Géopolitique et stratégie

La révolution des gaz schiste aura un impact sur l'économie mondiale et la géopolitique


Dans la même rubrique:
< >


Pilko Alexei
Lundi 8 Octobre 2012

La révolution des gaz schiste aura un impact sur l'économie mondiale et la géopolitique

L'émergence des nouvelles technologies dans le domaine de l’extraction du gaz et du pétrole de schiste pourrait sérieusement affecter les relations internationales.

Les grands acteurs économiques mondiaux, qui dépendaient jusqu’à présent des importations des hydrocarbures, pourraient devenir leurs exportateurs dans un certain temps. Cette époque est encore lointaine, car les perspectives de développement de l'huile de schiste ne sont pas encore claires. Mais si une telle situation se crée, cela posera des problèmes aux groupes pétroliers et gaziers russes qui sont actuellement les principaux fournisseurs de ressources énergétiques sur le marché mondial. Moscou sera donc inévitablement obligée d’ajuster sa politique économique.

Il y a dix ans, il était impossible d'imaginer que les Etats-Unis puissent devenir le principal producteur mondial du gaz, dépassant par le volume de production celui de la Russie. C’est un fait réel de nos jours. Le développement de la production du gaz de schiste a commencé dans de nombreux pays : en Pologne, Ukraine, Australie, Royaume-Uni et en Chine. Selon les médias, le Royaume-Uni va satisfaire un quart de ses besoins grâce au gaz de schiste vers 2032.

Des technologies qui permettent de fabriquer de l'huile de schiste sont également apparues. Apparemment le Japon compte sérieusement sur ce type d’hydrocarbure. La Japan Petroleum Exploration Company a réussi à extraire de l'huile de schiste liquide, qui peut devenir une solution à la grave pénurie énergétique dans ce pays, qui s’est créé après le refus de Tokyo d’utiliser l’énergie nucléaire.

Si elle a lieu, la révolution des gaz de schiste aura inévitablement un impact majeur sur les relations internationales. Imaginons un scénario purement théorique. Les Etats-Unis, les pays d’Europe occidentale et la Chine ont cessé l'importation du pétrole et du gaz, ou sont en train de le réduire considérablement. L’économie des pays du Golfe persique va sérieusement en pâtir. La demande pour leur production va baisser et ils devront alors réduire considérablement leurs ambitions géopolitiques.

L’intérêt des Etats-Unis pour les pays d’Asie Centrale va également baisser. Il est fort probable que la réalisation des projets d’oléoducs en contournant la Russie sera arrêtée. Les perspectives restent incertaines quant au développement des champs pétroliers dans la mer Caspienne. Et au lieu de tentatives d’accéder aux ressources d’hydrocarbures des pays extérieurs, les Américains pourraient concentrer leurs efforts dans d'autres domaines. Par exemple, la reconstruction de leurs positions en Amérique latine, qui se sont considérablement affaiblies ces dernières années.

La Chine projette également de commencer la production sur son territoire du gaz et de l’huile de schiste. Et il est fort probable que dans ce cas, la région de l’Asie Centrale puisse perdre son attractivité pour elle. Par ailleurs, l’expansion chinoise active en Afrique ne sera plus nécessaire, et la dépendance de Pékin de l'approvisionnement en pétrole du golfe Persique va chuter considérablement.

À première vue, si les technologies d’extraction des gaz de schiste confirment leur rentabilité, la Russie se trouvera dans le camp des perdants. Cependant, ce n'est pas le cas. Contrairement aux « pétrocraties » classiques, comme l'Arabie saoudite, elle pourra rebondir grâce à une base économique plus diversifiée. Evidemment, la Russie dépend fortement des revenus du pétrole et du gaz, mais leur réduction ne sera qu’un stimulus supplémentaire pour la diversification économique.
Le scénario évoqué ci-dessus n'est qu'une hypothèse qui pourrait rester théorique. Il sera possible de comprendre l'impact réel du gaz et de l’huile de schiste sur les relations internationales seulement d’ici à sept-dix ans. Cependant, il faut commencer à y réfléchir dès aujourd'hui.

french.ruvr.ru



Lundi 8 Octobre 2012


Commentaires

1.Posté par Patrice le 08/10/2012 16:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les gaz de schistes sont des destructeurs de nappes phréatiques, il est physiquement impossible qu'on fasse éclater de la roche sans provoquer des fuites dans les nappes d'eau souterraines... point a la ligne.

2.Posté par Saber le 08/10/2012 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Plus grave, la contamination des nappes phréatiques par des radionucléides, bonjour le cancer pour des millions de gens. Œuvre de satanistes que ce gaz de schiste, une autre affaire scandaleuse en perspective.

3.Posté par Depositaire le 09/10/2012 11:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a juste un point que l'auteur de l'article semble avoir oublié. Si du point de vue économique, encore que ce terme n'est pas vraiment approprié, puisque l'économie englobe beaucoup de choses, et pas seulement l'industrie et la finance, le gaz de schiste va apporter une prospérité retrouvée aux pays qui l'utiliseront, cette prospérité sera de très courte durée.

En effet, les dégâts colossaux faits à l'environnement feront que les terres seront complétement dévastées, polluées, impropres à la vie. Leur restauration, si elle est possible, ce qui est douteux, coûtera tant, que les gains dus à l'exploitation de ce gaz seront très vite absorbés et largement dépassés. mais après ce ne sera pas la récession, mais la déchéance la plus totale dans un pays complétement dévasté, tout ça pour promouvoir un système économique complétement absurde. Et ces dégâts vont apparaître très vite et s'amplifier tellement qu'il ne sera plus possible de les ignorer.

Quand donc l'humanité se réveillera et verra où se système absurde la mène ? Quand il sera trop tard ?

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale


Publicité

Brèves



Commentaires