Politique Nationale/Internationale

LaRouche : Obama n’est qu’un symptôme, nous n’avons plus de gouvernement



Samedi 18 Avril 2009

LaRouche : Obama n’est qu’un symptôme, nous n’avons plus de gouvernement
Aux Etats-unis comme ailleurs, la déception au sujet d’Obama est très grande, y compris au sein même des institutions. Lors de la conférence internet de Lyndon LaRouche du 11 avril, une question reflétant une colère contre Obama lui a été posée par une importante personnalité au sein des institutions de la présidence à Washington. Voici des extraits de sa réponse :

« (…) Lorsque vous critiquez le Président, vous devez comprendre une chose qui est devenu évidente à mes yeux : il est narcissique. Il a le même profil que l’empereur Néron, et comme lui, ne se soucie pas de la réalité, mais de ses propres illusions. Il vit dans un fantasme et avec lui, la seule manière de procéder est de créer un environnement ne lui permettant pas de jouer ce genre de jeu. Obama n’est pas bête, il est même intelligent, mais il n’a pas de critères moraux. Le narcissique, comme dans le cas de Néron, n’a aucun caractère moral intrinsèque. Le narcissique se fait une image de lui-même et tente en permanence d’éviter tout accrochage avec elle. Il veut toujours se voir comme puissant, génial, etc.

(…)

« Je comprend votre rage contre Obama, mais mieux vaut se soucier des institutions de la présidence, et c’est ce qui me préoccupe. Souvenez-vous qu’il est, pour l’instant, dépendant d’un groupe très spécifique exposé par le Time magazine [les économistes comportementaux, ndlr].

(…)

« En fait, le véritable problème c’est que nous ne sommes pas gouvernés. Cette nation n’est pas gouvernée ! Il y a eu un effondrement total des institutions de gouvernement avec les deux mandats de ce crétin que nous avons eu.

(…)

« Nous ne devons donc pas trop nous concentrer sur la personnalité du Président. Il faut le faire seulement d’un point de vue clinique. Mais le problème reste que nous n’avons pas de gouvernement. Voyez tous ces sénateurs, voyez les gens qui ont posé des questions aujourd’hui : ils refusent de se poser les vrais questions : Comment établir un gouvernement en lieu et place de ce non-gouvernement ? De quel type de gouvernement avons-nous besoin pour faire face à cette situation ? Ils sont là à marchander comme dans un club de débateurs, sans jamais changer les termes de leurs questions. La situation est grave et ils ne sont pas dans la réalité : à l’échelle mondiale, nous n’avons pas de système adéquate pour faire vivre l’humanité, et nous n’avons pas de gouvernement aux Etats-Unis qui permette au pays de vivre.

« Au niveau individuel, je ne prête aucune importance à Obama ou à quiconque. Je suis préoccupé par le pays, par les générations d’humains qui naîtront. Ce n’est pas Obama la menace. Il ne sert a rien de chercher un bouc-émissaire, ça ne résoudra rien. Le véritable problème c’est que nous n’avons pas la capacité de nous gouverner ; et je suis déterminé à trouver une manière de créer cette capacité.

(…)

« Certains individus peuvent poser problème, mais leur problème provient d’un contexte général où nous n’avons pas de gouvernement en état de marche. Voilà où nous en sommes arrivés.

« A mon âge, j’ai connu un temps où nous avions de vrais gouvernements. J’ai connu l’époque où « gouvernement américain » voulait dire quelque chose, mais aujourd’hui, ça ne veut plus rien dire et ne fait que refléter l’incompétence. Frottez deux incompétents l’un contre l’autre et appelez cela gouvernement. Le problème n’est pas Obama, il n’est que le symptôme de notre incapacité à nous gouverner.

« Les gens sont en colère et ces élus au Congrès n’écoutent pas. 80% de la population, la plus modeste, est en colère, car elle n’a pas d’avenir et elle le sait très bien. Mais les dirigeants ne s’en soucient guère. Ils se soucient de ce que pensent les riches, ou de ceux qui voudraient l’être, mais pas du pays, ni de l’humanité. Ils s’en foutent de l’Afrique ! Ils font des beaux discours sur l’Afrique. Foutaises ! Je suis très impliqué avec l’Afrique et je ne les y voit pas.

« Voyez ! Même ici on ne les voit pas…ils s’en foutent ! Que fait-on pour les gens qui perdent leur couverture santé ? Savez-vous combien de gens meurent de ça ? C’est votre problème ! Tous ces problèmes sont les vôtres : l’économie, la santé, l’éducation, la drogue…

« A quoi sont dus tous ces problèmes ? Au fait que nous n’avons pas de gouvernement. »


LaRouche : Obama n’est qu’un symptôme, nous n’avons plus de gouvernement

LaRouche revient sur ses attaques contre Obama

Au cours d’un déjeuner avec des personnalités à Washington, le 15 avril, Lyndon LaRouche s’est expliqué sur les critiques virulentes proférées lors de sa dernière conférence diffusée sur Internet contre la politique économique de Barack Obama. « Mes remarques introductives, a-t-il dit, ont envoyé des ondes de choc à travers l’Administration et selon le représentant d’Obama, le Président lui même a été choqué par ce que j’ai dit. Mais c’était nécessaire que je le dise ».

« Nous sommes dans une période où le rôle des Etats-Unis est absolument crucial à la possibilité du monde d’émerger non pas d’une dépression mais de ce qui est une crise économique systémique. Il n’y a rien eu de tel dans l’histoire européenne depuis le Moyen âge, depuis l’effondrement économique du 14e siècle qui a provoqué la descente dans un siècle de barbarie. Nous sommes devant la décomposition totale du système.

« Ces crises peuvent être résolues, cependant, et c’est la tâche qui m’incombe. Elles le sont (…) par les actions entreprises par les nations pour réorganiser leurs relations et lancer un redressement économique, donnant un cout d’arrêt au processus de décomposition.

« Malheureusement, les politiques économiques du Président, sous l’influence de différentes personnes qui les contrôlent, sont un désastre absolu. Non seulement pour les Etats-Unis, mais pour l’ensemble de la planète. A cause du rôle du dollar. Celui-ci n’est plus une monnaie de réserve dans le sens traditionnel de ce mot [fondé sur le développement de l’économie physique, ndlr] comme il l’était avant la période 1968-73, mais la dette libellée en dollars est le facteur le plus important dans l’économie mondiale, et donc la capacité de sortir de cette dépression et de réorganiser et redémarrer le commerce international dépendent d’une réorganisation du rôle du dollar. Ceci veut dire mettre fin au système monétaire mondial dans sa forme actuelle et créer un système de crédit, qui avec des taux de changes fixes entre les nations sera la base pour transformer le dollar – aujourd’hui presque bon pour la poubelle – en quelque chose qui ait de la valeur pour le monde comme un tout ». Le Président, cependant, n’a aucune perception de ceci.

« Le bon côté est, cependant, qu’à quelques exceptions près — certains responsables que je voudrais écarter — la majorité de son cabinet et des personnes qui ont été amenées à l’Administration, sont compétentes et capables. Que je sois d’accord avec beaucoup de ce qu’elles proposent ou pas, n’a guère d’importance. Elles sont compétentes et laissées à elles-mêmes, avec une orientation correcte, elles seraient de bons instruments dans les relations internationales pour sortir le monde de ce qui est une crise de décomposition totale. (…)

« Ce que j’ai fait samedi est de dire ce que personne d’autre n’aurait osé dire, mais qui devait être dit. Comme vous le savez, on peut généralement dire que la diplomatie est une série de mensonges polis. (…) On murmure la vérité à l’oreille de quelqu’un d’autre, discrètement, mais on ne dit pas la vérité en public, ou rarement, et quand on le fait, c’est avec un ton colérique. A moins que les gens soient très en colère, ils ne disent pas la vérité.

« Et parfois, ça marche ; parfois ça permet d’arriver à une meilleure compréhension. (…) Mais cela devait être fait, et le Président est actuellement très en colère. On ne pouvait pas continuer de la même manière, vue la façon dont il a fait ce voyage à Londres et s’est vendu, à mes yeux, a vendu les Etats-Unis et le monde, par l’accord signé à Londres. »

« Puisque cette politique est un désastre (…) je ne pense pas qu’elle survivra longtemps. L’effondrement arrive vite et la politique actuelle sera éliminée. Nous devrons retourner à une autre politique et pour cela il y a dans le cabinet un groupe de gens qualifiés, moralement et intellectuellement, pour faire les ajustements nécessaires, le changement dont nous avons besoin.

« Ce que nous devons faire est de prendre la dette du monde libellée en dollars — elle n’est fondée sur rien et a perdu sa capacité même de négociation – et transformer cet endettement en un avoir en faveur de la croissance à long terme du commerce et des investissements.

« Certaines personnes parlent d’une société, d’une économie post-nucléaire. C’est ridicule ! Sans énergie nucléaire, nous ne pourrions soutenir que 5 milliards d’individus sur cette planète. Ce n’est pas une question du nombre de calories ; mais de densité de flux énergétique. (…)

« L’idée d’aller vers les éoliennes, le solaire ou autres formes d’« énergie gratuite », ne marchera pas. (…) Elle provoquera le génocide le plus

http://www.solidariteetprogres.org http://www.solidariteetprogres.org



Samedi 18 Avril 2009


Commentaires

1.Posté par -*REZ le 19/04/2009 07:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://pessedesjours.blog.mongenie.com/


http://presspluie.blog.mongenie.com/

oui vue le temps sur terre pas dire de trop non rien dire mieux faire doddo oui dormir tous
la journée comme la nuit dormir oui comme cela rien voir oui mieux
si tellement que on doit couriez en sans couriez de la terre tous le temps aussi
oui il plus de gouvernement mes une guerre mondial 3 a la place oui
pour près lui si non plus que bush oui oui oui près avec lui ou pas près oui
plus que sur aussi juste ........................ chuttttt
il sont pas que deux sur terre pour cela pour la vouloir aussi oui sur

http://pressnet.blog.mongenie.com/


2.Posté par zenbreko le 19/04/2009 14:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moi je ressent du racisme et du mepris dans l' approche de Larouche . Si vraiment l' amerique n' a pas eu de gouvernement c'est bien pendant les 8 ans de Bush . En effet pendant tout ce temp là, la FED
imprimé des billets pour les distribuer premierement, dans la destruction de l'Afganistan et de l' Irak et
deuxiement dans la pseudo reconstruction de' l'Afganistan et de l' Irak .Pour cela et sans qu'il y ai une quelquonque reconstruction quelque part, le chiffre d' affaire de Texacco , de Halliburton, de UNOAL et des societés de mercenaires ont grimper d'une facon vertigineuse. Pendant ce temp là le peuple americain
continuer de se faire avoir ,toute l'economie US est parti en couille justement parceque il n' y avait pas d'etat et cette situation a echappée au camarade visionnaire Larouche parceque lui ausi n'est qu'un petit bourgeois et ce n'est pas l'economie marxiste qui l'interesse !!!!!! Non monsieur Larouche, il faut que vous comprendriez quel' avenir de la societé humaine n'est pas dans la reforme du capitalisme mais dans sa destruction.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires