Conflits et guerres actuelles

La véritable nature de la guerre en Afghanistan exprimée dans le massacre de Kunduz



Déclaration du Parti de l’égalité sociale (Allemagne)
Samedi 12 Septembre 2009

La véritable nature de la guerre en Afghanistan exprimée dans le massacre de Kunduz
Une frappe aérienne ordonnée par l’armée allemande la semaine dernière a causé l’un des pires massacres des huit ans de l’histoire de la guerre de l’OTAN en Afghanistan.
Il est maintenant évident qu’au moins 125 personnes ont été tuées lors de l’attaque survenue dans la nuit de jeudi, qui avait été ordonnée par le commandant militaire de l’équipe de reconstruction provinciale à Kunduz, le colonel Georg Klein. En plus des combattants armés, l’attaque a tué de nombreux habitants de villages voisins. Cet incident fut l’une des frappes aériennes les plus sanglantes depuis l’invasion du pays par les forces américaines à l’automne 2001.
Un tel massacre n’est pas le résultat de « mauvaises décisions », d’une supposée « indifférence aux règles de l’OTAN » ou d’une « situation incertaine ». C’est plutôt la conséquence inévitable de la logique objective de l’intervention militaire menée par les Etats-Unis en Afghanistan.
Le prétexte employé par les Etats-Unis et leurs alliés pour occuper l’Afghanistan huit ans plus tôt fut les attaques terroristes du 11 septembre 2001. L’objectif avoué de l’invasion était d’éradiquer les repaires du terrorisme international et de renverser le régime taliban, qui abritait Oussama ben Laden et Al-Qaïda. En fait, les plans pour l’occupation militaire du pays avaient été établis bien avant le 11-Septembre.
L’Afghanistan, qui est situé au beau milieu des plus riches gisements en matières premières du monde, est d’une importance stratégique cruciale pour les Etats-Unis et les puissances européennes. C’est pourquoi, dans les années 1980, ces puissances ont financé la résistance contre le régime à Kaboul, allié de l’Union soviétique, dans une guerre qui a ravagé tout le pays. A cette époque, on pouvait retrouver parmi les alliés des Etats-Unis Al-Qaïda, ainsi que de nombreux barons de la drogue et seigneurs de guerre, qui possèdent aujourd’hui un pouvoir et une influence considérables.
Le conflit en Afghanistan adopte aujourd’hui tous les traits caractéristiques propres aux guerres coloniales menées en Algérie, au Viêt-Nam et dans de nombreux autres pays. Le développement de la résistance à l’invasion du pays dirigée par les Etats-Unis en est une indication. Pendant que les médias occidentaux décrivent invariablement la résistance comme des « talibans », il est clair que l’opposition est de plus en plus formée des diverses sections de la population locale.  
Il n’est pas difficile de comprendre les raisons d’un tel développement. D’une part, la population afghane doit faire face à la brutalité des troupes d’occupation, dont les bombardements ont à maintes reprises tué nombre de civils; de plus, elle est sous le joug des nouveaux pouvoirs dirigeants du pays, les barons de la drogue et les seigneurs de guerre, promus par les Etats-Unis et l’OTAN. Le président Hamid Karzaï, acclamé par le passé comme le phare du progrès et de la raison dans la région, est maintenant tellement associé à la corruption extrême et au népotisme que certains gouvernements occidentaux se sentent contraints de se distancer de son gouvernement — surtout parce qu’il est incapable de livrer la marchandise.
Les prétextes avancés par le Parti social-démocrate allemand et les Verts pour justifier au départ l’intervention de l’armée allemande dans la guerre, (que ce qui était en jeu concernait la reconstruction du pays, l’établissement de la démocratie et l’émancipation des femmes), ont depuis longtemps été démasqués en tant que mythes. Les soldats allemands se retrouvent de plus en plus impliqués dans des confrontations armées avec les insurgés et ont recours à de l’armement lourd et des tanks. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’ils ne soient impliqués dans une attaque aussi violente que celle menée dans la nuit de jeudi.  
Avec l’élection fédérale dans trois semaines, le massacre à Kunduz arrive à un bien mauvais moment pour le gouvernement allemand. Ce dernier est responsable de l’implication croissante de l’armée allemande dans une violente guerre coloniale, sans qu’il n’y ait eu aucune discussion publique. Selon les sondages, 71 pour cent de l’électorat allemand s’oppose à l’occupation de l’Afghanistan. Le gouvernement a fait tout ce qu’il pouvait afin de maintenir la question de la guerre en dehors de la campagne électorale. En effet, le secrétaire à la Défense Franz Josef Jung refuse toujours de qualifier l’intervention allemande en Afghanistan de « déploiement de guerre ».
Lors de la publication des premiers articles décrivant le massacre de Kunduz, Jung et la chancelière allemande Angela Merkel ont défendu les actions de l’Allemagne. Même dimanche, soit deux jours après l’attaque, ils soutenaient encore que seuls des « talibans armés » avaient été tués dans la frappe aérienne et qu’aucun civil n’avait été blessé. Ils ont justifié le massacre en déclarant que la frappe avait empêché que les deux camions-citernes volés ne soient utilisés pour attaquer un camp allemand.
Ils s’embrouillèrent cependant de plus en plus dans leurs contradictions. Une foule de faits nouveaux vint contrecarrer leur tentative de justifier le bombardement. Le gouverneur de la province, Abdoul Wahid Omarkhel, affirma à l’agence de presse allemande qu’il avait donné au président Hamid Karzaï une liste des victimes contenant de nombreux noms d’enfants âgés de 10 à 16 ans. Des photos d’enfants sévèrement brûlés firent le tour du monde.
Le jour même, le quotidien américain Washington Post a publié un reportage détaillé. Ayant obtenu la permission spéciale du commandant en chef des Etats-Unis en Afghanistan, le général Stanley McChrystal, un journaliste du Post a procédé à une enquête sur les lieux mêmes de l’incident, a interviewé des villageois, a visité des victimes à l’hôpital et a aussi assisté à des réunions entre les commandants allemands et américains.
Selon ce reportage, le colonel Klein aurait demandé jeudi soir un appui aérien des bombardiers américains pour attaquer deux camions-citernes transportant de l’essence qui avaient été saisis par des combattants de la résistance. Un membre de l’équipage du bombardier B1 détecta ensuite les deux camions qui s’étaient enlisés dans le fond sablonneux d’une rivière. Bien que les camions-citernes fussent immobilisés dans le sable, le colonel Klein fit appel à un appui aérien supplémentaire.
Les chasseurs américains F-15 qui étaient arrivés sur les lieux envoyèrent des vidéos en direct de la scène aux quartiers généraux allemands. Les vidéos montraient clairement la présence de dizaines de personnes autour des deux camions. Le colonel Klein aurait supposément appris d’un informateur que toutes les personnes filmées sur la vidéo étaient des « combattants talibans armés ». Que cette discussion ait vraiment pris place ou non, à environ 2h30, le colonel Klein ordonna aux chasseurs de bombarder la zone, qui fut transformée en quelques secondes en un violent brasier d’où personne n’aurait pu sortir vivant.

http://www.wsws.org/ http://www.wsws.org/



Samedi 12 Septembre 2009


Commentaires

1.Posté par Larguet le 13/09/2009 03:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans certains articles que nous lisons, des européens, inconsciemment ou volontairement, disent certaines vérités qui vont à l’encontre de ce leurs responsables politiques ânonnent depuis des années. Que l’Afghanistan est un nid de terroristes. Alors que tous nous savons que l’invasion de ce pays est effectivement une guerre coloniale d’un nouveau genre. Grace à dieu maintenant l’information circule très vite. Et un fait quelconque qui survient, est connu de tout le monde dans les 24 heures. C’est ceci qui a fait fléchir certains pays à se lancer dans des conquêtes coloniales comme à la belle époque. Le Soudan par exemple, la Somalie pour ne citer que ces 2 pays qui sont dans le collimateur des hyènes d’Europe. N’auraient pas échappés à leurs razzias Ils ont trouvés prétexte qu’ils envahissent l’Afghanistan pour leur enseigner la démocratie et pour la liberté de la femme. Je lance un appel aux Afghans, si vous voulez apprendre les premiers rudiments de la démocratie, allez à l’ambassade US vous apprendrez à danser nu au feu de bois, et vous aurez un grand sentiment de liberté certifié made in US. C’est le même motif qui a servi à l’invasion de l’Irak la liberté du peuple et la démocratie. Regardez ou en est l’Irak. Le terrorisme, des attentats et des morts à chaque coin de rue. Et la meilleure de toute ils ont réussi à monter les sunnites contre les chiites. Diviser pour régner, n’est pas Mr Négroponte. Après son passage en Irak les accrochages entre ces 2 communautés se sont exacerbés et augmentés en virulences et morts. Quand aux femmes Irakiennes, elles n’ont jamais été atteintes dans leur dignité que pendant cette période de présence étrangère USA et coalition .

2.Posté par Le Kabyle le 13/09/2009 11:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Démocratie et Droit de l'homme(sioniste) la nouvelle supercherie de l'Oxydent !

3.Posté par sakina le 13/09/2009 16:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils ne parviendront JAMAIS à mettre les moujahidines afghans à genous alors ils se défoulent sur la population qu'ils prétendaient venir libérer. LACHES, MONSTRES!
C'est l'armée de Gog et Magog que Dieu les maudisse et réserve les meilleures places du paradis pour nos soeurs et frères martyrs.
AMIN

4.Posté par muspis le 13/09/2009 22:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Depuis que l'OTAN a envahi l'afghanistan, le trafic de l'opium, qui avait été éradiqué, a repris de plus belle et rapporte des milions aux USA...

...Continuez à creuser là bas, chiens de l'OTAN ! continuez à creuser ! alors Gog et Magog sortiront Inchallah et vous déchireront !

5.Posté par Dingo le 14/09/2009 02:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le crash démographique allemand.
ça chauffe pour les pauvres Afghans comme pour les Allemands à Dresdes ( 1200 degrés) lors des bombardements anglo-américains ( terror bombings ), en 44.
Amnésie.
Ce qui est réconfortant d'apprendre, c'est que, la politique nataliste allemande et son corollaire "le crash démographique", conduit inévitablement ce pays à disparaitre . Selon Alfred SAUVY : "l' Allemagne est déjà morte. L'ennui, c'est que les Allemands eux-mêmes ne le savent pas" .
Bonne nouvelle pour les Afghans.

En Europe et en Russie, le nombre des décès l'emporte sur le nombre des naissances.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires