Sciences et croyances

La revue médicale The Lancet roule désormais pour Big Pharma


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 18 Juillet 2014 - 23:50 Epandage de pesticide en question



Dimanche 7 Février 2010

La revue médicale The Lancet roule désormais pour Big Pharma

Natural News, Mike Adams, 5 février 2010


      Quand j'ai vu dernièrement la rétraction de The Lancet à propos du fameux document du Dr Wakefield concernant le lien entre la vaccination et l'autisme, je n’ai pas pu m'empêcher de penser à Fleischmann et Pons qui furent copieusement attaqués et discrédités en 1989 pour leur démonstration d’une technique de fusion froide. Ces deux brillants physiciens avaient accompli ce qui semblait impossible : une fusion à basse température, produisant de l'énergie thermique excédentaire ainsi que des artefacts d'hélium qui prouvaient la réalité de la réaction nucléaire à basse énergie.


      Les physiciens de la communauté orthodoxe furent pris de folie furieuse. Ils attaquèrent sans relâche Fleischmann et Pons, essayant de détruire leur personnage et toute la crédibilité scientifique qu’ils auraient pu avoir. Ils firent parader une bande de spécialistes de la « fusion chaude » dans les grands médias, qui raconta à tout le monde qu'il est « impossible » d’engendrer la fusion nucléaire sur le coin d’une table. Grâce à des mensonges répétés, ils convainquirent le monde que Fleischmann et Pons étaient des imposteurs.


      La fusion chaude, vous savez, c’est du gros business. C’est une affaire de gros sous. Des milliards de dollars ont été jetés dans la fusion chaude, et la carrière et les moyens de subsistance de dizaines de milliers de gens en dépendent. En démontrant que la fusion froide marche vraiment, Fleischmann et Pons menaçaient une industrie entière. Cette industrie n’eut pas d'autre choix que de faire tout son possible pour anéantir les deux scientifiques. Que la vérité soit damnée... Tout n’est que politique et argent !


      Vingt ans ont passé, et devinez quoi ? On reproduit la fusion froide dans tous les laboratoires du monde. Même l'US Navy est désormais profondément engagée dans cette recherche, et elle recrée régulièrement des expériences de fusion froide.


      Il se trouve en effet que la fusion froide est bien réelle. Fleischmann et Pons avaient raison. Les scientifiques de la communauté orthodoxe avaient tort. Et ils se sont pourtant sortis indemne de la destruction de la réputation des deux scientifiques, puisque les médias ont gobé intégralement leurs mensonges. Aujourd’hui, des scientifiques présumés « intelligents » et des médecins croient toujours sottement que la fusion froide était une fumisterie.



Big Pharma massacre le Dr Wakefield


      Les mêmes tactiques de désinformation et de suppression de la vérité sont mises en œuvre de nos jours contre le Dr Wakefield, le premier scientifique courageux ayant mis en évidence le lien entre les vaccins et l'autisme. Pendant les douze dernières années ses recherches ont alimenté les arguments des opposants aux vaccinations obligatoires – ces gens qui se préoccupent de la dangerosité des injections de produits chimiques de synthèse et de méthylmercure dans le corps des nourrissons.


      La vérité apparaissant, les sceptiques envers la vaccination étaient en train de gagner la guerre de l'information. La campagne de vaccination contre l’H1N1 a été un fiasco total, 80% des Étasuniens, par exemple, ayant refusé de se faire piquer. Les compagnies pharmaceutiques doivent clouer le bec de l'opposition le plus rapidement possible et mettre une sourdine sur la résistance aux vaccinations de masse. Tous les profits futurs de Big Pharma dépendent après tout de l’acquiescement du public envers toujours plus de vaccins à cause de la médecine « préventive. » Ça veut dire que vous devez vous faire vacciner contre toutes sortes de trucs que vous n'avez pas et que vous n’aurez jamais. Les vaccins sont fourgués aux gens comme une sorte de programme d'assurance santé à base de produits chimiques.


      Pour s’assurer un avenir rentable, Big Pharma doit anéantir la crédibilité du Dr Wakefield. C’est pourquoi, elle a fait parader un grand troupeau de médicastres en faveur des vaccins et de revendeurs de remèdes devant les médias pour accomplir essentiellement la même manœuvre qui réussit contre Fleischmann et Pons en 1989 : anéantir leur crédibilité pour cacher la vérité.



La vérité nuit à Big Pharma


      La vérité est chose dangereuse. Surtout quand les sous sont en jeu. La vérité vaccinale pourrait escagasser toute une industrie. C'est pourquoi la vérité ne doit pas être autorisée à sortir dans les journaux, magazines ou revues médicales. C'est pourquoi ces publications sont soigneusement expurgées et la vérité remplacée bien entendu par de la prose pharmaceutique charlatanesque.


      C’est comme dans le roman de George Orwell, 1984, où la besogne quotidienne de Winston Smith, la vedette, est littéralement de réécrire l'histoire et de remplacer les trucs emmerdants dans les informations archivées par une « histoire revue et corrigée, » plus acceptable pour les politiciens en poste.


      The Lancet fait exactement ce que George Orwell décrivait en 1984 : réécrire l'histoire en effaçant la vérité scientifique et en la retirant de ses archives.


      Et ce n'est qu'un début. Guettez si les révues médicales désavouent des articles scientifiques s'opposant aux desseins de Big Pharma. Tout savoir ne convenant pas au programme vaccinal ou pharmaceutique doit tout simplement être éliminé des archives de la connaissance humaine, pour ne laisser qu’une « science » étayant l’obscure intrigue de Big Pharma, quelle que soit sa fausseté.


      La crédibilité même de la science médicale moderne s’évanouit sous nos yeux. Quand les revues médicales elles-mêmes sont profondément engagées dans la censure de la connaissance scientifique et la promotion d'un objectif corporatiste, vous savez qu'il ne reste guère de crédibilité en cette industrie.


      Le Dr Leonard Horowitz m'a envoyé aujourd'hui un important communiqué. Il contient quelques informations plutôt inquiétantes sur les liens entre Reuters, The Lancet et Big Pharma. Je le reproduis ci-dessous dans son intégralité car je pense que c'est une information qui doit tout simplement être diffusée.


      Envoyez cet article à tous ceux que vous connaissez, en particulier si vous connaissez de nouvelles mamans ou des femmes enceintes qui pourraient devoir affronter bientôt le problème des vaccins. Elles doivent savoir ce qui se passe réellement derrière le voile du secret.


      Et permettez-moi d'affirmer sans hésitation qu'injecter des produits chimiques aux bébés nuit à leur santé. Les vaccins sont un danger potentiel pour la santé humaine. Ce dont ont besoin les gens, même dans le tiers monde, c’est d’une bonne nutrition, pas de choses chimiques. S'ils avaient une meilleure nutrition et des infrastructures sanitaires convenables, les maladies infectieuses disparaîtraient en grande partie, même sans vaccins ! (Mais l'industrie du médicament ne reconnaît pas la nutrition... les vitamines sont une menace pour les sous que lui rapporte la vaccination.)



Le communiqué du Dr Horowitz


      Les rédacteurs de la revue Medical Veritas ont condamné la rétraction de The Lancet à propos de l'étude controversée du Dr Andrew Wakefield, accusant le directeur de la publication Richard Horton de se plier à des intérêts particuliers dans un complot visant à tromper le public sur les risques vaccinaux.


      En 1998, The Lancet avait publié l'étude contestée reliant l'autisme et des troubles intestinaux au triple vaccin risqué contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR). Hier, après la décision du Conseil médical général britannique, selon laquelle le Dr Wakefield avait été « malhonnête, » le rédacteur en chef de The Lancet a désavoué l’article en disant que le rapport du Conseil rendait « tout à fait clair, sans aucune ambiguïté, que les allégations du document sont complètement fausses. »


      Dans une lettre au Times de Los Angeles, le Dr Gilbert Ross, directeur médical de l’American Council on Science and Health, en faveur de l'industrie vaccinale, a écrit, « La rétractation... arrive bien trop tard. Même maintenant, Horton ne parvient pas à accepter la responsabilité des pertes humaines qu'il a occasionné en publiant l'étude de Wakefield. »


      « Au contraire, » a écrit le Dr Leonard Horowitz, rédacteur en chef de Medical Veritas. « Le retard [de la rétractation] du Dr Horton s’explique mieux par son aversion envers l'auto-incrimination et le complot de dissimulation du génocide iatrogène, le massacre médical des innocents en masse pour le profit. »


      Le numéro de l'hiver 2010 de Medical Veritas a témoigné des conflits d’intérêts flagrants minant l'intégrité de The Lancet. Suite à la publication de l’étude controversée du Dr Wakefield, a eu lieu la fusion de Reed-Elsevier-ChoicePoint. L’énorme compagnie qui en a résulté a pratiquement monopolisé l'industrie médicale et la publication scientifique. Avant cela, les éditeurs de The Lancet protestaient contre le « caractère malfaisant » de la médecine et de la science de santé aux mains des compagnies pharmaceutiques.


      « Il est désormais évident que l’entreprise du Dr Horton a été gravement contaminée par des intérêts particuliers aussi biaisés que le PharmaCouncil du Dr Ross, » a déclaré le Dr Horowitz.


      Il se trouve que la compagnie Reed-Elsevier-ChoicePoint est dirigée par le PDG Sir Crispin Davis, d'après une auto-publicité de GlaxoSmithKline publiée récemment par l’agence de presse Reuter. Selon Forbes, Sir Davis a été fait chevalier par la reine d'Angleterre pour « service à la corporation de l'information. » Il servait en tant qu’administrateur indépendant de GlaxoSmithKline SA depuis 2003. Sir Davis a débuté sa carrière chez Procter & Gamble.


      L’agence de presse Reuter, clé du « secteur de l'information » britannique, est dirigée par le rédacteur en chef, Thomas H. Glocer, siégeant au conseil d'administration de Merck & Co., qui de l’aveu général a payé Reed-Elsevier pour publier des articles pseudo-scientifiques et frauduleux dans des revues médicales, notamment pour l'Australasian Journal of Bone and Joint Medicine.


      Selon des dossiers judiciaires, et le New York Times, le parrainage par Merck de la publication pour médecins australiens a été exposé lors du litige sur le Vioxx, un analgésique qui provoqua au bas mot plus de 27.785 morts [rien qu’aux États-Unis] selon l’US Food and Drug Administration (FDA).


      L'éditeur de The Lancet avait accusé la FDA de surveillance défaillante dans le massacre au Vioxx, mais avait omis de citer la complicité de sa propre compagnie mère dans le génocide iatrogène. Le Dr Horton avait écrit : « Sans réglementation des médicaments plus vigilante à l'avenir, les médecins seront toujours induits en erreur et la vie des patients sera toujours en danger. »


      C’est pourquoi, avec une confiance nulle envers The Lancet, le Dr Horton, ceux qui paient son salaire, et ceux qui le critiquent pour ses actions, les éditeurs de Medical Veritas invitent le Dr Wakefield à publier à nouveau son document controversé dans leur prochain numéro.



Pure calomnie contre vérité médicale


      Le Dr Gary S. Goldman, rédacteur en chef adjoint de Medical Veritas, a écrit au Dr Wakefield : « Beaucoup de nos rédacteurs ont subi des calomnies et des remarques désobligeantes de la part des autorités sanitaires grand public et des médias. Vos nombreux articles dans une revue révisée par les pairs témoignent de votre précieuse contribution au domaine médical et à la santé, et votre position contre les adversaires de la raison scientifique et du bon sens est héroïque. »


      La revue Medical Veritas, dans laquelle le Dr Wakefield avait publié en 2006 une étude complémentaire à son rapport de 1998 dans The Lancet, est « l'une des rares revues où les intérêts de santé des individus l’emportent sur la recherche du profit. »



Vaccinations liées à des avortements spontanés


      « L’atmosphère actuelle envers la science vaccinale est très controversée, » a déclaré Eileen Dannemann. Ces derniers mois, la directrice de la Coalition nationale des organisations féminines a recueilli et analysé des données sur des avortements spontanés à la suite de la vaccination de femmes enceintes contre le H1N1.


      « Les informations que les gens reçoivent des instances vaccinales, et à travers les médias, » insiste Dannemann, « sont incompatibles avec les études de sécurité menées, où sont absents les contrôles avec placebo et la surveillance des effets indésirables de ces vaccins à long terme. » Contrairement à la propagande au caractère assassin de PharmaMedia contre le Dr Wakefield, ce n'est pas le seul scientifique préoccupé par les effets secondaires mortels de la vaccination. Ces derniers jours, une nouvelle étude du Center for Modeling Optimal Outcomes dans le New Jersey a publié, « S’il n’y avait pas eu d’aussi nombreux parents insistant sur le fait que les vaccins sont responsables de la condition [d'autisme], nous n’aurions jamais pu découvrir que le stabilisateur du vaccin ROR, et d’un petit nombre d'autres vaccins, est de la gélatine hydrolysée, une substance qui renferme environ 21% de glycine. Étayée par des faits scientifiques facilement vérifiables, il apparaît que l'utilisation de cette forme de glycine déclenche un déséquilibre dans l'acide aminé neurotransmetteur responsable du taux d'absorption de certaines catégories de cellules dans l'organisme. C'est cette perturbation largement répandue qui, apparemment, entraîne les problèmes systémiques qui englobent l'esprit et le corps dans l'autisme caractérisé « classique » d'aujourd'hui.



Note spéciale à destination des journalistes


      Il existe une copie gratuite de la revue Medical Veritas, disponible pour examen en ligne pendant seulement deux autres semaines. Elle inclue les commentaires du Dr Horowitz et les liens vers « PHARMAGANDA : Étude d’un conflit d'intérêts. »


      Après le 15 février 2010, le coût d’accès à la revue Medical Veritas par téléchargement au format PDF sera de 35 dollars, les différents articles de ce numéro étant disponibles par téléchargement pour 15 dollars, notamment l'important article du Dr Harold Buttram sur l'avenir de l'ADN humain corrompu par les injections de mutagènes viraux accompagnant les vaccinations.


      Aidez s'il vous plaît à prévenir les médecins de l’existence de cet article et de l’accès gratuit à durée limitée. Les médecins et les patients doivent savoir que leur intelligence a été contaminée par des intérêts pharmaceutiques particuliers. Cette publication contient des connaissances urgentes qui sauvent la vie.



Original : www.naturalnews.com/028101_The_Lancet_Dr_Wakefield.html
Traduction copyleft de Pétrus Lombard




Dimanche 7 Février 2010


Commentaires

1.Posté par maximeg le 10/02/2010 09:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le bizne$$ médical de la circoncision:
http://enfant.ovh.org/ame41.html://

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires