MONDE

La tentative de 'révolution orange' pro-américaine à Téhéran a échoué


Face à de tels évènements, quand on n'est pas trop con, l'avantage d'être Français c'est que l'on connait trop bien les montées en puissance de la propagande impérialiste contre tel ou tel régime qui ne veut pas être colonisé ou pour encenser tel autre régime pourri (Bongo) qui est à la tête d'un pays riche dont les habitants vivent dans la misère... et ça ne prend pas sur nous ; on sait faire la part des choses. Nous ne perdons pas la boussole de la lutte de classes, même dans le contexte très compliqué du XXIème siècle.


abdellah.ouahhabi@online.fr
Lundi 22 Juin 2009

Après des pays comme l'Ukraine, le Bélarus, la Roumanie, la Géorgie, etc. et après tout récemment la tentative de faire trébucher la Russie suite à une provocation de la Géorgie, l'Occident se donne pour objectif de faire tomber le régime démocratique iranien. Cela s'appelle « les révolutions oranges » imaginées, financées et mises en œuvre par les USA après l'effondrement de l'URSS dans le but de prendre en main le gouvernements de pays qui dans le passé n'étaient pas sous leur contrôle. Contre l'Iran, les mouvements rebelles armés ont été utilisés : les Moudjahidines du peuple réhabilité de son statu de mouvement terroriste, des Arabes sécessionnistes. Cela n'a pas donné les résultats escomptés. La possibilité d'intervention militaire directe des USA et de leurs alliés (Israël et éventuellement la France) a été longuement étudiée. Sarkozy a ouvert une nouvelle base militaire, juste en face des côtes iraniennes. Mais, à ce jour, la conclusion est que les risques d'une intervention militaire sont plus grands que les éventuels avantages. Alors il y eut un repli vers la subversion par la conjugaison de la détérioration du niveau de vie de la population iranienne au travers de restrictions-sanctions commerciales décidées par le Conseil de Sécurité de l'ONU au prétexte du développement d'une industrie civile nucléaire pur produire de l'électricité. Je rappelle que la même méthode a été utilisée contre la population palestinienne lorsqu'elle a accordé ses voix au Hamas : elle fut soumise à des sanctions « de la communauté internationale », plus exactement des pays qui s'intitulent ainsi, c'est-à-dire de la part des pays prédateurs qui veulent régenter le monde entier; à savoir piller les richesses du monde en affamant la plus grande partie de l'humanité. Et la même méthode antidémocratique fut utilisée contre le peuple français et bientôt contre le peuple irlandais : ces deux pays ont voté contre le traité européen de Barcelone. Le gouvernement français a décidé de faire revoter ce texte sans passer par le peuple, mais par les députés plus faciles à contrôler par la direction de leurs partis respectifs. En automne, l'Irlande sera soumise à un deuxième vote : « vous avez mal voté la première fois ! ». L'Iran avait un régime stable parce que son gouvernement soutient le niveau de vie de la plus grande partie de sa population, les pauvres. Il est ainsi assuré de toujours trouver dans les urnes les bulletins des pauvres en soutien à sa politique. Les sanctions économiques visaient à réduire les aides gouvernementales aux couches populaires. Cela ne donnait pas le résultat escompté. Alors le gouvernement US a dégagé 800 millions de dollars par an en tant que financement officiel des actions de subversion dirigées contre le régime iranien. Souvenez-vous que les USA ont fit de même pour fiancer en son temps les grèves de camionneurs au Chili pour faire tomber le Président Allende et le remplacer par le sinistre criminel Pinochet. Ces dernières semaines, des documents officiels US ont été dé-classifiés et l'opinion en a pris connaissance. Leur contenu a été confirmé par Obama : oui, les USA, de concert avec les Britanniques furent à l'origine des émeutes et du coup d'État qui a coûté la vie au premier ministre iranien Mossadegh. Le coup d'État a permis de mettre sur le trône, le shah-marionette qui leur a cédé à vil prix les richesses du pays. Ce qui se passe aujourd'hui en Iran n'est rien d'autre. Version mise à jour, genre « révolution orange ». En effet, le gouvernement US qui suivait de près les élections présidentielle à venir en Iran avait chargé par le biais de ses officines spécialisées, une agence d'opinion de mener une enquête préélectorale auprès des électeurs iraniens. Cela fut fait, juste à la veille de la journée de vote, par téléphone a près d'environ mille titulaires du téléphone. La réponse fut que Monsieur Ahmadinéjad recueillait près de deux fois plus de suffrages que son concurrent Moussaoui. Cette information a pour source une info du quotidien lemonde.fr. Le jour du vote, il s'est avéré que le président sortant a été reconduit avec plus de onze millions de voix de plus que son candidat le plus rapproché. Normalement, la partie s'arrêtait là. Nous étions loin de la tricherie constatée lors de l'élection de Monsieur Bush Junior qui fut déclaré président alors qu'il avait recueilli environ 500 000 voix de moins que son concurrent... dans un Etat dont son frère était le gouverneur ! Malgré cela, il n'y eut aucune forme d'émeute à Washington ou à New York ou à Chicago. Et aucun chef d'État étranger n'a fait de menace ni de commentaire désobligeant à l'endroit du gouvernement US. Mais avec onze millions de voix de différence, il ne peut pas être question d'erreur,de tricherie ici ou là. Je suis sûr qu'il y eut des fautes sans importances commises par ignorance ou par un militant exalté en faveur de Ahmadinejad ou en faveur de Moussaoui. Mais ce ne peut en aucun cas avoir une mapleur de nature à mettre en cause le résultat final. Or le perdant, Monsieur Moussaoui, se dévoila être un mauvais perdant. Un très mauvais perdant. Il demanda un recommencement du vote. Cette proposition ne peut pas être retenue parce que outre le fait qu'elle introduirait un doute qui n'a pas sa place envers un scrutin exemplaire, cela porterait un préjudice irréversible à l'Iran. Les USA n'ont pas revoté pour choisir entre Bush et Al Gore... qui avait recueilli plus de voix. Le plus grave dans le cas iranien que nous avons sous les yeux est qu'il semblerait qu'une partie minoritaire de l'établissement politique du pays, minoritaire ait décidé d'aller au clash avec la majorité gouvernementale parce qu'elle voudrait accorder des concessions unilatérales aux USA afin d'obtenir un rapprochement avec le gouvernement US. Il est vrai que les sanctions US nuisent à tout le pays, mais surtout aux classes aisées qui rêvent de vivre selon les plus mauvais canons occidentaux : liberté sexuelle extrême, mariages entre hommes, dépénalisation des drogues, de l'alcool, disparition de la famille, et surtout abandon des pauvres à leur sort. Ces classes aisées voient de jour en jour le régime se renforcer : bientôt il pourra s'industrialiser encore plus vite avec la station nucléaire construite par les Russes à Bouchehr au grand dam des USA et d'Israël. Plus grave, l'Iran pourra construire de A à Z ses propres centrales et il disposera d'une électricité quasi gratuite. Cela renforcera sa base sociale populaire et il deviendra inamovible. Alors, il y a jonction objective de certains membres de l'establishment politique avec les intérêts étrangers : « qu'est-ce que nous avons à faire avec le soutien aux Palestiniens et aux pauvres ?  Je préfère acheter une deuxième ou une troisième voiture, aller en vacance en Floride au printemps et à Paris en été... ». L'adage dit qu'« à quelque chose malheur est bon ». Les troubles que nous connaissons permettront de relever la vigilance du gouvernement iranien. Les ennemis de l'intérieur seront liquidés politiquement et la voie sera libre devant la République Islamique Iranienne. L'exemple de la Russie (la Géorgie) et de la Chine (Tian an men, le Tibet) est celui qu'il faut suivre : la fermeté. Si l'URSS avait eu un chef plus homme de principe que Gorbatchev, il aurait mis hors d'état de nuire Eltsine et l'URSS aurait réglé les graves problèmes de son économie sans sombrer et jeter des dizaines de millions de personnes dans la misère au profit d'une minorité affairistes, limite maffieuse. La Chine n'est pas tombée dans cette faiblesse de l'âme. Elle est encore aujourd'hui le flambeau qui montre la direction à suivre. Il faut espérer voir l'Iran suivre son exemple politique tout en restant dans la voie islamique que s'est choisie le peuple iranien au terme de milliers de martyrs en 1978. L'essentiel, ce n'est pas le costume ou la religion, c'est le contenu de classe d'un régime. Là comme là, le pouvoir est aux mains de gens qui ont fait le choix des classes les plus modestes, celles dont vient la richesse d'un pays. Ce qui se passe en Iran est aussi un avertissement pour le Venezuela, pour les autres pays d'Amérique latine qui ont récemment opté pour une voie de développement indépendante et patriotique. Finalement la théorie des révolutions oranges envahissant le monde par des saut de case en case dans un :onde perçu comme une table de dominos a fait long feu. Ce n'est pas pour rien que les autorités russes ont déclaré que ce qui se passe en Iran est une question purement intérieure qui ne concerne personne d'autre. Face à de tels évènements, quand on n'est pas trop con, l'avantage d'être Français c'est que l'on connait trop bien les montées en puissance de la propagande impérialiste contre tel ou tel régime qui ne veut pas être colonisé ou pour encenser tel autre régime pourri (Bongo) qui est à la tête d'un pays riche dont les habitants vivent dans la misère... et ça ne prend pas sur nous ; on sait faire la part des choses. Nous ne perdons pas la boussole de la lutte de classes, même dans le contexte très compliqué du XXIème siècle. Abdellah Ouahhabi


Lundi 22 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par vilain94 le 22/06/2009 09:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pour les elections de bush junior,il y a eu des manifestations mais aucuns medias n'en a transpiré.

2.Posté par souad le 22/06/2009 11:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout cela est claire comme l'eau de roche. Suis contre la mollacratie, mais c'est aux iraniens de décider de leurs destins.

3.Posté par Kestadi ? le 22/06/2009 13:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ 2. Posté par souad le 22/06/2009 11:27
" Suis contre la mollacratie, mais c'est aux iraniens de décider de leurs destins".


Sans vouloir polémiquer sur ton vocable de " mollahcratie" qui fleure bon le mépris, le dédain de ceux qui veulent singer l'occident, je te confirme que les "mollahs" ont été plébiscité à 85% par le corps électoral iranien. Du jamais vu ! Balayé la laïcité !

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires