus vaste concentration de pauvreté, donc le plus grand besoin de développement.

En Inde, par exemple, 63% des habitants souffrent d’extrême pauvreté et il est peu probable que cette population puisse rapidement accéder d’elle-même à une meilleure productivité. Il faut donc mettre en œuvre de grands projets d’infrastructures, tels que des centrales nucléaires et autres équipements de ce genre, indispensables pour relancer son infrastructure et augmenter les pouvoirs productifs de sa force de travail.

Un énorme problème se pose avec la Chine, comme nous le savons tous. La Chine s’effondre, conséquence de l’effondrement des marchés américains, et c’est désormais tout le système chinois qui est en crise. Cela va se répercuter rapidement sur le reste du monde, amplifiant encore l’instabilité générale.

La Russie a un rôle fondamental à jouer parce qu’elle a une culture eurasiatique, ni européenne ni asiatique. C’est le cas depuis environ l’époque de Gengis Khan.

Il est clair que dans les conditions actuelles, ce sont les richesses en matières premières, majoritairement présentes dans le nord de la Russie, qui permettront la croissance économique de pays tels que la Chine et l’Inde. Ils ne peuvent y arriver seuls, car cela implique l’utilisation de technologies que seuls les Russes maîtrisent. Ainsi, l’Institut Vernadski s’est spécialisé dans ce domaine — par exemple, concernant la façon d’ouvrir à l’exploration minière certaines régions comme la toundra, l’Arctique ou la région sub-Arctique. Il ne s’agit pas simplement de creuser dans le sous-sol, mais de mettre au point un système de gestion des matières premières.

Il faut aussi reconnaître que l’avenir de l’humanité se trouve de plus en plus du côté de l’Asie, avec ses vastes populations ; 40% de l’espèce humaine y habite, pour la plupart dans des conditions de grande pauvreté.

Nous devons donc une fois de plus mobiliser les Amériques, en particulier les Etats-Unis, ainsi que l’Europe, pour jouer, à nouveau, un rôle de premier plan dans le domaine de la science et de la technologie, s’intégrant dans un processus de développement de toute la planète, y compris l’Asie et l’Afrique, et développant le monde afin que l’humanité s’épanouisse pleinement.

De par les signaux que je reçois, je suis convaincu que sous l’administration Obama, quelque chose de cette nature va se produire. Il y aura des complications, comme avec tout gouvernement, car les gouvernements sont toujours compliqués. Ils ne font jamais exactement ce qu’on attend d’eux, mais si vous arrivez à obtenir 50 à 60% de ce vous voulez, vous pouvez vous considérer comme plutôt bien loti de nos jours.

Voilà où nous en sommes. Le problème clef, c’est qu’en économie, il n’y a presque personne dans ce métier qui ait une véritable compréhension du problème et de sa nature. La crise actuelle, ils ne l’ont ni vue ni prévue, et ils se sont exagérément fiés à des données statistiques plutôt qu’à une vraie prévision. Une vraie prévision économique se base sur la science physique, elle tient compte du libre arbitre, de la volonté des gens concernant ce qu’ils vont faire et de savoir si leurs idées sont vraies ou fausses.

Voilà donc ma position. Mes qualifications, plusieurs fois démontrées dans le domaine des prévisions économiques, se fondent sur une branche de la physique connue comme la physique riemannienne, ce qui m’a permis d’obtenir de bons résultats. Cela fait longtemps que je me risque à cet exercice. Largement inconnu en 1950, j’avais alors prévu la récession de 1957. J’avais anticipé l’effondrement des accords de Bretton Woods et j’ai formulé quelques autres prévisions avec un certain succès. Sur la base de la viabilité de mes prévisions économiques, certaines personnes au sein de la nouvelle administration reconnaissent le bien-fondé de ma démarche et ont décidé que je devrais jouer un rôle significatif dans la formulation de la politique du nouveau gouvernement.

Cependant, je ne peux rien garantir ni prévoir sur cette question, parce que d’ici au 20 janvier, il reste encore pas mal de jours, et avec le terrorisme qui éclate en Inde et ailleurs, et la probabilité, dans ces conditions, d’un regain de terrorisme dans différentes parties du monde, nous ne pouvons pas savoir exactement ce qui se passera.

Quoi qu’il en soit, nous devons nous tenir prêts, en sachant ce que nous devons faire, quels doivent être les objectifs de l’humanité, quelles devraient être les politiques, quelles ressources mettre en œuvre pour atteindre ces objectifs, et aussi, nous devons avoir un plan B, tout autant qu’un plan A.

Le plan A, c’est ce qui pourrait arriver et qui serait un grand bien pour l’humanité. Le plan B, c’est ce qu’il faut faire si cela n’arrive pas. En politique, il faut toujours avoir les deux options : la meilleure, et celle que vous seriez obligé de suivre si la première ne s’applique pas. Je pense que c’est parfaitement compris par ceux qui sont en politique depuis un moment.

Voilà donc dans quelle situation nous sommes. C’est une situation extrêmement dangereuse. Dans toute l’histoire contemporaine, on n’a rien eu de comparable à ce qui arrive aujourd’hui, si ce n’est l’âge des ténèbres du quatorzième siècle, lors de la faillite des banquiers Bardi et Peruzzi.

Mais avec la crise des produits financiers dérivés, avec des millions de milliards de dettes impayables, nous sommes dans une crise bien pire que celle de la faillite des banquiers Bardi et Peruzzi au quatorzième siècle.

Cela signifie simplement qu’il faut procéder ainsi : annulez ce qui ne doit pas être considéré comme une dette, annulez ce qui ne doit pas être payé. En même temps, honorez ce qui doit l’être sans oublier un détail et en protégeant le peuple, protégeant les individus, protégeant les productions, évitant toute rupture. Nous pouvons opérer ainsi, j’en suis sûr, dans le cadre d’une politique de réorganisation.

Mais nous devons avoir, comme je l’ai dit, aussi bien un plan B qu’un plan A. Je travaille sur le plan A et j’avertis les gens de ce que sera le plan B ; et c’est effroyable, littéralement effroyable. Cependant, si nous en arrivons là, il faudra faire face, comme nous avons été capables de faire face à des choses effroyables dans le passé.

Merci.

http://www.solidariteetprogres.org http://www.solidariteetprogres.org



Samedi 20 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par xav' le 20/12/2008 13:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Non, Mr Larouche, le nucléaire ne sauvera pas le monde.

2.Posté par Ro le 20/12/2008 14:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a quelque chose que M.LaRouche ne nous a pas expliqué : quelle est là raison qui le pousse à participer à un gouvernement qu'il a jusque-là considéré comme une création de la "City" et de l'"Empire britannique" ?

3.Posté par JUANDELAVEGA le 20/12/2008 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est un discours de Larouche ça???.. bizarre bizarre..

4.Posté par wahid le 20/12/2008 16:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne sais pas ce qu'il y a dans la tête de Larouche mais je me souviens qu'il avait annoncé la crise actuelle avant 2007. Ses pronostiques ont été totalement exactes à quelques détails près. Pour ce qui est du nucléaire, je suis contre son utilisation civile et militaire mais comment faire pour subvenir aux besoins de centaines de millions d'individus ? Devront-ils resté sous développés éternellement ou attendre 50 ans que nous maitrisions les énergies renouvelables ? Le pétrol va s'épuiser, c'est incontournable d'utiliser le nucléaire civil, tout en s'activant à maitriser les énergies renouvelables.
Ce qui est sûr, c'est qu'il n y a pas d'avenir en occident sans l'orient et le sud en général et vice versa. Les produits financiers dérivés doivent être bannis et l'économie doit être basée sur la productivité réelle et les investissements à long terme qui profitent à tous.
Je me réjouis que l'équipe d'Obama face appel à lui, ça prouve une certaine ouverture d'esprit.

5.Posté par FR-ank le 20/12/2008 17:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est sur que nous ne pouvons pas remplir le trou financier cree ( 10X la valeur de tous les biens de la planete !!! )
le nucleaire oui mais pas seulement, bien sur la recherche et le financemeny des energies renouvelables doivent etre exponentielles.
et ATTENTION, lyndon LAROUCHE semble avoir de bonnes idees mais aussi une facon un peu particuliere d'enroler les personnes ( un peu sectaire pour l'UNADFI : http://www.unadfi.org/spip.php?article371 et pour + d'infos sur l'homme : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lyndon_Larouche )

6.Posté par Henri Dupascal le 20/12/2008 17:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On parle souvent de ce site de conspiration en tout genre, des pourris en haut des gouvernements... Sujet pour lequel je suis souvent d'accord, considérant les hauts dirigeants bien corrompus par le fric...

Simplement, faudra m'expliquer la confiance qu'on peut témoigner à Larouche ? C'est un grand économiste qui a prédit la crise actuelle, donc il faut le suivre et suivre ses idées ? Pour moi, il sent la merde autant que tous les autres, ayant été en plein dans la corruption de haut niveau...

Et j'ajoute que ces articles sur Larouche commencent à gaver grave, comme si c'était une icône de ce site... Et je resterai sur mon idée que ce n'est pas avec une refonte du système financier actuel qui améliorera les choses... Il y aura toujours les puissants en haut des multinationales qui seront appatés par le fric... Quand on aura supprimé cette notion de profit et de pouvoir au travers de l'argent, peut-être qu'on pourra faire de grandes choses... Tant qu'on sera animé d'une passion aveugle pour le fric, on court droit vers notre destruction.

7.Posté par djédjé le 21/12/2008 09:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

N'oublions pas aussi que nous supplierons "nos sauveurs" de nous aider.

8.Posté par ForceTranquille le 21/12/2008 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Larouche... Au début je trouvais ses articles intéressants... mais j'ai bien peur qu'il soit un pion dans l'instauration du nouvel ordre mondial en fait...sous couvert de le combattre...
S'il prône le nucléaire, rien qu'avec ça il a tout faux...
Il n'arrêtait pas de critiquer Obama et "la city" et maintenant il veut jouer un rôle avec Obama, c'est louche...
Ce mec cherche le fric et si on lui propose une bonne place, il dira oui. Une manière de calmer un politique qui pourrait devenir gênant.

9.Posté par le voyageur le 23/12/2008 15:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

lisons donc le lien indiqué par FR-anck
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lyndon_Larouche :
"LaRouche défend un « nouvel ordre économique mondial »"
hem, hem, hem... coïncidence de vocabulaire ?
et son recrutement n'est pas un peu sectaire, non, il est complètement sectaire
en même temps, ce qu'il prône est bien beau, mais comment croire (et comment lui le pourrait-il ?) qu'il sera appliqué par les requins au pouvoir (ceux qu'on voit et ceux qui se cachent) ?

10.Posté par Jean-Luc le 19/01/2009 10:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comment se fier à un tel individu ?
Moi aussi, je trouvais du bon sens dans certains de ses propos.
La fondation de son parti politico-religieus très élitiste,
sa condamnation pour escroquerie malgré ses protections haut-placées,
la personnalité de certaines de ses ouailles
(Gilbert Nahas en france, grand désinformateur n'hésitant pas à publier des ouvrages mensongers);
me poussent à me méfier, un dirigeant sans scrupules de plus chez Mammon....


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires