Propagande médiatique, politique, idéologique

La tragédie du Darfour : une excellente occasion pour Israël de faire de la Hasbara*


Khalid Amayreh, Jérusalem-Est, mai 2007

Tradut par Gérard Jugant et révisé par Fausto Giudice


Khalid Amayreh
Jeudi 17 Mai 2007

Dans un effort clairement propagandiste, le gouvernement israélien, en coordination avec des organisations américaines sionistes, a décidé d'accorder une aide relativement modeste aux réfugiés du Darfour.


La ministre des Affaires Etrangères israélienne, Tzipi Livni, qui s'oppose avec virulence au retour des réfugiés palestiniens là d'où ils ont été expulsés manu militari par des bandes terroristes juives en 1948, a déclaré textuellement le dimanche 13 mai que la donation de 5 millions de dollars était destinée à « soulager de l'intolérable situation » dans la tragédie qui frappe la région occidentale du Soudan**.


« Comme je le disais devant l'ONU l'an dernier, il y a certains lieux où le monde doit agir », a en outre déclaré Livni.
Néanmoins Livni a tacitement admis qu'au moins une des raisons, si ce n'est la principale raison du « Programme d'aide au Darfour » était « d'améliorer l'image d'Israël » à l'étranger.
En réalité, cela semble bien être le principal but de l'aide proposée au Darfour, à savoir « l'amélioration de l’ image repoussante d'Israël ».


Israël est probablement un des principaux États criminels du monde en ce qui concerne le traitement des réfugiés, étant donné sa persécution systématique du peuple palestinien et son refus enragé d'autoriser les réfugiés palestiniens à rentrer chez eux dans ce qui est maintenant Israël.


D'ailleurs, en plus de voler la terre palestinienne, de démolir les maisons palestiniennes et de raser au bulldozer les fermes, les champs et les vergers palestiniens, le gouvernement israélien refuse aux Palestiniens un libre accès à la nourriture et au travail, poussant de nombreuses familles palestiniennes au bord de la famine et même à la famine. Et Israël a toujours un mantra tout prêt pour justifier ces sales pratiques : la résistance palestinienne à l'occupation israélienne.


D'après un rapport des Nations Unies présenté à la Conférence des Donateurs il y a plusieurs mois, « 37% des Palestiniens vivant en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza ont eu des difficultés pour se nourrir en 2004 ». Il y en avait en outre 27% qui risquaient de tomber dans les mêmes difficultés.


De plus, le rapport montrait que près de la moitié de la « population palestinienne était pauvre, avec un taux de pauvreté stupéfiant de 65% dans la Bande de Gaza ».


 


Jusqu'à 16% des Palestiniens-550.000-vivaient avec 1.5 dollar par jour, avec la probabilité que ce chiffre atteindrait 35% en l'absence d'une aide prochaine.


Qui plus est, il est généralement estimé que la malnutrition parmi les enfants de Cisjordanie et surtout de Gaza est maintenant à son plus haut niveau depuis 1967, la raison principale étant le refus d'Israël d'autoriser les soutiens de famille palestiniens à accéder au travail.


De surcroît, Israël vole effectivement l'argent des Palestiniens en retenant le transfert de plus de 750 millions de dollars de taxes dues au gouvernement palestinien.


D'ailleurs le refus inflexible d'Israël de procéder aux paiements mensuels, qui représentent plus d'un tiers du budget de l'Autorité Palestinienne (AP) a causé ce qui équivaut à un effondrement financier dans les enclaves autrefois autonomes, écrasant la capacité du gouvernement de l'AP à payer les salaires d'environ 150.000 fonctionnaires.


En plus de chercher à améliorer son image essentiellement sordide, Israël espère apparemment qu'en faisant ressortir et en rendant publique « l'aide juive aux réfugiés musulmans », les cercles israéliens et sionistes seront capable d'avoir une forte cote à l’Argus de la moralité et donc de détourner l'attention des pratiques nazifiantes d'Israël contre les peuples du Moyen-Orient, en particulier les Palestiniens et les Libanais.


L'an dernier, l'aviation israélienne a déversé 3 millions de bombes à fragmentation sur le Liban, tuant et mutilant de nombreux civils.


Les 3 millions de bombes auraient suffit à tuer ou mutiler au moins trois millions d'enfants libanais. En d'autres termes la tempête de bombardements intensifs suffisait à causer un holocauste, ou du moins la moitié d'un holocauste.


De plus, Israël a détruit les infrastructures civiles de base du Liban et de la Bande de Gaza, incluant des centrales électriques, des ponts et même des écoles et collèges, infligeant une indescriptible misère aux civils innocents.


Il est dès lors difficile de remercier vraiment Israël de faire une « bonne action » qui est destinée avant tout à détourner l'attention de la brutale laideur d'Israël à Gaza, en Cisjordanie et au sud Liban et aussi à permettre au gouvernement nazioïde israélien de continuer avec sa politique d'apartheid et ses pratiques criminelles contre les Palestiniens.


 



Un soldat israélien "accueille" des réfugiés soudanais à la frontière israélo-égyptienne. Direction : une prison. Photo Meri Azulay


 


On dit souvent que charité bien ordonnée commence par soi-même. Dans le cas d'Israël, il n'y a pas de charité interne. Les rares réfugiés du Darfour sont jetés dans des camps de détention***, tout comme leurs camarades d'infortune, les quelque 11 000 détenus palestiniens languissant dans les prisons israéliennes pour s'opposer au sionisme.


En fait, au lieu de la charité, nous voyons des barrages routiers, des démolitions de maisons, des confiscation de terres et la satanique politique visant à affamer des millions de Palestiniens innocents dans le but de les « affaiblir » et de leur faire accepter le statut d'esclaves.


Nous voyons aussi de la cruauté, beaucoup de cruauté, ainsi que de la dureté, de la mesquinerie, et une indescriptible barbarie qui transcende la réalité.


Ce n'est pas quelque chose qui est tombé du ciel. C'est une politique systématique du gouvernement israélien visant à intimider les Palestiniens afin qu'ils capitulent et acceptent l'apartheid et l'occupation perpétuelle. L'ancien officiel israélien Dov Weisglass n'a t-il pas déclaré l'an dernier : «on va mettre les Palestiniens au pain sec» ?


Pour toutes ces raisons il est impératif que la « charité » israélienne à l'égard des réfugiés du Darfour soit mise dans le contexte des efforts d' hasbara d'Israël, à savoir pour détourner l'attention de l'impitoyable traitement par Israël du peuple palestinien.


Notes de l'éditeur


* Hasbara : mot hébreu signifiant « explication », utilisé par l’État d’Israël et ceux qui le soutiennent  pour nommer leurs opérations de propagande. Il existe même un « Israel Hasbara Committee », qui a pour tâche de « combatre les mensonges et diffuser la vérité sur Israël et le peuple juif »


** Israël va donner 20 millions de shekels (environ $5 millions) aux victimes du génocide au Darfour (au Soudan), d’après Ynet.
Conformément aux recommandations actuelles, Israël transférera 16 millions de shekels à quatre organismes internationaux d’aide et achètera à des compagnies israéliennes des médicaments et des équipements de dessalement d’eau de mer pour une valeur d’1 million de dollars.
Le ministère des Affaires Etrangères établira également un camp au Kenya avec plusieurs médecins israéliens pour traiter des centaines de patients.
Ce don fera d’Israël un des dix plus grands donateurs aux victimes du génocide.
« L’état d’Israël ne peut pas rester sans rien faire sans essayer de tendre la main quand une tragédie humaine si terrible, la pire au monde, a lieu actuellement » a dit Daniel Meron, directeur du département des droits de l’Homme au ministère des affaires étrangères. (Source :
israelvalley.com  
)
*** Des dizaines de réfugiés du Darfour ont pénétré en Israël, via le désert du Sinaï, dans l’espoir d’obtenir l’asile politique. Ces réfugiés sont emprisonnés le temps que les autorités israéliennes vérifient leurs véritables intentions.
Le Yediot Aharonot cite le témoignage de Mouhamed Adam, 25 ans, qui explique que son frère et ses oncles ont été assassinés au Darfour et qu’il a lui-même été torturé avant de décider de se rendre en Israël. : “J’ai vécu au Darfour ce que vos ancêtres ont vécu dans les camps de concentration” affirme-t-il. Je demande à l’Etat d’Israël de nous aider. Personne n’a aidé le peuple juif durant la Shoah. Mais aujourd’hui, vous avez un état puissant et vous pouvez nous aider”.
Dans le Yediot Aharonot : De nombreux réfugiés du Darfour espèrent en effet que les souvenirs de la Shoah sensibiliseront l’opinion publique israélienne en leur faveur. Mouhamad Adam est entré illégalement en Israël il y a quelques jours avec plusieurs autres réfugiés. Ils ont été admis, dans une base militaire qui a ensuite refusé de les garder. Ils ont été transférés au commissariat de police de Beer-Shevah qui a refusé de les garder.
Depuis le début du génocide au Darfour, 400 réfugiés soudanais ont pénétré en Israël dont 90 seulement sont originaires du Darfour, les autres venant d’autres régions du Soudan.
Parmi eux, 150 sont détenus dans une prison israélienne et 250 ont été libérés et ont pu s’installer soit dans des kibboutzim soit dans un hôtel d’Eilat.
Certains ont trouvé du travail. Jusqu’à présent le gouvernement israélien a refusé de leur accorder un statut officiel de réfugiés sous prétexte qu’ils sont originaires d’un état ennemi d’Israël, le Soudan et que certains de ces réfugiés pourraient être, en fait, des agents d’Al Quaïda.
Dans le Yediot Aharonot : Le gouvernement israélien est en contact avec l’ONU pour tenter de trouver une solution au drame de ces réfugiés. Il semble que le gouvernement Olmert décidera d’accueillir officiellement les 90 réfugiés du Darfour et demandera à l’ONU de prendre en charge les autres qui devraient être expulsés.
(Source : israelvalley.com
)





Original : thepeoplesvoice.org  
Traduit de l'anglais par Gérard Jugant et révisé par Fausto Giudice, membres de
Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft pour tout usage non commercial ; elle est libre de reproduction, à condition d'en respecter l'intégrité et d'en mentionner sources et auteurs.

URL de cet article : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=2683&lg=fr



Jeudi 17 Mai 2007


Commentaires

1.Posté par Gilles COUTURIER le 19/05/2007 01:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est vrai qu'Israel a fait un effort pour soigner son image aux yeux du monde.
Pendant des années, les dix premières minutes de la Une des journaux d'informations français télévisés étaient mobilisés par quelques morts tués dans divers attentats...que des rues défoncées jonchées de blocs de béton, des ruelles bancales bordées de maisons en béton brut, des chicanes, des barrières, des soldats sur-armés ( oeil pour oeil, dent pour dent, balle pour caillou...)
Quelle image déplorable! Quand je pense que c'est de là bas qu'est né le simplissime message de paix et d'amour universel; aimons nous les uns les autres.
Quant au Darfour, c'est encore un de ces endroits complètement inhospitaliers où se sont réfugiés tous les expatriés des conflits environnants et qui meurent dans l'indifférence générale sous prétexte que ce qui interresse les pays riches, c'est le sous sol vierge et riche de cette région.
Que c'est affreux de se rendre compte qu'un baril de pétrole coûte un dollar ...plus la vie d'un pauvre misèreux...
Le pire, est que ces deux régions connaissent des dépressions géographiques naturelles qui représentent les plus riches mines d'énergie inépuisable. En effet, en récupérant l'énergie de conduites forcées d'eau de mer, on fournit l'énergie pour dix états voisins...sans jamais les remplir!
Quel affreux gachis.

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires