Opinion

La troisième Intifada du Hamas


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 15 Novembre 2017 - 11:43 L'arbre qui ne cache plus la forêt

Mardi 24 Octobre 2017 - 11:16 Algérie, Maroc, seul l’essentiel nous incombe


La situation au Proche-Orient permet déjà de tirer des conclusions peu réconfortantes : l'étape présente de la dégradation des relations israélo-palestiniennes sera un nouveau test important pour la solidité du système de sécurité dans cette région stratégique, qui repose pratiquement sur une « parole d'honneur ».


Mercredi 14 Janvier 2009

La troisième Intifada du Hamas
Par Ilgar Velizade, politologue (Bakou), pour RIA Novosti

Le Hamas, qui constitue la raison essentielle de la guerre actuelle, n'est que le sommet d'un iceberg de contradictions constitué aux deux tiers de problèmes n'ayant qu'un rapport indirect avec le conflit lui-même. Quand on parle des causes de ce nouveau regain de tension entre Arabes et Juifs, la question qui se pose n'est pas de savoir qui a commencé mais à qui profite le plus le conflit. On en conclut immanquablement que les extrémistes palestiniens, pour lesquels le Hamas fait office d'organisateur et d'instigateur, sont les plus intéressés. Mais sont-ils les seuls ?

Le Hamas (dont le nom arabe signifie « mouvement de résistance islamique ») a été fondé en 1987 en vue de liquider complètement l'Etat d'Israël et de créer à sa place un Etat palestinien, précisément durant la première Intifada. L'Intifada était par nature, la « marraine » du Mouvement de résistance islamiste, son « parrain » étant le cheikh Ahmed Yassine, un religieux connu pour son intransigeance. Bien que, durant la première Intifada, le Hamas soit pour l'essentiel resté dans l'ombre du Fatah, son principal rival politique, il a su occuper un créneau commode, édifiant sa politique sur les erreurs de l'organisation fondée par Yasser Arafat. L'euphorie du début des années 90, liée aux espoirs de la création rapide d'un Etat palestinien indépendant, ainsi qu'à la popularité des courants pacifistes, ont contraint le Hamas à reconsidérer quelque peu ses activités et à développer sa propagande au sein de la population. L'organisation a largement réussi à faire partager ses vues extrémistes par la population, surtout parmi les groupes de Palestiniens socialement les plus vulnérables.

La deuxième Intifada, déclenchée en 2000 aura été, pourrait-on dire, « l'ère de grâce » du Hamas. Ses militants et ses fonctionnaires ont eu la possibilité de se développer à plein. Des centaines d'incursions armées, les tirs contre les territoires israéliens, les sabotages visant les infrastructures avec, en toile de fond, les ripostes cinglantes d'Israël et la faiblesse du pouvoir politique de l'Autorité palestinienne ont conduit à accroître la popularité de cette organisation parmi la population palestinienne. Lors des élections législatives de 2006, le Hamas a remporté une victoire haut la main, qui a donné « la migraine » non seulement à Israël et aux dirigeants palestiniens, à Mahmoud Abbas en premier lieu, mais aussi aux élites politiques des Etats arabes voisins.

Mais, au fur et à mesure que l'effet de la seconde Intifada retombait et que le Hamas, qui avait pris en main l'économie de la Palestine, cessait de justifier les espoirs que la population avait placés en lui, ses rivaux politiques, à commencer par le Fatah, eurent la possibilité de prendre leur revanche de la défaite subie deux ans auparavant. Les problèmes ont commencé pour le Hamas. Si l'on ajoute que l'élection du chef de l'Autorité palestinienne aura lieu en 2009 et que la crise financière mondiale pourrait d'une manière générale paralyser une économie palestinienne déjà moribonde du fait de l'incompétence des gens du Hamas, on peut en déduire que les leaders du Hamas ont décidé de prendre les devants.

La troisième Intifada, que les extrémistes palestiniens sont prêts à déclencher, n'est rien d'autre qu'une tentative désespérée de détourner l'attention des Palestiniens des problèmes internes réellement graves (la Palestine s'est retrouvée à plusieurs reprises, ces dernières années, au bord de la faillite économique) et de résoudre les propres problèmes du Hamas en faisant porter l'essentiel des coups contre son principal rival, le Fatah.

Mais, aujourd�hui, le Hamas a déclenché une guerre dont aucun participant ne peut prévoir les conséquences. Les intentions israéliennes de mettre fin à cette organisation pourraient bien déblayer le champ politique devant Mahmoud Abbas d'un côté et, de l'autre, modifier notablement l'équilibre des forces dans la région, acculant à nouveau l'extrémisme islamique à la clandestinité. Mais sans l'anéantir définitivement.

Bonne année au Proche-Orient ! La Turquie se lave les mains, l'Iran fait des déclarations abruptes, l'Egypte propose des solutions pour sortir de cette situation de crise aiguë� La « carte palestinienne » constitue traditionnellement un instrument important de la politique extérieure des principaux acteurs régionaux. Mais il semblerait que le Hamas ait, cette fois, sérieusement mélangé toutes les cartes.

La Turquie qui, d'une manière générale, fait preuve ces derniers temps d'une politique étrangère active et qui a servi d'intermédiaire dans les discussions indirectes israélo-syriennes, a jugé impossible de poursuivre les négociations dans l'état actuel des choses. Le ministre turc des Affaires étrangères a déclaré à l'issue d'une rencontre avec son homologue égyptien Ahmed Aboul Gheit : « Il est impossible d'avoir une guerre entre Israël et la Palestine et de consolider en même temps la paix entre Israël et la Syrie ».

La Syrie et l'Iran ont d'ailleurs immédiatement réagi aux bombardements israéliens intensifs contre la bande de Gaza. La montée des tensions régionales peut avoir des incidences graves sur les plans syriens de normalisation des relations avec les Etats-Unis et d'implication dans le règlement au Proche-Orient. Pour ce qui est de l'Iran, une élection présidentielle est prévue à l'été 2009. Qui pourrait mettre maintenant en doute le fait que Mahmoud Ahmadinejad exploitera activement le thème israélo-palestinien, en fera un de ses « chevaux de bataille » de prédilection en politique extérieure. Reste à savoir si cela l'aidera�

Les autres pays arabes se déclarent, qu'on le veuille ou non, solidaires des Palestiniens. Mais tous les slogans ne se résument pas en un seul : « quand nous disons « Palestiniens », nous sous-entendons le Hamas ».

Les grandes puissances mondiales vont avoir leur mot à dire. Le nouveau chef du bureau ovale de la Maison Blanche va devoir déterminer le vecteur de sa politique au Proche-Orient dans une période qui est loin d'être simple. La réponse du monde arabe à la question « Qui êtes-vous Monsieur Obama ? » sera fonction des premiers pas que Barack Obama fera dans cette direction. De ces premiers pas dépendra également la réponse à leurs attentes concernant la nouvelle administration américaine.

Le Proche-Orient a débuté l'année 2009 avec des questions auxquelles on pourrait en partie trouver une réponse cette année, sans que jamais une solution définitive y soit apportée

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.


Mercredi 14 Janvier 2009


Commentaires

1.Posté par une mamy le 14/01/2009 12:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mon pauvre ilgar tu t'égares tu es complètement à coté de la plaque surtout quand tu dis que le hamas a déclenché la guerre ou tu es aveugle ou tu le fais exprès à qui tu veux -tu faire croire cela espèce d'abruti
d'assassin il n'y a que les assassins qui soutiennent les assassins

2.Posté par une mamy le 14/01/2009 12:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la palestine était peuplée d'arabes et de juifs qui vivaient en bonne intelligence il est arrivé des zionistes qui se font passés pour des juifs ils se sont accaparé de la terre c'est des voleurs de terre des assassins des meurtriers et les palestiniens se défendent comme ils peuvent ce sont des gens courageux ils ont raison de ne pas céder il vaut mieux mourir en défendant son pays que de ne rien faire car d'une façon ou d'une autre ces zionistes ne les épargneront pas
les zionistes ou ils tuent ou ils humilient alors le choix est vite fait mourir libre que de vivre humilié


3.Posté par calimero le 14/01/2009 13:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

N'ecoutez ce sycophante dégénéré Israel n'a jamais tenu aucune promesse, c'est sa marque de fabrique si l'on peut dire.c'est l'etat lepreux qui a rompu la trève non le hamas. De plus hamas ne veut pas dire "mouvement de resistance", quelle incurie chez ce scribouillard inculte.! hamas cela veut dire "enthousiasme",étymologiquement, transporter par Dieu. Israel a declencher la guerre en 1948 lorrsuq'avec l'aide de ses sbires occidentaux il a voler la terre des PALESTINIENS. les évènement ont une racine historique et les peuples une mémoire. nous ne sommes pas tous des moules accrochés a leur rocher.

4.Posté par calimero le 14/01/2009 13:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Proche-Orient a débuté l'année 2009 avec des questions auxquelles on pourrait en partie trouver une réponse cette année, sans que jamais une solution définitive y soit apportée. Dixit le scribouillard de service. preuve que les sionistes et leur larbins ont des intentions obscures et sont mêmes devins!

5.Posté par Hijack le 14/01/2009 13:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Ilgar Velizade


LOL ! Surtout que le Hamas a été créé, mis en place et boosté par le sionisme .... Ainsi il peut encore et encore pleurnicher et tout se permettre ! Mettre en place du terrorisme, faire semblant de lutter contre etc... tout se permettre, prouver son syndrome de stockholm avec le nazisme, avec l'appui de ceux qui les ont mis en place dans leur soi disant terre promise...

Il y a du vrai et du faux dans ce que tu dis, mais le fond est largement faux !


6.Posté par tr le 14/01/2009 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si ces propos d'Igar sont sincères, alors il est complètement à côté de la plaque.
S'il dit cela tout en connaissant les vrais tenants et aboutissants de cette colonisation en palestine et des massacres et des crimes contre l'humanité qui ont cours en ce moment à gaza par les israeliens, alors
le gras fais vraiment pitié. Mais bon des comme lui le monde en regorge.
Vive l'islam et la palestine.

7.Posté par souad le 14/01/2009 13:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous sommes dirigés par des psychopathes, des assassins qui se fichent de la vie des gens ou qu'ils soient.
Quand à leurs complice scrivaillons au service du CFR, ( service des falsifications) Nous savons les dénicher, lire entre les lignes...et sachant l' Histoire, vraie ou fausses depuis 2000 ans, Ils sont démasqués dés la première ligne.
Dont worry ! tout à une fin, et notre patience est à bout.

8.Posté par romu le 14/01/2009 14:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce texte sent la propagande de désinformation sioniste à plein nez

9.Posté par ayatollah le 14/01/2009 15:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comment voulez vous prendre au serieux un article qui impute au HAMAS ( par sa "mauvaise" gestion )
la crise economique que vit Gaza alors qu'elle est sous occupation et sous blocus et que ce n'est meme pas rappelé .


10.Posté par Tekbir le 14/01/2009 18:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moi aussi ça ma attiré l'oeil directement quand il dit le hamas a déclenché la guerre. Il est tout de suite remarquable que l'article a été écrit par une personne en dehors du moyen orient loin des problèmes essentiels. Je n'ai pas aimé cet article trop subjectif.

11.Posté par tonton le 14/01/2009 18:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la propagande sévit !! mais heureusement, la plupart n'est pas dupe. Ilgar, apprends l'histoire et la vraie...pas celle qui est mise en avant par les puants sionistes et leurs alliés.

12.Posté par Daniel le 14/01/2009 18:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il se plante déjà dés le début dans la définition du Hamas qui n'a rien à voir avec la religion et le reste des erreurs en découlent!

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires